Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2017

Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

Ne vous laissez pas illusionner par les jeux diplomatiques et le suivisme des grands médias. Ce qui s’est passé ce matin en Syrie n’a aucun rapport ni avec la présentation qui vous en est faite, ni avec les conclusions qui en sont tirées.

 

 

Ce matin, les États-Unis auraient tiré 59 missiles de croisières depuis la Méditerranée pour détruire la base militaire aérienne syrienne de Sha’irat. Il s’agirait d’une action unilatérale visant à sanctionner une attaque à l’arme chimique qu’ils attribuent à l’armée arabe syrienne.

Stupéfaite par l’ampleur de l’action états-unienne, la totalité des commentateurs conclut à un virage à 180° de l’administration Trump sur la question syrienne. La Maison-Blanche aurait enfin adopté la position de son opposition états-unienne et de ses alliés britanniques, français et allemands.

Vraiment ?

 

La réalité ne correspond pas à la communication

Des missiles de croisière états-uniens ont traversé sans encombre la zone contrôlée par la nouvelle arme russe permettant d’inhiber les communications et commandes de l’Otan. Selon le général Philip Breedlove, alors Suprême commandeur de l’Otan, cette arme a permis à la Russie de prendre l’avantage sur les États-Unis en matière de guerre conventionnelle. Elle aurait dû perturber les systèmes de guidage de ces missiles. Elle n’a pas fonctionné, soit que le Pentagone ait enfin trouvé une riposte technique, soit qu’elle ait été désactivée par la Russie.

La défense anti-aérienne syrienne comprend des S-300 contrôlés par l’armée arabe syrienne et des S-400 servis par l’armée russe. Ces armes sont supposées capables d’intercepter des missiles de croisière, bien que cette situation ne s’est à ce jour jamais présentée au combat. Il s’agit bien sûr d’armes au déclenchement automatique. Elles n’ont pas fonctionné non plus. Aucun missile anti-missile n’a été tiré, ni par l’armée russe, ni par l’armée syrienne.

Lorsque les missiles de croisière états-uniens ont atteint leur cible, ils ont trouvé une base militaire quasi-vide, qui venait juste d’être évacuée. Ils auraient donc détruit le tarmac, des radars et des avions depuis longtemps hors d’usage, des hangars et des habitations. Ils ont cependant fait une douzaine de victimes, dont neuf sont décédées.

Alors qu’aucun missile de croisière n’a officiellement été égaré ou détruit, seuls 23 et non pas 59 ont frappé la base de Sha’irat.

 

 

 

Que signifie cette mise en scène ?

Le président Trump tente depuis son accession à la Maison-Blanche de changer la politique de son pays, et de substituer des formes de coopération aux affrontements actuels. Sur la question du « Moyen-Orient élargi », il a pris position pour la « destruction » des organisations jihadistes (et non pas pour leur « réduction », comme l’évoquait son prédécesseur).

Au cours des derniers jours, il a reconnu la légitimité de la République arabe syrienne et donc le maintien au pouvoir du président démocratiquement élu Bachar el-Assad. Il a reçu le président égyptien, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, allié de la Syrie, et l’a félicité pour sa lutte contre les jihadistes. Il a rétabli un canal direct de communication entre Washington et Damas.

Le problème du président Trump était de convaincre ses alliés d’appliquer sa politique quel que soit l’investissement qu’ils aient pu dépenser pour renverser la République arabe syrienne.

Il est certes possible que le président Trump ait fait volte-face en trois jours à la simple vue d’une vidéo diffusée par YouTube, mais il est plus probable que son action militaire de ce matin s’inscrit dans la logique de son action diplomatique précédente.

En attaquant, le président Trump a satisfait son opposition qui ne pourra donc pas s’opposer à la suite des opérations. Hier, Hillary Clinton appelait à bombarder la Syrie en riposte à l’usage supposé d’armes chimiques.

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Tout cela est faux,Trump a trompé son électorat et s'inscrit dans la politique extérieure de toujours des USA.
Seul Poutine est vrai et grand.

Écrit par : pierre | 09/04/2017

Répondre à ce commentaire

Trump a certainement cherché un objectif de politique intérieure pour calmer une opposition virulente qui veut sa peau. Il lui faut montrer des gages de russophobie à un Système entièrement tourné dans la lutte contre tout réveil de la puissance russe.
Restons prudents, attendons d'autres indices, parce qu'on ne pourra pas non plus éternellement tenir ce type de défense un peu acrobatique.
Plus que jamais : "Wait and see !"

Écrit par : dirk | 09/04/2017

Répondre à ce commentaire

la mère Hillary doit être satisfaite de l,action de son ex-concurrent , mais Trump gouverne t,il vraiment , ou n, est il qu,un pantin de l,état profond ??
attendons la suite . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 09/04/2017

Répondre à ce commentaire

Le malheur est qu'aucun pays ne peut gouverner à l'encontre des intérêts d'un petit pays bien connu mais point cité dans cette histoire et Donald Trump a été élu sous condition, sous soumission, lui aussi, d'aller dans les dits intérêts pour qu'on le laisse agir tranquillement et qu'on ne l'assassine pas trop vite ! Trump ne peut pas s'être laissé abuser par l'horrible manipulation d'une attaque aux gaz toxiques contre la population civile n'étant nullement dans l'intérêt du président Syrien .Bachar ne peut tout contrôler, il est attaqué de toute part, sous prétexte de lutte contre Daesch, on continue à le diaboliser et à le blesser de toutes les manières possibles pour contrer la Russie et ses intérêts, pérenniser le chaos en Syrie comme dans tout le Levant ce qui bénéficie à Israël qui n'a pas envie d'un monde arabe uni, fort et capable de le détruire, d'où les "printemps arabes", d'où les embargos et attaques contre l'Iran etc.
Les Français sont très faibles en géographie, en histoire aussi, on les trompe donc facilement mais
il suffit pourtant de consulter des cartes, montrant notamment les endroits où gaz et pétrole se situent, où sont les bases Américaines ? Les forces Israéliennes ? Les pipelines ?
Le Messie arrivera seulement à l'Apocalypse, guerre totale à l'humanité, disent certains.

Écrit par : verdier | 10/04/2017

Répondre à ce commentaire

Les éléphants ça trompe, certes, mais ça chie beaucoup aussi - les scarabées en savent quelque chose ;o)

Écrit par : téléphobe | 10/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.