Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2008

C'est bon pour le N.O.M.!

Va-t-on vers une terrible famine internationale ? Depuis Washington où il présidait ce week-end pour la première fois l'assemblée semestrielle du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn a lancé une sévère mise en garde à la communauté internationale. Face aux « émeutes de la faim » qui ont eu lieu en Haïti et dans plusieurs pays d'Afrique pour protester contre la flambée des prix des denrées de base, le nouveau directeur général du FMI a prévenu : « Les prix de l'alimentation, s'ils continuent comme ils le font maintenant, les conséquences seront terribles. Des centaines de milliers de personnes vont mourir de faim, ce qui entraînera des cassures dans l'environnement économique.

Comme nous l'avons appris dans le passé, ce genre de situation se finit parfois en guerre. »

Estimant que cette crise alimentaire allait au-delà des strictes préoccupations humanitaires, l'ancien ministre de l'Economie de Lionel Jospin redoute qu'elle ne réduise à néant les progrès réalisés ces cinq à dix dernières années par les pays pauvres en matière de développement. En Haïti, le pays le plus pauvre du continent américain, le Premier ministre a été destitué samedi après plus d'une semaine d'émeutes provoquées par la flambée des prix de l'essence et des produits alimentaires. De son côté, le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, demande avec vigueur de fournir immédiatement au moins 500 M$ dont a besoin le Programme alimentaire mondial pour faire face à la crise.

Après avoir revu à la baisse sa prévision de croissance pour 2008, prédit une récession aux Etats-Unis et évoqué, au sujet de l'affaire dite des « subprimes », la pire tempête financière essuyée depuis la grande dépression des années trente en demandant aux banques internationales de faire la lumière sur leurs pertes potentielles dans les cent jours, Dominique Strauss-Kahn noircit sans doute le tableau à dessein. Histoire de faire revenir le FMI au premier rang sur la scène internationale. Mais aussi histoire d'accélérer la réforme de l'institution, largement aux mains des pays industrialisés, en donnant voix au chapitre aux pays pauvres...

(Le Parisien 15 avril 2008)

Nul doute que ces crises scandaleuses provoquées par les Financiers n'accélèrent la mise en place du Nouvel Ordre Mondial aux dépens des peuples les plus pauvres

03/04/2008

"La famille, c'est sacré!"

166897861.jpg
Marc-Olivier Strauss-Kahn, dit Mosk, peut remercier son grand frère...

L'affaire provoque des remous au sein de la Banque de France et dans les couloirs de Bercy. Marc-Olivier Strauss-Kahn a obtenu un titre sur-mesure et l'assurance d'un poste en or dans une organisation internationale. L'intéressé s'explique.

Le gros lot! 250 000 $ (160 000 €) d'émoluments annuels, environ 150 000 € d'indemnité d'expatriation, une confortable enveloppe de frais de représentation, le tout entièrement défiscalisé. Un futur poste d'administrateur à la Banque interaméricaine de développement (BID), une discrète organisation internationale basée à Washington, et un titre de « représentant de la Banque de France en Amérique ». Et ce, en toute légalité. (jusqu'à quand?)

C'est « le mercato en or » décroché par Marc-Olivier Strauss-Kahn, le numéro quatre de la Banque de France (BDF), pour rejoindre Isabelle, son épouse, partie en mai 2007 à Washington à la Banque mondiale. L'affaire fait scandale dans les couloirs de la Banque de France et de Bercy, où le dossier est classé top secret.

Une opération opaque
« Cet arrangement a été négocié en direct entre l'état-major de la BDF, le cabinet de Lagarde, la direction du Trésor, sous l'oeil bienveillant de l'Elysée », explique une source proche du dossier, choquée « par l'extravagance et l'opacité de cette opération ».

Frère cadet du socialiste Dominique Strauss-Kahn, envolé fin septembre à Washington pour piloter le Fonds monétaire international (FMI) sur proposition de Nicolas Sarközy, Marc-Olivier, 53 ans, dit Mosk, a fait toute sa carrière à la Banque de France. Depuis six ans, il en était le directeur général des études et des relations internationales. Un poste important, « l'équivalent du Quai d'Orsay de la Banque », explique un économiste. Pourtant, Marc-Olivier, haut fonctionnaire réputé pour son habileté à défendre ses intérêts et sa carrière, n'y brille guère. « Très perso, ondoyant, il a fini par agacer tout le monde. Quand il a demandé à rejoindre son épouse, cela a été un soulagement au siège de la BDF », raconte un connaisseur du dossier.

Cap sur Washington
Restait à trouver un point de chute à l'impatient candidat au départ. Gros hic : la Banque de France n'a pas de poste disponible aux Etats-Unis. Un émissaire officie déjà à New York, à proximité de Wall Street. Logique. Qu'à cela ne tienne, la BDF décide de créer un poste sur-mesure, avec le feu vert du cabinet de Christine Lagarde et de la direction du Trésor. Mosk sera représentant aux côtés du fonctionnaire « junior » de New York. Seulement voilà, il veut son bureau à Washington. Il a repéré qu'un siège d'administrateur se libérerait à l'automne 2008 à la Banque interaméricaine de développement. Une institution internationale où la France fait de la figuration. Mais autre hic : un candidat a été adoubé de longue date par Bercy, sachant que c'est Christine Lagarde, en tant que l'un des 47 gouverneurs de cette banque, qui décide.

A l'étage des sous-gouverneurs de la BDF, on redouble alors d'effort ; on fait jouer contacts, réseaux, à Bercy, au Trésor. Finalement, le candidat désigné pour la BID est évincé. Priorité à Mosk. « La consigne est tombée sur ordre de Bercy avec l'appui de l'Elysée : on ne refuse rien à un Strauss-Kahn », explique une source du dossier.

En février 2008, Marc-Olivier Strauss-Kahn tient sa victoire. Il sera nommé « représentant en Amérique de la BDF, localisé comme visiting senior adviser » à la FED « à Washington ». Il a eu l'assurance de décrocher la BID, très bien rémunéré. Cerise sur le gâteau, il aura aussi un strapontin au conseil d'administration de l'Iedom et de l'Ieom*, deux instituts dépendant de la Banque de France. Comme il est désormais représentant « aux Amériques », comme il dit, il estime qu'il a aussi le droit d'arpenter les Antilles et Tahiti.

Net d'impôt
Sur le plan financier aussi, le dossier est calé. Il pourra cumuler plusieurs sources de revenus : un salaire de base voisin de 250 000 $ (160 000 € ). La rituelle indemnité d'expatriation, égale, pour lui, à un an de son ancien salaire de base, soit environ 150 000 €. Et non dégressive au fil du temps ! En prime, il a négocié une enveloppe de frais de représentation. Son exigence : 50 000 € par an. Le tout net d'impôt. Le 24 février, dans un courriel adressé à ses collègues, il écrit : « Je pars dans huit jours. Trop vite, le gouverneur m'ayant donné consigne de ne pas faire état de ma date de départ le lundi 3 mars. » Et d'expliquer qu'en tant que « représentant en Amérique », il y sera chargé « notamment de renforcer les liens avec l'hémisphère occidental ». La BDF a-t-elle réservé un traitement de faveur à Mosk ? « Pas de commentaires », répondait-on hier soir au siège de la banque.

* Institut d'émission des départements d'outre-mer et Institut d'émission des territoires d'outre-mer.

(Le Parisien - 03.04.08)