Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2017

Soros a transféré 18 milliards d'euros de sa fortune personnelle vers sa fondation Open Society 18 oct. 2017, 21:24

 

 
 

Contesté notamment en Hongrie, mais aussi aux Etats-Unis, où il ne cache pas son activisme contre Donald Trump, l'homme d'affaires, dont l'ONG Open Society intervient dans la vie politique de nombre de pays, traverse une période difficile.

A 87 ans passés, le milliardaire américain George Soros a transféré 18 milliards de dollars à sa fondation Open Society, soit l'essentiel de sa fortune. Un simple jeu d'écriture, toutefois, puisque l'argent passe de la Soros Fund Management, le fonds d'investissement qui gère les intérêts du milliardaire ainsi que ceux de l'Open Society Foundations (OSF), directement à cette dernière. Sur le papier, la quasi-totalité des avoirs de Georges Soros, moins un bas de laine estimé à 7 milliards d'euros, appartient désormais en propre à OSF, qui irrigue à son tour une pléthore d'associations. Ce qui en fait par ailleurs la seconde ONG la plus riche aux Etats-Unis après celle de Bill Gates et de son épouse, la Bill and Melinda Gates Foundation.

Mesure de précaution ?

Si l'âge venant, l'homme d'affaires d'origine hongroise, qui a fait fortune notamment en pariant contre la livre britannique en 1993, a possiblement pris ses dispositions face à l'inévitable, la généreuse donation de son vivant intervient alors que l'OSF traverse des temps difficiles. Montrée du doigt pour son rôle dans les révolutions dites de couleur, entretenant des relations troubles avec l'agence de développement international des Etats-Unis (USAID), la fondation est, entre autres, mise en cause en Hongrie. Budapest l'accuse notamment de promouvoir l'accueil de migrants dans l'Union européenne.

En juin 2017, dénonçant l'ingérence dans la vie démocratique du pays d'origine de George Soros et de son réseau d'associations tentaculaire, le parlement hongrois votait une loi visant à renforcer le contrôle sur les ONG étrangères en Hongrie. Dans le collimateur de Budapest également, l'Université d'Europe centrale (CEU), financée par George Soros, accusée d'influencer les élites du pays, ainsi que le fonctionnement de ses institutions démocratiques. «Il soutient tout ce qui affaiblit la nation, tout ce qui modifie le mode de vie traditionnel européen», avait déclaré Viktor Orban dans une interview radiophonique accordée à la radio Kossuth en 2016.

 

Ingérence de George Soros... aux Etats-Unis ?

Mais l'OSF est également pointée du doigt aux Etats-Unis depuis l'élection de Donald Trump. Malgré le résultat des urnes, George Soros reste droit dans ses bottes, dans le camp des détracteurs du successeur de Barack Obama. Parmi les partenaires solidaires du mouvement «Women's march», qui avait rassemblé contre Donald Trump des millions de personnes dans la rue en janvier 2017, on trouve ainsi plusieurs ONG ayant reçu des fonds de l'OSF de George Soros, dont la célèbre Human Rights Watch.

En mars 2017, des membres du Congrès américain écrivaient au secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson pour dénoncer les pratiques d'ingérence de la fondation de George Soros, pointant du doigt son activité d'agitation et de propagande en Macédoine, en vue, selon eux, d'un changement de régime. Les mêmes élus soupçonnent également George Soros d'avoir voulu influencer l'élection présidentielle américaine, puis d'avoir déclaré la guerre à Donald Trump, une fois ce dernier élu. En clair, de réunir les conditions d'une révolution colorée aux Etats-Unis-mêmes.

Dernier embarras en date pour le milliardaire né en 1939, une pétition ouverte en septembre 2017 demande le classement de l'ONG de George Soros comme organisation terroriste a réuni à ce jour plus de 150 000 signatures. Le texte, s'appuyant sur le droit de pétition garanti par la Constitution américaine, appelle à saisir les biens du milliardaire.

Lire aussi : George Soros accusé d'avoir voulu renverser le pouvoir en Guinée équatoriale

22:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Gabriel, Louise, Mohamed... Quels seront les prénoms les plus donnés en France en 2018 ?

bebe-africain.jpg

 

L''Officiel des prénoms", à paraître jeudi, répertorie près de 12 000 prénoms populaires en France.


"L'Officiel des prénoms 2018" sera publié jeudi 19 octobre 2017. (KEVIN LIU / MOMENT RF)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 
publié le 

En manque d'inspiration ? Comme chaque année depuis quinze ans, L'Officiel des prénoms (ed. First) épluche en 600 pages, près de 12 000 prénoms populaires en France, détaille Europe 1. La version 2018 du guide paraîtra jeudi 19 octobre.

Parmi les prénoms les plus prisés, les prénoms courts : Louise, Emma et Jade suivies de près par Chloé, Alice et Léa pour les filles. Chez les garçons, Gabriel, Raphaël et Jules figure sur le podium, suivis de Léo, Lucas et Adam.

Pour établir son palmarès, Stéphanie Rapoport, l'auteur.e du livre, a croisé les données de l'Insee et les statistiques en provenance des grandes villes, note BFMTV.  Selon ce classement, les prénoms issus de l'Ancien testament sont de plus en plus en vogue : "Ce qui est intéressant avec les prénoms de l’Ancien testament, c’est que si Nathan, Raphaël sont très connus, Adam, par exemple, était rarement porté jusqu'ici et puis Eden, même chose, avant les années 2000, il n’y en avait quasiment pas dans les maternités", explique l'auteure à BFMTV. A noter, l'arrivée de deux prénoms dans le classement : Aaron et Mohamed.

21:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Polémique en Allemagne : Susanne, étranglée à mort à Berlin par un demandeur d’asile en instance d’expulsion

2_w_993_q_high_c_0_bild.jpg

RIP Suzanne

 

 

20h48

Le 5 septembre, Susanne F. a été assassinée à Berlin. Son meurtrier voulait lui voler 50 euros et un téléphone portable. L’auteur présumé est un jeune homme originaire de Tchétchénie âgé de 18 ans.

 

C’est un demandeur d’asile débouté, le rapport de police soulève la question de savoir pourquoi il était encore en Allemagne et n’a pas été expulsé.

 

À la une du très populaire quotidien allemand Bild d’aujourd’hui : « Étranglée parce que son meurtrier n’a pas été expulsé »

Focus.de

Merci à Stan le Lubrique

12:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO - Claude Guéant: ses vérités sur Sarkozy, Valls, un cabinet noir, Merah et l'islam...

12:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Balance ta truie !

Dans le sillage de l’affaire Weinstein et après un appel sur Twitter, de nombreuses femmes victimes de harcèlement sexuel et même d’agression sexuelle ont décidé depuis vendredi de briser l’omerta et de témoigner.

truie001-744x1024 (1).jpg

 

 Allez-y, Mesdames, c’est le moment ! Vous toutes, starlettes refoulées, actrices en mal d’engagement, vieilles gloires oubliées… Allez-y, balancez vous aussi votre « porc » et peut-être retrouverez-vous un instant de notoriété en racontant au monde cette scène horrible qui, à votre insu, vous hante depuis tant d’années et vient de resurgir grâce à ce gros dégueulasse d’Harvey Weinstein.

Depuis huit jours, la liste s’allonge. Ainsi, l’oubliée Florence Darel qui réapparaît ce lundi pour raconter au Parisien avoir éconduit le producteur en 1994, et qui confie : « Je me rends compte que ça m’a beaucoup perturbée et que depuis deux nuits, j’ai plein d’autres souvenirs qui remontent que j’avais soigneusement enterrés. »

C’est à qui en aura le plus à raconter, preuve qu’on est en plein bal des faux-culs, tout comme on le fut avec notre gloire internationale, le monsieur du FMI : Dominique Strauss-Kahn.

L’affaire est entendue : les hommes de pouvoirs sont des cochons. Et les hommes de grand pouvoir de grands cochons. Et donc, une fois de plus, une fois encore, les femmes ne sont que d’innocentes victimes contraintes de devoir tout accepter pour pouvoir respirer sur cette basse terre.

Foutaise.

Pour autant que je sache, toutes les petites starlettes en herbe qui oscillent du cul sur les plages de Cannes, se précipitent chaque printemps aux partouzes des magnats d’Hollywood, prennent leur ticket dans la file d’attente devant la chambre à coucher des réalisateurs et des acteurs en vue, de même que les grandes dames du cinéma qui acceptent les rôles les plus avilissants ne le font pas avec un flingue dans le dos.

 

Faut-il rappeler ce qui a valu la gloire à la jeune Léa Seydoux, dont la confession dans le Guardian a occupé les médias pendant trois jours ? C’est la Palme d’or, à Cannes, pour cette ode à l’homosexualité féminine (sorte de manuel pratique) qu’est La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche. Une fois remportées la Palme d’or et la gloire qui va avec, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, son amante à l’écran, ont dénoncé les agissements épouvantables du cinéaste : « La plupart des gens n’oseraient même pas demander ce qu’il nous demandait et témoignent davantage de respect. »

Pourquoi ont-elles accepté ?

Pourquoi tant de ces jeunes femmes démarrent-elles dans le porno ? Pourquoi celles qui sont déjà « arrivées » acceptent-elles des scènes de sexe cru, de perversions, de sado-masochisme, de mutilations, comme l’a fait Isabelle Huppert dans La Pianiste de Michael Haneke ? Ou pire, Charlotte Gainsbourg dans Nymphomaniac, de Lars von Trier, en 2013. Une Charlotte Gainsbourg qui se complaît dans des rôles malsains et dont le mari Yvan Attal a fait, sur un plateau de télé, cette étrange confidence : « C’est bon, elle m’a fait la totale. » Il ajoute que c’est « un drame », surtout que « c’est parfois terrible », pour leurs trois enfants. Non seulement il accepte – il en fait même l’objet de deux films : Ma femme est une actrice, puis Ma mère est une actrice ! –, mais il dédouane son épouse, en fait en quelque sorte une irresponsable : Charlotte « ne se rend pas compte » de l’impact que cela peut avoir dans une cour de récréation, dit-il, ajoutant « mais je comprends qu’elle aille tourner avec Lars von Trier quand même. Même pour faire ça (sic), c’est quand même un des plus grands metteurs en scène qui soit et, du coup, on ne peut pas reprocher à sa femme d’aller dans ses films. »

Comment faut-il appeler cela ?

Voilà donc ce qui justifie 5 h 30 de scènes sado-maso avec une Charlotte Gainsbourg. Allons-y pour le cliché ! Un film raccourci en deux fois deux heures pour « répondre à une problématique de durée tout d’abord mais également à un souci de censure car les scènes de sexe les plus explicites ont été enlevées ». Mais néanmoins montrées intégralement à la Berlinale, qui s’en est fait une gloire.

Bref, tout ce beau monde du cinéma et des médias dansant aujourd’hui au bal des faux-culs, je suggère, pour en finir avec l’hypocrisie et le féminisme misérabiliste, qu’on lance #Balancetapétasse pour faire pendant à #Balancetonporc. Il me semble que l’égalité des sexes y gagnerait.

 

 Marie Delarue – Boulevard Voltaire

NdB: Nous n'avons rien bien sûr contre les truies animales, qui défendent avec férocité leurs tout petits porcinets roses! Essayez de les approcher ! Ce sont d'excellentes mamans, et bien des mères humains devraient s'en inspirer!

12:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)