Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 444

  • Jany Le Pen : «Jamais je n’aurais pensé que Marine irait si loin»

    5080065_jany-le-pen_545x460_autocrop.jpg

    Jany Le Pen en 2011

     

    Zoé Lauwereys (@zlauwereys) | 10 Sept. 2015, 17h21 | MAJ : 10 Sept. 2015, 17h56

     
    réagir
    13
                                                         Jany Le Pen, en 2011. L'épouse du cofondateur du FN s'exprime dans Paris-Match sur le conflit au sein de la famille Le Pen.  (LP/ALAIN ABOIROUX.)

    Elle est des Le Pen que l’on entend rarement dans les médias. Mais lorsqu’elle décide de prendre la parole, Jany Le Pen ne mâche pas ses mots. Dans un entretien à Paris Match, la seconde épouse du fondateur du Front national donne son opinion sur le clan mythique qui se déchire.

    Pour elle, «Jean-Marie vit sans doute l’épreuve la plus douloureuse de sa vie (…) Jamais je n’aurais pensé que Marine irait si loin, serait si vindicative».

    «Aujourd’hui, elle est cadenassée, je n’entends plus son cœur. Il s’est durci»,  analyse celle qui raconte une Marine Le Pen «si spontanée» à 17 ans.

    «Un SMS d'insultes, d'une violence folle, au ton ordurier»

    La belle-mère de la patronne du FN raconte les échanges de SMS à la veille du bureau exécutif en août : «A l’aéroport de Nice, j’ai regardé Jean-Marie qui, dans la salle d’attente, ne disait rien.» Après le vol, l’octogénaire regarde son téléphone : « En sortant de l'avion, j'ai lu sa réponse : un SMS d'insultes, d'une violence folle, au ton ordurier. Cette haine ! Elle a des comptes à régler avec son père, à qui elle doit pourtant tout». Le lendemain de cet échange, Jean-Marie Le Pen était exlu du FN. 

    La fille n’est pas la seule à recevoir une salve d'amabilités, la petite-fille du «menhir» n’est pas épargnée non plus. A son propos, Jany reconnait : «C’était une adorable petite-fille». Avant d’assurer : «Elle est douée, extrêmement maligne. C'est elle qui a choisi de rajouter le nom de Le Pen à celui de Maréchal. Jusque-là, elle s'était toujours appelée Marion Maréchal. Comment vouloir le nom et refuser le reste ?»

    Et d’asséner que la benjamine Le Pen a hérité d’ «une circonscription en or dans le Vaucluse» et de conclure toujours à propos de la jeune députée : «Je ne dis pas que même une chèvre avec un chapeau aurait pu être élue, mais enfin… » 
     
    Le Parisien
     
    NdB: De l'air !
     
     

     

     


     

  • Lénine de retour à Berlin: quel symbole funeste !

    5079793_ber248-442276-01-02_625x468.jpg Lnine.jpg

               

      

    Lénine a fait un retour remarqué jeudi à Berlin : vingt-cinq ans après la chute du Mur, la tête d'une immense statue à son effigie a été déterrée et transportée sur un camion à travers la ville.

    La tête du révolutionnaire russe, un crâne géant d'1,70 m et de 3,5 tonnes qui était enterré depuis plus de vingt ans dans un bois au sud-est de Berlin, va prendre place dans une exposition permanente que la ville va consacrer aux figures clés de l'histoire allemande.

     

    Elle été déterrée dans la matinée par des ouvriers qui l'ont ensuite hissée à l'aide d'une grue sur un camion. Elle a ensuite entamé son trajet à travers la capitale allemande pour rejoindre le lieu de l'exposition, à l'ouest de Berlin, dans l'ancienne citadelle de Spandau, transformée en musée.

    L'image de ce crâne circulant dans Berlin fait penser à la scène du film «Good Bye Lenin» (2003), lorsque la tête, suspendue à un hélicoptère, survolait Berlin-Est, juste après la chute du Mur. Initialement, le crâne faisait partie d'un monument réalisé par Nikolai Tomski, président de l'Académie soviétique des Arts, représentant un Lénine en pied sur fond de drapeau rouge. Il mesurait 19 mètres de haut. Inauguré le 19 avril 1970, trois jours avant le 100e anniversaire de la naissance de Lénine, il était resté 31 ans sur une place portant le nom du révolutionnaire. Son démontage a été ordonné à l'automne 1991. Le monument, en 120 morceaux, sera finalement enterré dans une zone forestière protégée à l'extrême sud-est de la ville.

    Son excavation s'avèrera compliquée : il y a un an, la ville de Berlin a même failli jeter l'éponge, disant ne plus savoir où elle se trouvait précisément. Mais un documentariste américain, Rick Minnich, qui avait partiellement déterré la tête au début des années 90, a alors contacté la presse locale, disant savoir où elle était. Les autorités berlinoises ont alors donné leur feu vert pour la «résurrection» de Lénine.

    Mais les travaux ont ensuite encore été retardés par la découverte dans la zone de la présence d'un petit lézard des souches, une espèce protégée qui a dû être minutieusement évacuée.

    Le Parisien

  • La Slovaquie ne doit pas "se prosterner" devant l'Allemagne ou la France

    http://www.fdesouche.com/644535-migrants-la-slovaquie-ne-doit-pas-se-prosterner-devant-lallemagne-ou-la-france

  • Allemagne : l’Arabie saoudite se propose de construire 200 mosquées pour les réfugiés musulmans

     

    19h59

    Extrait du FAZ (grand journal allemand) d’hier :

    « Mais aujourd’hui l’Arabie saoudite n’accueille aucun réfugié en provenance des pays en état de guerre civile, et surtout pas venant de Syrie. Au lieu de cela, selon le journal libanais al Diyar, l’Arabie saoudite se propose de construire 200 mosquées pour les réfugiés musulmans qui sont accueillis en Allemagne.

    Certes, écrit le journal, cela doit se faire en accord avec le gouvernement fédéral. Il serait tout de même préférable que l’Arabie saoudite s’occupe elle-même des réfugiés et soit ainsi à la hauteur de son rôle de leader de l’ »Oumma islamique », la communauté regroupant tous les musulmans. »

    FAZ

    (merci à Chantecler)

  • Haute trahison

     

    De son propre aveu, la politique pro-clandestins d’Angela Merkel "changera" l’Allemagne

    Après un week-end où près de 20.000 migrants sont arrivés en Allemagne, Angela Merkel a fait la promesse de travailler afin que cette crise se transforme en changements « positifs ».

    L’Allemagne va être « changée » par l’afflux massif de migrants, a estimé lundi la chancelière Angela Merkel, qui a promis de travailler pour que ces changements soient « positifs » pour le pays.

    « Ce que nous vivons est quelque chose qui va continuer de nous occuper dans les années à venir, nous changer, et nous voulons que le changement soit positif et nous pensons que nous pouvons y arriver », a-t-elle déclaré à la presse.

     

    20.000 réfugiés en un week-end

    Évoquant un week-end « saisissant et émouvant », qui a vu l’arrivée en Allemagne de quelque 20.000 réfugiés venus pour beaucoup de Syrie, la chancelière conservatrice s’est « réjouie que l’Allemagne soit devenue un pays avec lequel les gens associent de l’espoir, c’est quelque chose de très précieux si on regarde notre histoire ».

    Affirmant, comme à plusieurs reprises la semaine dernière, sa conviction que l’Allemagne allait pouvoir accueillir et intégrer les réfugiés qui arrivent par milliers, Mme Merkel a toutefois appelé à un « effort de l’Union européenne ». « Nous ne viendrons à bout de la tâche qu’au moyen de solidarité européenne. »

    Lire la suite de l’article sur bfmtv.com

     

    E&R

    La mort programmée de l'Allemagne

  • Discussion sur l'immigration avec Oskar Freysinger

    Alimuddin Usmani et Joseph Navratil se sont entretenus pour LaPravda.ch avec Oskar Freysinger, membre du parti suisse Union démocratique du centre (UDC), au sujet de l’immigration.

    E&R - 08 09 2015

  • Manuscrit de Talhoffer : Le livre de combat secret du Moyen-Âge

     

     
    Le livre sur le Combat de Hans Talhoffer (1420-1490) est un des plus mystérieux manuscrits du Moyen-Âge au monde. Daté de 1459, il se compose de 150 feuillets en papier écrit en dialecte Souabe, et dans ses pages illustrées apparaît une collection unique d’images de combats sanglants, de personnages portant de curieux accoutrements, de duels, de machines de guerre et d’inventions insolites.

     

    Les pages de ce manuscrit inconnu ont été ramenées à la vie grâce à la technologie actuelle de restauration, mais encore aujourd’hui, la majorité de son histoire et de son contenu reste inexpliqué.

    D’après le manuscrit, la véritable histoire de l’Europe durant le Moyen-Âge se révèle être violente, secrète, spirituelle, et contient une mine de connaissances, preuve que la société médiévale était bien plus sophistiquée et étrange que nous le pensions.

    Hans Talhoffer est le plus connu de tous les maîtres escrimeurs germains du sud au XVe siècle. Il est contemporain au maître d’armes Paulus Kal, avec qui les manuscrits suggèrent une rivalité professionnelle. Talhoffer enseigna selon la tradition de Johannes Liechtenauer.
    Le nom de Talhoffer apparait dans les archives de Zurich, qui indiquent comment il enseigna occasionnellement près du Rathaus, le conseil municipal, en 1454. Il est l’auteur de plusieurs traités illustrés décrivant les méthodes de combat utilisant une grande variété d’armes comme la dague, l’épée longue, le bâton et le combat monté, et incluant le combat à mains nues telle la lutte.

    Ainsi, il y a moins d’un siècle, entre 1890 et 1894, Gustave Hergsell traduisait et éditait successivement, en cinquante exemplaires chacun, les trois manuscrits d’escrime d’un de ces maîtres historiquement connus, Hans Talhoffer. Ces manuscrits originaux sont datés respectivement de 1459, 1443, et 1467 et ont été rédigés par maître Talhoffer en Souabe germanique. Gustave Hergsell édita en premier ce manuscrit de 1459, écrit quinze ans après celui de 1443, avant d’éditer les autres.

    Au XVe siècle, il se passa donc vingt-quatre ans pour Hans Talhoffer entre le premier et le dernier manuscrit original. Le manuscrit de 1459, le premier édité, était en partie une méthode de combat tel que maître Hans Talhoffer l’a enseigné au damoiseau Leutold de Königsegg. Ce Leutold, quant à lui, était membre d’une ancienne famille catholique de Souabe.

    Il devait être d’une famille princière, vu ce que l’on découvre de son équipement et de ses armoiries dans les planches relatant son combat. Ces planches montrent d’ailleurs un damoiseau aguerri au combat, ou en tout cas très bien formé.

    Les manuscrits correspondent historiquement à la période précédant celle appelée de “la grande ligue de Souabe”, qui permit d’assurer par la suite l’ordre en ces régions, entre 1488 et 1533. Ces trois ouvrages sont plus des manuels d’apprentissage du combat individuel en lice fermée, que des manuels de guerre. Ils préfigurent l’émergence d’un ordre de droit.

    Les écrits illustrés du maître d’armes Hans Talhoffer sont une référence en matière de combat médiéval. La contribution du fameux maître d’arme à la théorisation du combat et à la révolution de l’escrime en général est indéniable.

    (Merci à Erwinn)

    Merci à Dirk

  • Le Val-de-Marne se prépare à accueillir 250 "migrants"

    5073641_c5a7ef90-5652-11e5-8329-00151780182c-1_545x460_autocrop.jpg

     

    Anne-Laure Abraham, Agnès Vives et Lucile Métout | 08 Sept. 2015, 20h08 | MAJ : 08 Sept. 2015, 20h08

     
    1
                                                         ILLUSTRATION. (LP/Arnaud Dumontier.)

    L’heure n’est plus aux déclarations d’intention. Le Val-de-Marne doit accueillir 250 migrants dans les semaines à venir. Reste à savoir où. La préfecture multiplie les coups de téléphone à la recherche de lieux d’hébergement pour accompagner ces familles, attendues la semaine prochaine.

     
     

    Gymnase, salles des fêtes… « Les services d’accueil pour les réfugiés politiques sont déjà complets. Toutes les propositions sont les bienvenues », indique-t-on au service de presse.

    Les catholiques entendent bien répondre à l’appel. Michel Santier, évêque de Créteil, appelle ce mardi « tous les responsables de secteur pour qu’ils fassent le recensement des possibles en matière d’accueil et d’hébergement, d’aides en tout genre » pour les communiquer aux pouvoirs publics. De même pour les communautés religieuses, les établissements d’enseignement catholique. L’évêque de Créteil qui refuse tout « saupoudrage » appelle aussi « tous les catholiques du diocèse à s’engager dans les associations pour apporter aide et réconfort ». « Ce sont des vies, des histoires humaines qui sont en jeu », insiste-t-il.

    Outre les cinq villes PS (Alfortville, Créteil, Fresnes, Boissy et Cachan) et Vincennes (UDI), Arcueil (EELV) se dit, elle aussi, prête à recevoir « deux ou trois familles dans des logements pérennes ». Le maire (MRC) du Kremlin-Bicêtre a également donné son accord et assure même que depuis juin, trois familles syriennes sont hébergées dans le parc social. Franck Le Bohellec (LR), maire de Villejuif, a « sollicité les 28 bailleurs sociaux de la ville et les associations solidaires » pour « proposer quelques solutions » d’hébergement. La mairie d’Ivry (PCF) indique que des locaux de l’hôpital Charles-Foix hébergeront également des familles réfugiées. L’Assistance publique (AP-HP) n’était pas en mesure de confirmer l’information mardi soir. Le conseil départemental est lui aussi en train de répertorier ses moyens.

    Seule voix dissonante dans cette mobilisation : ce mardi, le secrétaire départemental du FN a fait savoir que « dans chacune de leurs communes, les élus municipaux Front National du Val-de-Marne s’opposeront à l’accueil de migrants ». « Nous n’en avons pas les moyens, que ce soit en termes d’aides ou de logements sociaux, qui doivent bénéficier en priorité aux Français qui en ont besoin », prévient Dominique Joly.

    Le Parisien

  • «Ils arrivent» : Robert Ménard utilise le journal de Béziers pour créer la peur des migrants

    XVMbda3f820-571f-11e5-8f47-f6275d19194b.jpg

    Capture.PNG Beziers.PNG

     

     

     

     

    LE SCAN POLITIQUE - Habitué des coups médiatiques, le maire de Béziers a une nouvelle fois créé la polémique par un montage photo et une couverture anxiogène dans le journal municipal de sa ville.

     

     

    A Béziers, le journal local ne sert pas qu'à annoncer l'inauguration des parcs publics. Depuis que la ville est aux mains de l'ancien chef de Reporters sans frontières Robert Ménard, l'organe municipal est régulièrement au cœur de ces polémiques, dont l'édile élu avec le soutien du FN a fait sa spécialité. La dernière en date se trouve dans les pages du numéro de septembre: une couverture consacrée aux migrants, barrée de l'annonce anxiogène «ils arrivent», alors que la ville de Béziers a manifesté son refus de participer à l'accueil de réfugiés. Un nouveau coup qui suscite l'indignation de la classe politique, mais aussi cette fois de l'Agence-France-Presse (AFP). En cause, la couverture réalisée avec un photomontage réalisé à partir de l'un des clichés de l'agence, et pour lequel Robert Ménard pourrait faire l'objet d'une plainte.

    En couverture, devant le train visible sur ce cliché pris en Macédoine le 18 juin dernier, on aperçoit des familles de réfugiés tentant de monter dans un wagon. Le journal de Béziers a ajouté sur les fenêtres du train un panneau portant la mention «Béziers 3885 km» et un autre mentionnant «scolarité gratuite, hébergement et allocations pour tous». «C'est un montage bien sûr. Mais si le montage avait été dans le sens bien-pensant, il n'y aurait pas de problème», explique au Scan Robert Ménard. «Ce cliché a été payé 930 euros hors taxes à l'AFP, qui savait qu'elle serait portée en une. Je crois que c'est un problème politique plus que de droit à l'image», balaye l'ancien journaliste. Attaqué sur les réseaux sociaux, il revendique volontiers: «contrairement aux villes de gauche, Béziers ne sera pas une tête de pont de l'immigration clandestine».

     

    «Réflexes pavloviens»

    «Béziers accueille déjà beaucoup de réfugiés, nous avons deux centres pour demandeurs d'asile. La ville n'a pas les moyens d'accueillir de nouvelles personnes, surtout si elles ont vocation à rester par la suite, puisque l'État ne fait pas appliquer la loi en reconduisant à la frontière ceux qui doivent l'être», se défend le maire. Des réfugiés syriens à Béziers, c'est d'ailleurs le thème d'une page consacrée «aux dizaines d'immigrés» squatteurs du quartier de la Devèze. En illustration, sans autre forme d'explication, la nouvelle ministre du Travail, autrefois secrétaire d'État à la ville, Myriam El Khomri. La ministre s'était rendue dans ce quartier en juillet défavorisé de la ville dans le cadre de ses fonctions. «Ce n'est pas une attaque contre elle, j'étais ravi de la voir venir», souligne Robert Ménard. Avant de fulminer au sujet «des squatteurs»: «C'est une filière de syriens qui viennent tous de la même ville! Ils forcent les portes et se branchent sur l'électricité. C'est bien de venir nous dire que l'État va nous aider, qu'il fasse appliquer la loi!».

     

    Comme à chaque coup médiatique du mairie de Béziers, les réaction d'indignation des politiques ne se sont pas faites attendre. «Nauséeux! C'est ça le FN en vrai!», écrit sur Twitter le député écologiste Denis Baupin. «Quand le mot nauséabond ne suffit plus! Honte à vous Robert Menard», a renchérit le député PS Matthieu Hanotin. «Réflexes pavloviens», balaye Ménard. «Dites Robert Menard, votre journal municipal est un tract politique du FN. Indigne de la République!», considère pour sa part le socialiste Alexis Bachelay. Interrogé sur ce dernier point, Robert Ménard se réjouit: «Le rôle d'un journal municipal, c'est de montrer le maire qui coupe les rubans? Le journal de Béziers a beaucoup de succès. Pendant la trêve estivale, les biterrois le réclament. Au moins ça ressemble à de l'info, je suis content quand on me dit qu'il ne ressemble pas à un journal municipal classique!». Une posture que Robert Ménard a déjà illustrée plusieurs fois dans les pages du mensuel tiré 44 000 exemplaires. En avril dernier les attaques contre le journal le Midi-Mibre et les mots croisés sur l'Algérie Française avaient déjà créé leur effet. En août dernier, c'est un article consacré aux déboires judiciaires qui opposent Robert Ménard à la LDH qui avait suscité l'indignation pour sa dimension jugée sexiste

    Le Figaro

  • Florian Philippot sur Europe 1

    http://www.frontnational.com/videos/florian-philippot-sur-europe-1-38/

    4 VIDEOS

    Nicolas Poincaré, aux côtés de Michèle Cotta, Robert Namias et Serge July, reçoit Florian Philippot, Vice Président du National, pour faire le point sur la crise des migrants (4 septembre 2015).

     

  • Les vannes sont ouvertes: l'Allemagne à l'aube du Grand Remplacement

    http://www.levif.be/actualite/international/refugies-l-allemagne-a-l-aube-d-une-transformation-massive/article-normal-417505.html?utm_source=Newsletter-09/09/2015&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBDAGLV&M_BT=10384380009393

    2350325.jpg

    Pauvres Allemands!

  • Accueil de clandestins : Roanne, maire courage

    8436-Chard.jpg

     

     

    09/09/09/2015 – POLITIQUE (Présent 8436)

    Accusé de « racisme » et de « xénophobie » depuis deux jours sur les réseaux sociaux, traîné dans la boue par des médias qui ont sorti l’artillerie lourde pour soutenir les clandestins, condamné mardi par le ministre de l’Intérieur, Yves Nicolin, député-maire LR de Roanne, va-t-il devoir répondre de ses propos devant la justice ? Son crime ? Avoir osé déclarer lundi, devant des journalistes scandalisés, qu’il accueillerait bien des migrants sur le territoire de sa commune, mais « à condition qu’il (s’agisse) de réfugiés chrétiens qui sont persécutés par Daech en Syrie » !

    8436-P1

    « Prendre toutes les précautions possibles »

    Interrogé par France Bleu Saint-Étienne Loire au sujet de la lettre adressée dimanche par Cazeneuve à tous les maires de France, Yves Nicolin a en effet osé émettre des réserves quant à l’accueil des migrants en indiquant notamment qu’il faudra « prendre toutes les précautions possibles » pour s’assurer qu’il ne s’agit pas de réfugiés économiques ni de terroristes. Avant d’ajouter : « ce que je souhaite, c’est qu’on puisse avoir l’absolue certitude que ce ne sont pas des terroristes déguisés, c’est la raison pour laquelle je pense que demander ça, et que ce soit des chrétiens, peut représenter une garantie suffisante ». Une position qu’il a de nouveau défendue un peu plus tard sur France TV Info en posant cette question pleine de bon sens : « qui nous dit que, parmi ces réfugiés, ne se cachent pas des membres du groupe Etat islamique qui ont décidé de prendre le chemin de l’Europe avec de mauvaises intentions ? »

    À Belfort aussi

    Une position qui choque évidemment les chiens de garde du politiquement correct, mais qui est partagée, en partie du moins, par d’autres élus. Ainsi, peu après le maire de Roanne, c’est celui de Belfort, Damien Meslot (LR), qui disait réfléchir à la possibilité d’accueillir en priorité des « familles de chrétiens syriens et de chrétiens d’Irak, qui sont particulièrement persécutés ».
    Et le député-maire LR de répondre très justement aux journalistes indignés de France Bleu Belfort-Montbéliard : « je ne fais pas de tri, je choisis d’accueillir ceux qui sont le plus persécutés : quand on est chrétien en Syrie ou en Irak, on risque la mort et je pense que nous pouvons faire un geste pour ces communautés ».

    Franck Delétraz

  • Réfugiés: l'Etat Islamique nous envoie 5000 djihadistes. Ce sera le chaos.

    http://www.levif.be/actualite/belgique/refugies-l-etat-islamique-nous-envoie-5000-djihadistes-ce-sera-le-chaos/article-normal-417483.html?utm_source=Newsletter-09/09/2015&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBAVULV&M_BT=10384380009393

    + VIDEO

  • FN : « Prêts à gouverner »

    8434-Chard.jpg

     

     

    07/09/09/2015 – POLITIQUE (Présent 8434)
    « Nous sommes prêts à gouverner » a lancé Marine Le Pen clôturant les Universités d’été du FN à Marseille. Un discours présenté par France Info comme particulièrement inhumain sur fond de « On est chez nous » scandé par la foule, totalement dissonant de la vaste entreprise générale, politique, médiatique, people et religieuse de soumission consentante et ravie à l’invasion migratoire.

    Une intervention de Marion Maréchal aurait dissuadé Jean-Marie Le Pen de se présenter au Parc Chanot, à la grande déception des journalistes. Le risque de voir se présenter une nouvelle liste en PACA semble également s’éloigner.
    Cette université d’été a été celle de la maturation pour le Front national. La richesse et la densité des tables rondes et des interventions cette année marquaient un saut qualitatif brusque par rapport aux années précédentes. L’autre chose qui change tout, c’est la présence d’élus locaux et de députés européens en grande quantité.

    8434-Une

    Marine Le Pen a joué l’implantation locale et elle a réussi. Au rez-de-chaussée du Palais des congrès, le stand ensoleillé de la ville de Fréjus a côtoyé la délégation au Parlement européen et un secrétariat général de plus en plus imposant.
    « Je sens une grande responsabilité dans le mouvement », nous déclare Philippe Martel, conseiller spécial de Marine Le Pen. « L’implantation locale est fondamentale. Nous avons des élus locaux qui se sentent responsables, qui ont des comptes à rendre à ceux qui les ont élus, le FN n’est plus du tout un parti hors-sol. Et en même temps rien n’a changé dans le discours. Marine Le Pen a fait aujourd’hui un discours d’homme d’État. Elle est passée du statut d’homme politique à celui d’homme d’État. »

    « Notre pays déclassé, humilié, écrasé »

    Après le 1er mai et Brachay, Marine Le Pen a de nouveau délivré un discours très ferme sur l’immigration : sortie de Schengen, suppression du droit du sol, mise en œuvre de la priorité nationale, renvoi des étrangers sans emploi chez eux, reconduite des clandestins, suppression de l’AME et du logement pour les demandeurs d’asile :

    On ne peut plus accueillir personne ! Nous n’avons ni les moyens de les soigner, ni de les employer. Notre pays n’a plus les moyens, ni l’envie, ni l’énergie d’être encore généreux avec la misère du monde. Oui, il est tragique que des peuples du monde soient dans la misère, mais il est aussi tragique que notre pays soit déclassé, humilié, écrasé (…) Envers et contre tous, nous voulons défendre le peuple français et faire cesser cette culpabilisation insensée favorisée par des élites qui regardent l’immigration depuis un balcon. (…) Nous n’avons pas de leçons d’humanité à recevoir de ces irresponsables politiques. Surtout quand ils vous jettent la mort d’un enfant au visage pour avancer leur politique.

    C’est sur la question de l’islam radical que la présidente du FN a été le plus applaudie. « Je mettrai l’islam radical à genoux », a promis Marine Le Pen. « Nous demandons la fermeture immédiate des mosquées radicales. (…) Nous demandons l’expulsion des immigrés fichés pour leurs liens avec l’islamisme. (…) Plus aucun arrangement, plus aucun scrupule ! », a-t-elle martelé.

    « Nous sommes prêts à gouverner », a déclaré Marine Le Pen que les sondages annoncent en tête au premier tour, « car nous avons conscience de l’enjeu, car nous nous préparons sans cesse. Avec cette université d’été, une page se tourne. Car le monde change. (…) Ce monde où il ne s’agit plus de faire vivre notre identité, mais de la défendre, délitée par l’idéologie mondialiste et multiculturaliste, ce monde où le bonheur des peuples se mesure aujourd’hui à la structure de leur consommation. »
    Santé et éducation au programme de ses priorités, Marine Le Pen a attaqué la réforme de la santé de Marisol Touraine et annoncé l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires si le FN arrive au pouvoir. Dans une attaque ciblée contre Najat Vallaud-Belkacem, elle l’a accusé de vouloir « installer SOS Racisme » et d’autres associations du genre au sein de l’école républicaine pour « formater les futurs électeurs » :
    « Je veux une école qui enseigne l’histoire de France et la fierté nationale sans en avoir expurgé Clovis, Napoléon, Louis XIV ou Henri IV. Je veux une école qui forme à la maîtrise de la langue française. »

    Caroline Parmentier

  • A titre personnel Hollande ne veut pas accueillir de migrants chez lui

    http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/a-titre-personnel-francois-hollande-ne-veut-accueillir-de-migrants-chez-lui,204590

    hollande1.jpg

  • Le Danemark expulse un premier groupe d’une vingtaine de clandestins arrivés d’Allemagne

    2hRxFlP.jpg

     

    22h48

     

    Le Danemark a pour la première fois renvoyé vers l’Allemagne une vingtaine de réfugiés voulant rejoindre d’autres pays d’Europe du Nord, dont la politique d’asile est plus généreuse, a annoncé mardi la police.

     

    « Il s’agit de personnes ne souhaitant pas demander l’asile (au Danemark) et qui de ce fait séjournent ici illégalement. Ils ont été expulsés et interdits d’entrée sur le territoire pendant deux ans », a indiqué la police locale. « Ce premier groupe était constitué d’une vingtaine de personnes. D’autres suivront après le traitement de leur dossier », a-t-elle ajouté, précisant que les migrants avaient été reconduits en bus à la frontière allemande.

    Plus de 800 réfugiés sont arrivés au Danemark depuis dimanche, selon les autorités. Parmi eux, une poignée seulement a demandé l’asile, la majorité désirant se rendre en Suède, où les conditions d’accueil sont nettement plus favorables.

    La Suède offre en effet un permis de séjour permanent à tous les demandeurs d’asile syriens, contrairement au Danemark, qui n’accorde que des permis provisoires, retarde les regroupements familiaux et abaisse le montant des allocations accordées aux nouveaux arrivants, dans l’espoir de réduire le flux des migrants vers son territoire.

    Source