Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2018

« Pourquoi les Africains courent plus vite »

930603.jpg africains.jpg

 

18h48
 

Depuis 1960, les Kényans et les Éthiopiens dominent les courses de fond et de demi-fond. Ces athlètes ont-ils des avantages naturels?

Depuis les JO de Rome en 1960, année de la première victoire sur marathon d’un Noir africain (l’Éthiopien aux pieds nus Abebe Bikila), Kényans et Éthiopiens squattent les podiums des courses de fond et de demi-fond.

Lorsqu’ils débarquent sur le Vieux-Continent, ils ne laissent que des miettes à leurs concurrents européens. Leur domination a donné lieu à de nombreuses études. Ces coureurs ont-ils réellement des avantages naturels et, si oui, lesquels? Julien Wanders, surnommé le «Kényan blanc», prouve-t-il que les coureurs de type caucasien sont tout aussi performants si on adopte le mode de vie et l’entraînement des ténors africains?

Deux spécialistes, Grégoire Millet, professeur de physiologie et spécialiste de la performance à l’Université de Lausanne, et Louis Heyer, coach longue distance de Swiss Athletics, nous éclairent.

LES VALEURS ANTHROPOMÉTRIQUES: LA TRIBU DES KALENJIN A UN ATOUT
Grégoire Millet: «La performance peut être décryptée en trois critères: la consommation maximale d’oxygène (VO2max), la capacité à maintenir un niveau de VO2max, et le rendement (puissance/ VO2). C’est seulement sur ce dernier critère que les Africains de l’Est ont un net avantage. Ils possèdent des valeurs anthropométriques qui leur permettent d’avoir un «coût énergétique» très bas. Le rapport jambe/tronc est élevé. Ils ont un mollet fusiforme et plus léger (jusqu’à 400 grammes de moins par mollet), et un tendon d’Achille plus long, ce qui leur permet de stocker de l’énergie pour la produire au moment de l’impulsion.»

   

On appelle ce mouvement «stretch shortening cycle». Le mouvement répété de la foulée est beaucoup plus aisé. «Les athlètes qui ont ces caractéristiques viennent génétiquement de la même tribu, les Kalenjin, un groupe ethnique originaire de la vallée du Rift, à l’ouest du Kenya.» Les gènes des Kalenjin se sont retrouvés, à la suite des colonisations, des guerres et des exodes, dans de nombreux pays voisins, l’Éthiopie, l’Ouganda, ou l’Érythrée. Et ainsi dans les jambes de nombreux athlètes.

UN FAIBLE TAUX DE MASSE GRAISSEUSE: ILS ÉVACUENT PLUS DE CHALEUR
Grégoire Millet avance un autre avantage: «La masse grasse des coureurs est- africains est très faible et, de par leur petite taille et leur maigreur, leur surface corporelle est proportionnellement plus grande. Ces athlètes sont donc capables d’évacuer plus de chaleur qu’un athlète grand et athlétique.» Louis Heyer confirme que cet aspect est un facteur clé. De surcroît, ces sportifs ont une alimentation simple, équilibrée. Ils ne font pas d’excès et n’ont pas de problème d’obésité.

LES FACTEURS SOCIOCULTURELS: C’EST UN MOYEN DE RÉUSSIR SA VIE
(…)

LES CHARGES D’ENTRAÎNEMENT: ILS SE PRÉPARENT EN ALTITUDE
(…)

LeMatin.ch

00:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Ils trustent les premières places dans la plupart des marathons et semi-marathons auxquels je participe depuis plus de 30 ans. Ils arrivent à 5 ou 6 dans une camionnette, font une course le matin, empochent les primes pour les vainqueurs, repartent dans leur camionnette (conduite par un Européen) et refont une course ailleurs dans la région l'après-midi ! Etonnants, je confirme !
...et certains nient l'existence des races !

Dans une autre discipline, la natation, il n'y a pratiquement pas d'Africains. Ce serait dû à leur densité osseuse supérieure. La race, toujours la race !

Écrit par : dirk | 04/01/2018

Répondre à ce commentaire

"pas de problèmes d, obésité" , d,accord , mais les sportifs blancs ,asiatiques , n,ont plus.
salutations.

Écrit par : parvus | 04/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.