Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2008

Italie: la Ligue du Nord

Quatre postes importants du prochain gouvernement de Silvio Berlusconi vont revenir à des représentants de la Ligue du Nord, parti populiste et opposé à l'immigration, qui a doublé son score aux législatives italiennes, a affirmé dimanche soir son chef Umberto Bossi.

«Je suis satisfait, j'irai au ministère des Réformes», a déclaré à l'agence Ansa Umberto Bossi, à l'issue d'une réunion avec plusieurs autres représentants de la droite au domicile de Silvio Berlusconi, à Arcore, près de Milan (nord).

Il a affirmé que le poste de ministère de l'Intérieur reviendrait à Roberto Maroni, un responsable national de la Ligue du Nord (qui a déjà occupé ce poste en 1994 dans un précédent gouvernement Berlusconi) et que le ministère de l'Agriculture irait à Luca Zaia, vice-président du conseil régional de Vénétie, un des fiefs du parti.

M. Bossi a également indiqué qu'un des postes de vice-président du conseil reviendrait à Roberto Calderoli.

Ministre des Réformes dans le précédent gouvernement Berlusconi, Roberto Calderoli s'était illustré en arborant un Tee-shirt imprimé d'une caricature du prophète Mahomet, une démarche qui avait provoqué de violentes manifestations devant le consulat d'Italie à Benghazi, en Libye, au cours desquelles dix personnes avaient trouvé la mort.

«Les réformes, la sécurité, la défense de l'agriculture sont des thèmes pour lesquels les gens nous ont donné leurs voix et nous devons donner des réponses à ces personnes», a commenté Umberto Bossi.

La Ligue du Nord, parti xénophobe, autonomiste et anti-européen, a doublé son score aux législatives des 13 et 14 avril, recueillant plus de 8% des voix à la Chambre des députés et au Sénat, contre 4,5% dans le Parlement sortant.

Silvio Berlusconi, vainqueur du scrutin grâce à une alliance avec la Ligue du Nord et Alliance nationale (droite conservatrice), s'est engagé à rendre publique la composition de son gouvernement une fois qu'il serait officiellement nommé président du Conseil par le chef de l'Etat Giorgio Napolitano.

Commentaires

Silvio Fernandel leur laissera-t-il une marge de manoeuvre pour faire passer leur programme anti-immigration? J'ai des doutes car le mafioso est dans le même camp mondialiste que sarkonabot.

Xénophobe:adjectif dont on affuble toute personne ou parti qui tient un discours rationnel sur les dangers d'une immigration excessive et coûteuse pour l'Etat.
Adjectif tellement utilisé par les gauchistes et leurs sbires qu'il se vide lentement de sa substance.

Écrit par : marcel | 21/04/2008

à marcel: xénophobe, eh bien oui, en l'occurrence! Mais il est exact que ce mot se vide de son sens...
Espérons pour l'Italie, quoique la mafia commande...

Écrit par : Gaëlle Mann | 21/04/2008

Les commentaires sont fermés.