Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Archéologie : découverte d’un sublime sanctuaire à Pompéi, un graffiti remet en question la date de la destruction de la ville Par Koba le 16/10/2018

23h29

Il va falloir corriger la date dans les livres d’Histoire. A Pompéi, des archéologues ont découvert un graffiti qui semble confirmer que la ville romaine a été ensevelie par l’éruption du Vésuve en octobre 79 et non en août, selon des médias italiens.

Dimitri Tilloi@DimitriTilloi
 
 

Découverte très importante à Pompéi : une inscription du 17 octobre 79. On savait déjà que l’éruption n’avait pas eu lieu le 24 août comme on le lit encore souvent, mais là c’est une preuve de plus et qui donne une idée plus précise de la date. Un des derniers témoignages écrits.

 

 

Selon le directeur des fouilles à Pompéi, Massimo Osanna, l’inscription tracée par un ouvrier travaillant dans une villa, comporte la date du « 16ème jour avant les calendes de novembre, ce qui correspond au 17 octobre ».

(…) 20minutes.fr


Sur le site de Pompéi, un autel orné de peintures murales a été mis au jour par les archéologues.

Nouvelle trouvaille dans la cité antique de Pompéi. Des archéologues ont mis au jour un ancien sanctuaire décoré de peintures naturalistes. Dans un entretien au «New York Times», le responsable du site archéologique de Pompéi, Massimo Osanna, a qualifié les décors d’«exceptionnels», précisant qu’ils étaient «très bien conservés». A l’instar de beaucoup de peintures murales romaines, les décors présentaient des éléments qui rappellent la ruse : un paon, qui semble piétiner un jardin, ainsi que d’immenses serpents. «Les serpents, les oiseaux et les arbres sont typiques de ces sanctuaires», poursuit M. Osanna. Les œufs peints sur l’autel symbolisaient la fertilité.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
Dimitri Tilloi@DimitriTilloi
 
 

De nouvelles images livrées par la Surintendance de Pompéi des décors de maisons de la région V en cours de fouilles. De vraies merveilles qui revoient le jour pour la première fois.

 

 

Si les couleurs des décors ont été aussi bien préservées, c’est grâce à la cendre volcanique, qui a empêché la lumière d’atteindre les pigments depuis l’an 79, date à laquelle le Vésuve a anéanti la baie de Naples. La roche volcanique qui recouvrait le site a elle aussi préservée l’autel des infiltrations d’eau.

(…)

Paris Match

Commentaires

  • On lit dans le livre de Gustave Bascle de Lagrèze ( paru en 1888, et réimprimé par Arnaud de Vesgre en 2007) les précisions suivantes :
    - 5 février 63: première énorme éruption du Vésuve, suivie de nombreux tremblements de Terre, qui dévastent la contrée
    - neuvième jour avant les calendes de septembre (soit le 24 août 79) c'est la catastrophe où périt (entre autres) Pline l'Ancien
    - explosion finale du Vésuve le 23 novembre 79 et disparition de Pompéi.
    En fait cette date de novembre 79 était bien identifiée depuis plus d'un siècle !

  • Puisqu'on parle de cette catastrophe, c'est peut-être le moment de demander aux propagandistes du réchauffement climatique (dits aussi les "réchauffistes") si cette éruption était déjà due au réchauffement de la Planète : j'ai lu, il y a quelques semaines un article scientifique (du moins qui se prétendait tel) qui expliquait doctement, pour bien faire comprendre les dangers de ce réchauffement, que l'air ainsi réchauffé est moins dense; donc la pression atmosphérique est diminuée, ce qui entraîne une sorte de marée verticale de la terre laquelle, en se soulevant, provoque des éruptions volcaniques et des tremblements de Terre.
    Cet argument est évidemment ridicule. Rappelons que, comme les océans, les continents aussi sont soumis aux effets de la marée, mais beaucoup plus faiblement (de l'ordre de 20 cm) et on n'en ressent aucun effet.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel