Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2017

Angleterre : il s'empoisonne en mangeant des noyaux de cerises

201705180301-full.jpg

 

International


Le noyau d'une cerise contient du cyanure d'hydrogène (illustration)./

Un Anglais de 28 ans a été hospitalisé d'urgence après s'être empoisonné en mangeant des noyaux de cerises. Il ne se doutait pas que les noyaux contenaient de l'amygdaline, un composé qui se transforme en cyanure d'hydrogène, une fois ingéré. 

Généralement, on évite de manger le noyau de la cerise. Mais Matthew Creme, originaire de Blackpool au nord-ouest de l'Angleterre, a voulu tenté l'expérience. Le 17 juillet dernier, il achète une barquette de cerises dans un supermarché, rapporte le journal britannique The Independent. C'est alors qu'il se demande quel goût pouvait avoir le noyau. Piqué par la curiosité, Matthew croque dans le noyau et mange une graine molle qui se trouve à l'intérieur. «Après avoir trouvé que ça avait bon goût, il en a mangé deux de plus», rapporte le quotidien. 

Les noyaux contiennent du cyanure

Cependant, une vingtaine de minutes après avoir ingéré les noyaux, Matthew commence à se sentir mal, à avoir mal à la tête, et à être pris d'une grosse fatigue. Sa compagne a immédiatement appelé les secours, et Matthew a été transporté à l'hôpital. Les médecins parviennent à le soigner, même s'ils n'avaient jamais traité un cas d'empoisonnement au cyanure causé par des graines de fruits. En effet, les graines de cerises, comme les pépins de pomme, ou les noyaux d'abricots, contiennent de l'amygdaline. Cette substance, lorsqu'elle est ingérée, se décompose et se transforme en cyanure d'hydrogène, qui peut être mortel. 

 

Hu0JozC9.jpg creme cerises.jpg

Si Matthew Creme est aujourd'hui hors de danger, cette mauvaise expérience l'a poussé à demander qu'un avertissement soit inscrit sur les paquets de fruits, afin que quelqu'un d'autre ne s'empoisonne pas.

 

21:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Paris : elle refuse de l'embrasser, il lui taillade le visage au couteau dans la rue

 

Faits divers


Une enquête de police est ouverte./Photo DDM illustration

Une grave agression a eu lieu mardi 25 juillet dans le XVème arrondissement de Paris, rapporte Le Parisien. Une femme s’est faite taillader le visage au couteau par un individu qui avait tenté de l’embrasser contre son gré. Elle a dû se faire poser vingt points de suture.

Il vole aussi son sac

La victime marchait dans la rue de Javel lorsque deux hommes l’ont abordée. L’un d’eux l’a attrapée par le bras et a essayé de l’embrasser de force. Pour se dégager, la jeune femme lui a donné un coup de poing au visage, mais son agresseur a riposté en la lacérant avec un couteau. Couverte de sang, la blessée s’est réfugiée dans un café où les secours ont été prévenus. Une enquête a été ouverte pour retrouver l’auteur de l’agression, qui s’est également emparé du sac de la jeune femme en prenant la fuite.

21:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Bailleul dépotoir de Calais ? Collomb annonce la création de deux centres pour "migrants"

!cid_ii_15d9ac7a13b9babb.jpg

Hénaurme…!

Bailleul est situé, selon le ministre, à 40 km au nord de Grande-Synthe…
C’est à dire en mer, pas loin des côtes anglaises… peut-être même en Angleterre…

Par ailleurs, France-Unfaux a reproduit quelques réactions de Bailleulois  :

Une bonne grosse flamande qui dit : "Bof, du moment qu’ils ne font pas de dégâts, pas de problème !"
Et un “exotique”, au rade d’un bistrot qui dit : "Excellent ! Ils vont pouvoir apprendre un métier et s’intégrer…!"

 

On ne m’a pas interviewé… Dommage !

 

http://www.francetvinfo.fr/france/hauts-de-france/migrant...

 

 

 

03:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Loi de moralinisation

 

 
 

Si quelqu’un veut instaurer une dictature en France, qu’il s’y prenne entre le 20 juillet et le 15 août, il a toutes les chances d’y parvenir. Personne ne troublera ses vacances pour si peu. À l’exception d’un édito par-ci et d’une tribune par-là, nul ne s’est ému de la disposition scélérate adoptée par l’Assemblée dans la nuit de vendredi à samedi, avec le reste de la stupide loi « confiance ».


Que dire, en effet, d’un texte par lequel les députés acceptent de se placer sous une tutelle infantilisante parce que le moloch de l’opinion exige de voir leurs notes de frais et que puisque je suis obligé de le faire pourquoi pas eux gnagnagna, et qui leur interdit de surcroît de travailler avec les personnes en lesquelles ils ont le plus confiance, parce que le Canard et Mediapart sont aux aguets ? Cette loi manifeste en vérité un consternant asservissement à l’air du temps et aux vaches sacrées d’une époque qui ne tolère plus que l’on ait quelque chose à cacher. On dira que, si les députés veulent se mettre à poil, c’est leur problème. Pardon, mais vu qu’ils me représentent, moi le peuple souverain, c’est un peu le mien.

Feu sur la liberté d’expression!

Toutefois, le plus scandaleux n’est pas cette nouvelle et grotesque avancée de la transparence, mais le forfait contre la liberté d’expression, donc, contre la démocratie, contenu dans l’article 1, de la loi, modifié au cours des débats par les amendements 572 et 621, dont Alain Jakubowicz, le patron de la Licra, tient absolument à faire savoir urbi et orbi qu’ils ont été inspirés par son association. Il s’agit en réalité d’un sucre lâché aux ultras, tous ceux qui entendent laver plus blanc que blanc (surtout le linge des autres), pour leur faire avaler l’abandon de l’exigence de casier judiciaire vierge pour tous les candidats, idée qui, en plus de son robespierrisme outrancier, montre la confiance que nous avons dans la capacité de rédemption de notre Justice, mais qui, semble-t-il n’était pas constitutionnelle, quel dommage.

La lettre écarlate vous suivra pendant dix ans

On pourra donc élire un repris de justice, sauf s’il a commis un de ces délits d’opinion que nos associations, bras armés et même dopés de la police de la pensée, se font un honneur de traquer et qu’elles appellent « dérapages ». Si le texte n’est pas modifié au cours des débats, toute condamnation pour diffamation ou injure à caractère racial, antisémite, homophobe ou témoignant d’une forme quelconque de discrimination, sera en effet assortie, sauf avis contraire du juge, d’une peine d’inéligibilité de dix ans. En gros, si vous avez fait des conneries, vous pouvez représenter le peuple souverain, mais si vous en avez dites ou écrites, pas de pardon, la lettre écarlate vous collera à la peau pendant dix ans, et, pour le tribunal médiatique, à perpétuité. On devrait s’interroger sur notre sensibilité croissante à ces délits qui se commettent la plume ou le micro à la main. Est-ce parce que nous ne sommes plus capables d’argumenter contre les idées qui nous déplaisent que nous cherchons à les faire disparaître par des pincements de nez ou, de plus en plus souvent, par des opérations d’intimidation judiciaire ?

Aux électeurs de choisir

Sur le plan des principes, cet article 1 est problématique à plusieurs titres. Tout d’abord, cela ne semble pas vraiment casher du point de vue de la séparation des pouvoirs. Les juges ne devraient intervenir dans le processus électoral en prononçant des peines d’inéligibilité que lorsque c’est indiscutablement légitime, par exemple pour empêcher un trafiquant de drogue de se présenter à une élection. Mais la règle devrait être que ce sont les électeurs qui choisissent. Une fois informés des turpitudes commises par un candidat, celui-ci ayant purgé sa peine ou acquitté sa dette, c’est à eux de décider. On peut trouver déplorable que Patrick Balkany soit réélu. On ne peut pas faire une loi pour obliger les gens à être intransigeants sur l’honnêteté passée de leurs élus.

L’Encyclopédie n’aurait jamais existé

Mais si l’affaire est grave, c’est parce qu’elle concerne la « libre communication des pensées et des opinions », que nous appelons communément liberté d’expression, et qui est, selon les rédacteurs de la Déclaration des droits de l’Homme, « un des droits les plus précieux de l’Homme ». Certes, cette liberté ne saurait être sans limites. Du reste, toute société se définit par ce qu’il n’est pas permis de dire. Seulement, sous l’influence conjointe du juge et du législateur, cette limite, en France, ne cesse d’être déplacée et le champ de la liberté restreint. Jamais les Encyclopédistes n’auraient existé dans ce climat de pudibonderie idéologique où on brandit son juge dès qu’on se sent offensé ou choqué. Cette République des chochottes et des susceptibles n’est pas seulement irrespirable politiquement, elle est intellectuellement désespérante car elle interdit tout véritable débat. (Pour avoir une idée de ce qu’on appelle « débat » aujourd’hui, il faut écouter la quotidienne de France Inter appelée « Le débat de midi », où il n’y a jamais, justement, l’ombre d’un débat car l’animatrice déroule le tapis rouge à tous les poncifs du moment sans jamais exprimer une once de distance ou de contradiction, on dirait un sketch sur le lavage de cerveau)

Embastiller les racistes?

J’entends les protestations. Faut-il laisser des racistes en liberté ? Mais oui, et d’ailleurs c’est ce qu’on fait car à l’exception de quelques négationnistes multi-récidivistes, on n’embastille pas encore, en France pour les « crimes-pensée ». Et par ailleurs, interdire à Dieudonné ou à Le Pen de se présenter, c’est refuser le bénéfice de nos libertés à ceux qui ne pensent pas comme nous. Et c’est politiquement beaucoup plus dommageable politiquement que de les laisser prendre une raclée électorale. Ah oui, mais Hitler, dira-t-on encore. Pardon, mais au moment où Hitler arrive en tête aux élections, il est déjà trop tard. Et puis nous n’en avons pas en rayon.

La Licra et le CCIF arbitres des élégances

Ce qui rend l’article 1 beaucoup plus inquiétant encore, c’est le contexte dans lequel il est voté, alors que le mot racisme a aujourd’hui le dos si large qu’il permet de confondre toute personne qui aurait le culot de voir les différences culturelles autrement que pour les célébrer, et qu’il sert même à envelopper des propos du général de Gaulle repris par Nadine Morano. Ainsi a-t-on réussi, durant des années, à désigner comme tels tous ceux qui s’inquiétaient des flux migratoires (et il est vrai qu’il y avait des racistes parmi eux). Alors que cette inquiétude est partagée par 75 % des Français, il est plus difficile de la criminaliser. Aujourd’hui, des associations comme le Comité contre l’Islamophobie en France (CCIF) et ses supplétifs de la Licra, se font une spécialité de poursuivre tous ceux qui osent voir et décrire les méfaits de l’islam radical qui progresse sur notre territoire.

La gachette judiciaire facile

C’est ainsi que, en quelques mois, Pascal Bruckner, Georges Bensoussan, Eric Zemmour, Robert Ménard ; pour ne citer que les plus connus, ont dû répondre de leurs propos devant les tribunaux. Rappelons que, dans le cas de Georges Bensoussan, poursuivi pour avoir évoqué l’antisémitisme répandu chez une partie des musulmans, c’est le Parquet, c’est-à-dire nous, qui a fait appel de la relaxe prononcée par le juge. Cela n’augure pas très bien de la façon dont la Justice aura à cœur de protéger nos libertés.

Le plus dingue est que tout cela soit passé comme un lettre à la poste. Dans les médias, les rares journalistes qui n’ont pas encore laissé leur place à des stagiaires en redemandent, bien sûr. C’est vrai, quand interdira-t-on d’élection tout homme ayant fait une blague grivoise ?

Les Insoumis soumis au politiquement correct

À l’Assemblée, les braillards habituels n’ont pas moufté. On ne s’étonnera pas de ce que les insoumis, qui sont aux avant-postes du politiquement correct, n’aient rien trouvé à redire. Les députés FN, pourtant visés par la loi, étaient de sortie. Seule Emmanuelle Ménard, (apparentée FN) est courageusement monté au créneau lors de la séance de mercredi, parlant d’une «épée de Damoclès au-dessus de la liberté d’expression » : « Vous ouvrez la porte à l’arbitraire, au chantage de ces associations qui multiplient les procès, les transformant en un véritable fonds de commerce. Adieu Voltaire, bonjour Torquemada ! Je le dis à mes collègues de la République en marche : attention à ne pas entacher vos débuts par un texte attentatoire à cette liberté d’expression qui est l’un des socles de notre démocratie. Attention à ne pas être toujours plus donneurs de leçons, plus moralisateurs, plus démagogues aussi. » Inutile de préciser qu’elle n’a guère été applaudie. Reste donc à espérer que les sénateurs (ou le Conseil constitutionnel) feront prévaloir le bon sens. Il ne s’agit pas d’un détail. Si cet article 1 est voté, nous nous habituerons à un nouvel appauvrissement du débat démocratique, déjà mis à mal par l’envahissement du conformisme.

Jouer à la Résistance

On voit d’autant moins pourquoi les censeurs se gêneraient que l’opinion est comme anesthésiée. Il paraît que les Français sont accros à leur smartphone en vacances. Eh bien, ce n’est pas pour suivre les débats parlementaires. Nous adorons jouer à la Révolution, et plus encore à la Résistance. Mais nous ressemblons de plus en plus à ces veaux dont se moquait Mongénéral. Ou plus encore à ces hommes en bermudas dont Muray a montré qu’ils étaient l’avenir de l’espèce. Votez pour nous et laissez nous bronzer. Après tout, la police de la pensée ne fait pas de bruit de bottes.

 

CAUSEUR

03:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Les feux de la mer

IMG_2266.JPG Corniche.JPG

IMG_2253.JPG Mer rochers.JPG

La Corniche Kennedy à Marseille 

(Photos EB) 

02:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Des pilotes créent la polémique en laissant un enfant piloter un avion d'Air Algérie (VIDEO)

 

 

Répondant à la demande d'une association d'aide aux orphelins, deux pilotes de la compagnie nationale Air Algérie ont laissé un enfant piloter leur avion en plein vol. Filmée dans le cadre d'un reportage, la scène a provoqué leur mise à pied.

La compagnie aérienne Air Algérie fait face à un scandale après que deux de ses pilotes ont autorisé un enfant à prendre les commandes d'un avion en plein vol. Dans le cadre de l'initiative d'une association d'aide aux orphelins, l'équipage avait accepté de laisser entrer un petit garçon dans le cockpit. Assis sur le siège du commandant de bord et avec l'aide du pilote, ce dernier avait alors été filmé par les caméras d'Al Bilad TV en train de toucher les commandes en plein vol, pour les besoins d'un documentaire. On peut d'ailleurs y voir le commandant de bord expliquer que l'enfant a pris des caps à gauche et à droite lors d'un vol de croisière de cet ATR 72 qui ralliait Alger à Setif.

 

La compagnie nationale Air Algérie aurait suspendu les deux pilotes responsables de cette initiative dont elle précise qu'elle était «personnelle», selon Algérie 360. Elle estime en effet que cette démarche est «irresponsable» et qu'elle aurait pu mettre la vie des passagers en péril.

RT

01:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les pieds brûlés par des nu-pieds «made in China»

B9712634795Z.1_20170717161805_000+GG99F4JCL.2-0.jpg pied.jpg

 

Le même ce lundi.

Estelle travaille au lycée professionnel François Mansart de Marly. C’est une de ses collègues qui l’a alertée : «  Tu t’es fait piquer ? Tu as une tache rouge à la cheville ?  » Mais Estelle n’y porte pas attention, car ça ne gratte pas. Elle continue de mettre les mêmes chaussures pour aller travailler, car il fait chaud. Deux jours plus tard,ses deux pieds sont énormes, rouge vif par endroits, avec des cloques. Le médecin est catégorique : c’est une allergie, sûrement provoquée par les chaussures. Malgré les corticoïdes, une semaine plus tard, le mal est identique. Après une analyse de sang pour s’assurer qu’il n’y a pas de source infectieuse interne, la quadragénaire s’est mise à avaler des antibiotiques. Aujourd’hui, Estelle n’est toujours pas remise. «  Ça va être long, m’a prévenu le docteur  » se résigne cette mère d’une jeune fille.

 


Un des pieds d’Estelle, le 17 juin.

 

Mettre en garde

 

La Saint-Saulvienne n’a guère de recours : elle a acheté ces fameuses chaussures l’été dernier. Elle n’a porté les nu-pieds toxiques que deux jours en 2016 : «  Il ne faisait pas beau.  ». Elle n’a donc plus de ticket de caisse ni de preuve d’achat. Mais elle est certaine de l’étiquette « made in China ». Estelle veut sensibiliser : «  On sait que les Chinois utilisent beaucoup de formol pour conserver les produits pendant leurs voyages en containers. Je suis persuadé qu’avec les très fortes chaleurs, ça a diffusé sur mes pieds. »

Celle qui a continué à travailler malgré le douloureux handicap, ne peut pas se retourner sur le vendeur installé sur la zone commerciale de Petite-Forêt puisqu’elle n’a pas de preuve. Mais elle met en garde. Car ce genre de mésaventure arrive de plus en plus souvent. Dans notre édition du 5 juillet dernier, une Béthunoise témoignait de son calvaire, là encore à cause d’une paire de chaussures. Dans le Valenciennois déjà, une Flinoise nous avait alertés en mars 2015, sa petite fille de trois ans ayant eu les pieds brûlés par de maudites chaussures neuves.

LA VOIX DU NORD

01:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Météo : 40 degrés, températures étouffantes record dans le Sud dues au vent du Sahara !

 

Nouveau coup de chaud dans le Sud et en particulier en Provence. Le mercure va grimper, grimper  pour flirter avec les 40 degrés et plus. Une chaleur étouffante due à un vent venu du Sahara. Météo France a placé le département du Var en vigilance météorologique jaune pour canicule ce lundi.

Par Jacques Paté 

La forte chaleur fait  son retour en Provence-Alpes Côte d'Azur. On a enregistré jusqu'à 40 degrés ce lundi dans l'intérieur de la Provence et dans les Bouches du Rhône.  Demain mardi grâce à quelques nuages, elles vont redescendre un peu, il ne fera que 37 degrés en Provence . Mais dès mercredi et sutout jeudi, elles remonteront pour atteindre ou dépasser les 40 degrés allégrement ! Le phénomène est prévu pour durer quelques jours, jusqu'à samedi.
Les températures minimales le matin sont déjà élevées de l'ordre de 23° à 25° , et même plus. 
Les Alpes ne sont pas épargnées, la vallée de la Durance, Digne ou Barcelonette vont transpirer aussi.
L'ensemble de Provence Alpes Côte d'Azur est concerné par une circulation de vents du sud qui nous amène de l'air très chaud et sec venu du Sahara !
 
La Provence

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)