Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2008

La banderole insultante du PSG

1280952997.jpg

La polémique enfle depuis qu'une banderole insultante a été déployée par des supporteurs du PSG pendant la finale de la Coupe de la Ligue.


La Ligue de football professionnel (LFP) va «porter plainte pour incitation à la haine et à la violence» a annoncé son président Frédéric Thiriez, suite au déploiement en milieu de la rencontre PSG-Lens, par des supporteurs de Paris, d'une banderole «Pédophiles, chômeurs, consanguins: bienvenue chez les Ch'tis», en référence au film à succès de Dany Boon. «Sur le plan disciplinaire, la commission de discipline est d'ores et déjà saisie des rapports des délégués. La sévérité dont a su faire preuve la Ligue dans ce domaine vaudra pour tout le monde.»


Le député-maire de Lens Guy Delcourt demande aussi à citer comme témoins le président de la République, la ministre de la Justice et la secrétaire d'Etat aux Sports, présents au moment du match. Il aussi demandé une réunion entre le président du RC Lens Gervais Martel et son homologue parisien Alain Cayzac et que les deux hommes décident «ensemble de rejouer la finale» remportée par le PSG (2-1).

Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République et maire UMP de Bapaume (Pas-de-Calais), a lui aussi appelé le président du PSG, Alain Cayzac, à «faire rejouer» la finale de la Coupe de Ligue de football. «L'élégance de ce geste viendrait laver l'honneur du PSG bafoué par cette minorité», a déclaré l'ancien ministre de Jacques Chirac qui assistait au match.

L'entraîneur de Lens, Jean-Pierre Papin, avait estimé après la défaite que le club parisien devait être jugé «sévèrement» : «Quand je vois les tribunes avec les tifos qu'il y a, avec certains supporteurs parisiens, je me pose des questions. C'est vrai que ça fait mal. On essaie de se battre contre le racisme. On a jugé Metz sévèrement, je pense qu'il faut juger Paris sévèrement».


Le secrétaire d'Etat aux Sports Bernard Laporte a condamné «les agissements inadmissibles de quelques supporteurs» qui ont déployé une banderole «dont la stupidité a gâché le spectacle d'une belle finale». Le responsable politique souhaite que «l'ensemble des moyens disciplinaires, administratifs et juridiques soient mis en oeuvre avec la plus grande fermeté». Bernard Laporte «pense notamment au dispositif d'interdiction administrative de stade encore insuffisamment appliqué en France».


Les supporteurs parisiens de la tribune Boulogne, frange la plus sulfureuse du PSG, ont condamné la banderole. «Nous nous désolidarisons de ce fait isolé de quelques individus a déclaré le porte-parole de la tribune Boulogne, Philippe Pereira. Nous nous excusons auprès de la communauté Nord-Pas-de Calais, des supporteurs lensois et du club de Lens.»


Jérôme Rothen s'est dit ce matin opposé à une sanction sportive mais favorable à «une sanction financière pour le club», sans «tomber dans l'exagération». Pour le milieu de terrain du PSG, «le club n'y est pour rien, on ne peut pas se battre contre des gens qui ont soit des propos racistes soit des banderoles comme celle-là», qui «n'a rien à faire dans un stade».

Les pédophiles, les chômeurs et les consanguins ne forment pas une race! Pas plus que les Ct'tis! 

23:57 Publié dans Blog | Tags : paris psg, lens, insultes, sanctions | Lien permanent | Commentaires (8)

14/03/2008

Bernard Laporte et les supporters russes

935122416.jpg

Le secrétaire d'Etat aux sports Bernard Laporte a appelé jeudi l'UEFA à prendre des «sanctions lourdes et dissuasives» à l'encontre du club russe du Zenit Saint-Pétersbourg, dont des supporters se seraient rendu coupables d'actes racistes mercredi lors du match contre l'OM.

M. Laporte a annoncé qu'il s'entretiendrait sur le sujet avec le président de l'UEFA Michel Platini, et lui demanderait «la plus grande sévérité (retraits de points, suspension de match à domicile) à l'encontre des clubs de football européens dont les supporters se seront rendus coupables de racisme», selon le communiqué du ministère de la jeunesse et des sports.

Le comportement de ces supporteurs a été rapporté par des joueurs de l'Olympique de Marseille, éliminé par le Zenit en 8e de finale de la Coupe de l'UEFA au terme du match retour (2-0 pour le Zenit, 3-3 sur l'ensemble des deux matches).

«On nous a lancé une banane, avec des cris de singe», a raconté Ronald Zubar, qui s'échauffait sur le terrain à la mi-temps, en compagnie de Charles Kaboré et André Ayew, noirs également. L'UEFA a déjà annoncé jeudi qu'elle allait ouvrir une enquête sur ces actes, pour vérifier les accusations des joueurs de l'OM.