17/12/2012

Hollande, Ayrault: plus dure sera la chute ! L'effondrement continue dans les sondages

PARIS (Reuters) - La cote de popularité de François Hollande est en baisse d'un point en décembre à 40% d'opinions positives, tandis que celle du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, baisse de trois points à 37%, selon le baromètre LH2 pour Le Nouvel Observateur.

L'institut remarque que la popularité du chef de l'Etat s'érode auprès des populations les plus fragiles sur le marché de l'emploi, avec une baisse de neuf points chez les personnes âgées de 50 à 64 ans et cinq points chez les 18-24 ans.

Le président de la République perd aussi cinq points chez les femmes, trois chez les sympathisants de la gauche et cinq chez les sympathisants du Front de Gauche.

La baisse de la cote de Jean-Marc Ayrault coïncide avec l'accord signé avec le groupe ArcelorMittal sur le site sidérurgique de Florange, en Lorraine, et dénoncé par les syndicats. Il perd six points chez les ouvriers et employés.

Le sondage a été réalisé les 14 et 15 décembre par téléphone sur un échantillon de 956 personnes représentatif de la population française âgée de plus de 18 ans.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser

Yahoo Actu! - 17/12/12

23:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Idéologie du "Genre" à l'école: le FN réagit

sans-titre.png dessin gender.png

17 décembre 2012

« Halte à ceux qui veulent déconstruire les enfants ! » s’insurge Françoise Grolet, conseiller régional de Lorraine, dans un communiqué.

La Ligue de l’Enseignement, association gauchiste, met effectivement en place un projet national « Ecole et cinéma », qui mobilise 645 000 enfants par an pour un cycle de trois films. Voici comment le présente la fiche pédagogique : « Laure a 10 ans. Laure est un garçon manqué. Arrivée dans un nouveau quartier, elle fait croire à Lisa et sa bande qu’elle est un garçon. Action ou vérité ? Action. L’été devient un grand terrain de jeu et Laure devient Michael, un garçon comme les autres… suffisamment différent pour attirer l’attention de Lisa qui en tombe amoureuse. Laure profite de sa nouvelle identité comme si la fin de l’été n’allait jamais révéler son troublant secret ».

Le conseiller FN condamne ce film qui « propage clairement l’idéologie du Genre, qui essaie de substituer, à une humanité composée d’hommes et de femmes, des individus dotés d’une « orientation sexuelle » interchangeable« . Françoise Grolet souligne que l’ »auteur, Céline Sciamma se revendique comme militante de la cause lesbienne, et a reçu à la Biennale de Berlin 2011 le « Teddy Awards » dédié aux films évoquant l’homosexualité« .

« Cette séance de cinéma à l’école heurte gravement le droit des parents, premiers éducateurs« , dénonce le FN à travers l’ancien soutien de Bruno Gollnisch. « A force de vouloir détruire tout repère, toute identité, on crée une société qui déstabilise totalement un enfant » poursuit-elle.

« Revendiquons pour nos enfants le droit à grandir paisiblement, pour autant que le monde actuel le leur permette. En tout état de cause, il appartient aux adultes de refuser la « subversion délicate » (bel oxymore du critique d’Arte…) de ces apprentis-sorciers saccageurs d’enfance » termine le communiqué.

Contre-info.com

18:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Manifs des opposants à la famille: des chiffres

 http://www.contre-info.com/manif-des-opposants-a-la-famil...

17/12/12

 

 

17:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Florian Philippot sur France 2 - 17.12.12

17:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Miss France ne s'est pas laissée piéger par Ruquier

16:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

L'esprit de Noël

!cid_ii_13b9abc7680b6cb9.jpg Noël, société de consommation  dessin.jpg

02:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Marseille : Jean-Marie Le Pen rejoue ses classiques

 

 
 
 
 

Publié le dimanche 16 décembre 2012 à 13H54

 

Le président d'honneur du FN était hier en tournée provençale dans une salle du boulevard Ganay (9e)

En visite à Marseille, Jean-Marie Le Pen était accompagné, hier, du futur candidat FN aux municipales, Stéphane Ravier.

En visite à Marseille, Jean-Marie Le Pen était accompagné, hier, du futur candidat FN aux municipales, Stéphane Ravier.

Photo G.R

Une demi-heure de retard sur l'horaire, la démarche empruntée et la voix prise. Mais une vigueur retrouvée au moment de tirer à l'arme lourde sur le "système UMPS" qui conduit le pays "à la décadence".

En tournée provinciale dans une salle du boulevard Ganay (9e), hier midi, devant 300 fans qui avaient payé le couvert 20 euros pour déjeuner en compagnie du "vieux chef", Jean-Marie Le Pen a revisité ses classiques. Au menu, un coup de trique contre les partis de gouvernement : "La droite et la gauche, c'est blanc bonnet et bonnet rose ! Mais la droite a plus de responsabilités. Elle est censée avoir des principes, qu'elle ne met jamais en application. Pourquoi ferait-il demain ce qu'ils n'ont pas fait hier ?"

Un retour aux fondamentaux

Une rafale contre les éternels boucs émissaires du mouvement frontiste : "Dans 20 ou 30 ans, les Français seront minoritaires dans leur propre pays... Ceci dit, à Marseille, c'est difficile de ne pas s'en apercevoir. Hier, mon chauffeur s'est perdu au Panier, ça m'a rappelé la casbah d'Alger". Le tout, agrémenté d'une revue de presse façon Guy Bedos, qui aurait radicalement viré de bord : "Je lisais ce matin dans La Provence un papier sur l'assassinat de l'avocate. Il est plein de précaution. C'est toujours le cas quand l'assassin n'est pas un Gaulois".

Ou encore : "Après l'incident gravissime qui s'est produit aux USA, on met en cause la législation sur les armes. C'est comme si on disait qu'il faut boucher les ravins pour éviter les accidents de bus..." Timidement intronisé candidat aux prochaines municipales marseillaises à cette occasion, Stéphane Ravier, au côté du président d'honneur du FN, s'est lui aussi laissé aller son petit jeu de mot. "Que pensez-vous des ambitions de Bernard Tapie pour Marseille ?", interroge un journaliste. "Le seul Tapie qui a de l'avenir ici", rétorque Ravier, "c'est le tapis de prière". Bref, un FN de retour aux fondamentaux.

La Provence

02:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Avocate tuée à Marseille : le film de l’enquête

 

 
Imprimer Recommander
 

Publié le samedi 15 décembre 2012 à 11H55

 

Le tueur présumé de Me Talbot a été mis en examen et écroué hier soir. Retour sur 15 jours d’investigations éclairs

Chronique d’un drame qui a chahuté les Marseillais : l’enquête démarre au cabinet de Me Talbot rue St-Ferréol, rassemblement devant la Maison de l’Avocat dès le lendemain, obsèques à Gardanne, interpellation à la cité La Maurelette (15e).

Photo DR

Comme un couvercle de douleur qui se serait refermé sur Marseille. Et derrière, comme un sursaut unanime. Comme si cette affaire-là, il fallait absolument la "sortir", parce que le vendredi 30 novembre au soir, elle a semé la consternation sur la ville. Affaire symbole.

Après un papetier poignardé, après un chauffeur de car exécuté de sang-froid pour sa sacoche, c’était l’affaire de trop. Une avocate de 66 ans, Me Raymonde Talbot, versée dans le droit de la famille, attaquée dans son cabinet du centre-ville, rue Saint-Ferréol, réputé sanctuaire, lieu privilégié de défense des petites gens et des autres, poignardée une dizaine de fois. Mais pourquoi ?

Les pistes explorées

D’emblée, les enquêteurs n’ont négligé aucune piste. Ils ont découpé le carton qui se trouvait sur le bureau de Me Talbot et y ont cherché de l’ADN. Ils ont aussi tenté de reconstituer le film du drame. Ils ont passé au crible son agenda, sur lequel figurait le nom de Sahki. Ils ont retrouvé son image sur les caméras de vidéosurveillance, découvert que Me Talbot avait défendu il y a dix ans le père Sahki, un des trois hommes placés en garde à vue mercredi, "dans une affaire grave, un crime de sang", a indiqué hier le procureur Jacques Dallest.

Mais, selon nos informations, c’est un renseignement anonyme qui aurait définitivement mis la brigade criminelle de la police judiciaire sur la piste des Sahki. L’associé de Me Talbot, interrogé, indiquera qu’il a ouvert la porte, le 30 novembre, en milieu de matinée. "Laisse, c’est pour moi !" aurait alors lancé Me Talbot à Me Jean Wilkin. Les deux avocats avaient en effet deux rendez-vous à la même heure. L’associé a donc vu le tueur présumé, mais il se trompe. Fragilité des reconnaissances humaines. Il reconnaît le frère cadet.

Les éléments qui désignent le suspect

"On retrouve un certain nombre d’éléments lourds et convergents dans sa chambre qui donnent à penser qu’on a l’auteur présumé", a indiqué hier Jacques Dallest. Or l’auteur présumé, c’est le frère aîné, Laidi Sahki, 28 ans. Sous son lit, en perquisition, les enquêteurs découvrent un sac en plastique. A l’intérieur, la carte d’identité de la victime, son passeport, sa carte d’avocat, son permis de conduire, un relevé d’identité bancaire, mais aussi son sac et les bijoux de la victime (montre, collier, bagues...)

Sur un pantalon de survêtement du suspect, qui porte des traces de sang, on va mettre au jour l’ADN de Me Talbot. On trouve aussi le couteau du crime dans un tiroir de sa chambre. On découvre enfin l’ADN de la victime et celui du suspect sur le couteau. Le bout de la lame est cassé. Or l’autopsie a révélé qu’un morceau métallique avait été découvert planté dans son oreille. Troublante coïncidence...

Ce qu’il dit

Il conteste les faits pour l’essentiel. Il affirme avoir ramassé le sac de la victime dans une poubelle.

Son profil

Grand amateur de couteaux, sans emploi, "en errance intellectuelle" selon le procureur, le suspect a aussi un profil psychologique inquiétant. Interrogé, il a parfois donné des réponses précises, mais il a fait beaucoup de réponses incohérentes, précise-t-on de source proche de l’enquête. Simule-t-il ou bien a-t-il de réels problèmes ? Il ne faisait en tout cas l’objet d’aucun suivi ou traitement psychiatrique régulier.

Sa mise en examen

Laidi Sahki, dit "Hadou", a été mis en examen hier soir par les juges Patricia Krummenacker et Caroline Charpentier pour "homicide volontaire commis en concomitance avec le crime de vol à main armée". Il a ensuite été présenté au juge des libertés et de la détention, qui l’a placé en détention conformément aux réquisitions du parquet. Dans l’intervalle, dans les geôles du palais, oubliant la gravité des faits qui lui étaient reprochés, le suspect a pointé un policier, mimant une étrange scène, comme s’il lui tirait dessus... Son père et son frère avaient été remis en liberté jeudi soir.

L’introuvable mobile

"On n’a pas d’explications sur sa présence au cabinet de Me Talbot, notera le procureur. Elle avait déjà rencontré le père pour les aider à trouver un logement, mais pas spécialement le fils." On peut penser qu’il n’a pas pris rendez-vous pour la voler. Voulait-il absolument un logement ? Un échange de mots aura-t-il dégénéré ?

La Provence

02:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Jésus devrait peut-être changer d’attachée de presse

 

[Tribune libre de Christine Dol pour Contre-info]

On ne la présente plus, car la meneuse de revue catholique qui se définit comme « attachée de presse de Jésus » ne cesse de faire parler d’elle. « Frigide Barjot » a dernièrement pris sous son aile la majorité des opposants aux « mariage pour tous » avec succès grâce à son aura médiatique. Même si beaucoup de citoyens de bon sens ne peuvent soutenir cette nouvelle conception de la famille, il est vrai que les catholiques se montrent davantage fermes.

Mais après le succès de « la manif pour tous » du 17 novembre, Frigide semble avoir pris la grosse tête et vouloir mettre Jésus au second plan… Que dis-je ? Au dernier rang, voire aux oubliettes. Car si la Barjot utilisera la foule du 13 janvier prochain, majoritairement catholique, ce n’est pas pour exprimer la simple volonté de retrait du projet de loi mais pour servir ses lubies.

Première lubie apparente : la fête, « la vraie », celle que l’on peut voir à la « gay pride », à laquelle elle se vante d’avoir participé ; raison pour laquelle elle veut de la musique, des chars, du rose et surtout pas de chapelets ni de prêtres visibles, il est vrai que ça casse un peu l’ambiance « boite de nuit géante».
Lire la suite

Contre-info.com

02:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Cauchemar orwellien !


Travaux en séance : Audition de Najat... par LCP

E&R

Remarquez le nombre de sièges vides!

02:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Céline insulté par un vulgaire imbécile

 

E&R

02:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)