Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2018

Laurie, la policière de 25 ans agressée à Champigny, raconte : «Je me suis protégée avec les mains et me suis roulée en boule»

 

17h02

La policière agressée dimanche à Champigny décrit la violence de l’attaque dans sa plainte.

Capture_d_e_cran_2018_01_05_a_16_59_25.jpg

La salle du réveillon Faceblack à Champigny

« Je me suis protégée avec les mains et me suis roulée en boule. J’ai pris des coups au visage, au ventre et sur les jambes. » Dans la plainte qu’elle a déposée, le 1er janvier, pour « violences aggravées » et que nous avons pu consulter en exclusivité, Laurie, la gardienne de la paix de 25 ans, qui a été violemment agressée avec un officier dans la nuit du réveillon, à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), est incapable de dire combien de temps ses agresseurs se sont acharnés sur elle.

Encore sous le choc, elle déclare seulement se souvenir que quatre personnes lui ont prêté assistance, deux garçons et deux filles. « Ils m’ont portée et m’ont amenée jusqu’à un véhicule de collègues stationné à proximité. » Lors du transport, la jeune policière va continuer à subir les coups de ses assaillants. A l’hôpital Saint-Camille de Bry-sur-Marne, les médecins lui prescriront une ITT de sept jours et un arrêté de travail de huit.

 
  

La gardienne de la paix et l’officier qui l’accompagnait, le capitaine B., se sont en fait séparés lorsqu’ils se sont mis à courir pour tenter d’échapper à leurs agresseurs. Après avoir stationné leur véhicule Peugeot 307, à l’angle des rues Benoît-Frachon et Alexandre-Fourny à Champigny, l’équipage s’est retrouvé isolé en remontant à pied vers la salle de réveillon devant laquelle une rixe se déroulait.

« Nous marchions de front, lorsque j’ai reçu un violent coup dans le dos, porté par un manche en bois, de type manche de pioche. Mon gilet pare-balles a absorbé une partie du choc et j’ai réussi à maintenir mon équilibre », déclare dans sa plainte le capitaine de 37 ans.

Dans sa course, l’officier reçoit ensuite un coup de pied dans le tibia qui cette fois le déséquilibre. Un individu lui assène alors un coup de poing au visage. « Cinq ou six personnes extrêmement belliqueuses se sont alors avancées vers moi. Le premier était toujours menaçant, j’ai sorti mon arme de service. » Le geste a un effet dissuasif car les agresseurs prennent la fuite.

Le Parisien

Merci à Man from Dystopia

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

intervenir sur une rixe à deux , c,est vraiment manquer de prudence , et en plus dans un pays où la haine du flic , du blanc atteint des sommets vertigineux , tout en sachant qu, il est pratiquement impossible de se servir de son flingue , sans se retrouver clouer au pilori par l,administration, et la justice gauchiste .
par contre le fait que l,officier ait exhibé son arme , les petites frappes ont déguerpies , ce qui démontre bien, qu,un Gvt déterminé qui enverrait ses forces de l,ordre nettoyer toutes ces banlieues fleuries , resterait le seul maitre à bord .
salutations.

Écrit par : parvus | 06/01/2018

Répondre à ce commentaire

j avais dit pareillement dans le métro à Marseille un jour que des semblables faisaient les cons et bloquaient les portes ! , peu m importe ce que "intellectuels" avaient pensé....GAUTHIER MICHEL

Écrit par : gauthier | 06/01/2018

Répondre à ce commentaire

PS : quand il arrive comme à moi en1974 à gemenos , ...de se faire casser le nez , sans raison , par des types alcoolisés , ... ON A le droit d écrire une telle affirmation.....GAUTHIER M

Écrit par : gauthier | 06/01/2018

Répondre à ce commentaire

Pourquoi une patrouille de police qui intervient N A T ELLE pas en ouverture un Agent avec la mitraillette comme cela se faisait il y a trente ans??..GAUTHIER MICHEL

Écrit par : gauthier | 06/01/2018

Répondre à ce commentaire

Gauthier :une patrouille de police même surarmée ne sert à rien, si derrière ne se trouve pas un pouvoir qui légitime l,action de ses forces de sécurité , vu que ce pays n,a pas un Dutertre comme président , les flics ne peuvent qu,encaisser les coups, à la grande satisfaction des collabos de tout poil.
salutations.

Écrit par : parvus | 09/01/2018

MERDE a kassowich ;gauthier

Écrit par : gauthier | 06/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.