Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2018

Par sectarisme, la Mairie de Paris refuse toujours une sépulture à Michel Déon

michel-deon-portrait-600x338.jpg

 

 
 
 
 

13/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Selon ses vœux, les restes de Michel Déon ont été rapatriés d’Irlande à Paris où il souhaitait être inhumé. Sa famille et l’Académie Française ont fait une demande de sépulture à Paris qui a été refusée par la Mairie.

Cette dernière a déclaré qu’elle n’avait « juridiquement pas le droit de transiger avec les règles fixées par le Code général des collectivités territoriales», au risque d’une «rupture d’égalité».

Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo chargé de la Culture, avait, dans un premier temps, dit qu’il demanderait « qu’on fasse une exception » pour l’écrivain. Mais la Mairie a rétorqué hier soir que ces propos avait été sur interprétés et que la position de la ville serai maintenue.

Michel Déon, Parisien de renom, auteur des Poneys sauvages et membre de l’Académie Française ne sera donc pas inhumé auprès de sa famille, par refus de la Mairie.

21:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Les envahisseurs muzz ont droit à des "carrés musulmans" dans les cimetières parisiens. Mais un académicien français de souche n'y a pas droit ! Il est temps de débarrasser la surface terrestre de ces bobolcheviques parisiens ! Les Français ne sont plus les bienvenus chez eux, c'est on ne peut plus clair ! Tout cela se paiera un jour !

Écrit par : dirk | 13/02/2018

Répondre à ce commentaire

Michel Déon faisait partie des jeunes et nouveaux écrivains de droite d'après-guerre dénommés "les Hussards", comprenant Roger Nimier, Jacques Laurent et Antoine Blondin.
Leur engagement contre la mise à l'écart de leurs anciens à la Libération (Chardonne, Morand, Benoît, Guitry) et durant la guerre d'Algérie ne plaide pas en leur faveur chez des sectaires haineux d'extrême gauche comme Hidalgo et Julliard.
Et ce n'est pas les "écrivains" d'aujourd'hui style Angot, Levy, Nothomb, Musso voire même Houellebecq qui vont se bouger pour Michel Déon.

Écrit par : Anton | 14/02/2018

Répondre à ce commentaire

même morts , les Français sont des indésirables dans leur patrie .
salutations.

Écrit par : parvus | 14/02/2018

Répondre à ce commentaire

Quand la roue va tourner les bobos-gauchiasses vont devoir planquer leurs fesses ;o)

Écrit par : téléphobe | 14/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.