Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A Marseille, de nouveaux risques pénalisent les recherches

 

>Faits divers|Marc Leras, notre correspondant à Marseille (Bouches du Rhône)|07 novembre 2018, 20h18|0
Des secouristes à l’oeuvre dans les décombres des immeubles effondrés. REUTERS/Jean-Paul Pelissier
 
 

Les opérations de secours ont été stoppées jusqu’à nouvel ordre dans les décombres des immeubles effondrés. La pluie fragilise les bâtiments voisins.

Un sixième corps, celui d’un homme, a été sorti mercredi des gravats des immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille alourdissant le bilan de cette catastrophe en plein centre de la deuxième ville de France. Alors que le procureur de la République de Marseille indiquait que seules trois victimes avaient été identifiées et que les causes précises de l’effondrement étaient encore inconnues -les enquêteurs ignorant lequel des deux bâtiments avait cédé en premier, celui occupé par les victimes ou l’inhabité -les sauveteurs ont dû interrompre leur mission de recherche dans l’après-midi.

Les immeubles voisins menacent

C’est en effet maintenant tout un pan des immeubles, datant de la fin du XVIIIe siècle, de cette rue étroite et en pente qui menace de s’écrouler en mettant en danger les secouristes et les pompiers qui travaillent à la main ou aidés de pelleteuses. Les opérations ont été stoppées jusqu’à nouvel ordre. Un pan de corniche d’un bâtiment voisin est tombé sur la chaussée mercredi après-midi. Les chances de retrouver vivantes les deux personnes toujours portées disparues s’amenuisent d’heure en heure.

 

« La pluie complique les sauvetages et les autres bâtiments ne sont vraiment pas stables, on risque de les voir s’effondrer comme un château de cartes à tout moment », précisait mercredi un marin-pompiers. «On va continuer de fouiller, mais on ne veut pas de victime supplémentaire ».

 

 

Marseille : deux immeubles s’effondrent en plein centre-ville
 

 

D’autres immeubles de ce quartier populaire de Noailles ont été évacués de leurs habitants mercredi et la mairie reçoit de plus en plus de signalements de bâtiments dégradés dans tout Marseille.

NdB: On oublie les termites qu'on laisse proliférer dans ces vieilles maisons construites en bois  en plâtre.

 

 

Commentaires

  • C'est à l'image d'une autre vieille maison qui s'appelle France et qui est également rongée par une espèce de "termites" très efficaces !

  • Le plus gros débris se trouve à la mairie de Marseille ! On se demande ce qu'a foutu Gaudin depuis qu'il dirige cette ville !
    Sa seule réaction a été de "dénoncer une polémique" (mot à la mode pour se défausser de ses responsabilités !).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel