29/04/2012

Des villas bâties en un mois: les clandestins bulgares travaillaient sept jours sur sept pour 250 € par mois

Dix ressortissants bulgares titulaires d’un simple titre de séjour touristique mais travaillant huit heures par jour, sept jours sur sept, comme ouvriers du bâtiment pour 250 euros par mois. Tous logés dans un appartement de 60 m² à Bourgoin-Jallieu.

Lundi matin, c’est un véritable réseau de travailleurs clandestins, des rives de la mer Noire aux quais de la Bourbre, qui a été démantelé par les agents de la brigade mobile de recherche de l’Isère et du Rhône de la police aux frontières (PAF). À l’origine de cette affaire, une dénonciation parvenue à la BMR de l’Isère, en janvier 2012. Une enquête était alors ouverte pour travail illégal, emploi d’étrangers sans autorisation de travail, escroquerie aux prestations sociales, faux et usage de faux.

Les investigations et les surveillances menées par les hommes de la PAF allaient rapidement être éloquentes, les enquêteurs constatant des allées et venues d’ouvriers bulgares non déclarés, d’un appartement situé au 18 de l’avenue du Professeur-Tixier à Bourgoin-Jallieu vers différents chantiers de maisons individuelles dans le Nord-Isère et le Rhône.

« 250 euros par mois par ouvrier »

C’est justement sur le chantier d’une villa en construction, chemin de la Tour à Feyzin, que les enquêteurs ont procédé, lundi matin, à l’interpellation de dix ouvriers et de leur “patron”, un maçon bulgare de 39 ans. Domicilié à Bourgoin-Jallieu et fondateur en Bulgarie de la société BTP Story Perfect, ce dernier n’était pas pour autant déclaré comme employeur en France. Une opération à laquelle se sont joints différents services comme les Urssaf et le BCR, bureau central de recouvrement, de Lyon. Dans l’appartement de Bourgoin-Jallieu où étaient logés les ouvriers, les enquêteurs ont saisi différents documents rédigés en bulgare.

Selon nos informations, les ouvriers traversaient l’Europe par 4x4 depuis leur Bulgarie natale via une société établie à Bourgoin-Jallieu, avec à sa tête un ressortissant turc et dont le maçon bulgare était probablement le gérant de fait. « Le deal était de bâtir une maison en un temps record, environ un mois. Les ouvriers n’étaient payés qu’en fin de chantier. À 250 euros par mois par ouvrier, en s’affranchissant des cotisations sociales, le bénéfice était considérable pour le réseau », détaille une source proche de l’enquête, tout en précisant que la petite entreprise illégale œuvrait depuis plusieurs années.

S’il n’avait effectué aucune démarche officielle pour travailler ou créer une société en France, le chef du réseau, ce maçon bulgare, gagnait sur tous les tableaux. Il bénéficiait ainsi du RSA et des allocations familiales.

Un ressortissant bulgare écroué pour travail dissimulé

Mercredi soir, le maçon bulgare a été déféré au parquet de Bourgoin-Jallieu. Il a été mis en examen et écroué pour “travail dissimulé”, “fraude aux prestations sociales” ou encore “soumission de plusieurs personnes vulnérables à des conditions d’hébergement indignes”. Quant au gérant de la société, il a été mis en examen puis placé sous contrôlé judiciaire.

L’enquête va désormais se poursuivre sous commission rogatoire délivrée par le magistrat instructeur de Bourgoin-Jallieu. Une enquête qui devra notamment dénombrer les chantiers réalisés par ce réseau et établir ou non une éventuelle sous-traitance au profit d’un constructeur.

 

par Vincent WALES le 27/04/2012   
              
Le Dauphiné

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

On se moque de nous avec cette histoire : Quand on a accordé le visa « touristique » à ces malheureux bulgares, on savait fort bien qu’ils ne venaient pas pour du tourisme, mais pour travailler au noir ! Tout cela pour nous faire croire qu’on fait quelque chose contre les clandestins et nous endormir surtout en plein milieu des élections!

Écrit par : abad | 29/04/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.