Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1090

  • Hervé Ryssen condamné pour injures homophobes envers Bertrand Delanoë

    sans-titre.png Delanoë.png

    La liste des condamnations du d'extrême droite Hervé Lalin, alias Hervé Ryssen, s'est allongée ce mardi. L'homme, qui se dit «écrivain nationaliste», a été condamné par le tribunal correctionnel de à 6000 euros d'amende pour avoir proféré, sur son blog, des injures homophobes à l'encontre de .

     
     

    Lire l'article en entier: http://www.leparisien.fr/paris-75/un-militant-d-extreme-droite-condamne-pour-injures-homophobes-contre-delanoe-02-10-2012-2198027.php

     

  • A l'ONU, la diplomatie syrienne accuse la France et les Etats-Unis de soutenir le terrorisme

     

    Le ministre syrien des Affaires étrangères (G) et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, à l'ONU. New York, le 1er octobre 2012.
    Le ministre syrien des Affaires étrangères (G) et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, à l'ONU. New York, le 1er octobre 2012.
    REUTERS/Lucas Jackson
    Par RFI

    Une accusation ferme devant les Nations unies, ce lundi 1er octobre : le ministre syrien des Affaires étrangères a accusé la France et les Etats-Unis de soutenir le terrorisme dans son pays. Wallid Mouallem s'en est pris aussi à la Turquie et à l'Arabie Saoudite accusés comme Washington et Paris de financer et d'armer la rébellion.

     

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    Devant l’Assemblée générale de l’ONU, le ministre syrien des Affaires étrangères n’a pas dévié de la ligne de défense du régime. Walid Mouallem a prononcé pas moins de 24 fois les mots « terroriste » et « terrorisme », accusant les pays du Golfe et la Turquie, mais aussi les Etats-Unis et la France, de financer et d’armer des combattants étrangers sur le sol syrien.

    « Ce qui est pire que tout, c'est de voir des membres permanents du Conseil de sécurité, qui ont lancé des guerres au nom de la lutte contre le terrorisme, et qui soutiennent désormais le terrorisme dans mon pays », a déclaré le ministre des Affaires étrangères syrien.

    Walid Mouallem a insisté sur l’offre de dialogue à laquelle, a-t-il dit, l’opposition syrienne n’a jamais répondu.

  • Israël : graffiti en hébreu insultant Jésus sur un monastère

    Un graffiti en hébreu insultant Jésus a été inscrit mardi sur la porte d’entrée d’un monastère franciscain du Mont Sion à Jérusalem, a indiqué la Custodie de Terre sainte sur son site, un mode opératoire rappelant de précédents incidents attribués à des extrémistes juifs.

    Les inscriptions "Jésus, fils de p..." et "Le prix à payer"ont été taguées à la peinture bleue sur la grille d’entrée du couvent Saint-François, tout près du Cénacle, haut lieu du christianisme dans la Ville sainte, où selon les Evangiles a eu lieu le dernier repas du Christ avec ses disciples.

    Le graffiti avait été effacé en milieu de matinée, a constaté un photographe de l’AFP. La police a confirmé l’incident. "Une église sur le Mont Sion a été visée, avec des graffitis antichrétien. Nous avons ouvert une enquête. C’est arrivé pendant les premières heures de la matinée", a déclaré le porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfeld.

    Dans un communiqué, les évêques catholiques de Terre sainte ont fait part de leur "profonde consternation face à de tels agissements". Les évêques expriment "une nouvelle fois encore, leur inquiétude sur l’éducation donnée aux jeunes dans certaines écoles (israéliennes) où le mépris et l’intolérance sont enseignés" et appellent à un changement du système éducatif "sinon les mêmes causes produiront les mêmes effets".

    "Cette attaque fait partie de plusieurs actes d’intolérance en Israël et dans le monde qui sont insoutenables", affirme le communiqué. Lors d’une visite aux rabbins les plus éminents d’Israël, à l’occasion de Soucot, la fête juive des Tabernacles, le président israélien Shimon Pérès a condamné des "actes qui vont à l’encontre de la morale et des valeurs du judaïsme et font grand mal à l’Etat d’Israël".

    "Il est interdit de profaner les lieux saints des religions et des fois", a expliqué M. Pérès, selon un communiqué de son bureau. En septembre, des extrémistes israéliens religieux présumés avaient incendié une porte du monastère catholique de Latroun en Israël et inscrit des graffitis antichrétiens sur les murs, provoquant des protestations générales.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait alors dénoncé "un acte répugnant dont les auteurs doivent être sévèrement punis", en assurant que "les libertés de religion et de culte sont des valeurs fondamentales en Israël". Malgré les condamnations systématiques de tels actes par les autorités israéliennes, leurs auteurs sont rarement appréhendés et traduits en justice.

    Des ultras de la colonisation israélienne mènent depuis des années une politique dite du "prix à payer", consistant à se venger sur des villageois palestiniens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des décisions gouvernementales qu’ils jugent hostiles à leurs intérêts. Le 20 février, des graffitis avaient été découverts sur les murs d’une église baptiste à Jérusalem-Ouest. Treize jours auparavant, des inconnus avaient inscrit "Mort aux chrétiens" et "Le prix à payer" sur un mur d’enceinte du monastère de la Croix à Jérusalem-Ouest, la partie juive de la Ville sainte.

    E&R

  • Argentine: la présidente Kirchner tient tête au FMI

    sans-titre.png Kirchner.png

    02/10/12 – 14h00
    NEW YORK (NOVOpress)
    — « Mon pays n’est pas une équipe de football, c’est une nation souveraine qui prend souverainement ses décisions et qui ne se soumet à aucune pression et encore moins aux menaces », c’est ainsi que Cristina Kirchner, présidente de l’Argentine (photo ci-dessus), a répondu à la tribune des Nations unies aux injonctions lancées à son pays par le FMI et son actuelle dirigeante Christine Lagarde.

    Le FMI a en effet lancé un ultimatum de trois mois à Buenos Aires pour « remettre en ordre » ses statistiques économiques et présenter un bilan complet sous peine de se voir retirer son droit de vote au sein de l’institution internationale, voire même d’en être exclu.

     

    Des exigences et un ton comminatoire inacceptables pour la présidente argentine qui a dénoncé « l’absence totale d’autocritique » du FMI et son « incapacité totale à résoudre la crise économique ».

    Très en verve, la dirigeante argentine s’en est également prise au fonctionnement du conseil de sécurité de l’ONU, qui « permet aux membres permanents de ne pas se soumettre aux règles générales et de violer systématiquement les normes, comme par exemple l’Angleterre sur la question de la souveraineté des îles Malouines. »

    Un ton frondeur et dissident qui a déclenché d’importantes salves d’applaudissements dans l’assemblée.

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine.

  • Rixe mortelle à Echirolles : le mariage a eu lieu "pour Kevin et Sofiane"

    sans-titre.png mariage.png

    Borhane, Aurélie Noubissi, et Sarra

     

     Nos confrères du Dauphiné Libéré racontent, ce lundi 1er octobre, l'intense émotion qui a régné samedi lors du mariage de Borhane et Sarra. Le couple devait avoir Kevin et Sofiane pour témoins, les victimes de la rixe.

    • Par Franck Grassaud
    • Publié le 01/10/2012 | 11:44, mis à jour le 01/10/2012 | 15:54
     
    En lisant cet article de Stéphane Echinard (cliquez sur le lien) on a la gorge serrée, limite les larmes aux yeux. On pense d'abord au couple de Sarra et Borhane qui s'est retrouvé plongé dans la tristesse au matin de ce qui devait être le plus beau jour de leur vie.

    Samedi, ils ont d'abord pensé à annuler le mariage. Borhane avait passé "ses dernières heures de célibataire entre l'hôpital et les familles endeuillées". Mais on apprend que la maman de Kevin, cette femme dont la dignité émeut tout le monde, a insisté pour que le mariage ait lieu.

    Kevin avait aidé Borhane à choisir son costume. De ce mariage, Kevin "en parlait tout le temps", selon Aurélie Noubissi, sa mère. Elle a donc décidé de devenir témoin de ce mariage. Dans la foulée, le père de Sofiane a accepté de "remplacer", lui-aussi, son fils disparu.

    La cérémonie a donc eu lieu dans "une immense dignité", explique notre confrère, les parents des victimes de la rixe d'Echirolles tenaient dans leurs mains les portraits de leurs enfants.
     
    France 3 - Alpes

     

  • Orange : des ados de 11 et 13 ans tabassés par une quinzaine de jeunes plus âgés

    sans-titre.png Serge gradassi père.png

    Serge Gradassi, le père des deux enfants blessés, est révolté

     

    Les faits se sont déroulés vendredi en fin de journée à Orange, dans le Vaucluse.

    Aux environs de 17H00, deux garçons, âgés de 11 et 13 ans, et deux de leurs amis du même âge se rendaient à leur entraînement de rugby lorsqu'ils ont été pris à partie par une quinzaine de jeunes plus âgés qu'eux.

    Les 4 victimes ont été littéralement tabassées révèle Le Dauphiné Libéré.

    Deux d'entres eux ont été blessés.

    Une plainte a été déposée au commissariat.

     
     
    Faits Divers - 01/10/12
     
     
    15 jeunes des quartiers s'en prennent à 4 enfants!
     
     
     
     
  • Affaire d'Echirolles: motion d'ordre déposée par Bruno Gollnish

    Lire: http://www.gollnisch.com/2012/10/01/affaire-d-echirolles-motion-dordre-deposee-par-bruno-gollnisch/

  • Douce France

    A Marseille, dans le XVe arrondissement (les « quartiers Nord », où règne la loi des Kalashnikov), des « habitants » ont chassé sans ménagement des Roms qui s’étaient installés au pied de leurs immeubles, avant de mettre le feu à leur campement. Ils ont agi ainsi, disent-ils, parce que les vols et l’insalubrité étaient devenus insupportables, tandis qu’autorités locales et forces de police faisaient preuve d’une totale inertie, malgré force réclamations. Détail important : les « habitants » en colère sont des Maghrébins, comme tout un chacun a pu le constater sur les écrans de télévision (l’info en direct a du bon). Les ligues de vertu antiracistes sont dans l’embarras (le mot est faible) : on ne peut, malgré les évidences, accuser de racisme des Maghrébins, n’est-ce pas ? Mais on peut difficilement les approuver… Il est donc urgent de ne rien faire.

    Le plus important, dans cette affaire, est ce qui est sous-jacent à l’incident. A savoir le message que celui-ci véhicule : quand les Gaulois sont incapables, par veulerie et ethnomasochisme, de faire régner l’ordre, les Maghrébins, eux, sont capables de le faire. Conclusion : braves gens, si vous voulez vivre dans la tranquillité, faites confiance à l’islam. Avec lui – et bien sûr si vous acceptez de vous soumettre à lui – vous n’aurez plus de problème, la charia sera un garant de paix.

    Echirolles, à côté de Grenoble : deux jeunes hommes, l’un Noir l’autre Maghrébin, ont été poignardés à mort par une quinzaine d’autres « jeunes », venus d’un quartier voisin. Règlement de compte dont le procureur de la République dit ne pas arriver à comprendre la raison, puisqu’au départ il y a eu simplement « un mauvais regard » jeté par un adolescent à un autre. Cet abruti ne voit pas – ou refuse de voir, au nom du politiquement correct – qu’il s’agit là, simplement, d’un nouvel épisode illustrant ce que nous disons depuis longtemps : une société multiraciale est une société multiraciste, au sein de laquelle des bandes de quartiers s’affrontent pour des questions de domination territoriale et de contrôle des trafics en tous genres qui brassent beaucoup, beaucoup d’argent. Les media se sont dépêchés, dès que l’info du double assassinat est tombée, de répéter en boucle que les deux victimes étaient des gens au-dessus de tout soupçon, sans aucune implication dans des affaires louches. Peut-être… Mais attendons la suite de l’enquête (si ses conclusions ne sont pas discrètement étouffées).

     

    Pierre Vial

    TERRE ET PEUPLE - 01/10/12

  • Valérie Trierweiler veut-elle se faire construire une maison à Locmariaquer ?

    sans-titre.png Loc.png

    sans-titre.png VT.png

    La compagne du président de la République chercherait à acquérir un terrain constructible, dans le secteur de la rivière de Crach, dans le pays d’Auray (Morbihan). Les élus confirment. L’intéressée dément.

    La rumeur enfle depuis quelques jours dans le pays d’Auray. Valérie Trierweiler, la compagne du président de la République, chercherait à acheter un terrain dans une commune qui longe la rivière de Crach.

    « Oui, elle veut faire construire une maison dans le coin. Elle nous a contactés, tout comme la Ville de Crach », glisse Michel Jannot, le maire de Locmariaquer.

    Dans les discussions de comptoirs, certains affirment même que Valérie Trierweiler et François Hollande auraient survolé le secteur en hélicoptère, il y a quelques semaines.

    La rumeur du permis de construire

    La rivière de Crach, c’est un petit coin de paradis qui plonge dans le golfe du Morbihan. Un endroit qui attire les people. Dernièrement, le comédien Jacques Gamblin a acquis une propriété à Locmariaquer.

    Locmariaquer, justement. C’est sur cette charmante bourgade littorale que la "première dame de France "aurait jeté son dévolu.

    « Elle a déposé un permis de construire il y a environ un mois, avance un parlementaire breton. Le terrain était en vente. Il est situé à une centaine de mètres de la plage. Au préalable, Valérie Trierweiler avait déposé une demande de certificat d’urbanisme à la mairie de Locmariaquer pour savoir si le terrain était bien constructible. La mairie a répondu favorablement. »

    Une information que ne veut pas confirmer Michel Jannot : « Si elle a déposé un permis de construire chez nous ? Je ne peux rien vous dire. »

    Didier Robic, le maire de Saint-Philibert, une commune limitrophe de Locmariaquer, enfonce pourtant le clou : « Nous, on n’a pas été contacté. C’est à Locmariaquer que ça va se faire. »

    « Il n’y a pas le moindre fondement ! » (Valérie Trierweiler)

    Valérie Trierweiler, que nous avons pu joindre, nie catégoriquement : « C’est encore une rumeur. C’est incroyable, il n’y a pas le moindre fondement ! »

    Alors, rumeur ou pas ? En tout cas, dans les communes qui bordent la rivière de Crach, on ne parle que de ça. « Pour nous, ce n’est plus une rumeur, confie le patron d’un hôtel de Locmariaquer. Elle va bel et bien acheter ici. »

    David DUPRÉ.

    Ouest-France - 30/09/12

  • Roms: la crainte d'un nouveau dérapage

    sans-titre.png Petite fille au seau rouge.png

    Chassés jeudi dernier d’un terrain vague de Marseille, ils ont trouvé refuge sur un autre site désaffecté.

    Ces Roms ont été guidés par des associations marseillaises. Chassés jeudi dernier par des riverains des quartiers Nord de la ville, ils avaient quitté la ville avant de revenir ce week-end. Les Roms, qui sont une cinquantaine dont beaucoup d’enfants, se sont cette fois installés sur le terrain d’une ancienne concession automobile, non loin du lieu d’où ils avaient été expulsés la semaine dernière. Mais rien n’est réglé pour autant et la tension demeure.

    >> A LIRE AUSSI : ILS DELOGENT DES ROMS

    "On va venir et on va les expulser"

    Sur ce nouveau site, les Roms, choqués par leur expulsion de jeudi dernier, vivent sans eau ni électricité. Ils ont disposé des matelas à même le sol et vivent sous la surveillance de la police qui veille à ce qu’il n’y ait pas de débordements avec les riverains.

    Sur place, l’ambiance est tout aussi tendue qu’à proximité de la cité des Créneaux. Les riverains ont du mal à accepter la présence de ces nouveaux voisins. "Pour moi, il faut les expulser, c’est tout, et leur trouver des logements", estime Paul, un habitant du quartier. Si rien n’est fait, "on va venir et on va les expulser", prévient-il au micro d’Europe 1.

    Pour Fathi Bouaroua, président de la Fondation Abbé Pierre à Marseille, la présence de la police est même indispensable : "Il faut protéger ces personnes contre l'imbécillité humaine, contre nos égoïsmes", explique-t-il au micro d'Europe 1. "Tous les jours, on assiste à des agressions, à des violences, donc le permis de chasser a été ouvert", ajoute-t-il, évoquant le "risque de pogroms".

    "Il faut maintenant les protéger"

    Le scénario d’un nouveau coup de force des habitants est redouté par tous les responsables associatifs, d’autant que ces familles se sont installées ici sans autorisation. "On ne s’en sort pas", juge Caroline Godard, de l’association Rencontres tziganes. "Depuis jeudi soir, ils ont été extrêmement traumatisés par l’épisode qu’ils ont subi", ajoute-t-elle. "Il faut maintenant les protéger et faire en sorte qu’il puisse s’installer à un endroit convenable", conclut-elle.

    Reste que le terrain sur lequel les Roms viennent de s’installer est une propriété privée qui est en passe d’être rachetée par la Mairie de Marseille. Cette dernière a immédiatement porté plainte après l’installation de ces familles. Cela signifie qu’elles pourraient être à nouveau chassées dans les prochaines heures. De son côté, la préfecture a convoqué les associations humanitaires pour tenter de trouver une solution.

    Europe1 - 01/09/12

  • Hollande et Valls à Echirolles auprès des familles

    Lire: http://www.leparisien.fr/faits-divers/rixe-mortelle-a-grenoble-un-message-d-apaisement-lu-ce-lundi-aux-lyceens-01-10-2012-2194451.php

    + 2 VIDEOS

  • “Boulevard Voltaire”, le nouveau site de Robert Ménard

    1 octobre 2012

    “Boulevard Voltaire”, le nouveau site de Robert Ménard
     
     
     

    01/10/2012 — 14h00
    PARIS (NOVOpress) — Exclu de RTL et de I-Télé, le journaliste Robert Ménard rebondit su Internet. En lançant le site d’informations et de libre débat Boulevard Voltaire. L’accompagnent dans cette aventure les journalistes connus Dominique Jamet et André Bercoff. Sans oublier Robert Redeker ou Jean Sévillia, ainsi que Pierre Hillard et Bernard Lugan. Dans la vidéo ci-dessous, Robert Ménard indique que ce site ne sera pas dépendant du pouvoir politique, du pouvoir économique mais également du médiatiquement correct et de l’autocensure.

     

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine.

  • Peut-être un malheureux concours de circonstances" ...

    Un adolescent de 14 ans est dans un état grave après une bagarre survenue dimanche à Strasbourg. Le jeune a été victime d'un arrêt cardiaque et a été transporté à l'hôpital dans un état grave.


    Un adolescent de 14 ans a été victime d'un arrêt cardiaque et transporté à l'hôpital dans un état grave après une bagarre survenue dimanche à Strasbourg, a-t-on appris auprès des pompiers. "Il s'est effondré après une empoignade avec un autre adolescent du même âge, après un match de football en salle", a indiqué une source policière, précisant que le second jeune homme avait été interpellé sans difficulté à proximité du gymnase où les faits se sont produits et placé en garde à vue.

    "Peut-être un malheureux concours de circonstances"

    "Nous ne sommes pas du tout dans un contexte crapuleux ou de règlement de compte, on n'a pas affaire à des délinquants", a souligné cette même source, jugeant qu'il était "impossible à ce stade de déterminer le lien entre d'éventuels coups portés et l'état de santé de la victime".

    Une enquête a été ouverte et des témoins de la scène étaient entendus dimanche soir, a-t-elle ajouté, estimant qu'il s'agissait "peut-être d'un malheureux concours de circonstances".

    TF1 Nexs - 01/10/12

  • UMP : François Fillon appelle à « réguler de façon transparente » les flux migratoires

    sans-titre.png Fillon.png

     

    Crédit photo : World Economic Forum via Flickr (cc)

    01/10/2012 – 12h00
    LA BAULE (NOVOpress Breizh) –
    Le thème du « Grand Remplacement » semble désormais s’imposer dans le débat politique. En visite vendredi à La Baule (Loire-Atlantique) où il tenait une réunion devant les adhérents de l’UMP, François Fillon est revenu sur les déclarations de son rival Jean-François Copé dénonçant le racisme anti-blanc.

    Plutôt réservé sur un phénomène dont la réalité est pourtant difficilement contestable, l’ancien Premier ministre a estimé qu’il s’agit là d’«un débat qui doit être abordé de façon froide et dépassionnée, en évitant la haine de l’extrême droite et la fausse générosité de l’extrême gauche».

    En campagne pour le scrutin interne des 18 et 25 novembre prochain qui désignera le patron de l’UMP – dans lequel il est opposé au secrétaire général du mouvement, Jean-François Copé – l’ancien président du conseil régional des Pays de la Loire a par ailleurs appelé à «réguler de façon transparente» les flux migratoires. Précisant sa position, il a annoncé qu’il voulait «que tous les ans, comme c’est le cas au Canada, ce soit le Parlement qui vote en toute transparence, année après année, le nombre total d’étrangers qu’on peut accueillir».

    Ces prises de position traduisent le malaise qui règne actuellement dans le camp de l’ancienne majorité sur la stratégie à mener face à la pression de la base et à la montée du FN. Les responsables de l’UMP semblent s’apercevoir aujourd’hui que l’installation durable de populations non-européennes en France constitue un problème. D’où leurs prises de position actuelles qui visent à ramener dans le giron du mouvement les électeurs qui les ont lâchés pour le FN. «Leur problème, remarquait Éric Zemmour dans l’émission Ça se dispute (I>télé 29/09/2012), c’est qu’ils ne  sont pas crédibles ».

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine.

     

  • STATS SEPTEMBRE 2012

    Visiteurs uniques: 21 577

    Visites: 41 035

    Pages 221 438

    Pages par jour (Moy/Max): 7381/11 080

    Visites par jour (Moy/Max): 1367/1925

  • L'Histoire de France à la sauce du vivre-ensemble

    sans-titre.png histoire.png

    29/09/2012 – 17h00
    PARIS (NOVOpress)
    – « Les débuts de l’islam », « L’Empire Monomotapa », « La puissance des empires africains », « L’exemple de Kanga Moussa »… Le programme d’Histoire des collégiens du Mali s’annonce chargé cette année. Problème, l’étude de ces chapitres n’est pas destinée à de jeunes africains, mais à des collégiens français de 5ème depuis 2010 ! L’Histoire, qui est l’ADN de la culture française, est menacée selon l’enquête de Dimitri Casali, publiée chez JC Lattès sous le titre : « L’Histoire de France interdite, pourquoi nous ne sommes plus fiers de notre histoire ? ».

     

    Au nom de la repentance, du politiquement correct et d’une idéologie de gauche véhiculée par de nombreux professeurs et inspecteurs de l’Education nationale, ces nouveaux programmes multiculturalistes ont liquidé les principaux héros de l’Histoire française : Clovis, Saint-Louis, Charles Martel… il faut « éviter tout problème avec les communautés musulmanes » et ne pas « braquer les populations d’origine étrangère », déplore Dimitri Casali.

    Désormais, ces nouveaux programmes privilégient l’ouverture au monde au nom du vivre-ensemble. « La France n’a plus d’âme, elle est devenue un simple espace géographique », constate l’historien. Une erreur majeure. Car, « dans ce monde globalisé, où les identités se dissolvent et la mémoire devient courte, la profondeur historique apparaît comme une nécessité », souligne l’auteur.

    Les élèves doivent plancher sur des exercices édifiants. Comme sur ce texte de l’obscur Usâma (1095-1188), baptisé : « Des enseignements de la vie ». Il met en scène un médecin musulman et un autre venu du « Royaume des Francs en Occident ». Le premier sait guérir ses patients, l’autre est un vrai boucher. Suite au récit, les élèves doivent répondre à trois questions qui sentent bon la discréditation de la civilisation française. Première question : « Quel est le résultat du traitement du médecin franc pour les malades ? ». Réponse de l’enfant : « Ses patients sont tous morts ». Deuxième question : « Le médecin syrien part en disant qu’il a appris beaucoup de la médecine occidentale. Est-ce un apprentissage positif ? ». Dernière question : « Si tu avais vécu au XIIème siècle, à quel médecin aurais-tu confié ta santé, au Syrien ou au Franc ? ». Une belle manipulation des esprits. Médecine, sciences exactes… le message qu’il faut faire passer aux élèves est donc que les Européens sont les héritiers de la culture arabo-musulmane. Un mythe que Serafin Fanjul, le plus célèbre arabiste espagnol, met d’ailleurs en pièce dans le numéro 62 de la Nouvelle Revue d’Histoire.

    Transformer les jeunes en « citoyens du monde », oublieux de leurs racines nationales, peut entraîner des conséquences dramatiques. A la fin de l’ouvrage, Malika Sorel-Sutter, membre du Haut Conseil à l’Intégration, a accordé une interview à Dimitri Casali. Voici sa mise en garde : « La nation, qui est en réalité la maison commune, se trouve attaquée de toutes parts dans ses fondements. C’est un fait, les hommes se regroupent selon des affinités et des intérêts communs. Cela est lié à un besoin de sécurité intérieure et est vécu comme un droit fondamental. La sagesse consisterait à accepter que rien ni personne ne pourra détruire cette liberté fondamentale. Tenter de le faire, comme c’est malheureusement le cas depuis plus de trente ans, finira tôt ou tard par engendrer une contre-réaction dont la violence sera à la hauteur de la frustration subie par les individus et du ressentiment finalement engendré chez les peuples concernés ».

    [cc] Novopress.info, 2012. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine.

  • Kadhafi tué sur ordre de Sarkozy ?

    sans-titre.png Sarkozy Kadhafi.png

     

    Michel Garroté, réd en chef – Certains proches de Kadhafi ont menacé de livrer des informations sur les relations entre Sarkozy et Kadhafi, notamment le versement d’une importante somme d’argent pour financer sa campagne électorale de 2007.

    Or, il se confirmerait que la capture et la liquidation de Kadhafi ont, semble-t-il, été accomplis par les services secrets français, selon le Corriere della Serra (cf. les deux liens en bas de page). Le coup de feu mortel à la tête du colonel libyen aurait été tiré par un agent des services secrets français et non par les hommes des Brigades révolutionnaires libyennes. Selon le Corriere, de nouveaux éléments très précis ont été livrés il y a deux jours par Mahmoud Jibril, président du CNT libyen. « Un agent étranger était infiltré avec les brigades révolutionnaires pour tuer le colonel Kadhafi », a déclaré ce dernier dans une interview livrée à la télévision égyptienne Dream TV, basée au Caire. Au sein des cercles diplomatiques occidentaux basés à Tripoli, des informations auraient toujours circulé quant à une implication des services de renseignement français.

    Certains proches de Kadhafi menaçaient de livrer des informations sur les relations entre le président français et le chef d’Etat libyen, notamment le versement d’une importante somme d’argent pour financer la campagne électorale de 2007. « De nombreux pays dont la France en tête avaient toutes les raisons d’essayer de faire taire le colonel Kadhafi le plus rapidement possible », estime un agent diplomatique en poste à Tripoli. Ces révélations seraient renforcées par d’autres informations dévoilées au journal Corriere par Rami El Obeidi, ancien responsable des relations avec les agences de renseignement étrangères au nom du Conseil national de transition, l’ancien organe autonome de révolutionnaires libyens. Kadhafi aurait été localisé à Syrte grâce à ses échanges avec le gouvernement syrien via son téléphone satellite Iridium. Avec ces informations, la localisation du dictateur était un jeu d’enfant.

    Cette version de la mort de Kadhafi surgit au moment où a été officialisé le décès d’un de ses meurtriers présumés. En effet, Omran Ben Chaaban, un jeune Libyen de 22 ans, est décédé dans un hôpital parisien. Enlevé en Libye par des partisans de Kadhafi et gravement blessé par balles, il avait bénéficié d’un visa humanitaire. Il était apparu à plusieurs reprises, dans des vidéos, brandissant le revolver en or de Kadhafi. Il a donc succombé des suites de ses blessures… dans un hôpital parisien…

    Copyright Michel Garroté

    Reproduction autorisée

    Avec mention www.dreuz.info

    Et le cas échéant les sources citées

    -

    http://www.corriere.it/esteri/12_settembre_29/gheddafi-morte-servizi-segreti-francesi-libia_155ed6f2-0a07-11e2-a442-48fbd27c0e44.shtml

    -

    http://www.leparisien.fr/international/mort-de-khadafi-un-officiel-lybien-accuse-les-services-francais-30-09-2012-2191015.php

  • Un douloureux document sur la destruction de l’héritage chrétien dans la partie de Chypre occupée par la Turquie

     

    L’occupation militaire et illégale de plus du tiers de la République chypriote en 1974 par l’armée turque, s’est soldée par une destruction sans précédent de l’héritage monumental chrétien dans la partie occupée : 575 églises, chapelles, monastères orthodoxes, catholiques, anglicans, etc., ont été pillés, profanés et vandalisés ; 19 grandes églises historiques ont entièrement été détruites, 85 transformées en mosquées, 41 en entrepôts ou en granges… La République chypriote est membre de l’Union Européenne. La Turquie voudrait y entrer. Voyez ce qui se passera chez nous, une fois qu’elle y sera… D.H.

    « Le court-métrage (en anglais) ci-dessous, sur la destruction de l’héritage culturel orthodoxe de la partie nord de Chypre, est le résultat d’une initiative du Comité des municipalités occupées de Chypre. Depuis 1974, la partie nord est occupée par les troupes turques. Des centaines de monuments ont été détruits, pillés, profanés, laissés à l’abandon (1) ou reconvertis en mosquées ou en entrepôts, à cela s’ajoute les atteintes aux droits des orthodoxes (1, 2). Pour télécharger la liste, avec des cartes, des monuments concernés, cliquez ici. »

    Source : Orthodoxie

    Observatoire de la christianophobie