Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VIDEO. France rurale : l’amer est dans le pré

 

Certains territoires, qui voient disparaître bureaux de poste, maternités et classes de primaire, se sentent sacrifiés. "Complément d’enquête" sur ces campagnes françaises en colère...

 
 
 
 
 
 

Des centaines de fermetures de classes, des routes nationales bientôt limitées à 80 km/h, des petites lignes de train en sursis, l’interdiction du glyphosate : la France rurale semble dans le viseur du gouvernement. Emmanuel Macron serait-il devenu le président des villes, comme lui reprochent certains de ses opposants ?

C'est ce que pensent beaucoup d'habitants de la Nièvre, où "Complément d'enquête" s'est immergé. Dans la région de Clamecy, à 200 kilomètres de Paris, une trentaine de maires, lassés de crier dans le vide, ont carrément décidé de démissionner.

Les "enfants des champs" sacrifiés ?

Le département fait partie de ces territoires qui voient disparaître bureaux de poste, maternités et classes de primaire, et se sentent délaissés. "Ce qui est mal vécu, c'est la fermeture d'une classe à 15 élèves dans une école rurale et l'ouverture d'une classe à 12 à quelques dizaines de kilomètres, en éducation prioritaire", déclare la secrétaire nationale du SNUipp, un syndicat des enseignants du premier degré pourtant favorable au dédoublement des classes du Réseau d’éducation prioritaire. Les enfants des champs seraient-ils "sacrifiés" au profit des enfants des villes ?  

Un reportage de Jean-Karl Lambert, diffusé dans "Complément d'enquête" le 12 avril 2018.

Commentaires

  • que la France rurale ne s,inquiète pas, d,ici peu elle sera à nouveau au mieux de sa forme , les futurs remplaçants vont bientôt la combler de leurs bienfaits .
    la nature à horreur du vide .
    salutations.

  • Macron " président des villes"...comme c'est évident ! De même que "président des riches" et de la nouvelle classe des bobos branchés et déracinés. Macron est étranger à la France profonde, il ne la sent pas, il a l'air d'un touriste. Pour lui, elle est le passé, la réaction, bref, un boulet ...Macron est dans la logique de la mise en place du grand remplacement, ses priorités sont ailleurs, certainement pas pour les bouseux !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel