Essayiste
  
       Le 25 septembre 2015, sur le plateau de l’émission « Ce soir (ou jamais !) », un échange tendu entre Eugénie Bastié et Jacques Attali avait attiré l’attention. Pas le moins du monde impressionnée par le Monsieur-je-sais-tout qui « conseille » les Présidents et les grands faiseurs de ce pays depuis quarante ans (avec le succès qu’on connaît), la Belle avait prophétiquement annoncé à la Bête que « l’ancien monde était de retour ».
 

Une façon courtoise de dire qu’après des décennies d’un travail de sape destiné à déconstruire l’ordre hérité des siècles, et plusieurs générations léthargiques sur qui la greffe cérébrale semblait avoir correctement fonctionné, une nouvelle vague, jeune, réagissant à la façon d’un anticorps au désastre en cours, se levait enfin.
 
Il y a plusieurs façons de mesurer, en effet, cette volonté d’une partie grandissante du pays d’enrayer la fatalité et de faire mentir cette vieille ritournelle de gauche qui prétend que l’émancipation des opprimés d’hier et l’anéantissement des vieilles structures équivalent à la fin de l’Histoire. Convaincue d’avoir porté l’humanité à son point ultime de maturité en écrivant sur elle et pour elle la dernière page de son roman, cette gauche découvre aujourd’hui, effarée, qu’une certaine jeunesse a commencé d’écrire un nouveau tome. Plusieurs façons, donc, de mesurer que cette révolution silencieuse a commencé : premièrement, nous le voyons sur le plan strictement électoral, avec notamment une défiance de plus en plus manifeste à l’égard de la classe politique et, plus concrètement encore, dans l’élimination, ces derniers mois, des principales têtes de liste du système : Sarkozy, Juppé, Valls, Hollande ; quiconque a occupé le pouvoir ou lui est intimement lié dans l’esprit des Français est renvoyé dans ses cordes.
 
Pour vérifier que ces rejets ne sont pas seulement un mouvement d’humeur sans véritable soubassement politique, il faut les mettre en parallèle avec la lente et inéluctable progression de Marine Le Pen et du Front national, qui réalisent, en plus de leurs scores chaque fois supérieurs à chaque scrutin, le tour de force dans un pays où ils ont été diabolisés au possible d’être maintenant défendus, affichés et revendiqués par une masse qui ne craint plus l’anathème.
 
Ce mercredi 29 mars, Bruno Cautrès, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), donne les chiffres d’une réalité dont on avait déjà mesuré l’ampleur : les jeunes qui mettront leur bulletin dans l’urne pour la première fois de leur vie à l’occasion du scrutin présidentiel à venir le feront en faveur de Marine Le Pen à hauteur de 30 % d’entre eux. Elle est talonnée par l’illusionniste Macron (27,2 %) et, très loin devant les autres poursuivants, Mélenchon et Hamon (15,6 et 15,4 %) ; Fillon, hors radar ou presque, n’intéresse que 8 % de ces 3,3 millions de primo-votants.
 
Au soir du premier tour, le 23 avril 2017, lorsque Marine Le Pen se qualifiera pour le second, ceux dont le seul projet politique est de construire des « barrages » républicains auront sans doute plus de mal qu’en 2002 à recruter leur armée de castors.

BV 30/03/17