Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2017

VIDEO « L’ombre de Geert Wilders plane sur les Pays-Bas » (Arte)

928983adc95c202949444bb58822319ec78aeb.jpg  Geert.jpg

 

 

Aux législatives néerlandaises du 15 mars prochain, le candidat du Parti pour la liberté (PVV, Partij voor de Vrijheid), Geert Wilders, est donné gagnant par les sondages.

Ce dernier dénonce le système, veut sortir de l’Europe, stopper l’immigration et renvoyer tous les étrangers dans leur pays. Comment un tel discours peut-il faire mouche aux Pays-Bas ? Les précédentes législatives en 2012 s’étaient pourtant soldées par la victoire nette du VVD (26,5%) – le parti de centre-droit du premier Ministre Mark Rutte. Comment les Pays-Bas en sont-ils arrivés à un tel revirement de situation ? ARTE Info répond à ces questions avec Markus Wilp, directeur du centre d’études des Pays-Bas à l’université de Munster.

« L’islam ou la liberté : c’est notre unique coix » / Slogan de campagne de Geert WIlders.

 

Qui est Geert Wilders, figure de proue de l’extrême-droite néerlandaise ?

Le programme en onze points de Geert Wilders est simple, tient sur une page A4 et compte bien piocher des voix autant à droite qu’à gauche. Il veut « désislamiser » les Pays-Bas en fermant les mosquées et en interdisant le Coran. Il affirme son objectif sans détour : « rendre les Pays-Bas aux Néerlandais » en les débarrassant de « la racaille marocaine ». A côté de cela, il milite fermement pour un Nexit – une sortie des Pays-Bas de l’Union européenne – et compte augmenter les budgets de la défense et de la police. Voilà pour les mesures de droite et d’extrême-droite.

Mais son programme tente aussi séduire l’électorat de gauche : l’âge de la retraite n’augmentera pas, les frais de santé seront supprimés et l’impôt sur le revenu réduit. Pour Markus Wilp, « Geert Wilders parvient à lier habilement des thèmes très à droite tout en insistant sur l’obsession de la gauche néerlandaise : la sauvegarde de l’Etat providence ». Pour financer son programme, Geert WIlders projette de supprimer les aides aux immigrés, mais aussi les financements de « passe-temps de gauche » comme l’aide au développement et les subventions culturelles. Selon le leader du PVV, 17,2 milliards d’euros seraient ainsi économisés pour être réinjectés dans l’Etat providence. C’est « cet équilibre qui semble convaincre une partie des électeurs néerlandais », selon Markus Wild.

 

Pourquoi l’islamophobie a-t-elle pris une telle place dans la société ?

L’avènement de Geert Wilders est en partie provoqué par l’érosion des partis traditionnels qui peinent à convaincre et ont perdu une grande partie de leur électorat. De 1994 à 2002, la « coalition violette » est au pouvoir. Elle rassemble le Parti du travail (PvdA, social-démocrate), le Parti populaire libéral et démocrate (VVD, libéral) et les Démocrates 66 (D’66, social-libéral).
A partir de 2002, c’est l’hécatombe : la coalition perd la moitié de son électorat. Les conservateurs du parti chrétien-démocrate (CDA) deviennent la première formation du pays. Et surtout, pour la première fois, un parti islamophobe et anti-immigration fait son entrée fracassante au parlement : la « liste Pim Fortuyn » remporte vingt-trois sièges.

Assassiné neuf jours avant ces élections législatives qui ont fait de sa « liste » la deuxième force politique du pays, Pim Fortuyn a posé les bases des revendications du parti de la Liberté. Il est le précurseur de Geert Wilders et du PVV qui ont occupé au fil des années de plus en plus de place dans la vie politique néerlandaise.

Avec le meurtre de Fortuyn, la question de la place de l’islam s’est retrouvée projetée au cœur des préoccupations de la société néerlandaise. Un autre événement a profondément marqué les esprits : l’assassinat en 2004, par un islamiste, de Theo van Gogh, réalisateur d’un virulent pamphlet anti- islam.

Les manifestations et les actes violents xénophobes se sont alors multipliés. A tel point que la fondation Anne-Frank note dans son rapport de décembre 2004 : « Le problème de l’extrême-droite et de la culture raciste parmi les jeunes n’a jamais jusqu’à aujourd’hui atteint de telles proportions aux Pays-Bas« . [...]

Arte

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

"L'ombre de Wilders" Brrr !
Bien qu'il ait, sur le papier, peu de chance de gouverner, au moins il essaie, et sa vie est un enfer rappelons-le !
Imaginons un attentat musulman (turc par ex.), et il obtient de suite la majorité !…ensuite, c'est comme pour MLP, l'effet imprévisible du tsunami, accoucheur d'Histoire. C'est la raison pour laquelle je soutiens, et tant qu'à faire, sans pas de tango, la candidature de tous les populistes en Europe et ailleurs : le tsunami ! Il faut faire vite et tout essayer !
Quand je pense que les sociopathes soraliens (derrière leur clavier !) ne voient chez lui que son "sionisme" !

Écrit par : dirk | 12/03/2017

"L'ombre de Wilders" Brrr !
Bien qu'il ait, sur le papier, peu de chance de gouverner, au moins il essaie, et sa vie est un enfer rappelons-le !
Imaginons un attentat musulman (turc par ex.), et il obtient de suite la majorité !…ensuite, c'est comme pour MLP, l'effet imprévisible du tsunami, accoucheur d'Histoire. C'est la raison pour laquelle je soutiens, et tant qu'à faire, sans pas de tango, la candidature de tous les populistes en Europe et ailleurs : le tsunami ! Il faut faire vite et tout essayer !
Quand je pense que les sociopathes soraliens (derrière leur clavier !) ne voient chez lui que son "sionisme" !

Écrit par : dirk | 12/03/2017

"l,ombre de . . ." un superbe cliché du Système , sensé porté à la souvenance des années les plus sombres de ce pays et d,une partie de l,europe occupée , cela peut fonctionner pour un certain de nombre de zombies.
salutations.

Écrit par : parvus | 13/03/2017

Les commentaires sont fermés.