Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2008

Sarközy est bon pour la réforme!

 

  427308579.jpg

                                "En direct de l'Elysée" 24 avril 2008

Tout en reconnaissant la "déception" des Français et ses propres "erreurs", Nicolas Sarközy a affiché sa volonté de tenir le cap de la "réforme", jeudi soir à la télévision, face à une majorité mécontente, des sondages en berne et une situation économique dégradée.

Nicolas Sarközy, dont l'action un an après son élection n'est approuvée que par un peu plus de 25% des Français, a tenté ce soir de reprendre la main à la télévision.

Les moments forts de son intervention:

Impopularité . Interrogé sur sa mauvaise cote de popularité, le président reconnaît "qu'il y a de la déception, des attentes, des difficultés".

"Depuis 25 ou 30 ans, la France n'a pas évolué au même rythme que le monde. J'ai été élu pour réévaluer le travail, rendre la fierté d'être français", et "cela passe par des réformes", explique-t-il encore.

L'échec économique. "Depuis que je suis élu président de la République, le prix du baril du pétrole a doublé, il y a eu la crise des subprimes , l'euro à un niveau invraisemblable", argumente le président. Le contexte international est difficile, explique-t-il: "Raison de plus pour accélérer les réformes".

Le pouvoir d'achat. "Les prix augmentent, ils ont augmenté au moment de l'euro. Ils ont augmenté parce qu'il n'y a pas assez de concurrence. Pour soutenir le pouvoir d'achat, nous avons exonéré d'impôts les heures supplémentaires. Cinq millions de salariés ont ainsi bénéficié de 5,5 milliards d'euros supplémentaires."

"Maintenant il y a deux leviers que nous allons activer. Dans les grandes surfaces, les prix ont plus augmenté en France qu'ailleurs. Il faut mettre davantage de concurrence. Et puis le Premier ministre déposera dans les quinze jours une loi sur l'intéressement. Désormais une entreprise qui distribuera une partie de ses profits aux salariés payera moins d'impôts."

"Nous conditionnerons les allègements de charges aux négociations salariales", poursuit-il.

Le paquet fiscal. "Sur le paquet fiscal - c'est un très mauvais nom - nous avons fait une erreur de communication totale", indique le chef de l'Etat, en souhaitant démontrer que sa réforme n'avait pas profité qu'aux Français les plus aisés. «Désormais on ne paie plus un seul centime d'impôt sur les successions jusqu'à 150.000 euros par enfant, ce n'est pas le grand capital». «95% de cet argent dit du paquet fiscal a été rendu aux Français», conclut-il.

Généralisation du RSA. Nicolas Sarközy souhaite généraliser le RSA (revenu de solidarité active) qui permet de conserver tout ou partie d'un minimum social quand on retrouve un emploi salarié.

Déficit budgétaire L'année prochaine, un fonctionnaire sur deux partant en retraite ne sera pas remplacé, annonce Nicolas Sarkozy.

Obligations pour les chômeurs. «On est en train de faire un système qui serait le suivant : fusionner l'ANPE avec l'Unedic pour que les demandeurs d'emploi n'aient qu'un seul interlocuteur. Au bout de trois mois, on serait obligé d'accepter un emploi qui représente 95% de son salaire, au bout de six mois, on serait obligé d'accepter un emploi à moins d'une heure de transport en commun de l'endroit», déclare Nicolas Sarkozy.

Les travailleurs sans-papiers. "Il y a 22% de chômeurs chez les immigrés réguliers. Qu'on ne vienne pas me faire croire qu'il faut faire venir de malheureux clandestins pour trouver de la main d'oeuvre. Il n'est pas question de faire une régularisation globale. Cela crée un appel d'air qui profite aux trafiquants qui orientent ces malheureux vers les pays où l'on va régulariser." «Il n'y aura pas de régularisation globale parce que la régularisation globale conduit à la catastrophe», déclare M. Sarközy.

Il le dit, mais le fera-t-il? Nous connaissons son double langage! 

Vote des étrangers. Le président se dit favorable «à titre intellectuel» au vote des étrangers non européens (=Maghreb, Afrique noire, Turquie) aux élections locales «sur la base de la réciprocité», mais n'avoir «pas de majorité pour faire passer» cette mesure.

Moins de profs, horaires allégés pour les élèves. Le chef de l'Etat annonce qu'il maintiendra ses réformes dans l'Education nationale, comprenant notamment la réduction du nombre de postes d'enseignants et la diminution du nombre d'heures de cours pour les élèves.

Le Tibet, la Chine, les JO. Nicolas Sarközy déclare avoir été «choqué par ce qui s'est passé au Tibet». Il ne souhaite pas indiquer maintenant s'il ira ou non à la cérémonie d'ouverture des JO, pour deux raisons: il ne veut pas bloquer le dialogue avec la Chine, et il souhaite que les pays de l'UE arrêtent une position commune sur ce sujet (la France présidera l'UE au moment des JO).

L'engagement en Afghanistan. "Nous sommes aux côtés des Afghans, et nous ne laisserons pas revenir les talibans. La France ne fait pas la guerre. La majorité des Afghans a besoin de nous. Même avec 700 hommes de plus, la France n'aura que 3200 hommes sur place."

La Turquie et l'Europe. Nicolas Sarközy réaffirme son opposition à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, indiquant qu'il «ferait un référendum» si «la question se posait».

Que la Turquie entre ou n'entre pas dans l'U.E., les Turcs sont déjà en Europe!

Pas question de parler au Hamas. Nicolas Sarközy estime «qu'en tant que chef de l'Etat», il ne doit parler ni au mouvement islamiste palestinien Hamas ni au président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui entendent «rayer Israël de la carte». Il souligne que «l'argent de la communauté européenne doit être donné» au président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et «pas au Hamas».

Ingrid Betancourt. "Cette femme vit un martyre. Nous avons obtenu une preuve de vie. Ma priorité, c'est qu'on la ramène. Ce n'est pas si simple. Elle est prisonnière dans une forêt grande comme la France", explique le chef de l'Etat. Alors, pourquoi avoir envoyé un avion sanitaire?

Ses relations avec Fillon.
Nicolas Sarközy estime qu'il entretient de bonnes relations avec François Fillon: "C'est un bon Premier ministre et on travaille main dans la main". Le chef de l'Etat juge qu'il a sans doute fait une erreur» en ne sanctionnant pas les «couacs» de ses ministres, assurant que cela «ne se reproduira pas».

Ses erreurs "Bien sûr que j'ai fait des erreurs. J'ai une décision à prendre toutes les dix minutes."

Une décision à prendre toutes les dix minutes? C'est ainsi qu'il gouverne la France? Au coup par coup et dans le désordre?

  Sa vie privée "On a beaucoup parlé de ma vie privée. Sans doute ai-je ma part de responsabilité. Raison de plus pour ne pas en parler ce soir."

(Le Parisien 24 avril 2008)