Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Pendez les blancs" : un clip de rap fait scandale sur internet

 

Dans son titre "PLB", le rappeur Nick Conrad tient des propos jugés "racistes" contre les blancs. Plusieurs élus réclament des poursuites à son encontre.

Christelle RebièreRTL MidiChristelle Rebière
 
 
 
Vidéo suivante
Affaire Benalla : "Notre bourreau travaille pour l'Élysée", témoigne le couple de la Contrescarpe
"C'est une provocation au crime", s'insurge Bruno RetailleauCrédit Image : Capture d'écran YouTube | Crédit Média : Christelle Rebière | Durée :  | Date : La page de l'émission
Ceciledeseze75 
Cécile De Sèze Journaliste RTL

La chanson s'appelle PLB, pour "Pendez les blancs". Le dernier clip de Nick Conrad a engendré une large polémique sur les réseaux sociaux. Publiée sur YouTube le 17 septembre 2018, la vidéo a été partagée par des internautes et plusieurs élus. Sur RTL, le patron des sénateurs Les Républicains Bruno Retailleau dénonce "une provocation au crime".

La LICRA n'a pas trop tardé à réagir sur Twitter condamnant un "appel au meurtre raciste (...) abject et d'une violence inouïe." "La liberté de création, ce n'est pas la liberté d'appeler à pendre des Blancs à raison de la couleur de leur peau." L'association annonce alors avoir saisi la justice. Depuis, la vidéo a été supprimée de YouTube.

 
 


Dans la chanson, le rappeur parisien chante : "Je rentre dans des crèches je tue des bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents, écartelez-les pour passer le temps divertir les enfants noirs de tout âge petits et grands. Fouettez-les fort faites-le franchement, que ça pue la mort que ça pisse le sang".

À lire aussi
Le rappeur Nick Conrad dans son titre "PLB".POLÉMIQUE
"Pendez les blancs" : la sphère politique scandalisée par les paroles de Nick Conrad

Dans le clip, qui a depuis été retiré de YouTube, un personnage blanc est en effet torturé par le rappeur et un acolyte. Ils lui font mordre le trottoir pour ensuite écraser sa tête avec un grand coup de pied derrière le crâne. Une scène qui fait évidemment référence au film American History X, sur les néonazis aux États-Unis qui font subir la même chose à un noir.

Une citation de Malcom X apparaît ensuite à l'écran : "Le prix pour faire que les autres respectent vos droits humains est la mort". La chanson reprend et d'autres paroles s’enchaînent : "Fournissez-les en armement et laissez-les s’entre-tuer à leurs corps défendant, que leur mort en prime génère beaucoup d'argent". Ce clip est, selon lui, son "premier court-métrage", comme il le dit sur son compte Twitter.

Le rappeur aux allures de Tupac (vestimentairement parlant) se décrit comme un "artiste noir, parisien fier et raffiné" dans un entretien au site Aucoindela34eme

Il y fait la promotion de son album Saphir noir et explique : "L'ensemble des deux mots reflète ma musique et ce que je suis intérieurement. Dans cet album j'envoie un message d’unité et d'identité noire. L'homme noir a des capacités intellectuelles et physiques comme n'importe quel être humain. Nous sommes tous des êtres extraordinaires."

Dans cet album, Nick Conrad avait fait un featuring avec une chanteuse... Blanche. Il s'agit d'Isa Koper, repérée dans The Voice en 2016. Le rappeur français serait aussi dans les bonnes grâces de Dieudonné, qui a partagé le clip PLB le 22 septembre dernier.

RTL

Commentaires

  • Le rap est à la musique ce que le papier hygiénique est à la littérature.
    En outre, il est l’expression permanente d’un suprémacisme africain agressif encouragé par l’industrie du disque et les médias. Cet « artiste » n’est qu’une partie visible d’un iceberg beaucoup plus grand. Le « vivre ensemble » est impossible avec ces peuplades bestiales et sous-développées dans tous les domaines hormis le football. Plus que jamais, si nous voulons éviter les guerres raciales sur notre pays, vivons séparés et entre Blancs ! C’est la première règle. Ensuite, ciblons les responsables politiques et médiatiques qui ont mis en place toutes les conditions d’une guerre interethnique. Ce sont eux les ennemis prioritaires à combattre par tous les moyens ! Ils seront les premiers à éliminer si par malheur une guerre civile devait éclater. Ils doivent le savoir, et nous leur ferons savoir. La peur doit changer de camp !

  • Dirk : vivre dans un pays , où se trouveraient des communautés séparées , cela aussi finirait par engendrer un ou des conflits sanglants permanents , les ennemis prioritaires à combattre , pas demain la veille , il suffit de voir le dernier vote présidentiel , donc nous sommes dans une merde pas possible , et tout cela ne finira pas avec des chansons, mais pour l,heure le Grand Chaos n,est pas encore en place .
    quant à ce rappeur de fromage , il ne fait que hurler sa Haine du petit Blanc , car il serait bien incapable d,attaquer les véritables maÎtres de ce monde .
    quand feu joé slovo chantait "mort aux blancs " , avec son vieux pote mandela l,îcone de nombreux blancs d,ailleurs , personne ou très peu criait au racisme .
    salutations.

  • Comme disait Stirn il y a 40 ans : les immigrés sont une chance pour la France et les Français. Et effectivement, depuis nous avons bien profité de toutes ces chances !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel