Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2008

Un jeune couple connaissait Bruno Cholet

De troublantes coïncidences viennent d’apparaître dans le dossier du meurtre de l’étudiante suédoise Sussanna Zetterberg. Et affaiblissent la position de Bruno Cholet. (Nous ne voyons pas en quoi, au contraire...)

Depuis le mois de décembre dernier, Charlotte et Mickaël* étaient en contact avec Bruno Cholet, le faux chauffeur de taxi soupçonné du meurtre de l’étudiante Sussanna Zetterberg. C’est ce qu’assurent ces jeunes gens. Et leurs témoignages, dévoilés par l’hebdomadaire France Dimanche et confirmés par France-Soir, pourraient ajouter une épine dans le pied du suspect numéro 1. Car, curieusement, ce couple habite rue Trudaine, dans le XVIIIe arrondissement de Paris… à deux numéros de l’immeuble où vivait la jeune Suédoise assassinée. De source proche du dossier, on indiquait hier que les enquêteurs étaient sur le point d’interroger ces deux personnes.

En effet, Charlotte et son petit ami ont rencontré par hasard Bruno Cholet au sortir d’une discothèque des Champs-Elysées, à la fin du mois de décembre dernier, vers 4 heures du matin. A cette heure avancée d’une nuit froide, les taxis se font rares. Aussi, la jeune fille, dont le petit ami est à ce moment précis en retrait sur le trottoir, se félicite-t-elle de croiser une Renault Laguna beige dont le chauffeur baisse la vitre. « Il m’a proposé de me ramener chez moi, explique Charlotte. Quand il a compris que Mickaël était avec moi, il semblait déçu mais il a maintenu son offre. » Le couple regagne ainsi son domicile de la rue Trudaine.

Selon France Dimanche, une relation de confiance s’installe alors entre les jeunes gens et le chauffeur. Les numéros de téléphone sont échangés. « En une dizaine de jours, il nous a raccompagnés trois ou quatre fois », assure Mickaël. Plus tard, Charlotte et lui affirmeront reconnaître « Bruno » sur la photo parue le 29 avril dernier dans la presse, dix jours après la découverte du corps en partie calciné de Sussanna Zetterberg en forêt de Chantilly (Oise). « Bruno », que l’on accuse d’avoir tué l’étudiante suédoise, cette voisine de 19 ans qu’ils affirment ne pas connaître. A cette date, le faux chauffeur est déjà sous les verrous. Délinquant sexuel multi-récidiviste, il est soupçonné du meurtre de Sussanna Zetterberg et mis en examen pour « enlèvement, séquestration et assassinat ». Dans son véhicule,(un monospace blanc) les enquêteurs de la brigade criminelle trouvent une arme à feu du même calibre que celle qui a servi à tuer la victime, ainsi qu’une boîte de cartouches, des menottes et un sac en plastique portant la mention écrite au feutre noir « Sussanna 377 »…

Depuis son arrestation, Bruno Cholet nie en bloc toute implication.

Mais ces deux nouveaux témoignages devraient apporter des précisions à l’enquête, à l’heure où une nouvelle affaire de faux taxi vient d’éclater. En effet, dans la nuit de jeudi à vendredi, un homme, prénommé Mohammed, a été arrêté alors qu’il prenait en charge six personnes. Ce dernier est connu des services de police pour des agressions sexuelles…

* les prénoms ont été modifiés

Edition France Soir du samedi 10 mai 2008 n°19793

03/05/2008

Info LCI: expertises ADN accablantes pour Bruno Cholet

  409217127.jpg

Le corps de la jeune Suédoise avait été retrouvé par un promeneur dans la forêt de Chantilly

INFO LCI 02 mai

Alors que Bruno Cholet continue de nier toute implication dans le meurtre de l'étudiante suédoise Susanna Zetterberg, les objets saisis par la police commencent à livrer leurs secrets. Selon nos informations, les résultats des expertises balistiques révèlent que l'ADN du suspect et celui de la victime ont été identifiés sur l'arme retrouvée dans la voiture de Bruno Cholet.

Il s'agissait en effet de vérifier si le pistolet 22 long rifle retrouvé dans un sac dans le monospace de Bruno Cholet était bien celui avec lequel quatre balles avaient été tirées dans la tête de l'étudiante suédoise après sa mort, occasionnée par un coup de couteau dans le poumon.

Mais le suspect, mis en examen pour le meurtre, a "une attitude de totale dénégation" vis-à-vis des faits pour lequel il est soupçonné, selon le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin. "Il n'admet pas s'être trouvé dans un monospace blanc à proximité de la boîte parisienne La Scala [où l'étudiante suédoise se trouvait avant sa disparition], ni d'avoir joué un rôle de taxi clandestin et d'avoir chargé la victime", a expliqué Jean-Claude Marin mercredi.

Bruno Cholet a été mis en examen et incarcéré dimanche notamment pour "enlèvement et séquestration suivi de la mort de la victime" en état de récidive légale. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

27/04/2008

Bruno Cholet , 51 ans, multirécidiviste sexuel

Bruno Cholet va vraisemblablement être poursuivi pour "enlèvement, séquestration et assassinat". Les nombreux indices rassemblés par la Brigade criminelle en une semaine semblent en effet désigner cet homme de 51 ans, délinquant sexuel multi-récidiviste, comme le meurtrier de Susanna Zetterberg, une étudiante suédoise de 19 ans dont le corps a été retrouvé en forêt de Chantilly, menotté les mains dans le dos, poignardé et tué de quatre balles dans la tête et partiellement calciné.

Bruno Cholet a jusqu'ici refusé de parler devant les policiers. Les enquêteurs se sont rendus deux fois à son domicile en sa compagnie depuis vendredi. Des expertises scientifiques sont en cours sur l'arme retrouvée dans son monospace blanc ainsi que sur le véhicule lui-même.

Ce dossier pourrait relancer une nouvelle fois le débat sur la récidive car Bruno Cholet, sorti de prison en octobre dernier, a passé la majeure partie de sa vie en prison, notamment pour des délits et crimes sexuels. Il a été condamné une première fois et incarcéré pour un viol commis au milieu des années 1970, alors qu'il était tout juste majeur. En 1989, il a été condamné à 18 ans de réclusion pour le viol d'une fillette de douze ans et celui d'une auto-stoppeuse en 1983. Il a été libéré en 1999 après une quinzaine d'années de détention.

Deux anomalies dans le suivi de ce criminel ont déjà été relevées pendant l'enquête : son empreinte génétique ne figure pas au Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG) et alors qu'il est inscrit au Fichier des délinquants sexuel, son adresse dans le Xe arrondissement n'était pas en possession de la justice.

Employé comme chauffeur dans une société, Bruno Cholet exerçait frauduleusement la profession de chauffeur de taxi occasionnellement. Les policiers l'ont retrouvé en détectant la trace d'un récent contrôle.

Selon le scénario pour l'heure reconstitué, Susanna Zetterberg a été prise en charge vers 4h30 du matin le 19 avril à la sortie de La Scala, une discothèque, rue de Rivoli, dans le centre de Paris. Elle a dans les minutes suivantes envoyé un SMS à une amie pour lui dire qu'elle était dans un taxi dont le chauffeur lui semblait étrange puis n'a plus donné de nouvelles.

Les policiers ont depuis repris l'enquête sur l'enlèvement d'une autre Suédoise de 19 ans, le 23 février dernier, dans des circonstances similaires. Conduite dans les Yvelines, à Orgeval, elle avait été violée, mais laissée en vie.

Selon le Journal du dimanche, d'autres dossiers vont aussi être rouverts, notamment celui du meurtre de la directrice d'une agence bancaire, Elodie Kulik, dans la Somme en 2002.

Europe 1-  27 avril 2008