Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2012

Paris - La psychothérapeute agressée est morte

Elle avait été retrouvée étranglée mercredi dans son cabinet parisien.

La psychothérapeute, hospitalisée mercredi dans un état extrêmement critique après avoir été étranglée par un patient dans son cabinet paramédical du 17e arrondissement de Paris, est morte samedi après-midi selon les informations d'Europe 1. Une information judiciaire a par ailleurs été ouverte pour "homicide volontaire sur professionnel de santé" et "séquestration liée à un crime", en l’occurrence un viol, a précisé une source judiciaire.

La psychothérapeute avait été retrouvée mercredi avec des traces de strangulation sur le cou par son fils qui, habitant sur les lieux, avait entendu des bruits suspects. Ce dernier était parvenu à intercepter un patient quittant le cabinet, situé non loin de la place de Clichy, et à prévenir la police, selon une source proche de l'enquête.

L'agresseur présumé, l'un de ses patients, avait fait l'objet d'une hospitalisation d'office vendredi en raison de son état psychiatrique.

Décrit comme schizophrène

Décrit comme schizophrène, le jeune homme, sous traitement, était suivi par la même psychothérapeute depuis plusieurs années, selon des informations d'Europe 1. Selon les enquêteurs, il était connu des service de police pour des faits qualifiés de mineur.

Le juge d'instruction a délivré un mandat d'amener samedi pour s'assurer qu'il sera entendu par la justice si l'expertise l'autorise.

Europe1 - 01/09/12

 

Comment se fait-il que des déments criminels se promènent en toute liberté ?

 

 

23:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L’affaire Madoff, une escroquerie collective

 

 

 

 

Le vrai visage communautaire de l’affaire Madoff, la plus grande escroquerie de l’Histoire humaine

Je ne reviendrai pas sur les détails de l’affaire. Bernard Madoff, juif américain pratiquant, a monté la plus grande arnaque de l’Histoire. Adoptant un schéma type « pyramide de Ponzi », l’opération consistait à prétendre qu’il gérait un fonds d’investissement très performant. Il démarchait, avec son équipe, d’importants clients et entreprises et leur faisant miroiter des gains intéressants.

Or, les malheureux ignoraient complètement que les fonds qu’ils remettaient à la société de Madoff n’étaient jamais investis en bourse. La faible rémunération périodique qu’ils recevaient, les mettant en confiance et les incitant à réinvestir sans cesse, provenaient des dépôts des autres clients. Une fois le montage découvert, les clients comprennent que leur argent a été accaparé par Madoff et les siens… La pyramide s’est effondrée et a révélé plus de 60 milliards de dollars de trou.

Suite à cette affaire, les médias se sont empressés de dire qu’il s’agissait d’un individu isolé. L’on a même prétendu, pour empêcher le public de comprendre le fond de l’affaire, que des juifs auraient été arnaqués.

Or, ce que le public ignore, c’est que Madoff n’était pas seul, et que la communauté juive a largement profité de l’affaire. Ce n’est qu’en sachant cela qu’on comprend réellement ce qui a motivé les protagonistes.

Les vrais bénéficiaires de l’escroquerie Madoff

Irving Picard, la personne chargée de liquider la société Madoff suite à l’éclatement du scandale, a recensé au moins 2000 personnes et organismes bénéficiaires de l’opération ! En clair il ne s’agissait pas d’un loup solitaire avide d’argent. Tout porte à croire qu’il a été un agent communautaire.

C’est ainsi que Picard découvrit que parmi les gros bénéficiaires, outre la famille élargie de Madoff, deux familles juives se distinguaient : les Lévy et les Shapiro. Fait ignoré du grand public, l’un des plus gros bénéficiaires du montage était Jeffry Picower, juif américain et investisseur professionnel (http://en.wikipedia.org/wiki/Jeffry...). Il a engrangé plus de 7 milliards de dollars !

C’est au sujet des organismes communautaires juifs que le constat est accablant. On lit ainsi sur Wikipédia que :

« Outre les fondations de philanthropes juifs pour lesquelles les plaintes furent portées contre leurs fondateurs tel que Carl et Ruth Shapiro, Jeffry et Barbara Picower, Sonja Kohn, etc. ou la famille Madoff elle-même par le biais des fondations The Mark and Stephanie Madoff Foundation et the Deborah and Andrew Madoff Foundation qui ont été appelées à rembourser 2 millions de dollars chacune, on trouve :

America Israel Cultural Foundation une fondation de soutien aux artistes et institutions culturelles juives qui est poursuivie pour un montant de 5,32 millions de dollars.

The American Committee for Shaare Zedek Medical Center poursuivie pour 7 millions de dollars.

United Congregations Mesorah, une association religieuse qui est poursuivie pour 16 millions de dollars.

Les complices du montage

Du côté des complices, même constat. Certes, certaines banques classiques sont concernées, comme HSBC, BNP, JP Morgan… Toutefois, là encore, l’implication communautaire est flagrante. Ainsi la fameuse banque « suisse » UBC à hauteur de plus de 2 milliards de dollars. Cet établissement fut fondée par Edgar de Picciotto (http://www.ubp.com/cms/lang/fr/ubp/...), et est dirigée par sa famille. Or, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une famille d’immigrants juifs libanais…

Au rang des complices, bien cachée dans l’épais dossier Madoff, l’on retrouve une banque israélienne « Hapoalim ».

L’affaire Sonja Kohn, rescapée de l’holocauste, juive intégriste et surtout complice et bénéficiaire principale de l’arnaque Madoff

Ce n’est pas fini… Le plus gros morceau arrive ! Le plus important complice et bénéficiaire de l’escroquerie est la banquière Sonja Kohn. Sa biographie se passe de tout commentaire quant à son implication dans le judaisme (http://fr.wikipedia.org/wiki/Sonja_Kohn) :

« Fille de rescapés polonais de l’Holocauste, elle grandit dans une petite communauté juive de la capitale autrichienne et épouse Erwin Kohn, banquier, dans les années 1970.

Elle débute sa carrière professionnelle avec son mari à Milan en montant une petite affaire d’import-export de montres, transférée par la suite à Zurich. En 1984, elle crée la Medici à Vienne.

Un an après, elle s’installe à New York, dans une communauté juive orthodoxe. Elle devient ultra-orthodoxe et porte désormais la perruque comme l’impose la pratique de sa religion. Elle crée Eurovaleur Inc.

En 1990, elle retourne s’installer à Vienne. Elle est mère de 5 enfants et dispose d’une villa dans le quartier de Nahlaot à Jérusalem où elle se rend plusieurs fois par an, son fils, le rabbin Avraham Zeev Kahana, est le directeur d’une école talmudique, Les portes de la halakha, financée par Sonja Kohn »

Quel a été son rôle dans l’affaire Madoff ? Le liquidateur a déposé plainte contre et des sociétés qui lui sont liées, notamment sa propre banque, en estimant : « En Sonja Kohn, Madoff a trouvé une âme sœur criminelle, dont l’avidité et l’inventivité malhonnête égalaient la sienne ». Dans son recours en justice, il écrit : « Depuis plus de 20 ans, Kohn a organisé un vaste montage illégal en exploitant sa relation privilégiée avec Madoff pour drainer plus de 9,1 milliards de dollars appartenant à d’autres personnes dans un montage à la Ponzi ».

Il ajoute que « le montage illégal a enrichi Kohn, sa famille et des dizaines d’autres individus et entités, dont les plus grosses banques en Autriche et en Italie, aux dépens des biens du BLMIS et sur le dos des victimes de Madoff ».

Tous ces éléments suffisent pour tout comprendre, toute conclusion s’avérerait superflue… Sauf à rappeler que selon le Talmud, livre saint du judaisme, escroquer les goym est non seulement permis, mais même considéré comme un mitsvah, « bénédiction », lorsqu’il s’agit de favoriser la communauté.

Egalité & Réconciliation

21:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Syrie : l'attaque sur une base aérienne est repoussée

 

 
01.09.2012, 20:15
       

сирия оппозиция боевики боевик оружие

 
Photo : EPA

 

Les troupes gouvernementales syriennes ont repoussé une attaque des terroristes sur une base aérienne Rasmi Al Aboud de la ville d'Alep, selon la télévision d’État.

Le vidéo montre des wagons chargés de mitrailleuses et d'autres armes saisies aux attaquants. Ce n'est pas la première attaque contre les bases militaires en Syrie ces derniers jours. Les combats se poursuivent en Alep, dans les environs de Damas et des autres régions du pays.

IRIB

20:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sénat : proposition de loi pour l'ouverture du mariage aux personnes du même sexe

 

Le 27 août a été déposé à la présidence du Sénat une proposition de loi visant visant à l'ouverture du mariage aux personnes du même sexe et à l'ordonnancement des conditions de la parentalité. Elle porte la signature de tous les sénateurs écologistes (EELV), emmenés par Esther Benbassa. Ce texte a été envoyé à la commission des lois constitutionnelles. Voici les points de cette proposition :

  • BLégalisation du mariage des personnes du même sexe par une modification explicite du code civil.
  • Elimination de toute référence au sexe dans les lois régissant le mariage, au profit de termes neutres : époux, beaux-parents etc.
  • Adoption ouverte aux couples de même sexe, s'ils sont mariés, adoption simple par les pacsés ou concubins.
  • Révision des accords bilatéraux d'adoption à l'étranger pour éliminer les refus opposés aux couples homosexuels par certains pays.
  • Ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes, en reconnaissance de la « demande parentale d'un couple de femmes » ajoutée aux conditions exigées pour pouvoir y recourir.
  • Transcription à l'état-civil français des actes de naissance des enfants nés par « gestation pour autrui » (mère porteuse) à l'étranger.

Parmi les raisons avancées dans l'exposé des motifs, elles évoquent les sondages, le principe de non-discrimination (alors même que cette réforme crée une discrimination pour les pauvres enfants, privés du droit à avoir un père et une mère), l'évolution depuis le pacs (jamais abrogé par la droite).

On lit aussi :

"le fait de réserver le mariage à des couples de sexes différents est clairement un dispositif de régulation sociale. En même temps, l'accorder aux personnes du même sexe n'apporte et ne retire rien aux couples de sexes différents. Il convient en ce cas de s'interroger sur la légitimité de ce refus, sauf à considérer que le mariage entre personnes du même sexe risque de mettre irrémédiablement en cause le contrôle social sur les couples et les familles."

Ce à quoi Jeanne Smits répond :

"la société, le bien commun exigent que ce contrôle social se fasse effectivement, dans le respect des libertés et des droits des familles qui contribuent à la pérennité de la société, en promouvant celles-ci, en évitant que les enfants deviennent objets de désir, en faisant le maximum pour que leur droit d'être élevés conjointement par leur vrai père et leur vraie mère soit sauvegardé de manière durable."

Puis, le texte estime :

H"Si l'objectif du mariage civil n'est pas la procréation comme l'entendait l'Église, il semble difficile de trouver une raison convaincante d'empêcher la réalisation du mariage souhaité par deux hommes ou deux femmes qui s'aiment. Il faudrait alors préconiser l'interdiction du mariage de couples stériles ou n'étant plus en âge de procréer. En outre, les nouvelles techniques d'aide à la procréation ont révolutionné le rapport des couples à cette dernière, rendant notamment possible à ceux qui le souhaitaient de réaliser un projet familial."

Jeanne Smits rappelle :

G"ce n'est pas seulement l'« Eglise » qui affirme cela, mais la raison, et la sagesse multi-séculaire des religions et des peuples. Peu à peu la finalité première du mariage, la procréation, est passée au second plan dans beaucoup d'esprits, même des esprits d'Eglise. Jusqu'à disparaître psychologiquement au fur et à mesure que la contraception, le divorce, l'union libre sont venus dévaluer le mariage. Il faut bien comprendre à cet égard que si le « mariage » homosexuel dévaluera le mariage qu'on appellera normal, naturel, traditionnel – il faudra se mettre d'accord là-dessus –, le fait qu'on l'envisage procède aujourd'hui d'une dévaluation préalable, qui a déjà eu lieu et qui a fait du mariage instable, infécond par choix, fondé sur le seul sentiment, facile à rompre, une quasi norme sociale. Autrement dit, le mariage, en oubliant sa finalité, s'ouvre forcément à tous vents. La bataille contre la légalisation du mariage homosexuel en sera singulièrement compliquée. C'est pourquoi, probablement, on l'axera sur le bien et le droit des enfants. La réflexion devrait pourtant aller plus loin. Passons sur le mariage qui devrait, aux dires des sénateurs, être aussi interdits aux couples stériles ou trop âgés pour procréer. C'est la différence entre la potentialité et l'impossibilité de nature qui compte ici, l'acte homosexuel étant par nature infécond et non par accident."

Enfin, le texte passe aux sentiments :

"Si le mariage consacre l'amour entre deux personnes, croit-on que des personnes du même sexe ne sont pas en mesure d'éprouver l'une pour l'autre ce sentiment qui n'a pas de sexe ? Retenir cette hypothèse reviendrait à réduire à la sexualité seulement les relations amoureuses entre deux personnes du même sexe."

Et Jeanne Smits :

"Les adversaires du mariage homo disent-ils que deux partenaires homosexuels sont incapables d'amour l'un pour l'autre au-delà de la relation homosexuelle ? Il me semblerait injuste de dire les choses de façon aussi absolue. Mais il y a un véritable amour entre parent et enfant, entre deux amis proches, entre frère et frère ou frère et sœur, etc., et il n'ouvre aucun droit au mariage. Ce n'est pas l'amour, pour profond qu'il soit, qui fonde l'institution du mariage. Pas n'importe quel amour. Pas n'importe quelle union. Il est important de comprendre que c'est bien sur l'existence de rapports physiques que les homosexuels qui demandent l'accès au mariage fondent celle-ci, rapports physiques dont on a préalablement exclu toute notion de finalité. On revient aussitôt au point numéro 2. Non, le mariage ne consacre pas uniquement l'amour-sentiment entre deux personnes : il est un engagement, une alliance, une communion de personnes dans laquelle l'homme et la femme entrent en vue de plusieurs biens : il consacre et affirme la volonté de rechercher toujours le bien de l'autre – amour vrai –, quoi qu'il arrive, fidèlement et jusqu'à la mort, en vue de la procréation et de l'éducation des éventuels enfants qui naîtront et dont le bien sera alors l'œuvre commune de l'homme et de la femme qui leur auront donné le jour."

Michel Janva

Le Salon Beige - 01/09/12

 

20:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Les immigrés quittent l'Italie "au profit" de la France

31/08/2012 — 19h00
ROME (NOVOpress) — Le pauvre homme ! Tartuffe-Riccardi devrait être heureux. Son immigrationnisme frénétique lui vaut tous les honneurs. Il est ministre de la Coopération internationale et de l’intégration dans le gouvernement italien de la Goldman Sachs. François Hollande, à peine élu, s’est hâté de le nommer commandeur de la Légion d’honneur. Nul doute que, lors qu’il mourra, la puissante communauté Sant’Egidio, dont il est le fondateur, le portera sur les autels conciliaires ou ce qui en tient lieu.

L’appel d’air que Riccardi a délibérément créé en engageant la régularisation des clandestins par centaines de milliers porte les fruits prévus. Les débarquements se succèdent sur toutes les côtes italiennes : rien que ces derniers jours, par exemple, 270, « se disant pour la plupart érythréens et somaliens », avec les enfants et l’inévitable femme enceinte, en Sicile ; plus de quatre-vingts, en trois fois, puis cent d’un seul coup, Afghans, Pakistanais, Bangladais dans le Salento.

Et pourtant, Tartuffe-Riccardi, comme il l’a expliqué à l’agence ANSA, est bien à plaindre. Beaucoup de ces immigrés qui affluent en Italie n’y restent pas mais déménagent « dans d’autres États européens, où il est plus facile de trouver du travail et de s’intégrer ». «Le dernier recensement de l’Istat parle d’un million de travailleurs étrangers en moins. Le chiffre est probablement surestimé » [de fait, l’Istat, équivalent italien de l’INSEE, a déjà retrouvé 100.000 immigrés au mois de juin, NdT]. Le ministre n’en lance pas moins « un cri d’alarme » contre « cette perte pour l’Italie ».

Selon Il Sole 24 Ore, le quotidien de la Confindustria (le Medef italien), qui relaie les lamentations du ministre sur « la fuite des étrangers», « la destination la plus prisée est la France, mais aussi la Belgique. Dans de nombreux cas, il s’agit de citoyens bien intégrés, qui sont même titulaires de la citoyenneté italienne [c’est dire le cas qu’ils en font], comme dans l’histoire de Jawad, entrepreneur turinois d’origine marocaine, qui suit l’exemple de ses amis et décide de fermer sa boulangerie, d’emmener ses deux enfants et sa femme, et de repartir à Nice. C’est à Nice qu’il ouvrira sa nouvelle activité entrepreneuriale. Tout est prêt. »

Le gouvernement Monti a annoncé vendredi dernier une batterie de nouvelles mesures pour retenir les immigrés, ainsi « le lancement de la Conférence permanente sur les religions », pour favoriser « le dialogue entre les représentants des religions présentes en Italie », et « une stratégie nationale pour les Roms ». Le moyen, pourtant, d’offrir aux immigrés, spécialement musulmans, des conditions de vie aussi attrayantes qu’en France ?

Plutôt que la Légion d’honneur, Hollande devrait donner à Riccardi un million de musulmans. Cela lui ferait beaucoup plus plaisir. Et la France peut supporter cette perte.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

19:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Malaise de Christiane Taubira à Bordeaux: la ministre aurait été victime d'un ictus amnésique

 

Selon nos informations, la Garde des Sceaux aurait été victime d'un ictus amnésique. Un trouble qui ne laisse pas de séquelles et qui est souvent lié au surmenage

Christiane Taubira a quitté Haut-Levêque ce samedi matin souriante et visiblement reposée.

Christiane Taubira a quitté Haut-Levêque ce samedi matin souriante et visiblement reposée. ( Thierry David)


 Victime, vendredi à Bordeaux, d'"un coup de fatigue", pour reprendre la version officielle de la Chancellerie, Christiane Taubira a quitté Pessac et le centre hospitalier de Haut-Levêque, où elle a passé la nuit, ce samedi matin souriante et visiblement reposée. Déclarant à la presse: "Je n'ai jamais aussi bien dormi".

Vendredi, alors qu'elle prononçait un discours devant la promotion 2012 de l'Ecole nationale de la magistrature, la Garde des Sceaux avait dû s'interrompre à la suite d'un malaise. Et être évacuée vers Haut-Levêque où elle a été prise en charge par les urgences cardiologiques.

Dès vendredi soir, l'entourage de la ministre a indiqué que ses examens étaient "rassurants". Réfutant toutefois l'idée d'un malaise.

Selon nos informations, la Garde des Sceaux aurait été victime de ce qu'on appelle un "ictus amnésique".

Ce trouble s’installe brutalement entre quelques minutes et quelques heures et le patient n'est plus en mesure de se rappeler de la date, de l’heure, ou de l'endroit où il se trouve. Ce qui engendre une certaine perplexité.

La cause de cet "ictus amnésique" est généralement le surmenage.

Ce trouble passager ne laisse cependant pas de trace et ne préjuge pas d’un éventuel futur AVC (accident vasculaire cérébral).

Ce phénomène, qui touche environ 5 cas pour 100 000 personnes, atteint la proportion de 23 pour 100 000 chez les personnes ayant dépassé la cinquantaine.

Sud-Ouest -  01/09/12

18:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La manipulation... c'est maintenant !

 

Contre-info.com

00:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

31/08/2012

Possible opération sous faux pavillon en Syrie: L'Opposition Armée se dote d'armes chimiques

vendredi, 31 août 2012 14:41

         

IRIB-Tous les moyens sont bons y compris gazer des civils syriens pour obtenir une intervention militaire des US/OTAN/Israël en Syrie, pour renverser le gouvernement de Bashar Al Assad.



Hollande a prévenu qu'une utilisation d'armes chimiques serait un motif d'intervention: reste donc à organiser une opération sous faux pavillon: des opposants gazant des civils syriens, des Sunnites pour faire plus crédible, et la France en tête bombardera la Syrie. Les US ont renoncé à toute pression au CSONU donc ils vont le contourner de cette façon.

Tout simplement abject !

Hollande est pire que Sarkozy pour vendre des Rafales et faire oublier la situation économique catastrophique en France par une bonne guerre.

21:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO - Richard Millet répond à la polémique

http://www.itele.fr/video/richard-millet-repond-a-la-pole...

 

L'écrivain et membre du comité de lecture de la maison d'édition Gallimard, Richard Millet, réagit à la polémique déclenchée par son ouvrage "Eloge littéraire d'Anders Breivik". Il répond aux questions de Léa Salamé et de Marc Fauvelle en exclusivité pour i>TELE.

 

29/08/12

21:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le vrai message de Richard Millet: "continuez et vous aurez bientôt des Breivik français"

Posted on by Alain Dubos - Article du nº 266

La polémique déclenchée par Richard Millet s’inscrit dans l’éternel débat entre ceux qui jouent de leur pouvoir pour dominer les masses et d’autres qui choisissent l’outrage pour les mettre devant leurs responsabilités. Le talent littéraire vient peser, évidemment, sur la réflexion qu’engendre ce genre de pavé dans la mare et celui-ci, en vérité, a les dimensions d’un bloc de granit.

Tout aura été dit bientôt sur l’événement. Lorsque procureurs et avocats auront développé leurs arguments, le jugement reviendra finalement au public et l’on peut supposer que celui-ci demeurera profondément troublé. Pour longtemps. C’est, je pense, la meilleure chose qui puisse lui arriver.

L’éloge littéraire d’Anders Breivik porte sans conteste un titre outrancier, fait de l’aveu même de l’auteur pour provoquer, à ceci près que la provocation n’est pas ici gratuite. Millet ne lance pas une insulte-réflexe à l’adresse de tous ceux qui furent concernés par ce drame. Pareillement, il ne se fait en aucune façon le défenseur d’un meurtrier dont il décrit l’âme machinale et glacée. Il réclame simplement de ses lecteurs l’effort d’aller au-delà des faits pour tenter d’en comprendre les raisons profondes et celles-ci, de plus en plus de gens en Europe considèrent qu’elles existent.

Le geste de l’assassin ne mérite en lui-même aucune pitié. Un régime appliquant la peine de mort l’eût sanctionné sans hésitation et pour ma part, j’y eus souscrit. Le problème est que Breivik agit en réaction à ce qu’il considère comme une conséquence inéluctable des abandons de territoires que les nations européennes concèdent à une puissance dont, manifestement, ils ne comprennent (ou font semblant de ne pas comprendre) ni la nature réelle ni les moyens qu’elle emploie pour s’imposer aux autres.

Là est le coeur du débat, son noeud gordien que les démocraties se révèlent à ce jour incapables de trancher. L’avancée régulière, opiniâtre, obstinée, de l’Islam dans nos sociétés est ce par quoi notre siècle commence éminemment son cours. Les exigences de la finance dans un ordre mondial encore à définir et à peaufiner, le glissement idéologique des vieilles lunes du 20è siècle vers les arrangements plus ou moins amiables avec les prélats possesseurs d’or noir, viennent se fondre dans l’obligation qu’ont nos pays de faire naître un nouveau prolétariat capable de les servir. Le Progrès ininterrompu chez nous depuis deux siècles accouche ainsi d’un marais social où Zola ne reconnaîtrait pas les descendants embourgeoisés de ses petits. À la surface de ce lac supposé tranquille sont apparues des vagues étranges qui prennent chaque jour de la force, et inquiètent.

Brievik regarde le paysage humain autour de lui et trouve qu’il change. À grande vitesse. Peut-être pense-t-il d’abord que son pays, dans sa sagesse, fixera comme il convient les limites de la société en construction et la place que chacun pourra prétendre y occuper. Seulement, au lieu de cela, il assiste au grignotage progressif de l’espace des libertés communes. Comme partout ailleurs en Europe, ces libertés-là sont quotidiennement négociées selon le principe : tout ce qui est à moi est à moi, tout ce qui est à vous est négociable. À un moment donné, Breivik cesse de négocier et part en guerre tout seul. Sa cible : une jeunesse qu’il considère comme complice des manquement de ses aînés. Sa méthode : celle de l’officier nazi des Bienveillantes, roman dont l’auteur fut lui aussi, soit dit en passant, accusé ici et là de sympathie pour son héros.

À un Gaudin qui lui susurre qu’à Marseille on n’est pas en situation de conflit civil, Richard Millet répond ; « détrompez-vous, Monsieur le Maire, vous y êtes et vous le savez pertinemment. Tous les ingrédients sont là et c’est vous, avec d’autres, qui les avez ajoutés un à un dans la soupière. L’immigration dérégulée, le constant recul devant les exigences des religieux, la tolérance pour les divers trafics entremêlés, l’aveuglement face à l’humiliation que subit un nombre croissant de vos compatriotes, la violence banalisée partout au point qu’on finit par ne même plus en parler, sauf quand elle tue ». Il dresse le constat que Breivik règle à sa terrifiante manière. Et il sous-entend cette chose simple : « continuez comme ça et vous aurez des Breivik français. Est-ce vraiment ce que vous voulez? »

Certes les mots pèsent lourd et Millet tient à les nuancer. À les lire, on est légitimement troublé. Mais l’ « éloge» est en fait, je crois, la dénonciation ironique, presque désabusée, du grand péril encore évitable. Ouvrir les yeux sur ce qui risque fort de nous advenir est urgent sous peine de désastre, tel est le message de l’auteur.

 

Alors, maintenant, la punition. Au pays où l’on peut parait-il rire de tout, il n’est pas possible de tout écrire. La preuve de ces traitements différents de la création nous est donnée en cette rentrée. Il n’est donc pas étonnant de voir monter immédiatement au créneau un Tahar Ben Jelloun, celui-là même qui, à travers un « Islam expliqué aux enfants« , nous murmure à l’oreille la douce, sirupeuse, endormante et fort dangereuse mélopée des Lumières allumées semble-t-il par les messagers à turbans de la paix universelle. À ses côtés, la longue cohorte de ceux que ne dérange, pas plus que lui et en aucune façon, la traînée de sang que les centaines de Brievik sauce Prophète laissent un peu partout à travers le monde depuis une décennie pleine. Deux poids deux mesures. En choisissant l’attaque frontale de ce monolithe caressé par toutes sortes de pouvoirs, Richard Millet n’a pas choisi la facilité. Mais il tient bon, assume et se défend ma foi fort bien.

Personnellement, je le soutiens contre l’offensive déclenchée par les censeurs.

Alain Dubos 

20:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Marseille, "une ville plutôt paisible" pour le préfet à la sécurité Alain Gardère

Lire: http://www.defrancisation.com/marseille-une-ville-plutot-...

20:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Fabius veut intervenir rapidement en Syrie en se passant de l'accord de l'ONU


Syrie: Fabius n'exclut pas d'intervenir sans... par Europe1fr

19:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Bordeaux: Christiane Taubira hospitalisée après un "léger malaise"

En déplacement à l'Ecole nationale de la magistrature (ENM), à Bordeaux, la ministre de la a fait un léger malaise, vendredi midi, à l'issue de son discours devant les élèves de la prestigieuse institution, a constaté sur place l'envoyé spécial du Parisien - Aujourd'hui en . La ministre a été évacuée en ambulance et admise au CHU de Bordeaux, à Pessac, pour «procéder à des examens médicaux», selon le préfet de Gironde Michel Delpuech.

 



Lors de son allocution, Christiane Taubira avait paru à la peine, perdant ses notes et devant s'interrompre avant de reprendre le fil. Le visage crispé, chancelante, elle a dû quitter le pupitre peu après 13 heures, soutenue par des membres de son équipe qui l'ont accompagnée dans le bureau du directeur. «La ministre est épuisée, elle a fait un léger malaise, elle se repose dans mon bureau », a alors indiqué Xavier Ronsin, directeur de l'ENM, s'adressant à l'assemblée.

Une ambulance est arrivée sur les lieux peu après, et n'a quitté l'ENM que vers 14 heures pour le Groupe hospitalier Sud à Pessac. «Elle aurait eu besoin d'une petite pause, elle a souhaité continuer avant que nous décidions finalement d'interrompre la séance pour qu'elle se repose», a ajouté sa conseillère, qui se trouvait à ses côtés dans l'ambulance. Le reste de son programme à l'ENM a été annulé.

La ministre se trouvait à Bordeaux pour une visite d'une demi-journée à l'Ecole de la Magistrature, où elle a rencontré le personnel, les magistrats enseignants, avant son allocution dans le grand amphithéâtre. Son entourage a tenu à relativiser ce malaise, parlant d'un simple «coup de fatigue, sans gravité». «Elle n'a pas perdu connaissance et se repose», a ajouté cette source.

 

LeParisien.fr

19:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Mort de Lady Di : c'était il y a 15 ans jour pour jour

Le 31 août 1997, Lady Diana mourait à 36 ans, dans un accident de voiture, près du pont de l'Alma à Paris, en compagnie de son compagnon Dodi al-Fayed. Quinze ans après sa mort, l'icône est toujours aussi aimée au Royaume-Uni.

Il y a quinze ans jour pour jour, l'Angleterre perdait sa princesse à Paris. De la tôle froissée, des lumières bleues, un mort (Dodi-Al Fayed) et un corps emmené rapidement à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, celui de Lady Diana. Deux heures plus tard, elle décède finalement des suites de ses lésions internes. Dans l'après-midi qui suit, la famille viendra reconnaître le corps et ne restera finalement que quatre-vingt dix minutes en France.

Depuis ce jour, la popularité de Lady Diana n'a jamais faibli. Jeudi après-midi, des fans s'étaient déjà donné rendez-vous pour déposer des fleurs près du lieu de l'accident. Jamais une princesse n'a été autant aimée, épiée, photographiée et fimée. Pour preuve, un film en cours de tournage devrait retracer sa vie, avec comme actrice principale, Naomi Watts.

18:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (27)

Manuel Valls ne voit pas « d’ennemi intérieur » à Marseille

31/08/2012 – 08h00
MARSEILLE (NOVOpress) –
Le grand banditisme maghrébin fait encore couler le sang à Marseille : un homme de 25 ans a été tué d’une rafale de Kalachnikov mercredi soir dans les quartiers nord de Marseille. Il était originaire de ces quartiers et connu des services de police « pour différentes infractions », selon le procureur de la République, Jacques Dallest. Il s’agirait de Walid Marzouki, déjà mis en cause notamment dans des affaires liées aux trafics de drogue. C’est le quatorzième mort dans un règlement de comptes depuis le début de l’année dans la cité phocéenne. Mais aussi, le deuxième au mois d’août, après le décès samedi soir de Benamar Hamidi, grièvement blessé par balles dans les quartiers sud.

Devant cette hécatombe à l’arme de guerre, la sénatrice socialiste, Samai Ghali, a demandé l’intervention de l’armée « comme en temps de guerre » dans un entretien accordé jeudi à La Provence. Un espoir vite déçu par Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, pour qui, « il n’y a pas d’ennemi intérieur » à Marseille, tandis que David-Olivier Reverdy, secrétaire régional du syndicat Alliance Police, estime que « Marseille, ce n’est pas Kaboul ». Pourtant, de nombreux Français sont convaincus que leur pays a plus besoin de ses soldats dans les banlieues de l’immigration qu’en Afghanistan.

Crédit photo : tangi bertin via Flickr, licence CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

17:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Salles de shoot : « Et dire qu’il y a des neuneus qui croient que c’est une bonne idée ! »

sans-titre.png shoot.png

29/08/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress) –
Le député socialiste, Jean-Marie Le Guen, veut que le gouvernement autorise la création de salles d’injection de drogue. Pour ce représentant du PS, un signe ne trompe pas pour encourager cette légalisation : « Aujourd’hui, il y a urgence. La consommation d’héroïne augmente à Paris. Le nombre de seringues utilisées dans les distributeurs automatiques progresse de 7% au premier semestre 2012 par rapport à la même époque en 2011 », explique-t-il dans une interview accordée au Parisien. Peut-être faudrait-il alors supprimer ces distributions automatiques de seringues ? Ce qui fait dire au vice-président du Front national, Florian Philippot : « On préfère à l’UMP et au PS s’adapter à une situation devenue catastrophique en raison de l’inaction des gouvernements successifs plutôt que d’en combattre les causes ».

Mais Jean-Marie Le Guen ne s’attarde pas sur ces causes, préférant cette solution « beaucoup mieux » et pariant sur le « feu vert » du gouvernement en faveur de ces salles de shoot. Une position qui provoque un raz de marée de protestations chez les lecteurs du Parisien. Kikou94 écrit : « Monsieur Le Guen joue aux apprentis sorciers et ne pense qu’ à faire parler de lui ! ». Léo envisage la manœuvre politicienne : « Abrutir les gens un peu plus et notamment la jeunesse , cela évite qu’ils descendent dans la rue. Et dire qu’il y a des neuneus qui croient que c’est une bonne idée ! ». Quant à Gaëtane, elle souligne les dangers d’une telle volonté, sur le plan de la santé publique : « Il faut prévoir d’ici à 20 ans des “salles”, pas de shoot, mais d’hospitalisation pour toutes ces personnes qui seront atteintes de troubles neurologiques très graves ! ».

Crédit photo : David Blumenkrantz via Flickr, licence CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

 

17:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

À propos de l’armée devant les cités à Marseille

 

 

Billet de Stéphane Ravier, conseiller des 13e et 14e arrondissements de Marseille, conseiller régional de PACA, membre du Bureau politique du Front National

« Il faut faire appel à l’armée » voilà en substance ce que réclame, en partie, la sénatrice-maire du 8e secteur de Marseille, madame Samia Ghali-Dumontel après l’exécution d’un 14e « jeune » dealer dans les quartiers nord de Marseille ce mercredi soir.

Elle n’en peut plus, elle en a marre, et elle le fait savoir la sénatrice socialiste en dénonçant les « pseudo intello-gaucho-bobo » qui veulent dépénaliser la consommation de cannabis alors qu’elle sait très bien elle, les ravages sanitaires causés par « le chichon ».

Elle en a ras le bol la guériniste de ces règlements de compte qui font de Marseille la capitale européenne de la culture du crime.

Quant à Gaudin, aux commandes de la ville depuis 17 ans, il ne voit rien, il n’entend rien, tout va très bien à tel point qu’il ne dit rien et surtout, il ne fait rien ! Gageons que le corps électoral marseillais lui règle son compte dans les urnes dans quelques mois, pour non assistance à ville en danger !

 

L’armée ! L’armée ! Les paras, les fusillés commandos, la Légion « à l’entrée des cités » clame madame le maire d’une partie des quartiers nord, reconnaissant ainsi que même l’armée ne peut pénétrer à l’intérieur de ces zones de non droit.

L’armée donc, pour filtrer, pour stopper les « clients » devant les supermarchés de la fumette situés dans des dizaines de cités marseillaises, voilà la solution ! Mais aussi, « le retour du service militaire pour sortir les jeunes des cités 8 mois, un an ». Merci Samia pour cette idée géniale, nous n’y avions pas pensé !

Mais au fait, de quelle armée parle madame Ghali ? Notre armée n’est plus que l’ombre d’elle-même. Son ancien chef d’état-major le général Jean Fleury témoignait dans les colonnes du Monde daté du 23 août que notre aviation était numériquement inférieure à celle de Bachar al-Assad, raison pour laquelle la France ne pouvait pas se permettre de se jeter dans le piège syrien.

Quant à nos troupes terrestres, nos dernières unités opérationnelles sont dispersées aux quatre coins du globe afin que nos soldats y périssent au nom des droits de l’homme et des intérêts américains pendant que dans notre pays le droit fondamental de sécurité n’est plus assuré à nos compatriotes.

Le rétablissement du service militaire ? Avec quel argent ? La France est en état de faillite et le budget de l’armée a fondu comme neige au soleil ! Dans quelles casernes ? Elles ont toutes été vendues ! Avec quels appelés et pour saluer quel drapeau ? Avec ces centaines de milliers de « jeunes » qui arborent fièrement le drapeau exotique de leur grands-parents durant les soirs de match de football et qui « baisent » la France en caillassant et en « niquant » la police ?!!

L’armée devant les cités ? Mandatée par qui ? Par l’ONU ? Mais pour y faire quoi ? Y recevoir projectiles de toutes sortes sans pouvoir riposter pour éviter que la cité ou que la France ne s’embrase ? Essayer d’empêcher le client de venir au produit ? Mais qu’à cela ne tienne, c’est le produit qui ira aux clients !

Aujourd’hui des petites crapules n’hésitent plus à utiliser des armes de guerre pour éliminer la « concurrence » et empoisonnent la vie des honnêtes gens en faisant régner la terreur sur ce qu’ils considèrent être leur territoire.

Des individus qui utilisent la « terreur » pour arriver à leurs fins, sont tout simplement des « terroristes » et face au terrorisme, l’État doit être implacable ! Il doit mobiliser et utiliser tous les moyens dont il dispose là où ils sont les plus performants :

Si l’armée doit intervenir, ce n’est pas aux frontières de la cité mais aux frontières de notre pays et notamment maritimes- à conditions de les avoir préalablement rétablies- pour empêcher la drogue de s’y déverser !

Les agents des douanes doivent recevoir les moyens pour agir en amont. Le fisc doit traquer la crapule à bord de sa voiture de luxe alors qu’elle ne travaille pas. Un service de police s’y emploie, ses moyens doivent être augmentés.

Notre diplomatie doit accroitre la pression sur les pays producteurs (envers qui la France sait se montrer si généreuse…) pour qu’ils s’impliquent davantage chez eux dans le démantèlement des cartels et des filières.

Bien évidemment, la politique d’immigration, gros fournisseur de dealers, doit être stoppée et les trafiquants étrangers renvoyés dans leur pays d’origine !

Enfin, dans nos cités, et pas seulement dans les cités, c’est à la police que tous les moyens nécessaires doivent être fournis et sans délais. Car qui mieux que les policiers connait le terrain, les filières, les réseaux, les dealers jusqu’aux plus petits « choufs » ?

D’ailleurs après chaque règlement de compte, la presse ne rapporte t-elle pas que « la victime était connue des services de police » Cela veut dire quoi ? Eh bien encore une fois, cela veut dire qu’au-delà de la faiblesse de ses moyens et malgré les ordres de « ne pas faire de vagues » la police arrive tant bien que mal à faire son travail ! Qu’elle identifie et interpelle les trafiquants !

Mais cela veut dire aussi que la justice, faute de moyens, ou par idéologie laxiste et permissive si chère à Christiane Taubira, ne sanctionne plus ces petites frappes comme la loi le lui permet pourtant. Une justice enfin dépolitisée doit sanctionner sans faiblesse celles et ceux qui vendent la mort à petite dose.

Enfin et surtout, à l’image des services de renseignements de la D.C.R.I. qui ont évité à la France des attentats terroristes jusqu’à l’affaire Merah en tout cas, un service de renseignements spécialement affecté au trafic de drogue doit être mis en place et développé. Si les filières n’ont pu être démantelées en amont, des agents infiltrés dans les cités doivent nous permettre de les démanteler en aval.

Le cancer de la drogue doit être combattu à tous les niveaux, et pour cela, chacun doit remplir son rôle, tout son rôle, rien que son rôle.

Alors que Samia Ghali cesse son agitation médiatique. Son faux cri d’alarme n’est poussé que pour mieux faire oublier sa responsabilité dans la situation qu’elle fait mine de dénoncer.

Car celle qui répète à l’envie qu’elle est une « enfant des cités » -elle n’est pas le seule, j’en suis aussi- était jusqu’au 13e règlement de compte, dans la ligne officielle de la sempiternelle analyse progressiste et angélique du « désastre social, du manque de service public, des cités ghettos et autres intolérables discriminations » !

Mais que l’on se rassure, dans la seconde partie de l’entretien qu’elle a accordée à la Provence, la sénatrice socialiste dénonce « le retard accumulé à Marseille en matière de logement, de transport, de mixité sociale » Enfin « elle souhaite faire voter une loi pour reloger prioritairement une famille qui aurait perdu un enfant ( trafiquant) et d’accorder un crédit d’impôts aux foyers qui s’équiperaient de caméras de surveillance »

Pas de doute, avec la gauche, avec ou sans armée, vous chassez le naturel, il revient au Ghali et au triple galop !

17:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Le Figaro confond identité et racisme

Le Figaro confond identité et racisme
 
 
 

30/08/2012 – 14h30
PARIS (NOVOpress) –
Dans son article intitulé “En Grèce, la crise réveille le sentiment identitaire“, Le Figaro tente d’amalgamer racisme et identité.

Le titre précise explicitement le réveil du sentiment identitaire, puis le corps de l’article ne reprend plus une seule fois les mots “identité” ou “identitaire”. En revanche les mots “racisme” ou “raciste” sont mentionnés sept fois. Le mot “racisme” est même l’un des 3 mots-clefs de l’article.

La ficelle est bien grosse : cette démarche tend bien entendu à amalgamer le sentiment identitaire avec le racisme.

Or, par exemple, le Bloc Identitaire, le mouvement qui depuis sa création a fait diffuser la notion d’identité dans la société, indique dans sa Foire Aux Questions :
“Notre slogan « 100 % identité, 0 % racisme » résume notre position. Chaque peuple doit pouvoir s’épanouir sur sa terre.
En revanche, nous considérons comme racistes tous ceux qui cherchent à gommer les différences – et donc la diversité ethnique et culturelle qui font la richesse de notre planète – au profit d’un monde uniformisé, sans repères et sans racines. Selon nous, les sociétés multiculturelles et multiraciales se transforment souvent en sociétés multiracistes. En défendant les identités, nous luttons finalement pour une société plus harmonieuse.

Par son article, Le Figaro soutient la Police de la Pensée qui amalgame à dessein défense de l’identité et racisme.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

02:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Israël : « Mort au christianisme »

Israël : « Mort au christianisme »

Lu sur InfoCatho.be : Après les récentes profanations commises par des extrémistes juifs contre des institutions chrétiennes de Terre Sainte, le Père Pierbattista Pizzaballa a écrit au président israélien Shimon Peres pour lui demander d’intervenir. Les chrétiens sont inquiets de cette vague d’agressions commises en toute impunité par des colons vivant dans les territoires palestiniens.
Des slogans insultants comme « Nous allons vous crucifier » (NDLR : ils en ont pris l’habitude), « Mort au christianisme », « Marie est une prostituée », ont récemment été tagués sur les murs d’enceinte d’institutions chrétiennes à Jérusalem, soit une école, un monastère, ou dans un cimetière.

Contre-info.com

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le Journal de la Syrie 30 août 2012


Journal de Syrie 30 Août 2012. Bachar al-Assad... par Alchimie33

01:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)