Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1090

  • Budapest : slogans antisémites au cours d'une manifestation de l'extrême-droite

    Revue de presse
    Publié le 29 Août 2012

     

     

    Des manifestants de Jobbik, le parti d'extrême-droite, ont scandé des slogans antisémites au cours d'une manifestation à Budapest, dimanche 26 août 2012, en l'honneur du cinquième anniversaire de la création de la Garde Hongroise (Magyar Garda), l'organisation d'extrême-droite, xénophobe, qui a été déclarée hors la loi en Hongrie.

     

    sans-titre.png Budapest.png

    Gabor Vona, le dirigeant de Jobbik, et le co-fondateur de la Garde Hongroise, a prononcé un discours nationaliste face à 200 manifestants. Plusieurs d'entre eux ont scandé des slogans antisémites face à quelques dizaines de contre-manifestants. La manifestation s'est déroulée en fonction d'un arrêt du tribunal, bien qu'elle ait été interdite par la police.

    Crif

  • Syrie: L’ALS affirme avoir découvert un arsenal chimique

     

    Publié le 29/08/2012 à 02h42

    Des missiles à charge chimique et biologique découverts par l’ALS près de Damas?

    C’est le Conseil Supérieur de l’Armée libre de Syrie qui a validé, et délivré l’information. Une de ses unités aurait, suite à l’attaque et la conquête d’une base militaire près de Damas découvert un « lot » de missiles non conventionnels, à tête chimique et biologique. une découverte de missiles chimiques, faisant partie d’un stocks impressionnant de toutes sortes d’autres missiles conventionnels, eux, et dont l’ALS prétend qu’il y avait là, de quoi semer la mort et la destruction « en quantité industrielle ».

    Les hommes de l’Unité ayant mené cette opération visant une base de stockages de missiles et roquette en tout genre, ont fait parvenir des photos précises au Conseil supérieur de l’ALS, photos qui permettraient d’aboutir à une conclusion sans ambiguité. Ces missiles provenantes stocks de l’armée régulier et ovale à Bachar el-Assad seraient bien porteurs de têtes chimiques et biologiques.

    Allant plus loin, Le Conseil supérieur de l’ALS en déduit que le régime de Bachar el-Asssad pourrait utiliser des missiles de ce type contre des villes de Syrie… Mais selon un militaire libanais, expert en analyses stratégiques, » Assad dit-il n’aurait aucun intérêt à puiser dans les ressources d’un arsenal chimique. Eu égard à la maîtrise aérienne totale et la diversité d’armes puissantes (artilleries, missiles classiques, etc..) qui sont des cartes essentielles dans son « jeu de guerre « , Bachar serait fou de recourir à des armes dont l’utilisation provoquerait des massacres de masse, dont des images parviendraient certainement en Occident via Internet ou des réseaux sociaux. Par delà l’indignation que cela susciterait, le président syrien serait alors confronté à la « red ligne », la ligne rouge fixée par Barack Obama quant à un éventuel recours à des armes chimiques« .

    Le haut-militaire libanais, fin connaisseur de la Syrie,estime qu’une telle affirmation relève plus de l’ordre d’une tentative de pression politique sur l’Occident, et les pays arabes opposés au régime syrien. D’ailleurs dans un communiqué, le conseil supérieur de l’ALS en appelle à la communauté internationale et aux pays « frères » arabes d’agir immédiatement en soutien des insurgés, pour éviter des crimes aux conséquences incalculables dans la région ».

    L’expert libanais précise qu’à l’heure ou lia appris la nouvelle, aucune source d’information indépendante n’a été en mesure de confirmer la « prise de guerre » de missels non conventionnels, ni de dire qu’elle avait eu accès aux photos desdits missile et donc d’avaliser les affirmations de l’ALS. « Dans l’attente de preuves, irréfutables conclut l’officier supérieur, en l’état, c’est avant tout un pas dans la guerre psychologique qui a été franchi. Mais nous saurons bientôt si ‘information est fiable.

    Reste qu’une telle information serait une première dans la guerre civile qui fait rage en Syrie, mais pas forcément de nature à changer la donne. » Que Bachar possède des stocks d’armes chimiques est parfaitement vraisemblable, et quasiment acquis selon divers services de renseignements militaires, qu’il soit prêt à s’en servir, est une toute autre affaire, pour laquelle nous n’avons aucune confirmation » conclut l’analyste militaire libanais

    Frédéric Helbert, à Beyrouth

    Frédéric Helbert - le blog

  • Carnac - Locmaria: le Centre inter-paroissial profané

    sans-titre.png loc Maria.png

     

    27 août 2012     Imprimer cet article

    Ajouter cet articleEnvoyer l'article à un amiLe Centre inter-paroissial de Locmaria a été profané dans la nuit du 25 au 26août. Seul le sanctuaire extérieur a été marqué par des dégradations, dûment constatées par la gendarmerie le 26 au matin. Les mêmes graffitis (sigle «666») censés représenter le symbole de la division prônée par Satan, ont été peints spécifiquement aux endroits les plus sacrés du sanctuaire: l'autel, l'estrade en pierre sur lequel le prêtre évolue durant la messe, l'ambon (le pupitre d'où est proclamé l'Evangile), l'allée empruntée par les fidèles pour recevoir la communion, la porte d'entrée de la chapelle...

    «Christianophobie»

    Pour le père Jérôme Seicher, recteur doyen des trois paroisses, il s'agit «d'une volonté explicite d'attenter au caractère sacré de l'esplanade». Cet acte a été ressenti dans la paroisse de Carnac comme un «acte christianophobe témoignant d'une volonté de porter atteinte à l'exercice de la liberté de culte des catholiques». Aucune trace d'effraction ou de dégâts à l'intérieur du centre n'a été sinon relevée.

     

    Le Télégramme.com               

  • Comment aider Marie-Neige Sardin ?

    sans-titre.png M-N Sardin.png

    Marie-Neige Sardin (à gauche)

     

     

    Citoyen français, je ne peux rester ni indifférent, ni passif, devant la nouvelle agression – la trente-et-unième – subie par Marie-Neige Sardin, dans les conditions que décrit Caroline Alamachère dans le journal Riposte Laïque.

    Quel est le nombre d’agressions que devra encore subir Marie Neige Sardin pour accéder enfin au statut de femme et être protégée ?

    Y a-t-il un seuil psychologique à atteindre pour que l’état et les élus disent STOP à l’extrême violence que subit Mme Sardin ?

    Avez-vous déjà pris ne serait-ce que deux minutes pour imaginer ce qu’elle a vécu ?

    Samedi dernier, Marie Neige a failli mourir lorsque son agresseur a essayé de l’égorger. Avez-vous lu une ligne dans la presse ?

    Notre société se meurt, pas tant par la violence mais par le silence de chacun.

    Où est notre humanité lorsque nous nous indignons des violences commises à l’étranger et relayées par les médias et que nous restons muets devant ce que vit Marie Neige ?

    N’importe quel voyou qui décède suite à un accident sur une moto volée, non assurée, sans casque a droit à une marche « blanche ».

    Et nous, que faisons-nous pour soutenir une femme qui agit légalement et est victime des autres, pas de sa débilité à faire le kéké sur une moto volée ?

    Une vraie société se repère non seulement à ses valeurs mais également à sa solidarité.

    J’ai donc décidé, spontanément, de contribuer à créer les conditions, avec mes modestes moyens, pour ne pas laisser cette femme seule, et montrer aux Français et à tous ceux qui sont attachés aux droits démocratiques et au respect des lois de notre pays, comment aider Marie Neige Sardin.

    Pour ceux qui ne peuvent se déplacer mais souhaiteraient soutenir Marie Neige, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

    -Vous pouvez lui écrire un mot de soutien à Librairie Sardin, 31 Avenue Jean Jaurès 93350 Le Bourget.
    -Vous pouvez lui envoyer un soutien financier par chèque ou par paypal vegaelnath@yahoo.fr

    Sinon, bien évidemment, pour les Parisiens, il est également possible de se déplacer dans sa librairie, et de rentrer discuter avec elle, voire acheter livres ou fournitures.

    En ce qui me concerne, j’ai décidé de faire un peu plus que cela. J’irai distribué un tract, demain matin sur le marché du Bourget, et, demain après-midi, mercredi 29 août, à 14 heures, je vous propose de nous retrouver devant la mairie du Bourget pour demander au maire à ce que Mme Sardin soit reconnue comme être humain, comme une femme, qui a le droit de vivre au Bourget en toute sécurité.

    Notre cœur et notre solidarité, deux choses qu’aucun gouvernement, aucun média ne pourra nous voler. Ils nous appartiennent et c’est là que résident notre force. Les abandonner revient à s’isoler et à devenir de simples consommateurs-électeurs. En revanche, agir demande du courage et être acteur aujourd’hui n’est pas anodin.

    Alors demandez-vous quelle société vous souhaiter laisser aux générations futures…

    L’équipe de RL, Pierre, Christine, Pascal, Caroline et tant d’autres savent que les enjeux sont grands : notre humanité. Car sans elle, nous ne sommes plus que des moutons.

    Je compte sur vous pour aider Marie Neige puisqu’en l’aidant, vous dites stop à la banalisation de l’extrême violence et au silence des élus préférant une « paix » sociale acquise le temps d’un mandat.

    Aidons la, aidons nous…

    Stéphane Bornat

    Pour ceux qui veulent me joindre : steph.bornat@orange.fr

    RIPOSTE LAÏQUE

     

  • Le Journal de Syrie 28 août 2012

  • Israël: verdict aujourd’hui de la Justice civile dans l’affaire Rachel Corrie (2003)

     

    Publié le 28/08/2012 à 09h02

    La Justice israélienne face au dossier Rachel Corrie, 23 ans, écrasée il y a 9 ans par un bulldozer de l’armée israélienne à Gaza. Rejet de la plainte des parents par le Juge.

    Les images et photos amateurs ont fait le tour du monde. En 2003, une militante pour la paix, la jeune américaine Rachel Corrie, était écrasée par un bulldozer de l’armée israélienne qui s’apprêtait à détruire une maison de Rafah dans la bande de Gaza. La jeune femme s’était postée entre le le bulldozer et la maison, avec un mégaphone, enjoignant les hommes conduisant l’engin (2 soldats de Tsahal, l’armée israélienne) de stopper leur action. Les amis avaient photographié alors une scène terrible. Le bulldozer avait continué sa marche comme si de rien n’était. Mais Rachel Corrie n’avait pas bougé. Le bulldozer avait écrasé et tué la jeune américaine.

    Le refus constant de l’armée d’endosser toute responsabilité

     

    Des photos avaient attesté des faits tels qu’il s’étaient produits. En l’espèce difficilement niables. Très vite, les parents de Rachel Corrie avaient demandé que toute la lumière soit faite sur l’affaire, et que justice soit rendue à leur fille. Mais l’armée israélienne avait affirmé pour sa défense que « le conducteur du bulldozer D9, n’avait pas pu voir Racher Corrie, qui se trouvait -sic- dans un angle mort ». Dans une une enquête interne, Tsahal avait conclu que ses soldats conduisaient des »missions de guerre« , que Rachel Corrie s’était elle même mise en danger en se trouvant « en zone interdite » et que dans ses conditions l’armée ne pouvait être jugée « responsable« .

    Le combat des parents de Rachel Corrie

    Arguments irrecevables aux yeux des parents de Rachel Corrie. Décidant de s’engager dans un combat pour la justice au nom de leur fille, ils n’ont jamais baissé les bras, allant jusqu’à engager une action aux Etats-Unis contre la firme fournissant les buldozers D9 (spécialement aménagés et équipés pour l’armée). Face à l’inertie des autorités politiques et militaires israéliennes, refusant d’endosser toute responsabilité, les parents de la jeune femme ont intenté une action au civil. C’était en 2010.

    La décision d’un juge israélien ce matin: Rejet de la plainte.

    Aujourd’hui, 2 ans après le dépôt de la plainte, 9 après les faits, la justice israélienne devait dire, si oui ou non, elle estime que Tsahal et les deux soldats conduisant le bulldozer, qui n’ont jamais pu être poursuivis, sont directement responsables et coupables des faits ayant conduit à la mort de la jeune militante américaine dont le souvenir est perpétué par une fondation. C’est le juge du tribunal d’Haifa Oded Gershon qui a statué. Devant les parents de la jeune femme, présents à l’énoncé de la décision judiciaire, le juge Gershon a expliqué sa décision, laconiquement, en ces termes: « je suis parvenu à la conclusion qu’il n’y avait pas eu négligence de la part du conducteur du bulldozer israélien ».

    Frédéric Helbert - le blog

  • La mère de Rachel Corrie, écrasée à Gaza le 16 mars 2003 par un bulldozer israélien, est "profondément troublée" par le rejet de sa plainte


    Les derniers héros de notre temps par khamedx

    Cindy Corrie, mère de la pacifiste américaine Rachel Corrie, tuée en 2003 par un bulldozer militaire israélien s’est déclarée mardi "profondément troublée" après la décision d’un tribunal israélien de rejeter une plainte présentée par la famille.

     

    "Nous sommes bien entendu profondément attristés et profondément troublés par ce que nous avons entendu aujourd’hui de la part du juge Oded Gershon", a affirmé Mme Corrie aux journalistes peu après la lecture du verdict par ce juge qui a statué qu’aucune négligence n’était à l’origine de la mort de Rachel Corrie.

    "Nous croyons que la mort de Rachel aurait pu être évitée", a affirmé Mme Corrie la voix brisée par l’émotion.

    "Nous savions dès le départ qu’une plainte civile serait une bataille difficile", a-t-elle également affirmé en soulignant que l’entité sioniste "dispose d’un système bien huilé pour protéger ses militaires".

    Rachel Corrie, 23 ans, avait été écrasée le 16 mars 2003 sous les chenilles d’un bulldozer de l’armée d’occupation israélienne alors qu’elle s’opposait avec d’autres membres du Mouvement international de solidarité (ISM) et des Palestiniens à la destruction d’une maison palestinienne à Rafah (sud de la bande de Gaza).

    Des témoins, pacifistes et Palestiniens, ont affirmé que le bulldozer avait délibérément écrasé Rachel Corrie. Ils ont assuré que la manifestation s’était prolongée pendant plus de deux heures et que les militants étaient clairement visibles par le conducteur du bulldozer.

    E&R - 28/08/12

     
     
     
  • Pour Alain Juppé, « l’islamophobie » est « contraire au principe de laïcité » !

    Pour Alain Juppé, « l’islamophobie » est « contraire au principe de laïcité » !
     
     
    28/08/2012 — 19h00
    BORDEAUX (NOVOpress via Infos-Bordeaux.fr) — Le maire de Bordeaux était ce matin l’invité de France-Inter. Interrogé sur sa préférence pour la présidence de l’UMP, l’ancien Premier ministre Alain Juppé a décliné les points fondamentaux sur lesquels l’UMP devait se baser.

    S’il n’a pas encore annoncé sa préférence entre François Fillon et Jean-François Copé, celui-ci a indiqué que « l’islamophobie » serait contraire « à la laïcité et au principes républicains ». « Un des points de clivages fondamentaux, c’est l’attitude vis-à-vis de l’islam. L’islamophobie qui globalise le problème de cette religion est contraire au principe de laïcité et contraire aux principes républicains ».

    Selon Caroline Fourest et Fiammetta Venner (journalistes très marquées à gauche), « le mot islamophobie a pour la première fois été utilisé en 1979, par les mollahs iraniens qui souhaitaient faire passer les femmes qui refusaient de porter le voile pour de mauvaises musulmanes en les accusant d’être islamophobes. Il a été réactivé au lendemain de l’affaire Rushdie, par des associations islamistes londoniennes ».

    Cette intervention d’Alain Juppé est finalement peu surprenante pour un homme qui déclarait le 16 avril 2011 : « Ce printemps arabe ne doit pas nous faire peur. Ce sont les citoyens qui revendiquent leur dignité et crient leur aspiration à la liberté individuelle. Le monde arabe renoue avec la tradition d’ouverture, de changement et de modernité qui fut la sienne pendant des siècles » !

    Crédit pho : ministère des Affaires étrangères tunisien/Wikipédia sous licence CC
    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]
  • Laurent Joffrin veut réguler internet pour protéger "la vraie information"

     

    Damien le 28 août 2012 à 10:16

    Le patron du Nouvel Observateur plaide pour une plus forte régulation d’Internet, parce que les internautes s’échangent de fausses informations par e-mail alors que les «vraies informations» sont dans les journaux.

     

     

    Etrange coup de gueule de Laurent Joffrin en ce lundi de rentrée. Dans un éditorial en forme de réquisitoire, le patron de la rédaction du Nouvel Observateur s’en prend au manque de régulation sur Internet, qui permet aux gens de faire circuler n’importe quoi par e-mail.

    L’objet du courroux est ce texte sur la commission Jospin, qui affirme que la «Commission de rénovation et de déontologie» présidée par l’ancien Premier ministre coûterait au total plus de 2,2 millions d’euros, essentiellement en rémunérations des membres. «Tout est faux dans ces accusations», corrige Joffrin, qui s’énerve de ce que «par capillarité, de boîte e-mail en boîte e-mail, le texte circule sans que personne ne puisse s’y opposer et sans que les vraies informations sur le sujet, publiées par la presse sérieuse, ne soient jamais prises en compte».

    «Les adversaires de toute régulation d’Internet devraient – parfois – réfléchir aux implications de leur allergie à toute application à la toile des règles professionnelles ou des Lire la suite…

    Défrancisation

  • Un virus nouveau fait s'emmêler les serpents

    sans-titre.png serpent.png

    Des chercheurs ont déchiffré le génome complet d'un boa constrictor grâce auquel ils ont pu identifier un virus qui frappe d'autres serpents. Cette maladie entraîne la mort des serpents en les faisant s'emmêler.

    Une classe de virus nouvellement découverte serait à l'origine d'une maladie qui entraîne l'emmêlement des serpents. Une fois infectés, les serpents régurgitent leur nourriture, arrêtent de manger et font des noeuds de leur corps.

    Des chercheurs de l'université de San Fransisco ont découvert trois nouveaux virus chez des serpents en captivité : des boas constrictors et des pythons. Ces virus infectent directement les cellules des serpents et sont d'un genre totalement différent de ceux connus jusqu'ici.

    "Il est extrêmement différent de tout ce que nous connaissions jusqu'ici, il est pratiquement entièrement nouveau", indique Joseph DeRisi le chercheur à l'UCSF qui a dirigé les travaux publiés dans la revue en ligne mBio. Ces virus à ARN qui infectent parfois les humains (ils entraînent notamment une fièvre de Lassa) n'avaient jamais été observés chez des reptiles auparavant.

    Yahoo! Actu - 26/08/12

  • Les Rroms, un casse-tête millénaire, par Claude Lorne

     

    Le : 27 Aôut 2012

     

    Que faire des Roms, ou plutôt Rroms (1), et pour les Rroms ? A peine le gouvernement avait-il annoncé le 23 août un assouplissement des règles en matière d’emploi pour les 15.000 Tziganes officiellement recensés en France afin de hâter leur insertion que l’on apprenait le lendemain par des statistiques policières – confirmées par le ministère de l’Intérieur – que cette communauté faisait preuve d’autant d’inventivité que de productivité, mais dans un domaine fort embarrassant : celui des crimes et délits en tout genre.
    C.L.

    ____________________________________________________________


    Les belles âmes qui, avant l’élection présidentielle, manifestaient aux côtés de Tziganes menacés d’expulsion sous le slogan – passablement ésotérique pour le citoyen lambda – de « Nous sommes tous un terrain vague » ignoraient sans doute que le problème ne se poserait pas en Europe sans… l’intolérance islamiste !

    A l’origine, la fatwa du sultan Mahmoud

    C’est en effet le sultan Mahmoud de Ghaznî (971-1030), Turc dont le clan était de fraîche date converti au sunnisme, qui les expulsa manu militari du Sind, province de l’actuel Pakistan (2). Ainsi bannis du Sind, les Sinti (ou Tziganes en pays slaves, Zingari en Italie) mirent le cap à l’ouest, se dirigeant pour partie vers l’Empire byzantin et l’Europe, pour partie vers l’Egypte, d’où le nom de Gitans ou de Gypsies, du grec Ægyptoï, que leur donnèrent plus tard les Espagnols puis les Anglais. Que leur reprochait donc le sultan ghaznévide ? Choqué par les danses lascives et la musique, qui lui paraissaient le summum de l’immoralité, de ces tribus nomadisantes, inassimilables et d’ailleurs déjà considérées comme hors-castes dans l’Inde aryenne, Mahmoud voyait de surcroît en elles des pépinières de parasites et de voleurs.

    Ajoutons que, d’abord fort bien accueillies en terres chrétiennes dont, contrairement à la diaspora juive de l’époque, elles adoptèrent systématiquement la religion, la langue et les patronymes, ces victimes de l’islam devinrent vite un poids pour les pays hôtes. Depuis un millénaire, de la mer Noire au détroit de Gibraltar, tous ont achoppé devant la résolution de la question rrom.

    Exclusion forcée ou volontaire ?

    Prise à l’issue d’une réunion interministérielle le 23 août et annoncée en fanfare par le premier ministre Jean-Marc Ayrault, la décision d’assouplir les restrictions du travail des Rroms en leur ouvrant plus largement le marché de l’emploi et en supprimant la taxe pesant sur les employeurs potentiels de ces clandestins – du moins jusqu'en 2014 puisque les ressortissants de la Bulgarie et de la Roumanie devront attendre cette date pour profiter totalement du principe de libre circulation européen et d’un permis de travail – suffira-t-elle à favoriser l’insertion des intéressés ? Si les Verts, le Parti communiste et le MRAP ainsi que la Commission européenne qui a maintes fois flétri notre « racisme » ont bruyamment applaudi ces mesures, rien n’est moins sûr car la volonté d’insertion des bénéficiaires n’est justement pas évidente.

    D’une enquête publiée en 2007 par l'European Roma Right Center sur l' « exclusion » des Rroms du marché de l'emploi dans plusieurs pays de l’Est (Bulgarie, République tchèque, Hongrie, Roumanie et Slovaquie), il ressortait en effet que 35% d'entre eux se définissaient comme ouvriers non qualifiés, 27% comme ouvriers qualifiés, 18% déclarent travailler dans « le nettoyage », terme des plus flous, et 61% se disaient sans emploi, 2% d’entre eux seulement revendiquant le statut de cadre. Or, le communisme qui avait sévi pendant près d’un demi-siècle dans ces pays, où il se flattait de créer un « homme nouveau », avait mis en place des politiques très actives, sinon coercitives, pour sédentariser et « normaliser » leurs Tziganes… qui s’ingénièrent à s’y soustraire. Si le totalitarisme marxiste a échoué dans cette tâche, on voit mal par quel miracle notre République pourrait réussir, d’autant que le ventre de la communauté dite rrom est encore très fécond et divers.

    Un ventre très fécond

    Lors de l’éclatement du Bloc de l’Est à partir de 1989, on estimait entre deux à deux millions et demi le nombre des Tziganes vivant en Europe orientale. Il faut y ajouter désormais ceux de Russie, de la Moldavie ex-soviétique – que de faux papiers font ici passer pour roumains puisqu’ils parlent la langue de Ionesco. Mais aussi, car l’histoire repasse les plats, il faut également ajouter leurs congénères de Turquie, de Tchétchénie, de Bosnie, d’Albanie ou du Kossovo où un islamisme revigoré les a tacitement décrétés personae non gratae bien qu’ils soient, ou en tout cas se disent, mahométans. Les mendiantes en hijab mais cigarette au bec qui pullulent devant les mosquées turques de Paris ou de Strasbourg sont ainsi des Cingenes, variété anatolienne des Rroms. Il est d’ailleurs curieux que nos humanistes, si enclins à condamner l’égoïsme des Européens de l’Ouest et la brutalité de Bucarest, de Budapest ou de Sofia face aux gens du voyage déracinés, n’évoquent jamais la responsabilité des régimes musulmans dans leur exode. De même préfèrent-ils oublier, il est vrai, que la Suède social-démocrate, mais très eugéniste, du défunt Olof Palme stérilisa sans états d’âme quelque 60.000 de ses Tziganes. Sans doute a-t-elle versé depuis des indemnités aux victimes, mais c’est peu cher payé pour régler une épineuse question.

    Une délinquance exponentielle, multiforme et multinationale

    « La délinquance roumaine (sic) en France », qui a « augmenté de plus de 69% entre 2009 et 2011 », selon un rapport de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) divulgué le 24 août par Le Parisien, est « une réalité » qu'il « ne faut surtout pas nier », a reconnu le ministre de l'Intérieur Manuel Valls. C’est cette délinquance qu’il nous faut affronter aujourd’hui. Le ministre a donc préconisé une extrême « fermeté contre la délinquance, celle de la rue mais aussi contre le crime organisé quand il s'agit d'exploitation des mineurs, de femmes, d'hommes, notamment en vue de la prostitution », celle-ci en effet galopante.

    Paroles, paroles… Comment oser parler de fermeté quand, pour le même délit, vol avec violence d’un collier en or, un adolescent « roumain » écopait à Monaco de huit mois de prison ferme alors qu’un autre était simultanément relaxé, avec simple suivi judiciaire, par le Tribunal correctionnel de Nice, dépendant de Mme Christine Taubira ? Ou encore quand, toujours à Nice, trois adolescentes « bosniaques » découvertes le 15 août à leur descente du tramway qu’elles venaient d’écumer, en possession de 800 dollars en liquide, ont été gentiment placées dans un foyer… dont elles se sont immédiatement évaporées ?

    Rien d’étonnant dans ces conditions si la délinquance des « fils du vent » mineurs a connu une courbe plus ascendante encore que celle des adultes, soit +102,92% en deux ans pour les seuls « Roumains » : plus de 5.000 d’entre eux ont ainsi été mis en cause en 2011, avec « une concentration près des grandes villes et des secteurs touristiques ». Cette plaie, aucun gouvernement n’a su ni voulu en venir à bout depuis l’irruption des gamins « yougoslaves » formés (souvent de manière barbare) au vol à la tire et implantés par des gangs dans la capitale et sur la Côte d’Azur dès le début des années 80 de l’autre siècle.

    15.000… ou 150.000 ?

    De plus, le ministre Valls ne nous a pas expliqué comment, alors que son gouvernement n’estime qu’à 15.000 le nombre de Rroms installés en France, la Direction centrale de la police judiciaire parle, elle, de « 20.000 Roumains mis en cause en 2011 » : 20.000 personnes impliquées dans des « faits de cambriolage, d'escroquerie et de vol à l'étalage » mais aussi de proxénétisme, de trafic d’animaux (vendus à des laboratoires ou à des particuliers abusés par de faux certificats d’origine et de vaccination) et de vol de métaux pouvant conduire à des catastrophes, ferroviaires notamment – contre 12.000 seulement en 2009. Si bien qu’en 2011, précise la DCPJ, « un étranger mis en cause sur dix est un ressortissant roumain ».

    Cela signifie-t-il que TOUS les « Roumains » sont des délinquants ou présentent un taux de récidive exceptionnel, ou tout simplement que les statistiques officielles sont fausses et que les « 15.000 » avoués par le premier ministre sont infiniment plus nombreux ? Leur présence massive, s’ajoutant au sentiment d’impunité qui les anime, de manière très légitime d’ailleurs compte tenu du laxisme des pseudo-autorités judiciaires, engendre un nouveau problème : une violence croissante aussi bien contre les victimes qui osent résister que contre la police, narguée et accueillie au couteau, voire à la kalachnikov par les bandes qu’elle s’aventure à tenter de neutraliser.

    Dès juillet 2011, alors que cette criminalité spécifique avait augmenté de 72,4% au premier semestre par rapport au premier semestre 2010, de hauts responsables policiers s'inquiétaient d’ailleurs de la délinquance « générée par les ressortissants roumains » en région parisienne où, selon eux, elle « explosait, se diversifiait et devenait violente à l'égard des forces de l'ordre ». Rassurons-nous toutefois : fin janvier 2012, le préfet de police Michel Gaudin faisait savoir que « le nombre de Roumains interpellés à Paris avait augmenté de 78% en 2011 ». Dormez en paix, braves gens…

    Bravo, mais combien de ces délinquants ont-ils été effectivement écroués et condamnés à de lourdes peines puisque la législation ne permet pas de les expulser séance tenante avec interdiction définitive du territoire national ? D’autre part, on l’a vu, les « Roumains » ne constituent qu’une partie de la galaxie rrom, même s’ils sont sans doute majoritaires. Quels chiffres atteindrait-on si l’on ajoutait aux « Roumains » les « Bulgares », les « Slovaques », les « Serbes », les « Bosniaques » et autres « Kossovars » qui ont, eux aussi, envahi la France « grande et généreuse » en allocations de tout poil ?

    Mais ces chiffres-là seront-ils jamais accessibles au grand public ? Les associations veillent, promptes à dégainer l’arme de destruction totale des nations qu’est l’antiracisme. « On n'est jamais totalement satisfait. On peut toujours faire mieux », a d’ailleurs déclaré Laurent El Ghozi, cofondateur du collectif Romeurope, en prenant connaissance des mesures prises en faveur de ses protégés avant de condamner solennellement les démantèlements de campement.

    L’exemple des Amish

    Que les Rroms et assimilés constituent par certains côtés – leur musique, leur passion pour la liberté et leur attachement à leur identité profonde – un peuple attachant et que, inadaptés à nos sociétés normatives et de plus régies par la technologie, ils traversent une passe difficile, est incontestable. Mais, après tout, les 300.000 Amish des Etats-Unis, cette communauté anabaptiste des Etats-Unis s’obstinant à vivre comme les paysans hollandais du XVIIe siècle, semblent eux aussi inadaptés à notre époque, et pourtant ils ne posent aucun trouble à l’ordre public, bien au contraire, alors que leur population double tous les vingt ans en raison d’une très forte natalité : huit enfants par famille en moyenne.

    De plus, en pleine crise économique, tandis que se multiplient les « nouveaux pauvres » autochtones, tandis que la criminalité (et non l’insécurité, qui n’est pas une réalité mais un sentiment) empoisonne la vie de tant de Français souvent modestes, à l’heure où les prisons explosent sous la pression de détenus généralement étrangers (3), avons-nous les moyens de faire face à une nouvelle immigration dont la faculté et surtout le désir d’intégration sont des plus aléatoires ?

    Claude Lorne
    25/08/2012

    Notes :

    (1) Terme choisi par la Roumanie pour éviter toute confusion et que, par égard pour les compatriotes de Cioran et de Brancusi, on nous permettra d’adopter ici.
    (2) Voir L’Inde de l’islam, par Louis Frédéric, éd. Arthaud 1989.
    (3) Jusqu’à 80% de musulmans dans de nombreux établissements de l’Hexagone, selon le sociologue iranien Farhad Khosrokhavar dans son étude déjà ancienne, L'Islam dans les prisons, éd. Balland 2004.

    Correspondance Polémia – 27/08/2012

    Image : affiche du MRAP

     

     

  • L'archevêque grec catholique d'Alep au Liban après le saccage de l'archevêché - 27/08/2012

     

    L'archevêque grec catholique d'Alep au Liban après le saccage de l'archevêché



    L'archevêque grec catholique (melkite) d'Alep, Mgr Jean-Clément Jeanbart, se trouve au Liban après que le siège de l'archevêché a été saccagé jeudi dernier par des "groupes non dentifiés", ont rapporté lundi Radio Vatican et l'agence missionnaire Fides. Lors d'affrontements à Alep entre troupes loyales au président Bachar al-Assad et rebelles, l'archevêché a été partiellement saccagé quelques heures après que Mgr Jeanbart, son vicaire et quelques prêtres eurent quitté les lieux pour trouver refuge à la maison des franciscains de la ville.   
     
    Selon des sources de la communauté chrétienne locale citées par Fides, les auteurs sont "des groupes non identifiés, qui entendent alimenter une guerre confessionnelle et entraîner la population syrienne dans des conflits sectaires". Selon le père franciscain d'Alep, George Abou Khazen, l'archevêque est parti pour le Liban où il se trouve encore. Les jours suivants, quand les forces loyalistes ont repris le contrôle de la zone, le vicaire de Mgr Jeanbart est revenu dans l'archevêché, où il a constaté que les portes avaient été forcées et que des objets avaient été volés, des ordinateurs notamment. Des miliciens ont aussi endommagé l'archevêché maronite et le musée chrétien byzantin Maarrat Nahman, selon les mêmes sources. La semaine dernière, l'armée syrienne avait repris aux rebelles les quartiers chrétiens du centre-ville d'Alep. Mgr Jeanbart s'était déclaré préoccupé par la présence de combattants étrangers et l'existence d'"organisations pour trouver des jihadistes".

     

    http://ennaharonline.com/fr/international/14101.html http://ennaharonline.com/fr/international/14101.html    

    ALTERINFO.NET


     

  • Feu d'Orgon (13): le fils du maire a avoué

    sans-titre.png  Orgon incendie.png

    Le mineur en garde à vue serait le fils du maire du village. Et aurait déjà été suspecté.

    La révélation de l’identité du pyromane présumé d’Orgon devrait faire du bruit dans cette petite commune des Bouches-du-Rhône. Les gendarmes ont arrêté dimanche un suspect, actuellement interrogé à Tarascon, et qui a reconnu les faits. Un suspect âgé de 14 ans. L'adolescent, qui doit fêter son 15e anniversaire dans peu de temps, est soupçonné d'avoir déclenché le plus important incendie de l’été dans les Bouches-du-Rhône. 400 hectares de végétation sont en effet partie en fumée depuis la nuit de samedi à dimanche.

    L’adolescent est surtout loin d’être un inconnu dans le village. La première information le concernant indiquait qu’il en était originaire. La deuxième faisait état d’un lien avec un élu local. Selon les informations d’Europe 1, le pyromane présumé serait le fils du maire d’Orgon, Guy Robert.

    Arrêté trois jours avant l’incendie

    Dans la petite commune, où tout le monde connaît le jeune suspect, c'est la stupeur. "C’est un garçon de 15 ans, qui est tout à fait comme les enfants de son âge", assure un voisin du maire, estomaqué. "Il joue au tennis, ça a l’air d’être un très, très bon joueur de tennis. Il communique, il est poli, il dit 'bonjour'', poursuit l'homme, qui souhaite tout de même que "ce pyromane soit empêché de nuire. Que ce soit le fils du maire ne change rien."

    Enfin, le garçon n’en est semble-t-il pas à son coup d’essai. Selon La Provence, il aurait même allumé cinq ou six feux, le tout avec un simple briquet. Les 16 et 23 juillet, deux sinistres avaient déjà ravagé 14 hectares de végétation. Le mineur avait été mis en examen fin juillet pour ces faits. Puis, "il avait été remis en liberté, avec un ensemble de mesures qui, selon le parquet de Tarascon devrait prévenir tout risque de récidive", précise le quotidien régional. Le parquet, qui devait donner une conférence de presse lundi, l’a finalement repoussée à mardi.

    TF1 News - 27.08.12

     

  • Syrie: Hollande estime que l'usage des armes chimiques serait une cause d'intervention directe et critique vivement la Russie et la Chine

    sans-titre.png

    Lors de la XXe "Conférence des ambassadeurs", François Hollande a dévoilé ses priorités en politique étrangère. Il a notamment critiqué la Chine et la Russie dont l'attitude sur le dossier syrien affaiblit l'ONU.

    François Hollande a ouvert ce lundi à l'Elysée la XXe "Conférence des ambassadeurs". Face à 200 diplomates, le chef de l'Etat a dévoilé ses priorités en politique étrangère. Il a vivement critiqué l'attitude de la Chine et de la Russie, qui, selon lui, affaiblissent la capacité du Conseil de sécurité de l'ONU dans la crise syrienne. "Je dis à la Russie et à la Chine que, dans la crise syrienne, leur attitude affaiblit notre capacité à accomplir le mandat que la charte des Nations unies nous a confié", a déclaré François Hollande.

    "La France inscrit son action dans la légalité internationale et je confirme ici que notre pays ne participe à des opérations de maintien de la paix ou de protection des populations qu'en vertu d'un mandat, et donc d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies", a-t-il dit. "Faut-il encore que ses membres prennent leur responsabilité pour lui permettre de prendre des décisions", a-t-il ajouté, alors que Moscou et Pékin, principaux soutiens de Damas, bloquent au Conseil de sécurité toute résolution condamnant le régime de Bachar al-Assad.

     "Insupportable pour la conscience humaine"

     

     

    François Hollande a aussi estimé que l'usage d'armes chimiques par le régime en place en Syrie serait une "cause légitime d'intervention directe" de la communauté internationale dans ce pays. Le président de la République a de nouveau demandé le départ du président syrien Bachar al-Assad, jugeant "insupportable pour la conscience humaine" ce qui se passe dans ce pays, où les combats ont fait plus de 18 000 morts en 18 mois. "Nous serons très vigilants avec nos alliés pour prévenir l'emploi d'armes chimiques par le régime, qui serait pour la communauté internationale une cause légitime d'intervention directe", a dit François Hollande lors d'un discours à l'ouverture de la XXe conférence des ambassadeurs, à l'Elysée.



    Le président François Hollande a également assuré que "la France reconnaîtra le gouvernement provisoire de la nouvelle Syrie" dès sa formation, devant la Conférence des ambassadeurs réunie lundi à l'Elysée. Appelant de nouveau à une "transition politique" rapide en Syrie, le chef de l'Etat a appelé l'opposition syrienne à "constituer un gouvernement provisoire, inclusif et représentatif".

    TF1 News - 27.08.12

  • Hollande fait un parallèle entre la Libération de Paris et celle du peuple syrien !

    sans-titre.png lib de paris Hollande.png

    François Hollande a établi un parallèle entre la Libération de Paris, dont il présidait, samedi 25 août 2012, les commémorations du 68ème anniversaire, et celle du "peuple syrien, opprimé par un régime qui n'est plus animé que par la peur de disparaître".

     

     

    "Je pense en cet instant au peuple syrien, opprimé par un régime qui n'est plus animé que par la peur de disparaître", a lancé le président Hollande lors d'un discours sur le parvis de l'Hôtel de Ville de la capitale, devant quelques milliers d'anciens combattants, de passants et de touristes. Le régime syrien "disparaîtra parce que, et c'est la leçon que nous pouvons livrer au monde: quand la liberté est en marche, rien ni personne ne peut l'arrêter", a-t-il enchaîné, assurant que "la France a pris et prendra les initiatives nécessaires en faveur de la révolution syrienne sur le plan politique, diplomatique et humanitaire pour aider au soulèvement." Le "combat pour la liberté de la France en 1944 a servi de référence à tant de peuples du monde", a relevé le chef de l'Etat, "et encore aujourd'hui, c'est vers Paris que des résistants, des opprimés, des rebelles se tournent quand ils se lèvent pour renverser un tyran", a-t-il ajouté.

     

     

  • Chômage: la plus forte hausse depuis plus de trois ans

    sans-titre.png pôle emploi.png

    Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité en France métropolitaine a augmenté de 41.300 en juillet (+1,4%), pour atteindre 2.987 millions de personnes. C'est le 15e mois consécutif de hausse du chômage.

    Il s'agit du 15e mois consécutif de hausse depuis que le chômage a recommencé à augmenter pour cette catégorie, en mai 2011, et d'une hausse inégalée depuis le printemps 2009. A ce rythme, la barre symbolique des 3 millions de chômeurs en métropole sera franchie le mois prochain.

    En incluant les inscrits à Pôle emploi exerçant une activité réduite, 4,453 millions de personnes cherchaient un travail dans l'Hexagone, soit une hausse de 58.300 personnes par rapport à juin (+1,3%). Avec l'outre-mer, 4,733 millions de personnes étaient recensées fin juillet, dont 3,232 millions sans aucune activité (catégorie A).

    Sur un an, l'augmentation en métropole est de 8,5% pour la seule catégorie A (sans aucune activité) et approche les 8% pour le nombre d'inscrits exerçant ou non une activité réduite (catégories A + B et C).

    La Bretagne, les seniors et les chômeurs de longue durée les plus touchés

    Depuis juillet 2011, l'ensemble des départements métropolitains a vu le nombre de demandeurs d'emploi augmenter, la région Bretagne enregistrant la plus forte hausse sur un an (+12,2%).

    Les seniors et les chômeurs de longue durée sont les plus touchés ce mois-ci. Le nombre d'inscrits de plus de 50 ans dans les trois catégories, 932.300 personnes, a augmenté de 1,8% en un mois, de 15,3% en un an. Il est reparti à la hausse depuis février.

    Le chômage de très longue durée vire au rouge écarlate, avec une augmentation de 1,9% en un seul mois, près de 22% en un an. Ainsi, 468.500 personnes cherchaient un travail depuis plus de trois ans en métropole, 1,7 million de personnes étant inscrites au total depuis un an au moins.

    L'ancienneté moyenne des inscrits (467 jours) reste stable d'un mois sur l'autre pour tous les demandeurs d'emploi, avec ou sans activité.

    La hausse est également particulièrement marquée pour les jeunes de moins de 25 ans, pour le troisième mois consécutif, avec 10.000 jeunes de plus venus grossir les rangs de Pôle emploi, toutes catégories confondues (+1,4% en un mois, +6,7% en un an).

    TF1 News - 27/08/12

  • Wernher von Braun, le jeune savant nazi qui permit aux Américains de marcher sur la Lune

    sans-titre.png Peenemünde 1941.png

    Wernher von Braun (en civil) à Peenemünde en mars 1941

    sans-titre.png von Braun.png

     Dans son bureau aux Etats-Unis

    Lire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Wernher_von_Braun

     

    1912-1977