Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Liberté, égalité, camembert ! » : des chefs s’opposent à l’utilisation de lait pasteurisé dans la fabrication du camembert de Normandie AOP

 

19h38

1005895.jpg

 

« C’est le camembert de Normandie AOP au lait cru qu’on assassine » : des chefs étoilés ont signé, mardi 15 mai, dans Libération, une tribune pour dénoncer un accord conclu entre les fabricants de ce fromage, qui pourra désormais être fabriqué avec du lait pasteurisé. Pour eux, le risque est que le camembert normand devienne « une vulgaire pâte molle sans goût ».

Le texte rédigé par la présidente de l’association Fromages de terroirs, Véronique Richez-Lerouge, compte parmi ses premiers signataires une trentaine de chefs, dont Olivier Roellinger, Sébastien et Michel Bras, Anne-Sophie Pic, Michel et César Troisgros, Emmanuel Renaut, Christophe Bacquié et Guy Martin.

Le plus populaire des fromages tricolores, le calendos, né dans les limbes de la Révolution française au cœur du bocage normand, va basculer dans la pasteurisation.

Le texte fustige comme « une victoire pour l’industrie agroalimentaire, un risque fatal pour les fermiers et les consommateurs » l’accord trouvé le 21 février par les acteurs de la filière pour mettre un terme à dix ans de bataille autour de l’étiquette. D’ici à 2021, il n’y aura plus qu’un seul et unique camembert de Normandie AOP (appellation d’origine protégée), qui pourra désormais être élaboré au lait pasteurisé.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel