Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2018

Charles Aznavour : «Si un jour Marine Le Pen était élue, elle serait aussi ma présidente» 20 janv. 2018, 17:31 Charles Aznavour : «Si un jour Marine Le Pen était élue, elle serait aussi ma présidente»© Pool new Source: Reuters Charles Aznavour, février 20

5a63481009fac2fd228b4567.jpg

 

© Pool new Source: Reuters
Charles Aznavour, février 2017, à Paris, illustration.
 

Après une sortie médiatique remarquée sur l'immigration en Europe, Charles Aznavour remet son costume de citoyen : s'il déclare respecter la fonction présidentielle telle qu'elle a été incarnée jusqu'alors, il ferait de même avec Marine Le Pen.

Dans une interview accordée au journal Le Parisien publiée le 19 janvier, Charles Aznavour a évoqué son livre publié en novembre 2017, Retiens la vie.

L'occasion pour le célébrissime chanteur de revenir sur sa vie, sa philosophie, ses valeurs... Il a même abordé le domaine de la politique, pour le quotidien. «Macron, je le trouve charmant, parfait», a-t-il estimé, rendant hommage au chef d'Etat français. Il a également rappelé sa considération pour le prédécesseur du locataire actuel de l'Elysée. «Je n'ai pas voté pour vous, mais vous êtes le président de tous les Français, je suis Français, donc vous êtes mon président», avait-il dit à François Hollande, alors que celui-ci présidait encore aux destinées de la France.

Non, je n’avais pas voté pour Emmanuel Macron. Je crois que je n’ai pas voté du tout

Plus clivant sur la scène du vedettariat français, Charles Aznavour, qui à bientôt 94 ans se dit «ni de droite ni de gauche», a également affirmé qu'il en irait de même si le Front national venait à remporter une élection présidentielle (le chanteur aura 98 ans lors de la prochaine) : «J'irai plus loin, je crois que si un jour Marine Le Pen était élue, elle serait aussi ma présidente.»

Par ailleurs, lorsque le journaliste du Parisien le pousse à préciser s'il avait voté pour Emmanuel Macron en 2017, le chanteur d'Emmenez-moi a répondu en toute franchise : «Non, je n’avais pas voté pour lui. Je crois que je n’ai pas voté du tout. En 2012, j’avais voté pour Sarkozy. Mais je ne donne pas de consignes. Je suis une production culturelle pour l'export. Qu’on ne m’emmerde pas pour autre chose. Je ne fais pas de politique.»

Son idée de «tri» des migrants avait déjà défrayé la chronique en janvier

 

12:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Paul Bocuse, l'empereur de la cuisine française, est mort à 91 ans

/www.egaliteetreconciliation.fr/Paul-Bocuse-l-empereur-de...

+ vidéos, photos, témoignages 

11:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Hongrie : Viktor Orbán annonce vouloir taxer les ONG pro-migrants et utiliser cet argent pour renforcer la protection des frontières

 

J-1

Hongrie – Le gouvernement hongrois a annoncé sa volonté d’introduire un ensemble de lois visant à taxer les ONG soutenant la migration illégale et à utiliser cet argent pour renforcer la protection des frontières.

Capture_d_e_cran_2018_01_18_a_19_27_34 (1).jpg

Cette nouvelle étape fait suite aux bons résultats de la consultation nationale sur le plan Soros, sur laquelle 2,3 millions de citoyens hongrois ont donné leur point de vue, quasi-unanimement favorable au gouvernement dans sa lutte contre l’influence des réseaux de George Soros.

Voici la note publiée par le Bureau international de la communication du gouvernement hongrois :

« Le gouvernement hongrois s’oppose à l’immigration illégale par tous les moyens possibles. Nous devons renforcer la sécurité des citoyens. Notre objectif est que l’Europe continue d’être le meilleur endroit sur Terre pour vivre. Dans l’esprit de cette vision, le gouvernement a présenté un ensemble de projets de loi au Parlement.

Les dispositions les plus importantes sont les suivantes :

– Toute organisation qui soutient l’immigration illégale en utilisant des ressources financières étrangères sera enregistrée et obligée de rendre compte de son activité.

– Une taxe sera imposée sur le financement étranger des organisations soutenant l’immigration clandestine. Ce revenu public sera investi dans la protection des frontières.

 Il sera possible d’émettre des injonctions contre ceux qui participent à l’organisation de l’immigration clandestine. En substance, de telles injonctions s’appliqueront dans toute zone située à moins de 8 kilomètres de la frontière Schengen. Dans des cas spéciaux, un citoyen de pays tiers pourra être soumis à une injonction restrictive n’importe où en Hongrie. Cette mesure restera en vigueur jusqu’à la fin de la crise migratoire.

Les consultations nationales de l’année dernière ont montré l’opinion presque unanime des citoyens hongrois, légitimant ainsi le gouvernement pour agir en ce sens : 1,7 million de personnes ont pris part et exprimé leur avis lors d’une consultation nationale au printemps dernier, alors que 2,3 millions l’ont fait l’automne dernier. D’après les résultats, les Hongrois veulent que l’immigration clandestine soit traitée une fois pour toutes. Ils demandent une protection renforcée des frontières au lieu de la relocalisation de migrants. Le gouvernement est également soutenu par les 3,3 millions de personnes qui ont rejeté la réinstallation par quotas des immigrants illégaux lors d’un référendum national en octobre 2016. »

VisegradPost / Deutsche Welle

03:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

21 JANVIER 1793: A QUI A SERVI LA MORT DU ROI LOUIS XVI ?

26992068_987050494781721_7881613814802204428_n.jpg

  

 Une petite plaque apposée sur un immeuble du 52, rue Beauregard, dans le deuxième arrondissement de Paris vient rappeler que, le matin du 21 janvier 1793, le baron Jean-Pierre de Batz, aidé de quelques amis proches, a tenté de faire évader, sans succès, le roi Louis XVI condamné à mort, quelques jours auparavant (15 janvier) par la majorité des 749 députés de la Convention. Ce jour-là, après un procès d’une quinzaine de jours, du 10 au 26 décembre 1792, les représentants du peuple de la République naissante votent en quelques heures la mort de « Louis Capet ». Quatre questions leur sont posées :

– Louis Capet est-il coupable de conspiration contre la liberté publique et d’attentats contre la sûreté générale de l’État ?
– Le jugement de la Convention nationale contre Louis Capet sera-t-il soumis à la ratification du peuple ?
– Quelle peine sera infligée à Louis ?
– Y aura-t-il un sursis à l’exécution du jugement de Louis Capet ?

À la première question, les 673 députés présents répondent oui. À la deuxième, 286 ont voté oui et 423 non sur 710 présents. À la troisième, sur 722 présents, 361 ont voté la mort sans condition tandis que les autres se sont prononcés pour d’autres peines : détention pendant la guerre et bannissement à la paix, réclusion à perpétuité, déportation, etc. À la quatrième, une autre majorité se dégage : 380 non pour 310 oui. Le sort en est jeté. Louis XVI va mourir sous les bois de justice.

Le dimanche 21 janvier 1793, le monarque se lève vers 5 heures. Il se confesse une dernière fois vers 7 heures auprès de l’abbé Edgeworth de Firmont (1745-1807) et entend l’installation bruyante du détachement de la Garde nationale.

Le dispositif est renforcé depuis l’assassinat, la veille, de Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau (1760-1793). Ce dernier, ancêtre commun de Jean d’Ormesson et du député Charles de Courson, avait voté la mort du roi. Il meurt le 20 janvier sous le sabre d’un ancien garde du roi : Philippe de Pâris. C’est cet impressionnant dispositif qui contrarie les plans du baron de Batz. Seule une poignée de royalistes tente d’enlever le roi sur la route de l’échafaud 1, dans le quartier Bonne-Nouvelle, vers la rue de Cléry. Plusieurs tombent. Jean-Pierre de Batz (1754-1822) parvient à s’échapper. Le sinistre cortège poursuit sa route.

Sur l’échafaud, le courage du roi impressionne la foule : « Messieurs, je suis innocent de tout ce dont on m’inculpe ; je souhaite que mon sang puisse cimenter le bonheur des Français », parvient à lancer Louis XVI. A 10 h 22, le roi de France expire sous le couperet de la guillotine. Robespierre peut jubiler : « Louis doit mourir parce qu’il faut que la patrie vive », avait-il dit. Le bourreau, Charles-Henri Sanson, dans un témoignage écrit de février 1793, relate : « Je reste très convaincu qu’il avait puisé cette fermeté dans les principes de la religion, dont personne ne paraissait plus pénétré et plus persuadé que lui. »

En ce 225e anniversaire de sa disparition, laissons les derniers mots au monarque martyr : « Je mourrai sans crainte. Je voudrais que ma mort fît le bonheur des Français et pût écarter les malheurs que je prévois, le peuple livré à l’anarchie, devenu la victime de toutes les factions, les crimes se succédant, de longues dissensions déchirant la France. »

 

Notes:

  1. Les historiens restent dubitatifs sur la réalité de cette opération car ils ne retrouvent aucun procès-verbal sur cette tentative. Reste que quelques royalistes ont été tués sur le parcours entre la prison du Temple et la place de la Révolution, aujourd’hui appelée place de la Concorde. 

 

Henri Saint Amand – Boulevard Voltaire

 

02:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Julien Sanchez (maire FN de Beaucaire) très chahuté à cause de ses menus avec du porc

02:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le FN est le seul opposant réel à la politique migratoire de Macron

Par Gilles LEBRETON

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)