Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2018

Evry (91) : un enfant de 11 ans changé de collège en urgence après un an et demi de harcèlement

 

12h39
 

La municipalité d’Evry a permis à un enfant de 11 ans de changer d’urgence d’établissement parce qu’il subissait les coups et brimades d’autres collégiens.

Il a fini à l’hôpital début décembre : traumatisme crânien, œdème à la main, hyper-extension des cervicales et port de minerve obligatoire… Un enfant de 11 ans, scolarisé en 5e au collège des Pyramides d’Evry, a vécu un calvaire durant un an et demi. Jusqu’à cette ultime agression en décembre, place Jules-Vallès, alors qu’il rentrait chez lui.

Des élèves de sa classe l’ont suivi, frappé, humilié, avant de lui sauter dessus par-derrière et de le rouer de coups au sol. « Certains le poussaient quand il marchait sur le trottoir et qu’une voiture passait à côté », relate un mineur témoin de la scène. Bilan : 15 jours d’ITT (Interruption temporaire totale) et des séquelles psychologiques plus importantes encore.

 
  

L’épilogue d’un long chemin de croix, aussi, pour ses parents qui viennent d’envoyer un courrier au ministère de l’Education nationale pour demander « une réflexion approfondie sur le harcèlement scolaire, suivie de procédures concrètes ». Ce n’est pourtant pas faute d’avoir multiplié les alertes auprès du principal du collège. En désespoir de cause, la mère de l’enfant a finalement fait appel à la municipalité juste avant les fêtes de fin d’années.

« Après avoir lu le rapport du médecin scolaire, on a tout de suite pris les choses en main. Surtout quand on a su que des vidéos commençaient à tourner sur les réseaux sociaux, indique Danielle Valéro, 1re adjointe à la ville d’Evry. On a mis cette famille en lien avec une autre principale d’un collège de la ville, et tout s’est réglé en dix minutes. L’enfant n’allait pas bien, il y avait une situation d’urgence à notre avis » La victime a donc été transférée en urgence dans un autre établissement scolaire.  (…)

 

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Les enseignants et les responsables scolaires ont peur de leurs élèves et regardent ailleurs lorsque ces questions sont évoquées au grand jour. Il devrait être facile de détecter les meneurs et de les virer de l'établissement scolaire après un seul avertissement (c'est mon jour de bonté). Les responsables des Ets scolaires qui n'interviennent pas énergiquement devraient être sanctionnés pour faute grave et mutés ou licenciés.
Ces pauvres gamins risquent de souffrir toute leur vie des humiliations subies par quelques racailles.

Écrit par : dirk | 11/01/2018

Répondre à ce commentaire

l,école est devenue un lieu où nombre de petits sauvages terrorisent leurs petits camarades ou les enseignants , lent déclin d,une société .
je ne comprend pas l,inertie du principal ,mauvaise pub pour son établissement ou autre chose ??
le harcèlement scolaire ne fait pas autant couler de l,encre que le harcèlement sexuel , dans quel monde de merde on vit . . .!!
salutations.

Écrit par : parvus | 11/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.