Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2017

La Floride et le Congrès américain se moblisent avec à la menace Irma

INFOGRAPHIES - Le gigantesque ouragan, après avoir dévasté Saint-Martin et Saint-Barthélemy, devrait toucher les côtes américaines samedi ou dimanche.

Correspondant à Washington

Le Texas sort à peine du déluge provoqué par Harvey qu'une autre tempête majeure menace les États-Unis. Surveillant la progression d'Irma dans les Caraïbes, le Centre national des ouragans (NHC) recommande à «tous les habitants des côtes du Texas à la Virginie d'être en alerte», faute de pouvoir prédire avec certitude la trajectoire d'un phénomène comparé par la météorologue Ginger Zee à «une tronçonneuse».

À Key West, tandis que les hôtels et commerces se barricadent, l'essence manque déjà dans les stations-service

C'est cependant la Floride qui a le plus grand risque de se retrouver dans l'œil du cyclone, au sens propre. Les modèles informatiques indiquent un probable atterrissage samedi ou dimanche sur les Keys, long chapelet d'îles au sud de Miami.  Irma effectuerait alors un virage pour remonter le long de la péninsule, son impact pouvant être ressenti sur les deux côtes - Atlantique et golfe du Mexique - et jusqu'à 300 km de l'épicentre. Selon le NHC, même rétrogradée en tempête de catégorie 3, Irma s'accompagnerait «de vagues destructrices» et de vents jusqu'à 280 km/heure.

Un ordre d'évacuation est en vigueur depuis mercredi matin à Key West, 180 km au sud de Key Largo, pour les touristes comme pour les 80.000 habitants. Tandis que les hôtels et commerces se barricadent, l'essence manque déjà dans les stations-service. Les péages ont été désactivés pour éviter les embouteillages. Le maire de Miami-Dade, Carlos Gimenez, a également ordonné l'évacuation des personnes fragiles dans son comté de 2,7 millions d'habitants. Les écoles et universités ont suspendu leurs cours jusqu'à la fin de la semaine. Prévu ce week-end, le match de rentrée des Dolphins, l'équipe de football américain de Miami, sera délocalisé ou reporté.

«Mon équipe, qui fait un si bon boulot au Texas, est déjà en Floride. Pas de répit pour les braves !»

Donald Trump, sur Twitter

Le gouverneur, Rick Scott, a insisté mercredi sur la nécessité de respecter les consignes: «Cet ouragan s'annonce plus puissant qu'Andrew», la dernière tempête de catégorie 5 à avoir frappé la Floride en 1992, tuant 65 personnes, «et il peut encore aller n'importe où», a-t-il souligné. Wilma, de catégorie 3, avait aussi fait 62 victimes en 2005. Donald Trump a signé mardi des déclarations d'état d'urgence pour la Floride, le territoire associé de Porto Rico et les îles Vierges américaines. Il a tweeté mercredi matin: «Nous suivons de près l'ouragan Irma. Mon équipe, qui fait un si bon boulot au Texas, est déjà en Floride. Pas de répit pour les braves!» Il a tenu à souligner: «Cet ouragan semble être le plus gros jamais observé dans l'Atlantique!»

Le Congrès, qui effectuait sa rentrée mercredi après la pause estivale, devait adopter en priorité une première aide de quelque 8 milliards de dollars pour les victimes de l'ouragan Harvey. L'Agence de gestion des situations d'urgence (Fema), qui dépense plus de 220 millions de dollars par jour au Texas, se retrouvera avec des coffres vides dès vendredi. La menace d'une seconde catastrophe avec Irma, phénomène rare dans une même saison d'ouragans aux États-Unis, a levé les rares hésitations des élus.

La Maison-Blanche en a profité pour appuyer une manœuvre de la direction républicaine, attachant au paquet d'aides un relèvement du plafond de la dette en assurant que l'un ne pouvait aller sans l'autre. Mark Meadows, le républicain de Caroline du Nord qui préside le Freedom Caucus, émanation du Tea Party, a tenté de résister: «Je ne crois pas qu'il faille augmenter notre dette de 2.000 milliards pour effectuer un versement de 15 millions.» Mais les dirigeants démocrates de la Chambre et du Sénat ont appuyé l'initiative, levant le suspense sur son adoption.

XVMfeb3a76c-9330-11e7-baf7-97f1bde59519-805x456.jpg


Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 07/09/2017. 

12:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

Commentaires

Une forte pensée pour notre amie Nelly exilée en Floride !

Écrit par : dirk | 08/09/2017

Je pense beaucoup à elle, je l'espère avec sa famille loin s des zones dangereuses. Si Nelly peut nous donner des nouvelles, merci.
Nous l'embrassons de tout coeur.

Écrit par : Gaëlle Mann | 08/09/2017

Merci Dirk!
Esperons que tout ira bien..
irma devrait venir dimanche a 8 hrs locales, mais elle n'a pas ete invitee!
J'ai fait des provisions de chocolat..
Amities a tous.

Écrit par : Nelly | 09/09/2017

Courage, chère Nelly! Je sais que vous n'en manquez pas! IRMA va peut-être s'affaiblir en "tempête tropicale". Il faut attendre, ne surtout pas sortir. Toute mon amitié affectueuse vous soutient dans cette épreuve.

Écrit par : Gaëlle Mann | 09/09/2017

Il est tot ce matin et la tele nous previent de l'arrivee de l'hurricane sur Manatee County... J'ai rentre tous mes pots de fleurs et les meubles de jardin, le barbecue..enfin tout ce qui peut etre projete avec violence contre les baies vitrees, ( pas de volets aux fenetres dans ce pays!) J'ai fait des provisions d'eau et de nourriture, mais je vais remplir les baignoires d'eau pour l'usage courant..Nous perdrons surement l'electricite , Il fait chaud dans les 30 degres, sans oublier l'humidite insupportable, ce sera dur sans clim....
Mon fils me previent par Email qu'il arrive de Baltimore, a 10 hrs ce matin, quelle folie!
C'est a peu pres tout..
Amities

Écrit par : Nelly | 09/09/2017

Notre fils est venu en vitesse depuis Baltimore, mais son pere ne veut pas quitter la maison.Beaucoup de voisins sont deja partis.
Esperons, mais le gouverneur de Floride conseille de partir..
Que faire?
Merci Gaelle!

Écrit par : Nelly | 09/09/2017

Chère Nelly,


Nelly, je n'ai pas de conseils à vous donner, mais là, je me permets de vous dire qu'il faut PARTIR au plus vite, car il faut sauver vos vies plutôt que votre maison, comme l'ont fait vos voisins. Personne n'a envie de laisser sa maison. Votre mari doit le comprendre: comment ferez-vous avec lui, seule et isolée? Pensez aux inondations qui montent très haut: c'est l'eau qui tue dans un ouragan de cette catégorie 5, un monstre aussi grand que la France. PARTEZ! Prenez avec vous le strict nécessaire: bouteilles d'eau, papiers, assurances, quelques vêtements, argent, carte bleue. Pensez à vos fils qui s'inquiètent. Je vous embrasse, Gaëlle. Moi je serais déjà partie. Le gouverneur de Floride a raison.

Écrit par : Gaëlle Mann | 10/09/2017

Gaelle,
il est 2 heures ce matin, je ne peux dormir, je suis d'accord avec vous, mais comment emmener un handicape contre son gre?
il est trop tard a present, nous sommes obliges de rester
j'etais prete a partir, j'avais boucle la valise, mais impossible de decider mon mari.. je regrette que notre fils aine soit avec nous, lui aussi risque sa vie...
Merci Gaelle pour vos gentilles recommandations..
je vous embrasse..

Écrit par : Nelly | 10/09/2017

Chère Nelly, oui il est trop tard, je pense , à présent, aussi faut-il espérer que les dégâts matériels seront moins graves que prévus. On dit que l'ouragan Irma se déplace vers l'ouest, avec des vents à 215 km/h: aussi ne sortez sous aucun prétexte! Les rues sont inondées. Tant que avez encore l'électricité, ça peut aller. Vous êtes aux Etats-Unis et c'est une chance malgré tout, car dans les îles française, c'est le CHAOS, les pillards font la loi, et les Blancs sont menacés avec des armes volées en grand nombre. C' est une double peur. Pas de police, rien, et Macron semble s'en ficher. Ce ne sont pas des pillages alimentaires, mais de matériel informatique.
Je vous embrasse, c'est peut-être votre mari qui a raison.

Écrit par : Gaëlle Mann | 10/09/2017

Nelly,
Irma passera au-dessus de chez toi dans quelques heures, et même si sa puissance a baissé (passage en niveau 3), ça va secouer ! Sois prudente ! Tu es une vaillante fille du Nord et je sais que tu feras face, comme les Floridiens qui disent avec bravade qu'ils "chevauchent les ouragans".
Nous suivons les évènements à la TV et les images sont inquiétantes. Ce sont les inondations qui seront à craindre autour de Tampa.
Nous souhaitons bon courage à toi et aux tiens et nous sommes en pensée à tes côtés.

Écrit par : dirk | 10/09/2017

Merci a vous, Gaelle et Dirk,
Tout s'est bien passe, irma est partie!
Nous avons eu de la chance, grace a la maison qui n'est pas au niveau de la route.. Il y a une legere pente qui nous a sauves de l'inondation.. Hier soir, nous avons regarde meduses une riviere qui coulait sur notre route....Les palmiers geants ont resiste..
Nous en saurons davantage des que le couvre -feu sera leve, a 3 hrs cette apres midi..
Enfin, nous avons garde l'electricite et l'eau!
Rien de comparable a ce qui s'est passe dans les Antilles..

Écrit par : Nelly | 11/09/2017

Chère Nelly, je suis vraiment heureuse d'avoir de vos bonnes nouvelles! Je me sens soulagée, pour vous et votre famille. Vous avez eu de l'électricité et de l'eau, c'est l' essentiel. Et cette pente vous a sauvés de l"inondation. Les grands palmiers ont vaillamment résisté à la violence des vents! Ouf!
Je vous embrasse bien affectueusement.

Écrit par : Gaëlle Mann | 12/09/2017

Bravo Nelly pour votre courage et votre détermination, ainsi que toute votre famille.
Moi aussi je suis heureux d'apprendre que Vous n'avez pas eu trop de dégâts.

Écrit par : abad | 12/09/2017

Merci a vous trois de votre gentillesse.
C'est termine, le soleil est revenu, nous avons eu beaucoup de chance, mais je pense a ceux qui n'ont pas ete aussi favorises, des arbres sont tombes sur des maisons, certaines ont ete inondees, d'autres ont perdu l'electricite et l'eau..
Mais le plus grave s'est passe dans les Antilles, nous le savons tous..helas.

Écrit par : Nelly | 13/09/2017

Chère amie, il était bien normal de penser à vous! Maintenant vous allez pouvoir reprendre une vie normale, remettre votre jardin en ordre, etc... Vous me semblez habiter un petit coin de paradis? Le soleil brille et la Floride renaîtra et même les Keys ravagés (vu des photos).
Je n'ai pas le même espoir pour les Antilles françaises, malgré les belles paroles de Macron et Collomb: la volonté me semble manquer au plus haut niveau. On va maquiller les dégâts les plus visibles, mais les pauvres resteront dans la misère, et des gangs se constitueront comme en France métropolitaine...

Bonne soirée à tous! Je vous embrasse avec toute mon amitié..

Écrit par : Gaëlle Mann | 13/09/2017

Les commentaires sont fermés.