Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2008

L'embuscade des talibans à Saroubi

C'est dans une «embuscade bien montée» des insurgés talibans que la France a perdu lundi à l'est de Kaboul dix soldats, qui venaient d'arriver depuis peu en Afghanistan, a raconté mardi le chef d'état-major des armées, le général Jean-Louis Georgelin.

L'opération s'inscrivait dans «une mission de reconnaissance de l'ensemble» de la région centre du pays, dont la France a pris le commandement début août, à environ 50 km à l'est de la capitale afghane, a indiqué le général lors d'une conférence de presse.

Les forces s'étaient engagées «sur la route qui traverse du sud vers le nord la vallée d'Uzbeen», dans le district de Saroubi.

Au total, «une centaine d'hommes» étaient mobilisés : une section du 8e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa), un détachement de l'armée afghane, une section du Régiment de marche du Tchad, une section du 2e Régiment étranger de parachutistes (REP), ainsi que des membres des forces spéciales américaines.  A 2.000 mètres d'altitude, sur «une piste extrêmement rocailleuse» et en lacets, par «une chaleur suffocante» et «dans une atmosphère extrêmement poussiéreuse», avant que la nuit ne complique encore la situation, «ça a été extrêmement difficile», a reconnu le général.

Les soldats français impliqués n'avaient été déployés sur ce théâtre qu'«en juillet».  «Arrivé à proximité d'un col vers 13 h 30 locales (09 heures GMT), le chef de section a fait débarquer l'élément de tête de sa section pour aller reconnaître à pied» le site. C'est alors qu'il s'avançait que le «feu nourri» des forces insurgées s'est déchaîné, tuant aussitôt neuf soldats dans les rangs français.

«Le chef de section a été blessé à l'épaule tout de suite, ce qui a contribué aussi à la désorganisation». Bien approvisionnés en munitions, les talibans ont ensuite visé la base d'appui restée en arrière, «mais sans causer davantage» de victimes. «Un schéma d'embuscade classique», résume le chef d'état-major.

S'est ensuite «engagée une série de combats qui ont duré jusque tard le soir», sur «un terrain extrêmement favorable pour l'ennemi». «Les appuis aériens ont été apportés par la coalition», a-t-il ajouté.  Le plus dur a ensuite été de «récupérer l'ensemble des blessés et des autres éléments de la section qui avaient été dispersés» lors de l'embuscade. A «02H30 locales», c'était chose faite, a souligné le général Georgelin.

Après que deux sections eurent «ratissé la zone», a pu commencer dans la foulée l'évacuation des blessés, conduite grâce à des hélicoptères Caracal. Mardi matin, alors que les militaires français et leurs alliés «revenaient sur la base de Saroubi», ils ont été «à nouveau pris à partie» par les insurgés. Mais sans avoir à déplorer de victimes de leur côté.  Le dixième soldat tué a trouvé la mort bien plus tard, mardi matin à 05H30 locales, quand s'est retourné son véhicule blindé lors d'une «opération de récupération des blessés».

 

AFP- 19 août 2008

Hommage à ces soldats.

Mais ces Français sont morts pour une guerre qui n'est pas la leur.