Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2008

Islam: l'épineuse question de la virginité

Mariage musulman en blanc.JPG
Un mariage musulman au Maghreb
Soulagée par l'annulation de son mariage il y a deux mois, la « mariée de Lille » se sent aujourd'hui « très très mal », selon son avocat Charles-Edouard Mauger. Celle dont la virginité fait débat depuis une semaine est aussi « révoltée » depuis l'appel du jugement annulant son union. Appel formé par le procureur de Lille lundi, sur instruction de la ministre de la Justice, Rachida Dati, et qui ouvre la perspective que le mariage ne soit plus annulé.

Un traumatisme pour cette jeune femme de 23 ans rejetée parce qu'elle avait perdu sa virginité et qui avait fini par accepter la décision de justice. « Depuis le début, je subis tout dans cette histoire. Que l'on puisse faire appel du jugement alors que je n'ai rien demandé me révolte », confie-t-elle au « Nouvel Observateur » dans son édition d'hier. Prénommée "Inès" par l'hebdomadaire, la jeune femme ajoute qu'elle « ne revendique rien », n'est « pas le leader d'un mouvement » et aspire à vivre tranquillement.


Humiliée lors de sa nuit de noce, quand son mari avait brandi le drap resté blanc, choquée ensuite lorsque ledit fiancé avait demandé l'annulation du mariage pour ne pas devoir porter le déshonneur d'avoir épousé une femme déflorée, Inès s'était progressivement reconstruite. « Cela a été très dur mais elle a réussi à refaire sa vie en sortant du carcan familial », confie un proche du dossier.

Alors quand l'affaire a éclaté dans la presse il y a une semaine, Inès, infirmière dans un hôpital de la région parisienne, a fait le dos rond. Mais « par déduction, son entourage a compris qu'elle était la mariée de Lille dont tout le monde parle », souffle la même source. « Entendre parler de moi, c'est très difficile », confie encore Inès alors que le débat suscité par son histoire est encore vif.

Alors que nombre de voix se sont élevées après l'annonce de l'appel du jugement annulant le mariage, on estime à la chancellerie que cette « annonce a apaisé ce débat » devenu une véritable « question de société ». « L'appel est le recours logique qui va permettre à trois magistrats de réexaminer l'affaire, explique-t-on au ministère de la Justice. Chacun fera valoir ses arguments ». Y compris le parquet, absent lors du jugement d'annulation. L'audience pourrait avoir lieu dans quelques semaines, vraisemblablement sans Inès qui se fera sans doute représenter par son avocat.

(Le Parisien - 06 juin 2008)

Elle avait oublié de répandre un peu de sang de poulet sur le lit, comme on le fait souvent au bled!

Dans son coeur, elle était vierge: ce n'est pas le plus important?