22/05/2012

Un ouvrier agricole reconnu coupable du meurtre du leader extrémiste sud-africain Eugène Terre'Blanche

 

Portrait du dirigeant d'extrême droite Eugène Terre'Blanche.
Par RFI

Ce mardi 22 mai, en Afrique du Sud, le juge a rendu son verdict dans le procès du meurtre du dirigeant d'extrême droite Eugène Terre'Blanche. Il a reconnu l'un des deux accusés coupable de meurtre. L'autre accusé, le plus jeune, lui aussi ouvrier agricole noir employé par Terre'blanche, a été reconnu coupable de cambriolage. Eugène Terre'Blanche, fondateur du parti AWB, un groupuscule extrémiste qui prône la suprématie blanche, avait été battu à mort en avril 2010 dans sa proprité de Ventersdorp, une bourgade à 150 km à l'ouest de Johannesburg, juste avant le Mondial de football. Les peines seront prononcées ultérieurement.

 

Eugène Terre'Blanche avait été retrouvé sur son lit dans sa chambre, le pantalon baissé, du sperme sur le pénis et le corps roué de coups. Les deux accusés s'étaient constitués prisonniers et avaient avoué le meurtre avant de se rétracter.

Chris Malhangu, le plus âgé, avait invoqué la légitime défense. Il avait aussi déclaré, en milieu de procès, que Terre'blanche l'avait sodomisé, mais il n'a pas convaincu le juge. Malhangu a été reconnu coupable du meurtre.

Pour des raisons de procédure, le juge John Horn a écarté la plupart des preuves visant l'autre accusé, qui était mineur au moment des faits. Patrick Ndlovu est néanmoins reconnu coupable de cambriolage.

Tensions entre communautés

Le meurtre de Terre'blanche avait ravivé les tensions entre communautés en Afrique du Sud. Dans les jours qui ont suivi le meurtre du leader suprématiste, des résidents noirs des townships de Ventersdorp avaient dit à la presse que les accusés étaient des héros. Ils reprochaient à Terre'blanche de maltraiter ses ouvriers agricoles.

Les partisans d'Eugène Terre'Blanche, vêtus de pantalons treillis et dont les drapeaux AWB rappellent le sigle nazi, ont quant à eux dénoncé, tout au long du procès, l'inaction du gouvernement ANC devant les ravages de la violence rurale. Depuis la chute de l'Apartheid, 3 000 fermiers blancs ont été tués.

22/05/12

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

comme dirait la mére Taubira les fermiers blancs tués n,étaient que d,affreux colonialistes et les pauvres ouvriers noirs des esclaves ,d,ou leur violences légitimes !!
salutations.

Écrit par : parvus | 22/05/2012

Répondre à ce commentaire

Ce sont les blancs qui ont créé l’Afrique du Sud, pays désert avant leur arrivée. Ils l’ont mis ensuite en valeur et en ont fait un des pays les plus riches de la Planète, grâce à leur travail. Les noirs, arrivés après eux, loin de leur en être reconnaissants les ont mis à la porte. Les blancs, restés sur place, sont aujourd’hui des martyrs dans leur propre pays. Ils y sont martyrisés avec la complicité des autres pays blancs complètement pervertis par la propagande anti-chrétienne et anti-blanche qui les pourrissent. Un jour les blancs paieront cette immonde lâcheté !

Écrit par : abad | 22/05/2012

Répondre à ce commentaire

Ils ont essaye de salir sa memoire, mais :
Eugène Terre'Blanche figurait en vingt-cinquième position sur une liste des cent plus grands sud-africains, réalisée en 2004."
wikipedia

Écrit par : Nelly | 23/05/2012

Répondre à ce commentaire

@ Nelly: que justice lui soit pleinement rendue!

Il y a des gens comme Eugène Terre'Blanche qu'on ne peut pas salir!

Écrit par : Gaëlle Mann | 24/05/2012

Répondre à ce commentaire

Je salue également sa mémoire, étant depuis toujours un farouche défenseur des Boers, mes lointains frères de sang, dont la langue m'est familière. Honte aux pays "occidentaux" qui ont tout fait pour pourrir ce pays et le donner à des Africains noirs incompétents en tout !
Leve de Boer !

Écrit par : dirk | 24/05/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.