Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2008

Aimé Césaire au Panthéon?

647708519.jpg
Toute sa vie, il n'a
 cessé de cracher sur la France et sur les BLancs... Ce raciste a droit en effet à des obsèques nationales

Plusieurs élus, dont l'ex-candidate PS à l'Elysée Ségolène Royal, ont demandé que la Nation rende hommage au poète Aimé Césaire, mort jeudi à 94 ans, en l'accueillant au Panthéon, une idée à laquelle la ministre de la Culture, Christine Albanel, s'est dite «favorable».

L'auteur du «Cahier d'un retour au pays natal» avait «tous les titres, de par sa personnalité, son oeuvre et son message pour figurer au Panthéon», a jugé la ministre. «C'est une très belle idée».



«Je ne sais pas si lui-même l'aurait souhaité, certains grands personnages sont tellement attachés à leur terre qu'ils souhaitent y rester, mais Aimé Césaire en aurait tous les titres», a-t-elle toutefois ajouté.

Ségolène Royal, qui a prévu de se rendre aux veillées funèbres et aux obsèques de l'écrivain, a «demandé l'entrée d'Aimé Césaire au Panthéon».

Dans un communiqué, le député Victorin Lurel, président PS de la Région Guadeloupe, fait lui aussi cette demande, «si le peuple de la Martinique l'accepte et sauf volonté contraire exprimée de son vivant sur cet éventuel honneur par Aimé Césaire».

Le député-maire de Drancy (Nouveau centre) Jean-Christophe Lagarde, a fait une requête en ce sens, dans une lettre au président Nicolas Sarkozy.

«Au regard de l'oeuvre et de la vie d'Aimé Césaire, il serait souhaitable, Monsieur le Président, que vous puissiez proposer, sous réserve naturellement de l'accord de sa famille et de ses proches, son entrée au Panthéon», écrit-il.

De son côté, l'historien Claude Ribbe appelle à «accompagner Césaire au Panthéon le 10 mai 2008», à l'occasion de la journée commémorant l'abolition de l'esclavage en 1848. Une pétition a été lancée «dès le 12 avril» pour une panthéonisation du «nègre fondamental», précise-t-il.

Il faut que "le peuple de la Martinique l'accepte"... Les Martiniquais ne sont-ils pas des  Français comme les autres? Pourquoi parler de "peuple de la Martinique"? Dirait-on "le peuple de la Bretagne, de la Picardie, ou encore de l'Occitanie?"