Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2017

«Il faut retourner dans votre pays» : interpellé sur les réfugiés, Macron prône la fermeté

5a14451009fac261128b4567.jpg

 

 
 

Lors de sa visite aux Restos du cœur, le chef de l'Etat a estimé que la France ne pouvait pas accueillir «toute la misère du monde», soulignant qu'il ne pouvait «pas donner des papiers à tous les gens qui n'en ont pas».

En visite aux Restos du cœur le 21 novembre, Emmanuel Macron en a profité pour glisser quelques mots sur les personnes en situation irrégulière dans le pays à une jeune femme qui l'interpellait.

«Si vous n'êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays», lui a expliqué Emmanuel Macron dans une séquence captée par les caméras de CNews. «Je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n'en ont pas», a justifié le président français, ajoutant qu'il était impossible pour la France d'accueillir «toute la misère du monde», citant l'ancien Premier ministre Michel Rocard.

«En France on va protéger tous les gens qui relèvent de l'asile, qui ne sont pas en sécurité chez eux, mais on ne peut pas accueillir tous les gens qui viennent avec des visas de commerce ou d'étudiant et qui restent après», a poursuivi le chef de l'Etat, soulignant la difficulté de trouver un travail «à ceux qui sont déjà là».

 
 
 

Emmanuel Macron : "Je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n'en n'ont pas"

   
 

«Si vous n'êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays», a-t-il de nouveau martelé pour faire passer son message.

Une déclaration qui fait écho à celle du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb le 6 août dernier, qui souhaitait établir une distinction claire entre réfugiés et migrants économiques. Dans les colonnes du JDD, le ministre avait soutenu vouloir un accueil plus rapide pour les premiers, et expliqué que les seconds devaient être reconduits à la frontière pour empêcher que le droit d'asile ne soit «remis en cause».

Lire aussi : Le ministre de l'Intérieur veut distinguer les réfugiés des migrants économiques

02:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Encore des mensonges pour nous faire passer la pilule !
Mais par derrière le pion macronesque suit à la lettre le plan Kalergi pour tuer nos nations européennes: "Pan Europa=mort programmée de l'Europe blanche.

Écrit par : Anton | 22/11/2017

Répondre à ce commentaire

les propos frappés au coin du bon sens du sieur Macron , une fois n,est pas coutume , ont horrifiè quelques gauchos , cela va de soi.
quant aux reconduites à la frontière , il serait grand temps d,accélérer le mouvement.
salutations

Écrit par : parvus | 22/11/2017

Répondre à ce commentaire

Quelle fermeté? Non, mais il croit que l'on va se laisser berner pas ses mensonges? Déjà on sait que les djihadistes syriens déboulent en France et Macron les accueille! Marsaud a été chargé de faire croire qu'on allait les empêcher de venir: il y a des gogos pour croire ces sornettes!

Écrit par : abad | 22/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.