Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2017

Le policier mis en examen accuse Théo de l’avoir frappé et remet en cause sa version des faits

 

20h32

Il revient d’abord sur les circonstances de l’incident. En patrouille dans ce quartier sensible d’Aulnay avec trois autres policiers, il repère « un individu déjà connu de nos services pour son implication pour le trafic de produits stupéfiants ». Après avoir été pris à parti, les gardiens de la paix décident de procéder à un contrôle. Ils encerclent le petit groupe. « Il devait y avoir une dizaine de personnes à contrôler », précise-t-il. Selon la version du policier, une bagarre se déclenche lors de la palpation d’un deuxième individu. La situation est d’abord confuse. La patrouille tente d’interpeller Théo et, dans le même temps, est encerclée par les autres personnes présentes. « Pris dans l’action, nous ne pouvions faire appel aux renforts », dit-il. Il décrit alors une interpellation qui dégénère en raison de la résistance de Théo.

 

« J’usais alors de ma matraque télescopique »

« Alors que je venais de lui saisir le bras, je recevais de sa part un coup de poing au niveau de la pommette gauche. Durant quelques instants, j’ai été sonné. J’ai compris à ce moment-là que l’individu serait prêt à tout pour se soustraire. Il se débattait, portait des coups de poing à tout va, gesticulait en tout sens, même des jambes. Le gardien de la paix D. parvenait toutefois, mais très difficilement, à le conduire au sol en le ceinturant. Tous deux basculaient au sol de manière très brutale ».

D’après le policier, Théo n’est pas encore maîtrisé, ni calmé. « J’usais alors de ma matraque télescopique, déclare-t-il, et lui portais des coups en visant l’arrière des cuisses. L’individu continuait de se débattre, il se retournait, gesticulait en usant de son gabarit musclé, et il parvenait à se relever », explique-t-il. « Là je le voyais piétiner le collègue D. qui était encore au sol dos contre terre et subitement un jet de gaz lacrymogène s’échappait de la bombe du gardien D ». Et d’ajouter: « Je suppose alors que ce jet a été causé accidentellement dans l’agitation de l’individu. » Toujours selon ce témoignage, malgré le renfort d’un nouveau policier, aucune amélioration: « il continuait de piétiner le gardien de la paix D qui se trouvait toujours dos contre sol ».

« Il continuait de se débattre »

Une deuxième fois, le policier fait usage de son arme de défense. Mais à aucun moment, dans ses propos, il n’évoque des coups sur les fesses. « Je décidais de porter à l’individu des coups de matraque télescopique en visant ses membres inférieurs dans l’espoir de lui faire perdre l’équilibre et de l’amener au sol. Mon effort portait ses fruits et l’individu basculait à terre. Au sol, il continuait de se débattre continuant de porter des coups de pied. J’ai à nouveau riposté par un coup de télescopique au niveau d’une de ses jambes. A l’issue de cet épisode, Théo est finalement menotté.

Le policier dit ne remarquer à ce moment aucune blessure sur le jeune homme. « Je procédais à une palpation de sécurité sur sa personne et lui remontais son bas de survêtement lequel était descendu jusqu’à ses genoux durant sa rébellion ». Puis, « je le plaçais en position assise. Là, il se plaignait d’être installé de façon inconfortable et avoir mal. Il ne disait pas où ». Fait troublant: une fois au commissariat, Théo déclare sur procès-verbal: « je ne désire pas faire l’objet d’un examen médical ». Le policier qui l’entend indique pourtant qu’il « n’est pas physiquement en mesure de signer » le PV, alors même qu’il saigne du nez.

« Je n’ai aucune idée de la façon dont cette plaie a été faite »

Le témoignage du gardien de la paix qui va être mis en examen pour « viol » résonne différemment. « L’individu se plaignait de douleur au visage ainsi qu’aux fesses. Je regardais rapidement s’il avait quelque chose au niveau des fesses en tirant son bas de survêtement. Je constatais alors qu’il présentait une plaie saignante. Je n’ai aucune idée de la façon dont cette plaie a été faite. D’autre part, je ne m’en suis aperçu qu’une fois arrivé au poste, lorsque l’individu s’est plaint. Nous faisions donc appel aux sapeurs pompiers lesquels intervenaient et le prenaient en charge ».

(…) L’Express

69832fb71079b77d969fd77b06fb0.jpg  Théo et Hollande.jpg

21:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

JOURNAL TVL DU 15.02.17 / Donald Trump dans la tourmente

21:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Selon Emmanuel Macron : « La colonisation est un crime contre l’humanité »

 

 

« Je pense qu’il est inadmissible de faire la glorification de la colonisation. Certain ont voulu faire cela en France, il y a dix ans. Jamais vous ne m’entendrez tenir ce genre de propos. J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie. La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité », a affirmé Emmanuel Macron, candidat du Mouvement En Marche !  à l’élection présidentielle française, dans une interview accordée mardi à la chaîne privée algérienne Echourouk News.

« La colonisation fait partie d’un passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes », a-t-il ajouté. Selon M. Macron, il ne faut pas balayer tout le passé. Il a rappelé la formule exprimée lors de sa rencontre publique, lundi soir, à l’hôtel Sofitel à Alger. « La France a installé les droits de l’Homme en Algérie, mais elle a oublié de les lire. C’est une jolie formule qui vaut pour l’Algérie pour expliquer cette période. Il y a eu des crimes terribles, de la torture, de la barbarie ».

La colonisation est un acte de domination et de non reconnaissance de l’autonomie d’un peuple. Tout en reconnaissant ce crime, je ne veux pas qu’on tombe dans la culture de la culpabilisation sur laquelle, on ne construit rien. C’est ce chemin de crête que je veux que nous prenions ensemble », a-t-il souligné.

En novembre 2016, Emmanuel Macron a, dans une interview à l’hebdomadaire français Le Point, abordé la question de la colonisation en des termes ambigus. « Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l’émergence d’un État, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie », a-t-il soutenu.

Une phrase qui, selon lui, a été sortie de son contexte. « Je ne parlais pas que de l’Algérie. Il ne faut absolument pas lire mes propos comme des éléments qui nient le fait de la colonisation et sa barbarie. Si certains l’ont lu comme tels, je m’en excuse auprès d’eux », a-t-il expliqué à Echourouk News.

Selon lui, les pieds-noirs ont une autre vision de la colonisation. « Elle nie les crimes qui ont été commis. Je ne m’y retrouve pas. Mais, en même temps, on ne peut pas leur dire vous n’avez rien été, vous étiez simplement des criminels. Ils ont leur histoire intime avec l’Algérie. Et, donc, on doit savoir vivre, tresser ces mémoires tout en reconnaissant la responsabilité de l’État français et de ce qui s’est passé ici Algérie », a ajouté Emmanuel Macron.

Source : tsa-algerie.com

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Marion Maréchal-Le Pen invitée des 4 Vérités - 14.02.17

http://www.francetvinfo.fr/politique/front-national/les-4...

20:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Au moins 10% des Français ont au moins un parent immigré (INSEE)

 

J-5

Au moins 10% des Français ont au moins un parent immigré. C’est le chiffre fort publié par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), mercredi 8 février. Un chiffre d’autant plus fort alors que le thème de l’immigration est fort, dans les programmes des candidats à la présidentielle. «En 2015, 7,3 millions de personnes nées en France ont au moins un parent immigré, soit 11% de la population», précise le rapport.

Sur le site de l’INSEE :
Selon la définition adoptée par le Haut Conseil à l’Intégration, un immigré est une personne née étrangère à l’étranger et résidant en France. Les personnes nées françaises à l’étranger et vivant en France ne sont donc pas comptabilisées. À l’inverse, certains immigrés ont pu devenir français, les autres restant étrangers. Les populations étrangère et immigrée ne se confondent pas totalement : un immigré n’est pas nécessairement étranger et réciproquement, certains étrangers sont nés en France (essentiellement des mineurs). La qualité d’immigré est permanente : un individu continue à appartenir à la population immigrée même s’il devient français par acquisition. C’est le pays de naissance, et non la nationalité à la naissance, qui définit l’origine géographique d’un immigré.

Ces parents sont largement d’origine européenne, à 45%, majoritairement venant d’Italie, d’Espagne et du Portugal, et 31% viennent du Maghreb (Algérie Maroc Tunisie). 11% viennent d’Afrique subsaharienne et 9% d‘Asie. Les quatre derniers pourcents viennent d’Amérique ou d’Océanie.

Autre donnée apportée par l’Insee, elle concerne l’âge et la région où vivent ces descendants d’immigrés. Ils sont plus jeunes que la moyenne de la population, plus de 45% d’entre eux ont moins de 25 ans, les plus jeunes étant originaire du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne. Concernant leur lieu de vie, près d’un tiers sont en Ile-de-France, et seulement 11% vivent dans des zones rurales.

m6info.yahoo

04:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Macron veut favoriser la mobilité entre l’Algérie et la France

 

15h25

Emmanuel Macron veut proposer à l’Algérie un approfondissement de ses relations avec la France, en s’inspirant d’initiatives franco-allemandes qui ont consolidé la paix entre les deux pays comme la création d’une chaîne télévisée sur le modèle d’Arte.

presidentielle-macron-en-algerie-pour-asseoir-sa-stature-internationale

 

(…) « Je proposerai au gouvernement algérien la création d’un Office franco-algérien de la Jeunesse, à l’instar de ce qui existe entre l’Allemagne et la France, pour favoriser la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée », écrit-il dans une tribune publiée sur le site d’information algérien Tout sur l’Algérie, à l’occasion de sa visite dans le pays.

(…) Le Figaro

02:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Martin Schulz accusé de fraude lors de son mandat au Parlement européen

 

Ingeborg Grässle, à la tête de la commission de contrôle budgétaire de Bruxelles, a déclaré vouloir ouvrir une enquête pour fraude, après les articles du Sunday Times et de Der Spiegel sur l’ancien président du Parlement européen, Martin Schulz.

 

Après avoir quitté les arcanes de Bruxelles, Martin Schulz risque de voir sa candidature face à Angela Merkel pour la chancellerie allemande mise à mal par une affaire de fraude datant de son mandat européen.

 

Rappel : qui est Martin Schulz ?

 

 

Parmi les révélations du Sunday Times et de Der Spiegel, on apprend que l’ancien président du Parlement européen aurait fréquemment utilisé un jet privé coûtant 20 000 euros de l’heure, pour voyager entre Bruxelles, Strasbourg et Berlin. Or, son lieu de travail n’est limité qu’à la capitale belge.

L’ancien président du Parlement aurait aussi demandé à ses assistants de se livrer à des tâches non comprises dans leurs prérogatives. Ainsi, l’un d’eux aurait démissionné après s’être vu demander à plusieurs reprises... de repasser les pantalons de Martin Schulz.

Sont aussi évoquées des pratiques de clientélisme : des alliés de Schulz auraient été nommés à des postes grassement payés au sein de l’administration du Parlement, sans passer par les procédures régulières de recrutement. En outre, les personnes nommées n’auraient, dans de nombreux cas, pas disposé des qualifications requises pour ses postes.

En réaction à ces révélations, Ingeborg Grässle, qui dirige le puissant comité de contrôle budgétaire des fonds de l’Union européenne, a déclaré que l’ancien président du Parlement avait créé un « système stalinien de clientélisme » et qu’il était nécessaire d’ouvrir une enquête.

« Schulz a outrepassé les règles sans gêne pour satisfaire son ambition politique. J’espère que ces révélations feront l’objet d’une enquête », a-t-elle déclaré.

Martin Schulz n’a, jusqu’à présent, pas souhaité répondre à ces accusations, qui tombent peu après sa nomination en tant que candidat du SPD pour ravir la chancellerie à Angela Merkel lors du scrutin de cette année.

02:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marine Le Pen sur France Bleu Azur (13 février 2017)

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

CETA : 3,5 millions de signatures contre le traité de libre-échange avec le Canada

CETA.jpg CETA.jpg

 

 

14/02/2017 – FRANCE (avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Le chiffre est phénoménal : 3,5 millions de personnes ont signé la pétition contre le CETA, le traité de libre‑échange économique entre l’Union européenne et le Canada. « Les signataires, explique le Journal de Montréal, demandent aux députés européens de s’opposer au traité commercial que l’UE a conclu avec le Canada (CETA), mais aussi à celui qu’elle négocie avec les États-Unis (TTIP, ou Tafta), dont les discussions sont gelées depuis l’élection de Donald Trump. »

Le texte doit être voté ce mercredi à Strasbourg par le Parlement européen. De nombreuses manifestations sont aussi prévues pour perturber la venue de Justin Trudeau, le jeune Premier ministre canadien qui doit intervenir lui jeudi devant le Parlement européen. Si le Parlement vote le texte, le traité pourra être appliqué dès avril dans les grandes lignes, avant d’être ratifié par les Parlements des Etats membres de l’UE.

01:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Des "personnalités" signenr la tribune d'un élu de l'Essonne contre les violences policières

http://www.leparisien.fr/essonne-91/bretigny-un-elu-local...

00:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

14/02/2017

Aux Etats-Unis, premières opérations contre les clandestins sous la présidence Trump

5078401_6_9d27_les-services-des-douanes-et-de-l-immigration_5cd6b6266f4fbdb587a61b2d002bbfe9.jpg Police Ice.jpg

 

 
 

Des centaines de sans-papiers ont été arrêtés et expulsés au cours de la semaine écoulée, aux Etats-Unis, dans des opérations menées par les agents du service des douanes et de l’immigration (Immigration and Customs Enforcement, ICE). Cette agence fédérale spécialisée dans les reconduites à la frontière a ciblé des foyers d’immigrés clandestins à Los Angeles, New York, Chicago, Austin et d’autres villes du pays.

 

Les interventions menées par la nouvelle équipe à Washington s’inscrivent dans un climat marqué par les déclarations et mesures hostiles aux immigrés en général. Le président Trump a par ailleurs signé, le 25 janvier, un décret donnant la priorité à l’expulsion des sans-papiers ayant un casier judiciaire ou accusés de crime et de délit, sans distinction. Sont également ciblées les personnes entrées illégalement sur le territoire qui sont poursuivies ou soupçonnées, sans avoir été condamnées.

 
Le 12 février 2017 par Le Monde

20:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

JOURNAL TVL DU 14.02.17

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen rencontre à Paris deux membres Républicains du congrès américain

821607.jpg Marine US.jpg

 

17h48
 

Rencontre à Paris entre Marine Le Pen (FN) et deux membres Républicains du congrès des États-Unis.

« Les membres du congrès Steve King et Dana Rohrabacher ont rendu visite à Marine Le Pen (la prochaine présidente de la France?) pour parler de Liberté et de valeurs communes »

04:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

" Céline, la race, le juif" : Céline fait toujours polémique

Capture.GIF Céline mars 194I.GIF

Céline (à gauche), mai 1941

Par Thierry Clermont
Publié le 09/02/2017 à 08h19

Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff accusent Céline d'être un «agent nazi» et dénoncent le culte littéraire dont il fait l'objet. David Alliot, spécialiste de l'écrivain, réfute ces arguments.

Avant même sa sortie en librairie, le 6 février, l'ouvrage de près de 1200 pages intitulé Céline, la race, le Juif d'Annick Duraffour et de Pierre-André Taguieff (Fayard) a suscité la polémique. Les deux auteurs entendent démontrer que l'auteur du Voyage au bout de la nuit était un agent au service des nazis, qui a eu «une place déterminante dans l'histoire de l'antisémitisme à base racialiste et conspirationniste».

Des céliniens, Émile Brami dans L'Express, et François Gibault, exécuteur testamentaire de l'écrivain, dans Le Figaro Magazine, ont dénoncé un livre-réquisitoire et «une entreprise de démolition». Nous avons demandé à David Alliot, auteur du volumineux D'un Céline l'autre qui publiera par ailleurs Le Paris de Céline (Éditions Alexandrines) le 22 février, de lire et de commenter ce livre à charge - cet essai explosif.

Le lecteur qui, de bonne foi, entrerait dans les méandres de ce pavé de plus de mille pages (notes et index compris) en ressortirait tout retourné dans ses convictions littéraires. Céline est un être immonde, un antisémite furieux, un pamphlétaire qui écrit des romans (la nuance est de taille, seuls Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit trouvent grâce aux yeux des auteurs, le reste n'étant que propagande et justifications), un collaborateur notoire, un dénonciateur hideux, etc. Le tout, asséné avec force et moult citations et références. Au fil des nombreuses pages de ce réquisitoire, il n'y a aucune échappatoire possible, aucune nuance dans la démonstration, c'est d'un bloc, à prendre où à laisser.

Si l'habile introduction laisse espérer un livre de fond, traitant de ce sujet complexe avec subtilité et nuances, le lecteur sera rapidement détrompé. Très vite, ce brûlot devient une croisade contre Céline, son œuvre, et ses admirateurs, prêts à toutes les complaisances et autres compromissions pour excuser leur écrivain fétiche. Heureusement pour nous tous, Pierre-André Taguieff et Annick Duraffour, seuls détenteurs de la Vérité, se proposent au fil des pages de sortir le lecteur de son ignorance, de le délivrer de sa cécité, ingénieusement entretenue par les «célinolâtres» de tous bords, et in fine leur indiquer la voie de la rédemption… La construction du livre est simple, les auteurs délivrent leur version des faits, l'intendance doit suivre, avec une mauvaise foi évidente, quitte à tricher avec la chronologie, ou, pire encore, avec la simple évidence. Et si les preuves manquent (il reste encore des zones d'ombre dans la vie de Céline…, de subtils sous-entendus paranoïaques compléteront le tableau dans le sens que l'on devine. Comme dirait tout un chacun: «Qui veut noyer son chien, l'accuse d'avoir la rage.»

Une charge éculée et fausse

Malheureusement pour les auteurs, cette démonstration de force ne résiste pas aux faits, qui, comme chacun sait, sont têtus. L'exemple le plus flagrant est celui du docteur Hogarth (dédicataire du livre) présenté comme un martyr, du fait de sa prétendue dénonciation par Céline, qui cherchait à prendre sa place de médecin chef du dispensaire de Bezons, sujet que nous avons traité longuement dans le passé (1). Malgré une chronologie en leur défaveur, les auteurs, contre toute évidence, persistent dans leur charge éculée et fausse. Révoqué en juillet 1940 par les lois de Vichy, le médecin haïtien ne sera remplacé par Céline qu'en octobre 1940. Si Céline a bien intrigué, et sans grande subtilité, auprès de ses «nouveaux amis» désormais au pouvoir depuis la débâcle de juin 1940, il n'est pour rien dans cette révocation, effective depuis plusieurs mois, et n'a nullement dénoncé le docteur, qui poursuivra sa vie à Bezons, pendant et après la guerre.

«Je ne connais pas ce monsieur, mais j'ai souvent entendu parler de lui. Il était collaborationniste, mais je ne crois pas qu'il n'ait jamais travaillé pour nous ou un autre SR allemand»

Roland Nosek

Parmi les accusations les plus graves des auteurs, celle qui ferait de Céline un agent du SD l'un des services de renseignement (SR) nazis. Pour étayer leurs dires, les auteurs se basent sur l'interrogatoire de Helmut Knochen, réalisé après la guerre par les Alliés. Quel crédit accorder à ces aveux tardifs? Nous l'ignorons. Toutefois, il aurait été honnête de la part des auteurs de citer également le témoignage de Roland Nosek, «le plus parisien des Allemands de la capitale», espion au service du SR des SS, qui déclare au sujet de Céline: «Je ne connais pas ce monsieur, mais j'ai souvent entendu parler de lui. Il était collaborationniste, mais je ne crois pas qu'il n'ait jamais travaillé pour nous ou un autre SR allemand» (2). Pourquoi les auteurs ont-ils passé sous silence ce témoignage qui contredit leurs affirmations. Il ne faut pas être grand clerc pour le deviner…

Le sommet de la mauvaise foi est atteint quand les auteurs chargent les céliniens (ces grands naïfs…) qui mettent trop en avant (au goût des auteurs…), les qualités humaines du docteur Destouches (p. 593). À cela, une note renvoie le lecteur à ces considérations hautement scientifiques: «Il paraît aussi que Hitler était très gentil avec son chien et les petits enfants…» (p. 1012) Pour les auteurs, l'équation est simple, puisque Céline, comme Hitler, aimait les enfants et les animaux, donc Céline est un nazi. CQFD.

Comme nous l'avons vu, les éléments qui remettent en cause la doxa des auteurs sont habilement passés sous silence. Pourquoi ces terribles accusations proférées par les auteurs ne figurent pas dans le dossier d'extradition de Céline, établi par le gouvernement français en 1945? Pourquoi, après la guerre, le docteur Hogarth n'a jamais porté plainte contre celui qui l'avait soi-disant «dénoncé»? Comment expliquer que la recherche sur Céline, dans son ensemble, et de loin, la plus dynamique des Lettres, a-t-elle pu se fourvoyer depuis plus de cinquante ans? À ces questions, il n'y aura pas de réponse.

On ne saurait nier l'immense tâche accomplie par les auteurs, qui ont passé au peigne fin plusieurs centaines d'ouvrages, et réalisé un colossal travail de rédaction, mais à sens unique. Sans nul doute, cette «somme» se vendra bien. Elle est dans l'air du temps. Les nombreux détracteurs de Céline y puiseront avec abondance tout le fiel nécessaire à leurs ratiocinations. Les céliniens, peut-être matière à réflexion (tout n'est pas à jeter dans ce livre). Ceux qui recherchent l'objectivité et la sincérité passeront leur chemin. L'ouvrage de référence, indiscutable et probe, sur Céline et l'antisémitisme reste encore à faire.

(1) «Céline à Bezons 1940-1944», Éditions du Rocher, 2008, coécrit avec Daniel Renard.

(2) «Un espion nazi à Paris. Interrogatoire du SS Roland Nosek», d'Olivier Pigoreau, Histoire et Collections, 2014, 251 pages.

«Céline, la race, le juif», d'Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff, Fayard, 1 174 p., 35 €.

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 09/02/2017

 

02:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Publicité pour la Saint Valentin chez Carrefour - 13 février 2017

16473315_10211780854897939_6658827333924338885_n.jpg arrefour.jpg

 
Retrouvez cet article et l'info alternative sur : http://www.contre-info.com/ |

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

A Nice, Marine Le Pen dénonce des "crapules" qui "détruisent"

XVM3a645a1c-f20b-11e6-9846-871839e5cbf9.jpg

REPORTAGE - En déplacement dans le sud-est de la France lundi, la candidate du Front national craint que la crise des banlieues ne «dérape».

À Nice et Menton

«Moi, je veux avoir le bilan. C'est quoi, le bilan des cinq derniers jours d'émeutes dans les banlieues françaises? Combien ça coûte tout ça? Parce que ce sont les Français qui payent, des Français qui ont de plus en plus de mal à payer leurs impôts et qui, systématiquement, sont obligés de prendre en charge ce que les crapules détruisent et brûlent.» De passage lundi matin à Nice, où elle s'est recueillie sur la Promenade des Anglais en hommage aux 86 victimes de l'attentat du 14 Juillet, Marine Le Pen est revenue longuement sur la crise des banlieues dont elle craint maintenant qu'elle ne «dérape».

La candidate du Front national n'a pas eu de mots assez durs pour fustiger l'attitude du gouvernement. «Non seulement il ne fait pas son travail, mais il n'ose même pas prendre la parole alors que les faits qui se déroulent depuis quelques jours sont un très grave signal que nous sommes en train de danser sur un volcan», a-t-elle souligné dans les allées du cours Saleya, à Nice, sous une nuée de caméras et de micros, en recevant par ailleurs un accueil plutôt chaleureux des badauds du marché des brocanteurs.

«Nos forces de police continuent à être attaquées, ce sont des tentatives d'assassinat, et on appelle ça des incidents»

Marine Le Pen

Accusant Bruno Le Roux, le ministre de l'Intérieur, de ne «rien dire» et ne «rien faire», la favorite des sondages pour le premier tour a enfoncé le clou: «Nos forces de police continuent à être attaquées, ce sont des tentatives d'assassinat, et on appelle ça des incidents. Est-ce qu'on va enfin dire la vérité ? (…) Il y a quand même des types qui ont mis le feu à une voiture avec une femme et deux enfants à l'intérieur. Est-ce qu'on va laisser cette impunité pendant longtemps, ou est-ce qu'on va enfin reprendre la main et remettre de l'ordre en France? C'est ça, la vraie question.»

Plus largement, elle a conspué une classe politique «tétanisée», selon elle, et coupable «de se cacher et d'avoir le sentiment que la moindre parole pourrait entraîner une aggravation des émeutes». «Mais ça veut dire quoi, qu'on vit dans la peur des émeutiers, qu'on se soumet à eux, ça veut dire qu'on n'ose même plus respecter la loi, de peur qu'ils se servent de cela pour aggraver leur comportement?», s'est-elle encore interrogée.

Un «grand plan de désarmement des banlieues»

Entre deux selfies avec ses partisans, Marine Le Pen a ensuite déroulé ses propositions, préconisant un «grand plan de désarmement des banlieues». «Aujourd'hui, a-t-elle insisté, les armes se cachent dans les banlieues et on le voit bien, on voit des délinquants dire que c'est plus facile de trouver une arme dans les banlieues que du boulot. Ce que je crois assez vrai.» La candidate FN a indiqué vouloir «réarmer moralement et matériellement les policiers: moralement, par la mise en œuvre de la présomption de légitime défense, et matériellement, avec l'ensemble de ce qui peut leur permettre de remplir leur mission et qu'ils n'ont pas aujourd'hui». Avant d'évoquer la nécessité de construire 40.000 places de prison et de recruter 15.000 policiers supplémentaires.

Marine Le Pen a ensuite gagné Menton où, après un déjeuner sur le front de mer avec les cadres locaux du parti et malgré une grippe carabinée, elle a rendu visite aux fonctionnaires de la Police aux frontières (PAF) afin de défendre son idée de fermeture de la frontière française, mais «accompagnée d'une politique dissuasive d'immigration». Au passage, elle n'a pas manqué de regretter que Cédric Herrou, l'agriculteur de la vallée de la Roya jugé la semaine dernière à Nice pour avoir aidé des migrants, n'ait pas «été condamné assez lourdement». «C'est un passeur qui se drape dans des considérations humanitaires, alors qu'en réalité il agit par idéologie», a-t-elle jugé.

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 14/02/2017.

01:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Macron: la France en marche vers le gouffre

craghoppers_one_st_3296882b.jpg

BV

00:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

13/02/2017

Marine Le Pen sur Europe1 et iTele Le Grand Rendez-Vous

http://www.frontnational.com/videos/marine-le-pen-sur-eur...

2 vidéos à voir absolument

23:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

JOURNAL TVL DU 13.02.17 - Bobigny la violence qui nen finit pas

22:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L’hymne nazi chanté à la place de l’hymne allemand pendant la Fed Cup! (Vidéo)

https://fr.sputniknews.com/international/2017021210300554...

L’hymne nazi chanté à la place de l’hymne allemand pendant la Fed Cup! (Vidéo)

© Flickr/ PughPugh
International
URL courte
 
 

03:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)