Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2008

Birmanie: 22 000 morts après le passage du cyclone Nargis

345483086.jpg
Des Birmans dans le port de Rangoon dévasté
22 000 morts, 41 000 disparus
Les autorités birmanes ont-elles été prévenues du danger représenté par Nargis ? Etait-il alors possible de prévenir les populations du sud du pays de l'imminence de son passage ? Et surtout, était-il possible de les évacuer et de les mettre à l'abri avant que le cyclone ne rase tout sur son passage ? Il semble que la réponse à ces trois questions soit "oui".
 
"Quarante-huit-heures avant que
Nargis frappe, nous avons fourni aux agences birmanes le point d'impact, sa gravité et toutes les questions qui y sont liées", affirme le département de la météorologie indienne. "Notre travail consiste à émettre des avertissements à l'avance et nous sommes fiers d'avoir prévenu très largement à l'avance. Il y avait suffisamment de temps pour prendre des mesures de précaution telles que l'évacuation", ajoute cet organisme public mandaté par l'Organisation météorologique mondiale pour surveiller l'évolution des tempêtes cycloniques au-dessus de l'océan Indien, en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est.  
 
Lundi,
Laura Bush, l'épouse du président américain George W. Bush, a également accusé le régime birman de ne pas avoir averti la population de l'arrivée du cyclone Nargis. "Il est troublant que de nombreux Birmans n'aient appris la catastrophe qui se préparait que quand des sources étrangères, comme Radio Free Asia et Voice of America, ont donné l'alarme", a-t-elle souligné, dans une très rare intervention sur la politique étrangère.

LCI.fr 06 mai 2008