Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2008

Le Labyrinthe

1647403196.png
LE LABYRINTHE
Edition et diffusion
La bibliothèque du XXIème siècle pour une liberté de pensée

27/03/2008

l'acteur Olivier Martinez poursuit un bloggeur pour un lien sur sa vie privée

L'acteur poursuit un bloggeur influent, pour avoir laissé publier un lien évoquant sa vie privée. La blogosphère française, qui craint un encadrement plus strict de la liberté d'expression, se mobilise.

Depuis le début de la semaine, Olivier Martinez est, malgré lui, la vedette du web. «Je n'aime pas Olivier Martinez» est devenu un des titres les plus populaires de la blogosphère francophone. Ce «mauvais buzz» qui s'est répandu en 48 heures sur plus de 170 sites et a conduit à la création d'un groupe Facebook et d'une vidéo sur Dailymotion, se veut un soutien massif à Eric Dupin. L'auteur de Presse-Citron, un de blogs français les plus lus, a en effet été assigné en référé par le héros du «Hussard sur le toit». L'audience a eu lieu mercredi et le jugement sera rendu mercredi prochain. Fait atypique, ce n'est pas une note écrite par le bloggeur qui a provoqué la plainte mais un lien, publié par un internaute sur Fuzz.fr (l'agrégateur d'informations en ligne crée par Eric Dupin), qui évoquait la vie sentimentale du comédien. Et la plainte résonne, pour les internautes, comme une menace pour la liberté d'expression régnant sur le web.

Eric Dupin qui déplore «un système judiciaire qui écrase une puce avec un marteau», estime que ce référé est injustifié, à l'image des 30.000 euros de dommages et intérêts réclamés (soit un an de son salaire de développeur web). La somme, selon lui, ne correspond pas à la réalité du trafic de son site. «Fuzz avait environ 2000 visites quotidiennes lorsque le lien a été ajouté en janvier. Aucun lecteur ne l'a noté, il a disparu vite de la masse. Le lien sur Martinez n'a dû être vu que par une dizaine de personnes» a expliqué au figaro.fr le propriétaire de Presse-Citron, qui affirme ne pas pouvoir surveiller le contenu des 150 liens qui sont publiés chaque jour sur Fuzz . Eric Dupin regrette aussi que l'avocat du comédien ne lui ait pas demandé le retrait du lien litigieux dans un délai de 24 à 48 heures comme cela se fait parfois. «Je l'aurais volontiers enlevé», souligne-t-il. D'ailleurs il a fermé Fuzz.fr jusqu'à nouvel ordre, afin de montrer sa bonne volonté et éviter d'autres procès en cascade. Surtout le bloggeur fait valoir son statut de simple hébergeur de Fuzz, ce qui, d'après la Loi sur la confiance dans l'économie numérique, le dédouane de toute responsabilité sur les liens proposés par les utilisateurs de cette communauté.

«Dès qu'il y a publication, il y a responsabilité»

Des arguments que rejette le défenseur d'Olivier Martinez, Emmanuel Asmar, spécialiste des questions sur les flux RSS. «Quel que soit le support, journal, télévision ou internet, la responsabilité de celui qui publie est engagée et celui-ci doit respecter la loi et les dispositions relatives à la vie privée [Ndlr:article 9 du code civil]» souligne l'avocat au figaro.fr. «Du moment qu'un tri peut être effectué sur les liens proposés, la responsabilité est en jeu. Le titre du lien incriminé n'était pas neutre, il annonçait clairement le contenu de la rumeur» poursuit Emmanuel Asmar, qui estime qu'une telle sélection est possible sur Fuzz puisqu' «on n'y trouve pas de liens vers des sites pédophiles ou érotiques». L'avocat, surpris par l'ampleur de la polémique, rappelle qu'Olivier Martinez ne désire pas qu'on parle de sa vie privée et a lancé des poursuites contre une vingtaine de sites.

«Nous ne cherchons pas à être les zorros du web, la liberté d'expression est une valeur essentielle de notre société toute comme le respect à la vie privée» ajoute-t-il. Et s'il n'a pas réclamé un retrait du lien, c'est que le mal était déjà fait. «Entre le moment où le contenu litigieux est publié et sa suppression demandée, il peut s'écouler plusieurs jours pendant lequel le lien reste consultable et l'information dommageable circule» explique Me Asmar qui dément toute motivation pécuniaire : «30.000 euros est un signe fort et symbolique mais le juge examinera les ressources d'Eric Dupin avant de fixer le montant des dommages».

Le modèle du web 2.0 en danger

Mais ce n'est pas seulement l'impact financier qui préoccupe Eric Dupin, le bloggeur craint les conséquences d'une condamnation sur le web 2.0. «Cela mettra en péril ce modèle qui repose sur la collaboration et la reprise de contenu, via les flux RSS. Il va falloir modérer à priori ou s'équiper d'algorithme pour faire le tri, ce sera la prime aux riches», craint le fondateur de Presse-Citron.

Des cas similaires se sont déjà présentés. Fin février, le tribunal de grande instance de Nanterre a condamné lespipoles.com à verser 1.000 euros à Olivier Dahan, pour avoir fait un lien renvoyant sur un article de Gala.fr (depuis supprimé) qui abordait la vie privée du réalisateur de La Môme. Wikio qui avait lui aussi repris le lien de Gala.fr, n'a en revanche, pas été sanctionné, en raison d'un vice de forme. Si Eric Dupin n'obtient pas la relaxe, il n'exclut pas que Google soit la prochaine cible des avocats. «Le moteur de recherche répertorie également des liens. Ne faut-il pas alors l'attaquer lui aussi?» s'interroge le bloggeur.

      (Le Figaro.fr -27 mars 08)

24/03/2008

BRUNO GUIGUE LIMOGE PAR MAM

430090392.jpg
Bruno Guigue, haut fonctionnaire

Joint hier soir au téléphone, Bruno Gigue nous livre son point de vue : « C'est une décision discrétionnaire du gouvernement sur laquelle je ne ferai aucun commentaire. J'en prends acte. Je ne suis pas violemment anti-israélien, ça ne veut rien dire.

Je pense seulement que la paix au Proche-Orient passe par l'application du droit international. Est-ce un délit ? Je fais des analyses géopolitiques depuis dix ans. Je le fais en dehors de mes fonctions. Je le fais sans les mentionner et en dehors du département où sont mes fonctions. Il s'agit d'une matière qui n'a rien à voir avec l'activité professionnelle qui est la mienne et les responsabilités que j'exerce localement. J'ai été le premier surpris par la médiatisation excessive de cette affaire, qui n'est pas de mon fait. »

(Le Parisien -24 mars 08)

23/03/2008

Le sous-préfet de Saintes limogé...

    AFP-23 mars 08. Le sous-préfet de Saintes (Charente-Maritime), Bruno Guigue, a été limogé après avoir publié une tribune dite "violemment anti-israélienne" sur le site internet "Oumma.com", a-t-on appris samedi auprès du ministère de l'Intérieur.

 
79313768.jpg
MAM, la grande prêtresse du "politiquement correct"
Dans une tribune publié le 13 mars 2008, M. Guigue estime notamment qu'Israël est "le seul Etat au monde dont les +snipers+ abattent des fillettes à la sortie des écoles". Il ironise également sur les "geôles israéliennes, où grâce à la loi religieuse, on s'interrompt de torturer pendant Shabbat".

La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a "été mise au courant mercredi du contenu de cette tribune et a immédiatement décidé de mettre fin aux fonctions" de M. Guigue, a-t-on indiqué au ministère de l'Intérieur, sans fournir plus de précision.

Enarque, normalien, M. Guigue a publié plusieurs ouvrages, dont "Proche-Orient: la guerre des mots", et tribunes sur la situation proche-orientale.