Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2008

Chômage: pas de triomphalisme, le plus dur arrive!

Lagarde visite une ANPE.jpg
Ce n'est une chômeuse, c'est Christine Lagarde!
Le taux de chômage a baissé à 7,2% de la population active en France métropolitaine en moyenne au premier trimestre 2008 (-0,2 point par rapport au précédent trimestre) et à 7,5% si l'on inclut les départements d'outre-mer (Dom), selon des chiffres publiés ce jeudi par l'Insee.
Marc Touati, économiste et directeur général délégué de Global Equities, affirme qu’il faut relativiser le chiffre de la baisse du chômage et que «le plus dur arrive».
Propos recueillis par François Vignal
LIBERATION.FR : jeudi 5 juin 2008
      
La baisse du chômage est-elle «historique» comme le prétend le gouvernement ?
Il faut remonter au début des années 80 pour trouver un niveau de chômage comparable, exactement au 4e trimestre 1983. Donc cela reste une bonne nouvelle. Mais globalement, il faut relativiser ces chiffres. Aujourd’hui, avec le départ en retraite des baby-boomers, devenus aujourd'hui les papy-boomers, le chômage baisse mécaniquement avec une faible création d’emploi. Au 1er trimestre 2008, la création d’emploi n’est en hausse que de 0,2%. Le chômage baisse, mais mécaniquement. Il y a aussi la poursuite du traitement social du chômage qui a un effet, avec les emplois aidés, les emplois jeunes, les stages. Mais ça ne donne pas d’emploi durable, ça fait simplement sortir les gens des statistiques. Il ne faut pas faire de fétichisme du chiffre. La question, c’est de savoir si ce sont de vrais emplois créés, et là on sait que non.
Quelles sont les perspectives ?
Christine Lagarde doit profiter de ces chiffres car ça ne va pas durer. Les perspectives d’emploi sont molles et la crainte du chômage chez les ménages a fait un bond au mois de mai. En réalité, le plus dur va arriver. La croissance va ralentir plus fortement dans les mois à venir. Le chômage ne va pas remonter, mais arrêter de baisser voire légèrement remonter au 3e trimestre, avec une croissance économique proche de 0%  pour les 2e et 3e trimestres. L’emploi est toujours une variable retardée de l’activité. On a d’abord le ralentissement de l’activité économique, puis l’emploi ralentit. Maintenant, le plus dur arrive.

Mais les départs à la retraite des baby-boomers ne permet-il pas de garder une dose d’optimisme, notamment pour le chômage des jeunes ?
C’est sûr que l’effet démographique va perdurer. C’est vraiment maintenant que commence le départ à la retraite du baby-boom. Mais s’il y a un mouvement global, ça ne change pas la réalité du marché du travail. L’employabilité des jeunes reste faible. C’est un problème de formation. Il y a une pénurie de main-d’oeuvre dans certaines activités car il n’y a pas de formation qui correspond. On peut avoir bac+5 et rester au chômage.

La politique du gouvernement est-elle efficace pour faire baisser le chômage ?
Un tiers de la baisse du chômage est dû à de vraies créations d’emploi. Donc c’est lié à la politique économique, à l’amélioration des conditions du marché du travail, même si le gouvernement ne maîtrise pas la conjoncture internationale. Un autre tiers de la baisse est à imputer au papy-boom et le dernier tiers, je le mettrais à l’actif du traitement social du chômage.
Libération - 05 mai 2008

01/03/2008

13 200 chômeurs en plus en janvier

JEUDI DERNIER, François Fillon affirmait que le taux de chômage allait « encore baisser dans les prochains jours ». Force est de constater que le Premier ministre, à quelques jours du premier tour des municipales, a crié victoire un peu vite car le nombre de chômeurs a augmenté de 0,7 % en janvier. Soit 13 200 demandeurs d'emploi en plus.

Selon les chiffres publiés hier soir par l'ANPE et la Dares (Direction de l'animation et de la recherche des études et des statistiques ), il y avait donc, fin janvier, 1 910 500 personnes inscrites en catégorie 1 (celles cherchant un CDI à temps plein et n'ayant pas travaillé plus de 78 heures dans le mois écoulé) alors qu'elles étaient 1 897 300 dans cette situation un mois plus tôt.

Coup d'arrêt

C'est chez les jeunes chômeurs que cette tendance à la hausse est la plus nette. Surtout chez les femmes. A la fin du mois dernier, 338 200 personnes âgées de moins de 25 ans recherchaient un travail. C'est 2,1 % de plus qu'en décembre. Chez les plus de 50 ans, la hausse a été de 0,2 %. Satisfaction, en revanche, du côté des chômeurs de longue durée. Sur la même période, leur nombre a diminué de 1,2 %.

Imperturbable, Christine Lagarde, la ministre de l'Emploi, rappelait hier soir que, depuis janvier 2007, « le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 175 000 (- 8,4 %) » tandis que le collectif "Les autres chiffres du chômage" estime, lui, que les statistiques de l'ANPE ne reflètent pas la réalité du marché du travail.

Il n'empêche, pour le gouvernement, les chiffres publiés hier soir marquent un coup d'arrêt d'autant que c'est la première fois que le chômage progresse depuis août dernier.

Pour rétablir la barre, la ministre Lagarde entend réduire le nombre d'emplois non pourvus grâce à la fusion ANPE-Unedic et améliorer les qualifications des jeunes avec la réforme de la formation professionnelle.

Reste un autre point noir sur lequel le gouvernement devra se pencher. Celui du nombre de chômeurs en activité réduite qui, selon la Dares, a doublé en dix ans. Soit, quand même, 1,1 million de salariés précaires ayant à la fois un pied dans l'emploi et l'autre à l'ANPE.

Toujours cette "autosatisfaction sereine" de Christine Lagarde! Qui ne sait pas que derrière les chiffres (déjà largment truqués!), il y a des êtres humains! Quand va-t-elle démissionner, cette bling-bling?