Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2017

Suède : le nombre de cas de SIDA a augmenté de 300% en 10 ans, l’écrasante majorité des malades sont des migrants

863241Capturedecran20171206a192257.jpg

 

19h33

Le nombre de cas de SIDA en Suède est passé de 1 684 en 2006 à 6 273 en 2016, soit une augmentation de près de 300%.

 

Selon Anders Tegnell de l’Autorité de la santé publique, cela peut s’expliquer par les flux de migrants en provenance de pays où le VIH est un problème majeur.

« Il y a de plus en plus de personnes vivant avec le VIH, parce que vous ne mourrez plus du SIDA », a-t-il dit.

Les statistiques sur la santé publique en Suède montrent que le nombre de nouveaux cas était relativement constant de la fin des années 1980 jusqu’au début des années 2000. Depuis lors, il y a eu une forte augmentation.

En 2011, par exemple, 74% des nouveaux cas étaient infectés à l’étranger et 84% des personnes infectées étaient nés à l’étranger.

Samnytt

22:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Europe : Plusieurs Millions de Migrants sont en Route

21:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

JOURNAL TVL DU 6 DECEMBRE

21:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un pilote de l'armée de l'air syrienne torturé et brûlé vif par Daesh

https://francais.rt.com/international/46229-daesh-execute...

 

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Étudiant tué à Montpellier : l’assassin présumé est un Algérien en liberté conditionnelle

 

J-3
 

L’assassin présumé de Joachim, cet étudiant de 20 ans en géographie de la faculté Paul Valéry à Montpellier tué de deux coups de couteau rue Saint-Guilhem, le 2 novembre dernier avait été arrêté un an plus tôt après avoir commis une agression à l’arme blanche sur la place de la Comédie, à Montpellier et avait été libéré, alors que la peine prononcée n’était pas définitive.

En clair, la nuit de ce meurtre avec préméditation, Mohamed G., un Algérien de 29 ans au chômage se trouvait en liberté conditionnelle, après sa condamnation pour les faits commis sur la place de la Comédie en 2016. À l’époque, son avocat avait déposé une demande de mise en liberté, qui avait été acceptée. Depuis, il était astreint à un contrôle judiciaire. (…)

 

La mise à l’épreuve de l’assassin présumé courait encore, lors des faits sanglants du 2 novembre au soir, dans l’Écusson.

Le rapatriement de Libye des migrants s’annonce comme un vrai casse-tête
Cinq trucs pour tirer parti de la culpabilité blanche au travail quand on est noir

00:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

05/12/2017

JOURNAL TVL DU 5 DECEMRE

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Coup de théâtre : la justice américaine remet en vigueur le décret migratoire de Trump

16339828.jpg

 


Donald Trump le 4 décembre à Salt Lake City.

Après une longue odyssée judiciaire, le décret anti-immigration cher au président américain a été validé par la Cour suprême.

Par L'Obs

 

C'est la plus controversée de toutes ses mesures : le décret anti-immigration de Donald Trump aura connu trois versions en dix mois, toutes successivement suspendues par des tribunaux, avant que la Cour suprême des Etats-Unis ne réautorise l'application de la dernière, lundi soir. Le président américain justifie le texte par des motifs de sécurité nationale. Ses détracteurs, et les juges ayant successivement bloqué son application, lui reprochent de cibler sans raison et de façon discriminatoire des dizaines de millions de musulmans.

La troisième version du décret, signée le 24 septembre, interdit de façon permanente le franchissement des frontières américaines aux ressortissants de sept pays (Yémen, Syrie, Libye, Iran, Somalie, Corée du Nord et Tchad) et suspend l'entrée dans le pays de responsables gouvernementaux vénézuéliens.

Mais la mesure avait été suspendue le 17 octobre, la veille de son entrée en vigueur, par un juge de Hawaï. Celui-ci estimait que le texte peinait à démontrer en quoi l'entrée de plus de 150 millions de ressortissants étrangers des pays visés "nuirait aux intérêts des Etats-Unis". Un juge du Maryland avait également bloqué la mesure.

"Relation authentique"

Le gouvernement, qui avait fait appel de ces décisions, avait obtenu une première victoire en novembre : une cour d'appel de San Francisco a autorisé son application partielle, en exemptant les "étrangers qui peuvent démontrer une relation authentique avec une personne ou une entité aux Etats-Unis". Les grands-parents, petits-enfants, beaux-frères, belles-sœurs, oncles et tantes, neveux, nièces et cousins étaient notamment concernés.

Dans son jugement de lundi, la Cour suprême a autorisé la mise en application totale du décret, en attendant que la justice d'appel saisie se prononce. Deux audiences sont prévues cette semaine : mercredi pour la décision de Hawaï et vendredi pour celle du Maryland.

La Maison-Blanche s'est félicitée de la décision de la plus haute instance judiciaire américaine. "Le décret est légal et essentiel pour la protection du pays", a assuré un porte-parole de l'exécutif, tandis que le ministre de la Justice Jeff Sessions saluait une "victoire importante pour la sécurité du peuple américain".

Un porte-parole du ministère de la Sécurité intérieure a affirmé que "les restrictions de bon sens de l'administration aux voyages depuis des pays qui ne remplissent pas les critères de base en matière de sécurité et qui ne partagent pas des informations cruciales avec nous concernant des terroristes et des criminels sont destinées à défendre notre territoire et à protéger les Américains".

"Préjugés anti-musulmans"

En revanche, les organisations de défense des droits civiques et des réfugiés ont critiqué le jugement de la haute cour. "C'est malheureux que le décret puisse être désormais appliqué totalement", a regretté Omar Jadwat, un responsable de l'Union américaine pour les libertés civiles (Aclu), dénonçant les "préjugés anti-musulmans du président Trump (qui) ne sont pas un secret".

L'Aclu, qui avait saisi le juge du Maryland avec d'autres organisations de défense des réfugiés, continuera "à se battre pour la liberté, l'égalité et pour tous ceux qui sont injustement séparés de leurs proches", a-t-il assuré.

Le Conseil des relations américano-islamiques (Cair) a relevé que cette décision de la Cour suprême "ignore les très réelles conséquences humaines pour les citoyens américains et leurs familles à l'étranger imposées par le décret anti-musulmans 3.0 du président Trump", a indiqué Lena Masri, directrice juridique de l'organisation.

Ce jugement "va empêcher de nombreuses personnes éligibles (à l'entrée aux Etats-Unis) de rejoindre leur famille, de reprendre leurs études ou de travailler", a affirmé Mariko Hirose, responsable de l'International Refugee Assistance Project (Irap). La décision aura "des conséquences dévastatrices pour ces personnes et toute la communauté musulmane", a-t-elle estimé.

23:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Migrations : un économiste anglais démontre que l’immigration n’est pas une chance

916249.jpg

 

17h27
 

La sociologie, l’anthropologie et l’histoire ont apporté d’importantes avancées au débat sur l’immigration. Elles permettent notamment d’affirmer que l’hostilité à l’égard de l’immigration de masse ne peut être réduite à une protestation contre les pertes d’emplois, la baisse des salaires et les inégalités croissantes. (…)

La théorie économique nous dit que l’immigration nette, comme le libre-échange, ne profite à la population autochtone qu’avec un certain retard. L’argument ici est que si l’on augmente la quantité de main-d’oeuvre, son prix (les salaires) baisse. Cela permet d’augmenter les bénéfices. L’augmentation des bénéfices conduit à davantage d’investissements, qui vont augmenter la demande de main-d’oeuvre, ce qui va renverser la première tendance à la baisse des salaires. L’immigration permet ainsi à une population plus nombreuse de jouir du même niveau de vie que la population moins nombreuse dans la situation précédente, d’où une nette amélioration du bien-être total.

Une étude récente de l’économiste de l’université de Cambridge Robert Rowthorn a toutefois montré que cet argument comporte de nombreuses lacunes. Les prétendus effets temporaires en termes de travailleurs autochtones déplacés et de salaires plus bas peuvent durer cinq ou dix ans, alors que les effets bénéfiques supposent une absence de récession. Et même sans récession, s’il y a un afflux de migrants, plutôt qu’une augmentation exceptionnelle de la taille de la main-d’oeuvre, la demande de main-d’oeuvre peut constamment être en retard sur la croissance de l’offre. La « thèse selon laquelle les migrants occupent les emplois de travailleurs locaux et poussent leurs salaires vers le bas est peut-être exagérée, dit Rowthorn, mais elle n’est pas toujours fausse ».

Un deuxième argument économique est que l’immigration va rajeunir la main-d’oeuvre et va stabiliser les finances publiques, parce que les jeunes travailleurs importés vont générer les impôts nécessaires pour financer un nombre croissant de retraités. La population britannique devrait dépasser les 70 millions d’habitants avant la fin de la prochaine décennie, soit une augmentation de 3,6 millions, ou 5,5 %, en raison de l’immigration nette et de l’excédent des naissances sur les décès parmi les nouveaux venus.

Rowthorn rejette cet argument. « Pour maintenir une fois pour toutes une réduction du taux de dépendance, il faut un flux incessant de migrants. Une fois que l’afflux s’arrête, la structure des âges revient à sa trajectoire d’origine. »

Ainsi, même avec des résultats optimaux comme l’évitement de la récession, les arguments économiques en faveur de l’immigration à grande échelle ne sont guère concluants. Ainsi le noeud de la question est vraiment son impact social.

David Goodhart, ancien rédacteur en chef de la revue « Prospect », a plaidé en faveur de la restriction d’un point de vue social-démocrate. Il tient pour acquis que la plupart des gens préfèrent vivre avec leurs semblables et que les décideurs doivent prêter attention à cette préférence. Une attitude de laisser-faire quant à la composition de la population d’un pays est aussi intenable que l’indifférence quant à sa taille.  (…)

Contrôles migratoires

Pour Goodhart, l’origine de l’hostilité des libéraux à propos des contrôles migratoires est leur conception individualiste de la société. À défaut de comprendre l’attachement du peuple à des communautés sédentaires, ils taxent l’hostilité à l’égard de l’immigration de réaction irrationnelle ou raciste. (…)

La force de la citoyenneté

Il me semble que quiconque réfléchit à ces questions est forcé d’accepter avec Goodhart que la citoyenneté, pour la plupart des gens, est une chose dans laquelle ils sont nés. Si la composition d’une communauté se modifie trop rapidement, cela arrache les gens à leur propre histoire, en en faisant des déracinés. L’anxiété des libéraux de ne pas passer pour des racistes leur cache ces vérités. Une explosion de ce que l’on appelle actuellement le populisme est une conséquence inévitable.(…)

21:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

04/12/2017

Une meilleure vidéo: Brigitte baptise le panda, un événement diplomatique important

23:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Brigitte Macron a baptisé le bébé panda au zoo de Beauval (vidéo)

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/12/04/25001...

22:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Séoul crée son «unité de décapitation» contre Kim Jong-un, 1 000 soldats mobilisés

 

5a252c27488c7b1b5b8b4567.jpg

© Kim Hong-Ji Source: Reuters
L'armée du pays des matins calmes se tient prête, illustration
 

Séoul accélérerait son agenda militaire, anticipant la possibilité d'un affrontement alors que le programme nucléaire nord-coréen s'intensifie. La formation d'une unité destinée à renverser Kim Jong-un en cas de conflit a été lancée le 1er décembre.

L'armée de Corée du Sud, par la voix du ministre de la Défense Song Yong-Moo, avait annoncé en septembre son intention de créer d'ici 2019 une unité spéciale destinée à renverser le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en cas d'affrontement entre les deux pays. Selon l'agence de presse coréenne Yonhap, l'opération a finalement été lancée le 1er décembre, après la vive accélération de l'agenda nucléaire de la Corée du Nord.

«Unité de décapitation»

Si le nom officiel de l'unité n'a pas encore été défini, le Korea Times lui a choisi un sobriquet destiné à frapper les esprits : «unité de décapitation». Si ce contingent n'est pas destiné à décapiter au sens propre le dirigeant nord-coréen, il témoigne de la détermination de la Corée du Sud : 1 000 soldats sont déployés spécifiquement pour frapper Pyongyang au plus haut sommet de l'Etat en cas de conflit, selon le journal sud-coréen.

Les principaux dignitaires du pouvoir en Corée du Nord, ainsi que des sites liés à l'armement nucléaire, pourraient également être ciblés, le cas échéant. Selon le quotidien coréen Korea JoongAng Daily, les forces spéciales américaines des Rangers, des SEAL, des Bérets verts et de la Delta force ont été choisies comme modèle pour constituer cette unité spéciale.

Séoul et Washington déploient 12 000 soldats et 230 avions de combat

Après avoir testé avec succès un nouveau missile intercontinental qui mettrait, selon Pyongyang, «la totalité du continent américain» à sa portée, la Corée du Nord a affirmé le 29 novembre avoir réalisé son objectif : devenir un «Etat nucléaire». Depuis lors, les exercices conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud se sont intensifiés. Le 4 décembre, les deux pays ont entamé Vigilant Ace 18, le «plus important exercice militaire aérien conjoint», impliquant un contingent de 12 000 soldats et un total de 230 avions de combat jusqu'au 8 décembre, selon l'agence de presse Yonhap.

L'agence rapporte encore qu'au cours de ces exercices, à vocation «défensive» selon Séoul, les forces déployées attaquent de fausses cibles nucléaires et balistiques ennemies. Six avions de combat F-35A et six F-22 Raptor furtifs ont été spécialement affectés à ces manœuvres. Une douzaine de jets furtifs F35-B de l'armée américaine actuellement stationnés au Japon doivent rejoindre ce contingent sans précédent et dont l'ampleur confirme le sérieux de l'entreprise.

Séoul a condamné le dernier essai en date de Pyongyang et le président de la Corée du Sud, Moon Jae-in, l'a qualifié de «provocation irresponsable», avant d'ajouter : «Nous devons éviter tout scénario selon lequel [la Corée du] Nord pourrait avoir mal évalué la situation et nous menacerait d'une frappe nucléaire, sans quoi les Etats-Unis pourraient envisager une frappe préventive.»

«Double-gel» des hostilités : Moscou et Pékin plaident pour la diplomatie

La Russie et la Chine plaident de leur côté en faveur de leur plan diplomatique dit de «double-gel» des forces en présence, appelant à une interruption des essais nucléaires opérés par Pyongyang en échange d'un arrêt des exercices militaires conjoints entre Séoul et Washington.

 
 

 : «Si les  cherchent un prétexte pour détruire , qu’ils le disent ouvertement»
+ d'infos ➡️ https://francais.rt.com/international/46082-moscou-si-usa-cherchent-pretexte-pyongyang-disent-ouvertement 

 
 

Cette proposition diplomatique a toutefois été rejetée par les Etats-Unis à l'été 2017. Heather Nauert, porte-parole du département d'Etat américain, avait déclaré que Washington continuerait de mener à sa guise des exercices militaires avec ses alliés sud-coréens.

Lire aussi : La Corée du Nord célèbre en grande pompe son nouveau statut d'«Etat nucléaire» (IMAGES)

21:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO - Le porte-parole LREM découvre en direct la prime de Noël...

https://francais.rt.com/france/46178-quand-porte-parole-l...

5a2516d309fac2fe1d8b4567.png

20:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

JOURNAL TVL DU 4 DECEMBRE 2017

20:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

03/12/2017

Suicide en plein procès de l'ex-militaire croate Slobodan Praljak : la nature du poison révélée

5a22bc4609fac24c528b4567.jpg

 

 

L'ancien chef militaire des Croates de Bosnie, Slobodan Praljak, accusé de crimes de guerre, ingérant du cyanure le 29 novembre.
 

Slobodan Praljak, le Croate de Bosnie qui s'est suicidé en avalant le contenu d'une fiole dans une salle d'audience du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie à La Haye, est mort d'une insuffisance cardiaque causée par du cyanure.

«Les résultats préliminaires des analyses toxicologiques ont montré que monsieur Praljak présentait une forte concentration de cyanure de potassium dans le sang», a expliqué le 1er décembre le parquet néerlandais, dans un communiqué après l'autopsie du corps de Slobodan Praljak. «Cela a provoqué une insuffisance cardiaque, soupçonnée d'être la cause de sa mort», a-t-il ajouté.

Parallèlement, une enquête interne du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) commencera la semaine prochaine en complément de l'enquête du parquet néerlandais, sollicité par le tribunal après le dramatique incident.

 
 

Accusé de crime de guerre, un ex-militaire croate se suicide en plein procès avec du poison
En savoir + ➡️https://francais.rt.com/international/46051-accuse-crime-guerre-ex-militaire-croate-avale-poison-proces  

 
  •  

 

Au moment où le TPIY rendait son ultime jugement, le 29 novembre, l'ancien chef militaire des Croates de Bosnie âgé de 72 ans s'est soudainement donné la mort à l'aide d'une fiole de «poison», avait raconté son avocat. Il venait de recevoir confirmation de sa condamnation à 20 ans de prison pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis pendant la guerre en Bosnie (1992-1995).

L'autopsie du corps a été réalisée à Rijswijk, près de La Haye, à l'Institut médico-légal néerlandais, reconnu comme étant l'un des plus importants laboratoires de médecine légale du monde. Déjà, un test provisoire avait révélé le 30 novembre la présence d'une «substance chimique qui peut entraîner la mort», dans la fiole que Praljak avait sortie de sa poche avant d'en boire le contenu d'une seule gorgée.

Un TPI pour l'ex-Yougoslavie qui déclenche les passions

La semaine précédente, le même tribunal avait condamné à perpétuité l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité durant la guerre de Bosnie-Herzégovine. Peu avant l'énoncé du verdict, le prévenu, qui plaidait non-coupable, avait été évacué de la salle d'audience du tribunal pénal international de La Haye après s'être levé et avoir crié, énervé, aux juges qu'ils mentaient. «Ce n'est pas une cour de justice de l'OTAN», avait-il notamment lancé.

Certains observateurs remettent en cause l'impartialité des jugements internationaux pour des crimes de guerre commis durant la guerre des Balkans. Parmi les 161 individus poursuivis par le TPIY, 94 sont serbes, tandis que 29 sont croates. Le tribunal se défend toutefois de tout déséquilibre et soutient que les inculpations reflètent la réalité du conflit.

RT

12:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Une fulgurante épidémie virale à Marseille et en PACA

Bonjour, mes chers amis, j'ai eu la grippe avec des courbatures très douloureuses, et les maux pénibles qui l'accompagnent. Je ne pouvais pas tenir le blog. Ma vue se brouillait. Le blog me manquait beaucoup, croyez-le bien. Je suis désolée de cette interruption bien dehors de ma volonté. 

BONNE JOURNEE A TOUS!  

Gaëlle Mann

12:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)