Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2008

Le soldat français n'est pas mort sur le coup

2121872877.jpg

    AFP. 06.03.08. Le soldat français disparu au Soudan était grièvement blessé lorsq'il a d'abord été découvert, puis abandonné, par des nomades du Darfour, ne décédant que par la suite, a rapporté jeudi un porte-parole militaire soudanais.

  Le sergent français de l'Eufor, la force européenne au Tchad, avait disparu après un accrochage lundi avec l'armée soudanaise, s'étant retrouvé par mégarde au Darfour, dans l'ouest du Soudan, selon l'Eufor.

Selon le porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Khalid al-Sawarmi, le soldat français avait été découvert vivant lundi par des nomades arabes qui l'ont abandonné, faute d'avoir pu communiquer avec lui...

"Il était vivant et il marchait, grièvement blessé. "Ils ont tenté de l'aider mais a surgi un problème de langue". C'était le jour de l'affrontement", a-t-il dit à l'AFP.

Ce ne serait que plus tard que ces nomades de l'ouest du Darfour, région en proie à la guerre civile, ont retrouvé son corps, à 4 km à l'ouest du village d'Abou Jaradil, en direction de la frontière tchadienne.

Toujours selon ce porte-parole, quatre nomades qui ont alors tenté de transporter sa dépouille ont été tués dans l'explosion d'une grenade accrochée à son uniforme.

"Ils l'ont retrouvé mort et ont tenté de porter son corps. C'est à ce moment que la grenade a explosé, tuant quatre personnes", a-t-il dit.

La dépouille du soldat a ensuite été transférée à Khartoum.

Le Soudan avait confirmé mercredi qu'un corps retrouvé au Darfour était celui "du soldat disparu".

"Nous pouvons confirmer que le soldat porté disparu a été retrouvé mort près de la frontière commune entre le Tchad et le Soudan", avait annoncé Ali al-Sadiq, porte-parole du ministère soudanais des Affaires étrangères.

Le ministère français de la Défense a indiqué jeudi espérer une identification "formelle" du corps dans la journée.

M. Sadiq avait indiqué plus tot à l'AFP: "oui, c'est un Français et il sera rapatrié vers la France".

Selon l'Eufor, deux militaires français en mission de reconnaissance avaient pénétré par erreur à bord d'un véhicule tout terrain au Darfour, déclenchant un échange de tirs avec les autorités locales. Leur identité n'a pas été révélée.

L'Eufor Tchad-RCA est chargée de veiller à la sécurité d'une mission de police de l'ONU, des centaines de milliers de réfugiés soudanais du Darfour et de personnes déplacées dans l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique.

En cinq ans, le conflit au Darfour a fait près de 200.000 morts, selon des organisations internationales, et plus de deux millions de déplacés. Khartoum conteste ce bilan et chiffre le nombre des victimes à 9.000.

L'Eufor, dont le déploiement a été retardé par l'offensive de rebelles tchadiens sur N'Djaména en février, doit compter 3.700 soldats dont 2.100 Français. Plus de 700 militaires, en majorité français, sont déjà déployés.

05/03/2008

Pour quoi ce soldat français est-il mort? Pour rien...

592825440.jpg
Armée française au Tchad

Le corps retrouvé au Soudan est bien celui du soldat français de l'Eurofor, la force européenne chargée de sécuriser l'est du Tchad et de la Centrafrique, porté disparu depuis lundi. La confirmation est venue mercredi soir des autorités soudanaises. C'est par leur biais, déjà, que la force européenne au Tchad avait été informée mercredi matin de la découverte du corps.

Le soldat a été tué lors d'un accrochage avec l'armée soudanaise, qui a fait également un blessé léger dans les rangs des militaires français. Le véhicule tout terrain à bord duquel ils patrouillaient pour une mission de reconnaissance avait pénétré par erreur au Darfour, déclenchant un échange de tirs. Selon le ministère soudanais des Affaires étrangères, "la jeep a été entièrement détruite, cinq ou six soldats blancs ont fui à pieds vers le Tchad et n'ont pas été poursuivis". 

2100 soldats français sur place
 
Une tentative de récupération du véhicule et du soldat porté disparu a ensuite été "confrontée à des tirs hostiles", contraignant les soldats à se replier, avait précisé l'
Eufor mardi. Le soldat appartenait aux "forces d'entrée en premier" sur le théâtre des opérations. L''état-major des armées à Paris a également indiqué, qu'un autre militaire français se trouvant dans le même véhicule avait été récupéré lors de cet incident. Le second soldat, légèrement blessé, a été évacué par hélicoptère vers l'hôpital de campagne de Birao, en République centrafricaine.
 
L'
Eufor Tchad-RCA est chargée de veiller à la sécurité d'une mission de  police de l'ONU ainsi que des centaines de milliers de réfugiés soudanais du  Darfour et de personnes déplacées dans l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique. Le déploiement de l'Eufor, qui comptera 3.700 soldats au total dont 2100  Français, et devait initialement démarrer fin 2007, a été retardé en raison de  l'offensive des rebelles tchadiens sur N'Djaména début février.

(LCI.fr - 5 mars 08)