Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2008

Le Rouge et le Verdâtre...

814351481.jpg
Que les Français sont bêtes!

Nicolas Sarközy a reçu hier l'icône de la révolte étudiante, non pour célébrer les 40 ans de Mai 68 (qu'il voulait « liquider ») mais pour parler de l'Europe. Ça tombe bien : on reparle d'une candidature de Dany aux européennes en France, en 2009.

«POUR NICOLAS. L'imagination au pouvoir c'est pour quand ? Salut. Dany.

» En dédicaçant à Nicolas Sarközy son dernier livre « Forget 68 », Daniel Cohn-Bendit n'a pu s'empêcher de jouer l'impertinent. En plein anniversaire des événements de mai 68, son ancienne figure emblématique s'est rendue à l'Elysée pour la toute première fois. Le codirigeant du groupe vert européen a été reçu hier après-midi par le chef de l'Etat dans le cadre de ses entretiens en vue de la présidence de l'Union européenne, le 1 e r juillet. Pendant près d'une heure, Sarközy - qui rêvait de « liquider l'héritage de Mai 68 » pendant la campagne présidentielle - et Dany le Rouge ont confronté leurs points de vue sur l'Europe. Le tout dans une ambiance plutôt détendue : ils sont même convenus de se revoir à l'issue de la finale du Championnat d'Europe de football en Autriche.

Un bon pourvoyeur de voix

Quarante ans après Mai 68, une candidature de Cohn-Bendit aux élections européennes de juin 2009, dans la région Ile-de-France, est plus qu'envisagée. Ce week-end, à l'occasion du congrès du parti vert européen à Ljubljana (Slovénie), les représentants français lui en ont fait la proposition. Il reste un bon pourvoyeur de voix : tête de liste aux européennes de 1999, il avait obtenu près de 10 % des voix. « Il se voit bien finir son parcours en France sur une question aussi dérangeante que l'Europe. La boucle serait bouclée... » confie son frère, Gaby.

Le retour de « Dany le Rouge » demeure soumis à conditions. Il rêve d'un ticket avec Nicolas Hulot. « Il peut nous aider à mettre en musique le pacte écologique en Europe », estime l'eurodéputé. Problème : Hulot, en tournage pour « Ushuaïa », hésite. Témoin ou acteur politique ? « Il y a des convergences mais sa décision n'est pas prise », glisse l'un de ses proches, Jean-Paul Besset. En attendant, depuis samedi, un appel en faveur de listes réunissant Cohn-Bendit, Hulot et José Bové est lancé chez les Verts. La France n'en a peut-être pas fini avec « la chienlit »...

(Le Parisien 17 avril 2008)