Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2016

Fillon-Juppé : Le débat des compères

juppe-fillon.jpg

Aussi faux et dangereux l'un que l'autre!

 

 

Juppé a affirmé, il y a peu de temps, à propos de ses relations avec François Fillon qu’ils étaient « des amis de longue date qui ne se sont jamais véritablement disputés ». On en a eu confirmation lors de la campagne du premier tour où ils n’ont bataillé l’un contre l’autre qu’à fleurets mouchetés et comme la mort dans l’âme. Il faut donc saluer l’effort qu’ils ont dû accomplir jeudi soir pour trouver des terrains de mésentente. Certes, il y en a eu quelques-uns, mais ce sont ceux de boutiquiers. 35 heures, 37, 39, 48 ? Payées combien ? Pour les salariés du privé et les fonctionnaires ? Faut-il en supprimer 600 000, 500 000, 250 000 et comment ? Et les policiers ? Redéployer les effectifs ou en recruter ? On attendait des visionnaires et on a eu des experts-comptables ! L’électeur de la droite et du centre est prié de déterminer à quel endroit mettre le curseur afin de choisir entre ces deux vieux compagnons pour aller voter dimanche.

Mais sur l’essentiel, hélas, ils sont d’accord ! Sur la loi naturelle, qui touche aux fondements de notre civilisation, ils s’entendent pour entériner ce qui la bafoue. Ils sont déterminés à conserver le « mariage pour tous » après avoir voté contre, comme la droite libérale l’a toujours fait, acceptant, sans barguigner, les lois socialistes qu’elle avait combattues : l’abrogation de la peine de mort, le Pacs et maintenant le « mariage » gay. C’est cette abdication que Juppé et Fillon appellent « rupture » et cette continuité qu’ils nomment « alternance ». L’un, certes, ne veut que l’adoption simple pour les « couples » de même sexe, l’autre l’accepte plénière, la belle affaire ! Ils ont protesté avec véhémence de leur volonté de pas toucher si peu que ce soit, au prétendu « droit à l’avortement ».

Pour l’un, Juppé, il s’agit d’un droit « fondamental », pour l’autre, Fillon, c’est un droit « essentiel ». Cherchez la différence dans votre dictionnaire des synonymes… Le député de Paris a tenu à dissiper un « affreux » soupçon, développé par son compère, à savoir qu’il pourrait être hostile à l’avortement. Il l’a rassuré : certes, il y est opposé dans le tabernacle de sa conscience, mais qu’on ne s’alarme point, cela ne peut avoir aucune incidence sur sa gouvernance, l’homme public qui est pour ignorant l’homme privé qui est contre.

 

On notera, pour l’anecdote, qu’ils sont tous les deux des anciens combattants de mai 68, avec mention spéciale pour Juppé qui a avoué avoir manifesté à la fois avec les gauchistes et les gaullistes : sous l’étudiant on voyait déjà poindre la graine de politicien qui ne met pas tous ses œufs dans le même panier. On oubliait : ils sont résolus tous les deux à combattre « les extrémismes ». On se demande pourquoi ce pluriel, puisqu’il n’a jamais été question de Nathalie Arnaud de Lutte ouvrière ni de Philippe Poutou du Nouveau parti anticapitaliste mais seulement du Front national, abusivement jugé extrémiste, en se demandant qui sera le plus efficace pour battre Marine Le Pen. Nous sommes d’accord avec eux : quel que soit le vainqueur dimanche, il n’aura qu’un adversaire sérieux en 2017, c’est la présidente du Front national.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 26 novembre

Commentaires

Quitte à indisposer , j'ajouterais que les politiciens sont interchangeables . Peu importe le catéchisme qu'ils invoquent , ce sont tous des professionnels de l'abus de confiance .
Rien de bon ne sortira des urnes .... Les masses compactes d'Africains et d'autres populations du même genre ne vont pas tarder à déniaiser les plus demeurés .
Même les gauchistes payés par Soros comprendront
La seule question sérieuse est la suivante : serons-nous à la hauteur des événements ? Sommes-nous encore capables de nous défendre ?
J'en doute . Certains parmi nous croient encore que la vie humaine est sacrée . C'est mal engagé , à l'évidence .

Écrit par : albert | 26/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les deux larrons partagent ce "marxisme culturel" qui imbibe toute la classe politique, et même toute la société, la droite comme la gauche ("il y a deux gauches, dont l'une s'appelle la droite").
Il manque un chapitre à cette démonstration de Guy Rouvrais, un chapitre pourtant fondamental, celui du GR et de l'islamisation galopante du pays…sujets quasiment passés sous silence dans leurs beaux discours, et pourtant plus décisifs et plus "essentiels" que tous les autres !

Écrit par : dirk | 26/11/2016

Répondre à ce commentaire

travailler plus, moins de fonctionnaires , etc . .vaste programme . . . et les primes de retour octroyées aux clandos ?? ce seront les travailleurs et travailleuses Françaises qui vont faire des heures supps pour régler l,addition , pendant que des millions de souchiens sont dans la misère . . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 26/11/2016

Répondre à ce commentaire

En effet, des "compères", c'est le mot !
Une chose est grave, c'est l'existence de ces fameuses "primaires", un piège tendu il-y-a cinq ans à la droite par les socialistes qui ont organisé la première de ces mascarades.
Personne n'en parle mais je le dis carrément, les "primaires" sont un faux scrutin totalement illégal et inconstitutionnel. Pour les organiser, les deux partis du système (ou parti unique, après tout !) utilisent des locaux publics (écoles ou autres salles) aux frais des contribuables en singeant une véritable élection, en utilsant des documents officiels (listes électorales) et du matériel d'Etat (urnes). Qui plus est, il font payer les "électeurs", c'est comme si un prêtre fixait un tarif au confessionnal ou si un bandit de grand chemin rackettait les passagers d'un train ! Voter serait un devoir ? Mais au moins on ne doit pas payer pour voter, c'est logique mais échappe aux quidams ordinaires. Autre reproche, la presse donne un retentissement énorme à ces "primaires" qui n'ont rien de légal (ainsi que ce n'est le cas qu'aux Etats-Unis) et enfin, les adversaires votent pour une part non négligeable pour faire passer le candidat (ici, le jeune et fringuant Juppé droit dans ses chaussons de nouveau né) qui leur est proche, lequel fait des clins d'oeils entendus à ceux qui auraient "une autre couleur de peau, des orientations sexuelles différentes" etc pour le rallier dans un soit disant projet de "France heureuse" ! ?
Tout ceci est une sinistre farce entre frères maçons qui ne défendent nullement le peuple ni la véritable démocratie n'étant que les valets de ceux qui les instrumentent.
Si quelqu'un n'est pas d'accord ici, qu'il me donne la contradiction.

Écrit par : Louis | 26/11/2016

Répondre à ce commentaire

Fillon a manifesté à 14 ans avec ses camarades de classe, certainement poussés par le professeur. La belle affaire !
Il y assez de choses à lui reprocher pour ne pas lui chercher de tels poux.
Plus intéressante est l ' attitude de Juppé qui à 24 ans manifestait des deux côtés. Une belle crapule déjà.

Écrit par : anonyme | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

@ Gaelle
Lu sur le Salon beige une lettre ouverte absolument incroyable d ' un élu LR, Gilles Laroyenne, sommant le maire d ' Orange d' annuler un concert d ' art sacré au motif que la " République est laïque " et que mêler la politique à la religion - c'est comme ça qu il interprète ce concert, risque de conduire à la guerre civile !
Donc pour cet élu LR, plus aucun concert d ' art sacré ne pourra être programmé en France !
La corruption et la haine de la France gangrènent quasiment tous les partis politiques. Laroyenne se prétend catholique pratiquant. Mais pas étonnant en fait lorsqu'on sait que Le pape Bergoglio est effondré par la mort du criminel Castro.

Écrit par : anonyme | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette précieuse information que je posterai demain: c'est effarant, mais je pense que c'est pour embêter le maire d'Orange. Quelle épaisse sottise et inculture! Et si c'était du Wagner qui avait été programmé? Alors là, facho, nazi, etc... !

Le masque tombe pour le faux pape mais vrai communiste!
Fidel Castro, son frère Raul et le Che étaient des monstres sanglants (et homos) semant misère et terreur sur l'île. C'est une délivrance pour le peuple cubain, comme la mort de Staline. J'ai beaucoup lu à ce sujet. Dont Les Mémoires de prison d'Armando Valladares, qu'il faut lire: Il va certainement être réédité, sinon on trouve ce livre capital sur Amazon.
Trump arrive, Castro meurt... Il faut toutefois rester vigilant, car son frère Raul est toujours là aux commandes.
Pour le pape, nous ne nous étions pas trompés!

A Miami les exilés cubains dansent de joie: le dicteur rouge est mort!

Écrit par : Gaëlle Mann | 27/11/2016

des millions d'abrutis par les mensonges du système qui payent 2 € pour élire celui qui va supprimer des policiers des infirmières augmenter la TVA baisser leur salaire horaire ... Faut le voir pour le croire ... quel pays de cons !

Rappelons que ceux sont eux entre autres qui ont conduit le pays au chaos ...

Écrit par : Laurent | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.