Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journalistes et migrants: quand on aime, on ne compte pas!

 

Ces médias qui nous font croire qu'il y a de moins en moins de migrants

59PARTAGES
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
70
 

« Ils ne sont que 630 ! »

Parmi les journalistes, les vrais sont ceux qui pensent bien, les « généreux ». Comprenez : ceux qui sont pour une « politique migratoire généreuse ». Le genre de discours confortable qui n’engage que les autres.

 
Advertisment

Étrangement, les mêmes médias généreux qui s’offusquent des conditions atroces dans lesquelles sont accueillis les migrants plaident pour que nous en accueillions encore plus.

Cachez ce caniveau…

Je connais des gens qui doivent enjamber des migrants pour accéder à la porte de leur immeuble. Ce n’est agréable ni pour eux ni, bien sûr, pour les migrants en question. Mais personne n’est allé demander à ces pauvres gars qui dorment sur les trottoirs, parmi les rats et les immondices, s’ils étaient favorables à l’accueil des passagers de l’Aquarius. Allons, soyez sympa M’sieur, poussez un peu vos jambes qu’on puisse coucher quelques personnes de plus dans ce caniveau.

Eh non.

Parce que les gens qui dorment dans les caniveaux, bizarrement, quand l’Aquarius est apparu à l’horizon, on n’en a plus entendu parler. Ils n’existaient pas, ils n’avaient jamais existé.

Quand on aime, on ne compte pas

Nos journalistes nous ont joué une version douce du Camp des Saints. Le roman de Raspail met en scène une flotte de cargos chargés de pauvres gens venus du delta du Gange pour débarquer sur la Côte d’Azur. Le monde entier suit, par médias généreux interposés, l’équipée de cette armada sans précédent : un million de personnes fuyant la misère.

Un million ? A côté, l’Aquarius fait pâle figure, avec ses 630 passagers.

Combien de fois nous l’a-t-on répété : ils sont seulement 630. Dans les interviews : « Mais ils ne sont que 630 ! Vous ne pensez pas que, quand même, on pourrait peut-être… »

Seulement, contrairement au scénario du Camp des Saints, l’épisode de l’Aquarius n’était pas sans précédent. Il représentait une énième arrivée de migrants dans le cadre d’un flux dense et continu depuis plusieurs années. Le Camp des Saints, mais au compte-gouttes.

Un plus un égale trois

La manipulation consistait donc à tenter de faire croire qu’il n’y avait que 630 migrants à accueillir, alors que c’étaient 630 migrants de plus.

Malheureusement pour nos journalistes, l’argument du « 630 seulement » devait être rapidement fragilisé par les événements eux-mêmes. Quelques jours après l’arrivée à Valence de l’Aquarius, un autre bateau humanitaire apparaissait à l’horizon. Le Lifeline : 234 migrants. Et quelques jours plus tard, l’Open Arms : 59 migrants. « C’est dégressif ! » objectera-t-on. Mais c’est cumulatif. De même, plus généralement, quand on entend que la crise migratoire est derrière nous parce qu’il y aurait « de moins en moins de migrants » (argument entendu dans la bouche d’un journaliste généreux interrogeant un triste sire non généreux), c’est un mensonge: il y en a de plus en plus; seulement, leur nombre augmente dans des proportions moins importantes qu’avant.

A lire aussi: L’émission de « fact-checking » qui vous dit quoi penser sur l’immigration

Oh, bien sûr, nous ne pouvons pas dire que nous ne savions pas.

On nous a proposé nombre de reportages à bord de l’Aquarius : nous savons tout de la prise en charge médicale et de l’aide psychologique que les associations humanitaires apportent à tous ces malheureux. Nous savons que…

>>> Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux <<< 

CAUSEUR

Commentaires

  • ces journalopes doivent ménager leur pitance , donc accepter la soumission aux puissants dont ils sont les serviteurs bien pensant . . .!!
    salutations.

  • Recours à quelques grands auteurs pour mettre en exergue la médiocrité, le mensonge et la lâcheté des professionnels de l'information :

    « Le plus grand dérèglement de l’esprit, c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu ce qu’elles sont en effet. » BOSSUET

    « Le plus difficile n’est pas de dire ce que l’on voit, mais d’accepter de voir ce que l’on voit. » Ch. PEGUY

    « Et si les faits disent autre chose, les faits doivent être modifiés. » George ORWELL

  • Dirk: la maxime de feu Bossuet , correspond bien je trouve à la religion de paix et d,amour . . .!!
    salutations.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel