Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2017

A 88 ans, «Mamie nazie» condamnée à six mois de prison pour négationnisme par la justice allemande

59e5ba57488c7bf1458b4567.jpg

 

-

© Paul Zinken Source: Reuters
Ursula Haverbeck lors de son procès à Berlin
 

Une des figures de proue du négationnisme allemand, Ursula Haverbeck, 88 ans, surnommée par la presse «Mamie nazie», a été condamnée le 16 octobre à six mois de prison ferme pour des propos niant l'Holocauste.

Déjà condamnée à plusieurs reprises dans le passé pour des propos similaires, Ursula Haverbeck a été sanctionnée par un tribunal de Berlin pour avoir publiquement déclaré en janvier 2016, dans un restaurant de la capitale, que le génocide des juifs par les nazis n'avait jamais existé et qu'il n'y avait jamais eu de chambres à gaz à Auschwitz. Elle avait aussi contesté que des millions de personnes y aient été exterminées.

A la barre, Ursula Haverbeck a affirmé qu'elle n'avait fait que citer les extraits d'un livre. L'octogénaire, qui a immédiatement annoncé son intention de faire appel, avait été filmée en train de tenir ces propos.

Ursula Haverbeck a déjà été condamnée à quatre reprises pour des propos similaires, notamment à 10 mois de prison ferme en 2015 pour avoir déclaré que l'Holocauste était «le plus grande mensonge» de l'Histoire.

Elle ne s'est toutefois jamais retrouvée derrière les barreaux. Car, elle a systématiquement interjeté appel de toutes ses condamnations et aucune des procédures n'a atteint le stade de la condamnation irrévocable.

En 2009, elle avait écopé d'une amende de 2 700 euros pour avoir menacé la présidente de l'époque du Conseil central des juifs d'Allemagne «d'un nouveau pogrom».

Sur son site internet, Ursula Haverbeck se présente comme «une représente du révisionnisme historique» et se targue d'être une «combattante intrépide pour la vérité».

Elle était l'épouse de Werner Georg Haverbeck, un militant d'extrême droite décédé en 1999 avec lequel elle avait fondé en 1963 à Vlotho le Collegium Humanum, présenté comme un établissement d'enseignement, mais réputé pour être un nid de négationnistes. Il a été interdit en 2008.

Selon les travaux des historiens, quelque 1,1 million de personnes, dont un million de juifs, ont péri entre 1940 et 1945 dans le seul camp d'Auschwitz-Birkenau. Au total, six millions de juifs ont été exterminés par les nazis.

Lire aussi : Chambres à gaz qualifiées de «détail» : amende de 30 000 euros confirmée pour Jean-Marie Le Pen

 

18:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Nous avons affaire à une dangereuse terroriste coupable de blasphème dans ce qui est devenu la nouvelle religion de l'Occident.
La courageuse Ursula (88 ans !) vient d'être condamnée à 6 mois FERMES ! Cela ne se passe pas en Corée du Nord ni à Cuba, mais dans la très "démocratique" (!!!) Allemagne en 2017
"Cherchez ceux que vous n’avez pas le droit de critiquer, et vous saurez qui nous gouverne." VOLTAIRE

Écrit par : dirk | 17/10/2017

Une femme courageuse et determinee, qui est assez agee pour avoir
plus de connaissances sur la question, que les soi-disant historiens.
Bonne chance et bon courage a Ursula, qui en aura bien besoin!

Écrit par : Nelly | 17/10/2017

Bonjour, chère Nelly. Bien de votre avis et toute mon amitié" pour vous.

Écrit par : Gaëlle Mann | 18/10/2017

On voit bien que cette mamie est une dangereuse terroriste qu'il faut absolument envoyer en prison!

Écrit par : abad | 18/10/2017

cette brave dame , devra à son tour être envoyée en camp de rééducation, afin d,y apprendre par coeur la shoah , et aussi visite obligatoire des camps de la mort.
salutations.

Écrit par : parvus | 18/10/2017

Les vrais négationnistes sont ceux qui nient la vérité, pas ceux qui veulent la rétablir ;o)

Écrit par : téléphobe | 18/10/2017

Les commentaires sont fermés.