Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2018

Neuilly-sur-Seine (92) : un handicapé à 55% chassé de son propre appartement par des squatteurs alors qu’il était au chevet de son père malade

 

17h46

951557.jpg

Comme le propriétaire d’un pavillon de Garges-lès-Gonesse, un habitant de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) a eu la malheureuse surprise de découvrir que son appartement avait été investi par un couple. Il redoute une procédure longue avant de retrouver son bien.

Le confort douillet de son domicile, Serge, 60 ans, n’en garde qu’un lointain souvenir. Cet ancien sportif de haut niveau, aujourd’hui invalide à 55 %, n’est tout simplement plus le bienvenu chez lui, dans l’appartement qu’il possède depuis 1992 dans une résidence cossue de la rue Parmentier, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Un logement estimé à 550 000 euros, squatté en toute impunité, depuis trois mois, par un couple et deux enfants en bas âge.

Selon le propriétaire, les squatteurs en question auraient profité d’un de ses fréquents séjours à Nice (Alpes-Maritimes), au chevet de son père malade, pour s’approprier son appartement de 60 m². Des squatteurs ni freinés par le code d’accès à l’immeuble, ni contrariés par la serrure haute sécurité avec bloc-cylindres que Serge avait pris soin de faire installer, l’été dernier, au lendemain d’une tentative de cambriolage.

  

«Malgré ça, ils sont entrés par effraction, ont changé les serrures, modifié le contrat EDF et se sont littéralement installés, s’étrangle Serge. Je n’ai réalisé ce qui se passait que plusieurs jours après, quand mon syndic m’a appelé pour me prévenir qu’un homme avait essayé de se faire passer pour moi afin d’obtenir un badge d’accès au parking. Hélas, il était trop tard…» (…)

 

03:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

une loi absurde qui est contre les propriétaires ,d,ailleurs aucun élu politique ne remet en question cette loi .
contrairement au sieur Youcef qui a pu récupéré son pavillon , grâce à une descente de jeunes de banlieue , le Serge ne bénéficie pas de la même entraide , d,ailleurs la justice gauchiste qui n,a pipé mot pour la première affaire , condamnerait sûrement le Serge , vu qu,il s,agit d,un citoyen de souche et que personne ne prendrait sa défense .
voilà la France de nos jours . . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

"...un couple et deux enfants en bas âge." : Le Pharisien devrait nous donner un peu plus d'informations sur ces escrocs, mais il ne le fera pas ;o)

Écrit par : téléphobe | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Dans une société normale, ces squatteurs auraient déjà été chassés, à coups de fusil si nécessaire, par Serge, ses amis et ses voisins. Cela suppose un esprit communautaire qui a complètement disparu ! La "Justice" est du côté des squatteurs, sans surprise, au nom de la "non expulsabilité" en période hivernale.

Écrit par : dirk | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.