Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1094

  • Quand Hollande, qui « n'aime pas les riches », confie nos destinées au milliardaire naufrageur de la Grèce

     

    Ainsi en a décidé le président de la République, dans son annonce du 31 août : la Banque publique d’investissement, destinée à financer les PME et les entreprises innovantes, ouvrira ses portes « dans les jours qui viennent ». Indépendamment du fait que le calendrier de cette mise en place ait été quelque peu bousculé, cette décision ne recueille pas l’assentiment de beaucoup, y compris au sein du gouvernement.
    Selon Le Nouvel Observateur, des tractations souterraines, entre les ministres Montebourg et Moscovici d’une part et la banque Lazard d’autre part, auraient débouché sur l’attribution à ladite banque d’un mandat de conseil auprès de la BPI, en échange d’une « embauche de la compagne » du ministre du Redressement productif, dans le journal de Matthieu Pigasse, numéro deux de Lazard à Paris (voir Le Monde des 2 et 3/09/2012). On perçoit immédiatement les risques de conflit d’intérêts.
    Cela étant, il y a donc lieu de pénétrer au sein de cette banque Lazard et nous laissons à Claude Lorne le soin de guider nos lecteurs.

    Auteur : Claude Lorne - le 05 Septembre 2012

    Polémia

  • Les dérapages antisémites de la campagne de Chavez au Venezuela

    Par Paulo A. Paranagua

     

    Le 7 octobre 2012 prochain, le président vénézuélien Hugo Chavez va briguer un troisième mandat. L’opposition a choisi comme candidat Henrique Capriles Radonski, ancien gouverneur de l’Etat de Miranda (à l'est de Caracas).

    Tous ceux qui ont assisté à ses discours le savent, Chavez a le verbe facile et l’insulte sur le bout de la langue. Il a rejeté un débat télévisé avec le candidat de l’opposition avec un simple argument : ce dernier serait un « nul ». La disqualification est une ressource commode pour ceux qui refusent la contradiction et le dialogue. Chavez traite son adversaire de « jalabola » (lèche-cul) de l’impérialisme ou de l’Empire et de candidat « majunche » (falot, médiocre). Chavez se présente lui-même comme « candidat de la patrie ». Il a donc désigné son opposant comme le « candidat de l’anti-patrie ». C’est un classique du répertoire nationaliste : ainsi, « l’anti-France » désignait pêle-mêle les juifs, les maçons, les communistes...

     

    Mais Chavez ne s’est pas contenté de pointer du doigt Capriles comme « candidat de l’étranger » : il est passé de « candidat anti-patrie » à « candidat apatride ».

     

    Ce glissement est lourd de sens. Dans le premier cas, on est dans le système binaire, pour ou contre, ami ou ennemi. Dans le second cas, on désigne un candidat qui n’a pas de patrie, qui n’a pas sa place dans le concert des nations. Appliqué à Capriles Radonski, catholique d’origine juive, le sous-texte implicite renvoie à la figure du juif dépourvu de patrie, le juif de la diaspora, le juif errant. Une autre limite est franchie lorsque Chavez traite Capriles de « porc ». La bestialisation et la déshumanisation de l’ennemi sont courantes dans la rhétorique des nationalismes. Le péronisme appelait ses opposants des « gorilles », le castrisme désignait les exilés comme des « gusanos » (vermine). Le bestiaire n’est pas indifférent : « porc », « vermine » ou « rat » n’ont pas le même sens qu’« âne ». Le discours de Chavez libère la parole de ses militants.

     

    Le site chaviste Martillo Rojo écrit ainsi le nom de l’opposant : CAPrile$ Raton$ki. CAP évoque l’ancien président social-démocrate Carlos Andrés Pérez, dit CAP, destitué pour corruption. Le changement d’une simple lettre pour écrire Rat-onski se passe d’explications. Le signe du dollar incrusté dans le nom en renforce la connotation antisémite. CAPrile$ Raton$ki est un « agent nazi-sioniste », affirme le même site chaviste. Pour d’autres partisans de l’amalgame, l’antisémitisme est une invention du sionisme, « propriétaire de la plupart des institutions financières de la planète, qui contrôle presque 80 % de l’économie mondiale et l’industrie de la communication dans sa presque totalité » (Adal Hernandez, Radio Nationale du Venezuela).

     

    Voilà donc Capriles présenté comme le candidat du « sionisme international » : jadis, on disait la juiverie internationale ; maintenant on préfère l’amalgame entre Israël et les juifs. Sur les réseaux sociaux, les chavistes se lâchent : « Radonsky se moque du peuple et de sa foi, ce sioniste est étranger même s’il a une carte d’identité et un acte de naissance vénézuéliens » ; l’utilisation de l’Y plutôt que l’I rend le nom plus exotique). Alors que Chavez invoque sa foi catholique à tout moment, « Radonsky est un hypocrite. Il se déguise en chrétien et prie la Vierge pour chercher le vote. En réalité il est sioniste. Il hait Jésus et la Vierge ». Le négationnisme trouve des suiveurs au Venezuela : « Je ne crois pas à la théorie de l’Holocauste inventée par l’Empire [américain] et ses collaborateurs ».

     

    En 2011, une journaliste avait fait la promotion des Protocoles des sages de Sion, le faux fabriqué en Russie tsariste pour justifier les pogroms, sur l'antenne de Radio Nationale du Venezuela, propriété de l’Etat. Le texte des Protocoles est disponible sur le site chaviste Venezuela Patriota.

    Crif

  • Brest: un supporter du PSG condamné pour un salut nazi

    L’individu avait fait un salut nazi s'adressant à d'autres supporters parisiens lors d'un match au stade Francis Leblé le 28 janvier dernier. Il a été condamné mardi 4 septembre 2012 à 120 jours-amende et deux ans d'interdiction de stade, selon un avocat du club parisien. Le parquet avait requis, lors de l'audience en juin, cinq ans d'interdiction de stade.

    Les parties civiles, la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) et le Paris SG ont obtenu un euro symbolique, ce qu'elles réclamaient, a précisé Me André Elard, avocat brestois du PSG. Lors du match Brest-PSG (0-1) lors de la 21e journée de Ligue 1, le supporteur avait été repéré par la police alors qu'il faisait des "cris de singe à l'adresse d'un autre groupe de supporteurs du PSG, et le salut nazi", a expliqué l'avocat. Il avait expliqué à la police lors de son interpellation qu' "il s'agissait d'un "jeu débile entre supporteurs".

     

    Crif

  • Criminalité à Marseille: ce que Ayrault a annoncé...

    sans-titre.png Ayrault  ministres.png

     

    Après avoir planché jeudi après-midi avec ses ministres, Jean-Marc Ayrault a présenté un plan destiné à enrayer la violence à Marseille, secouée par des règlements de comptes sanglants. Une "question d'intérêt national", a-t-il affirmé, annonçant notamment le renfort de 205 policiers et gendarmes.

    C'est une "une question d'intérêt national", a-t-il assuré, à l'issue d'un comité interministériel sur la sécurité à Marseille qui a réuni une quinzaine de ministres pour élaborer un programme d'action destiné à enrayer la violence endémique dans la cité phocéenne. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé jeudi l'envoi de 205 policiers et gendarmes supplémentaires dans la région de Marseille pour lutter contre l'insécurité dans le cadre d'un plan global portant notamment sur le logement et les transports. "Nous avons donc décidé un renfort de 205 policiers et gendarmes en sécurité publique, en police judiciaire, en renseignement et pour les zones périphériques", a-t-il dit à l'issue d'un comité interministériel sur la sécurité à Marseille.

    "Une zone de sécurité prioritaire a déjà été décidée pour les quartiers nord. Une nouvelle le sera pour les quartiers du sud de la ville qui sera engagée dès le début de l'année prochaine", a-t-il ajouté. Jean-Marc Ayrault a encore annoncé la création d'une préfecture de police pour l'ensemble des Bouches-du-Rhône, afin de lutter contre la délinquance et "démanteler la criminalité organisée" dans ce département. Vantant "une approche globale" de cette lutte, ne se limitant pas à l'envoi au coup par coup d'un escadron de gendarmes ou d'une compagnie de CRS supplémentaire, le Premier ministre a assuré qu'il y aura "un groupement d'intervention régional spécifique pour Marseille" et "aussi une préfecture de police de plein exercice pour l'ensemble du département des Bouches-du-Rhône".

    Matignon a également assuré que "la justice se mobilise aussi avec de nouvelles directives pénales", le Premier ministre citant entre autres "le renforcement des moyens de l'administration pénitentiaire". Enfin, Jean-Marc Ayrault a annoncé qu'il se rendrait lundi et mardi à Marseille.

    Depuis le début de l'année, 20 personnes ont été tuées à Marseille ou ses environs. Des règlements de compte souvent liés à des luttes autour de trafics de drogue. Le dernier en date remonte à lundi : un homme de 23 ans retrouvé calciné dans un bâtiment abandonné. La semaine dernière, c'était un autre âgé lui de 25 ans qui était criblé de balles de kalachnikov dans les quartiers nord. C'est suite à cette mort que le Premier ministre a décidé de convoquer ce comité pour ne pas "laisser les choses dériver". Une réunion, a assuré Matignon, fruit d'un travail engagé depuis le mois de juillet. (Voir : "Marseille : vivre dans un quartier de règlements de comptes")

    TF1 News - 06/09/12

  • Marseille: le plafond s'effondre dans le bureau du préfet chargé de la sécurité !

     

    sans-titre.png plafond préfet.png

    sans-titre.png plfond.png

    Une plaque de plâtre est tombée du plafond jeudi matin dans le bureau d'Alain Gardère, préfet délégué à la sécurité de Marseille.

    Faut-il y voir un signe sur l'avenir incertain d'Alain Gardère ? Alors même que plusieurs ministres planchent depuis Paris, sur la dégradation de la situation sécuritaire à Marseille, une plaque de plâtre est tombée du plafond jeudi matin dans le bureau du préfet délégué à la sécurité de Marseille.

    "Entre 9h00 et 9h30, on a entendu un grand bruit. Heureusement, le préfet ne se trouvait pas dans son bureau et la femme de ménage qui était à proximité n'a pas été blessée par ce qui est tombé du plafond", selon la préfecture.

    Réunion de crise à Matignon

    Le personnel de la préfecture de police a été évacué et se trouvait toujours à l'extérieur du bâtiment en milieu de matinée. Aucun blessé n'est à déplorer, ont précisé les marins-pompiers, arrivés rapidement sur les lieux.

    Le nom d'Alain Gardère, installé il y a un an par le prédécesseur de Manuel Valls au ministère de l'Intérieur, Claude Guéant, circule parmi les "têtes" qui pourraient être changées par le gouvernement au sein de l'administration et de la police à Marseille. Jeudi, à partir de 17h, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault réunit une douzaine de ministres à Matignon pour bâtir un plan global d'action contre la criminalité et les difficultés socio-économiques de Marseille.

     

    TF1 News - 06/09/12

  • Islamisation : le « Salon musulman du Val d’Oise » ouvrira ses portes le 15 septembre avec Tariq Ramadan en vedette

     

    Posté par le 6 septembre 2012

     

    C’est l’événement islamiste de la rentrée : les communautaristes mahométans, tendance Frères musulmans, lancent le « Salon musulman du Val d’Oise« . Prévu les samedi 15 et dimanche 16 septembre au Parc des expositions de Pontoise (95), ce rassemblement qui est présenté comme « la première rencontre des musulmans d’Ile-de-France » espère voir affluer plusieurs milliers de visiteurs, et attend plus de 150 exposants. Si telle est la volonté d’Allah !

    Une dizaine de conférences sur les thèmes de « l’islam », de « l’éducation des enfants », ou encore de « la finance islamique », sont prévues de même qu’un « concours de mémorisation et de récitation de Coran », en partenariat avec l’Institut européen de formation continue et l’Institut coranique Abi ‘Amr de la Mosquée de Pontoise.

    Sont attendus des intervenants pour le moins très orientés idéologiquement comme le célèbre et très controversé Tariq Ramadan, « prédicateur des banlieues » petit-fils du fondateur des Frères musulmans, de même que d’autres tous aussi sulfureux comme le Cheikh Abdallah Boukhari, Mohamed Sawi, Mosaad Anouar, le Cheikh Mohamed Patel, Ahmed Jaballah, le Cheikh Salah, Youssef Baouendi, Anass Patel, etc.

    L’initiateur de cette manifestation n’est autre que la Mosquée de Cergy-Pontoise, inaugurée en juin dernier par Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur.

  • Grèce: après les interpellations massives de migrants cet été, leur flux tend à se tarir.

           

    Les néonazis grecs d’Aube dorée passent à l’acte. À la mi-août, un jeune Irakien a été poignardé à mort dans la nuit par une horde de motards. Peu de temps avant, trois Indiens ont échappé de justesse à une agression similaire en Crète. Des attaques de plus en plus fréquentes et toujours impunies.

    Selon Nikita Kanakis, président de Médecin du monde à Athènes, « des gens défigurés par les coups arrivent dans nos dispensaires et dans les services d’urgences ». Pour Nikos Dendias, ministre de l’ordre public, ces violences racistes sont un « phénomène nouveau ».Elles étaient, selon lui, « terra incognita pour la police ».

    Une menace sur le marché du travail

    Avec un tiers de la population sous le seuil de la pauvreté, 23 % de chômage, dont 45 % chez les jeunes, le migrant est d’abord perçu comme une menace sur le marché du travail, deux ans après l’explosion de la crise sociale. Pour le sociologue Thanos Dokos, « la société grecque a dépassé son seuil de tolérance. Le déséquilibre des populations dans certains quartiers est trop visible pour ne pas créer de problèmes ».

    De plus, souligne-t-il, « il s’agit d’une population majoritairement musulmane, qui rappelle les quelque quatre cents ans d’occupation ottomane ».Issue des Balkans et de l’ancienne URSS, la première vague de migration, dans les années 1990, était composée de chrétiens proches des Grecs et décidés à s’intégrer.

    La seconde vague, depuis 2005, est composée essentiellement d’Asiatiques et de Subsahariens musulmans qui n’ont qu’une seule idée : quitter la Grèce inhospitalière pour l’Europe du Nord.

    Rafles policières

    « Le discours ambiant criminalise les immigrés et légitime les violences »,souligne pour sa part Eva Cossé, de l’ONG Human Right Watch, pour qui « on ne peut pas dire que la Grèce est raciste. Il ne faut pas oublier que le pays reste la principale porte d’entrée des migrants » en Europe.

    Pour le premier ministre conservateur Antonis Samaras, « les immigrés ont envahi les villes grecques »,tandis que son ministre de l’ordre public, Nikos Dendias, assure que « le problème de l’immigration clandestine est une question de survie nationale ».

    Le flot continu de 150 à 300 migrants passant quotidiennement la frontière gréco-turque a légitimé l’opération « Zeus Xenios » menée au mois d’août : des rafles policières qui ont permis d’interpeller plus de 17 000 migrants et d’en placer 2 000 dans des camps de rétention dans l’attente de leur expulsion. Dernièrement, ils ne sont plus qu’une poignée chaque jour à franchir la frontière.

     

     

    THOMAS JACOBI à Athènes  

    la-Croix-com - 04/09/12 

  • Le Journal de la Syrie 5 septembre 2012

  • Une Algérienne nommée directrice de cabinet de Marine Le Pen

     

    Par Abbès Zineb | 05/09/2012 | 21:55
     
     sans-titre.png Tamou Soula.png
     

    Qui connaît Charlotte Soula ? Pas grand monde, assurément. Cette dame de 43 ans est arrivée en tête au premier tour des élections législatives dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais avec 25,69% des voix sous l’étiquette du Rassemblement Bleue Marine (Front National). Elle a finalement été battue face à un rassemblement de gauche autour du socialiste Nicolas Bailli.

    Mais avant de s’appeler Charlotte Soula, son prénom était Tamou, d’origine algérienne ( ses parents sont de Kabylie) elle s’est convertie au catholicisme en 2006 et elle a choisi d’accoler le prénom Charlotte à son prénom Soula selon ses dires. Et sur les affiches électorales des législatives, elle avait finalement renié son véritable prénom kabyle Tamou pour n’assumer que le prénom français Charlotte...

    Avant sa nouvelle vie au sein du Front National, elle était connue de beaucoup de monde à droite, lorsqu’elle était encore Tamou Soula, militante au RPR sous la présidence de Philippe Séguin et membre par la suite de plusieurs cabinets ministériels. Elle a notamment été la secrétaire particulière de François Fillon au ministère de l’Education dans les années 2003 à 2005, puis la collaboratrice de Philippe Douste-Blazy au ministère des Affaires étrangères de 2005 à 2007. Elle fut aussi l’assistante du député UMP Olivier Dassault et ensuite conseillère parlementaire de Christine Lagarde à Bercy.

    A la ville, Tamou Soula figure parmi les intimes de Henri Guaino, l’ex conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, séguiniste de longue date comme elle.

    Elle s’est rapproché ensuite du Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, où elle a notamment côtoyé le souverainiste Paul-Marie Coûteaux, désormais proche du FN.

    Marraine d’un des enfants d’Henri Guaino

    Charlotte Soula, dont le Canard Enchaîné a récemment révélé qu’elle était la marraine d’un des enfants d’Henri Guaino, a été nommée aujourd’hui mercredi directrice de cabinet de Marine Le Pen, a annoncé le Front national dans un communiqué. Mme Soula, 43 ans, remplace à son poste Eric Domard, lui-même nommé « conseiller spécial ».

    Après les révélations du Canard Enchaîné, M. Guaino avait déclaré qu’il « (assumait ses) amitiés ». « C’est pas le Front national qui est la marraine de mon fils. C’est quelqu’un qui d’ailleurs, à l’époque, n’était pas au Front national, n’avait pas été candidate du Front national et qui est une amie de longue date », avait alors souligné l’élu des Yvelines. » Nos relations sont strictement amicales », a indiqué, pour sa part, mercredi, Charlotte Soula.

    « L’assimilation pour les étrangers et pas l’intégration »

    Sa conversion au frontisme date de 2011 et est liée à une rencontre qui a changé sa vie avec Florian Philippot, ex-directeur stratégique de campagne de Marine le Pen à la présidentielle, lui-même candidat à un siège à l’Assemblée nationale. Florian lui fait rapidement rencontrer Marine Le Pen qui séduit Tamou avec, selon cette dernière, « un vrai discours républicain prônant l’assimilation pour les étrangers et pas l’intégration ».

    Pourquoi avoir changé de prénom en cours de route ? « En fait, je me suis convertie au catholicisme en 2006 et j’ai choisi d’accoler Charlotte à Tamou » explique-t-elle. L’un de ses plus proches amis, Ange Sitbon, permanent à l’UMP, expert reconnu de la carte électorale, a été le premier à l’appeler Tamou-Charlotte, un brin moqueur. Lorsqu’elle a été investie par le Rassemblement Bleu Marine pour les législatives, la candidate a décidé d’abandonner complètement Tamou. « Personne ne m’a rien demandé au FN, assure-t-elle. Mais moi, je ne voulais pas être perçue comme la Rachida Dati du FN, la beurette de service. C’est pour cela que je me suis délestée de Tamou« .

    Algérie 1.com

  • Washington veut que l'Irak fouille les avions iraniens volant vers Damas 06/09/2012

     

    Washington veut que l'Irak fouille les avions iraniens volant vers Damas




    Les Etats-Unis ont réclamé mercredi à leur allié irakien qu'il fasse atterrir et fouiller les avions iraniens survolant l'Irak à destination de la Syrie, des sénateurs américains redoutant que ces appareils ne transportent des armes pour le régime de Damas.

    Les sénateurs John McCain, Lindsey Graham et Joe Lieberman, en visite à Bagdad, ont fait part de leur "préoccupation" au Premier ministre irakien Nouri al-Maliki et au ministre des Affaires étrangères Hoshyar Zebari, à la suite d'un article du New York Times affirmant que l'Iran utilise de nouveau l'espace aérien irakien pour acheminer des armes en Syrie.

    "Nous avons fait part de notre préoccupation auprès de nos partenaires irakiens", a réagi le porte-parole adjoint du département d'Etat, Patrick Ventrell.

    "Nous attendons de l'Irak, qui a bonne réputation au sein de la communauté internationale et est un partenaire stratégique des Etats-Unis, qu'il remplisse ses obligations internationales", a-t-il prévenu. Et "le plus simple pour le faire, c'est de demander à ces avions d'atterrir pour qu'ils soient inspectés en territoire irakien", a proposé le diplomate, rappelant que Bagdad contrôlait totalement son espace aérien depuis le retrait de l'armée américaine fin 2011.

    L'Iran, soutien indéfectible de la Syrie, a assuré au Premier ministre irakien que ses aéronefs transportaient du matériel humanitaire, selon les sénateurs américains, qui pensent, eux, qu'il s'agit de cargaisons d'armes. "Nous devrions présenter autant de preuves que possible (à M. Maliki) que ces avions iraniens transportent des cargaisons qui permettent à Assad de tuer son propre peuple", a déclaré M. Lieberman.

    M. McCain a dénoncé une "violation d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU".

    Le porte-parole de la diplomatie américaine a expliqué que "la résolution 1747 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui tente d'empêcher l'exportation d'armements iraniens, impose une responsabilité à tous les Etats" et que "conformément à la résolution 1929, adoptée en 2010, tous les Etats doivent inspecter toutes les cargaisons à destination ou en provenance d'Iran".

    En mars, l'Irak avait prévenu l'Iran qu'il ne tolèrerait pas le passage sur son territoire ou dans son espace aérien d'armes destinées à la Syrie, après que Washington l'eut mis en garde. Les Etats-Unis estimaient déjà que des avions iraniens pouvaient être chargés d'armes, Téhéran assurant qu'il s'agissait d'aide humanitaire.


     

    http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/776613/Washington_veut_que_lIrak_fouille_les_avions_iraniens_volant_vers_Damas.html http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/776613/Washington_veut_que_lIrak_fouille_les_avions_iraniens_volant_vers_Damas.html
    ALTERINFO.NET

  • Des extrémistes syriens tuent 5 chrétiens et prennent en otages 17 autres 05/09/2012

     

    Des extrémistes syriens tuent 5 chrétiens et prennent en otages 17 autres




    Des extrémistes islamistes combattant dans les rangs de l'opposition ont attaqué le village chrétien de Ghassaniyeh non loin de Homs, au Nord de Damas. D'après les médias syriens, ils ont tué cinq habitants du village ayant pris en otages 17 autres.

    D'après les militaires, il s'agit des islamistes faisant partie des détachements rebelles qui quittent Homs sous les coups des unités d'élite de l'armée syrienne.

    Selon l'agence Surya al-Ain, les troupes gouvernementales ont libéré 80 % environ de la ville. Des foyers de résistance se maintiennent dans la vieille ville et dans des banlieues.

     

    http://french.ruvr.ru/2012_09_05/Syrie-opposition-extremisme-victimes/ http://french.ruvr.ru/2012_09_05/Syrie-opposition-extremisme-victimes/

  • Les pays arabes responsables de l'effusion de sang en Syrie, selon le président égyptien 05/09/2012

     

    Les pays arabes responsables de l'effusion de sang en Syrie, selon le président égyptien



    LE CAIRE, 5 septembre (Xinhua) -- Les pays arabes sont responsables de l'effusion de sang en Syrie, a déclaré mercredi le président égyptien Mohamed Morsi, appelant les pays arabes à agir rapidement.

    "Le régime syrien a toujours la chance d'arrêter la violence... Nous devons aider les Syriens à arrêter la guerre civile et à empêcher une intervention militaire étrangère", a ajouté M. Morsi.

    Le président syrien a tenu ces propos lors de la session d'ouverture de la 138e rencontre régulière des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe (LA), qui a débuté mercredi au siège de la LA au Caire, capitale égyptienne.

    Le président égyptien a promis que tous les étudiants syriens en Egypte seraient traités comme des étudiants égyptiens plutôt que des étudiants étrangers.

    Il a ajouté que le "quartet" de médiateurs pour la résolution de la crise en Syrie, initié par l'Egypte, pourrait commencer son travail et qu'il accueillerait toutes les parties qui voudraient s'impliquer.

    M. Morsi était le premier président égyptien à prononcer un discours lors de la session d'ouverture de la LA durant les dernières années.

    Cette rencontre vise à discuter des derniers développements de la crise en Syrie et de la demande des Palestiniens pour devenir un membre des Nations unies.

    Par ailleurs, cette rencontre se concentrera également sur les situations au Soudan et en Somalie, entre autres, ainsi que sur la recherche de moyens pour parvenir à une coopération arabe commune.

     

    http://french.news.cn/afrique/2012-09/05/c_131829995.htm http://french.news.cn/afrique/2012-09/05/c_131829995.htm    

    ALTERINFO.NET

     


     

  • C'était un 5 septembre

     

    Lecture de l'ordre de déportation. Tableau de Charles Jefferys

    1755 : début de l’expropriation et de la déportation impitoyable des Acadiens par les Anglais, connue sous le nom de « Grand dérangement ». Les Acadiens, Français installés en Amérique du Nord, peuplaient plusieurs régions du Canada actuel. La plupart d’entre eux furent victimes de ce « nettoyage ethnique » par les Britanniques : 15 000 déportés environ, dont beaucoup mourront au cours de ces tribulations, et dont de nombreuses familles furent dispersées.

    1792 : fin des « Massacres de septembre », commencés trois jours plus tôt.
    1 500 « suspects » ont été exécutés par la République dans les prisons parisiennes.

    1793 : Bertrand Barrère de Vieusac, président de la Convention, déclenche une nouvelle vague d’arrestations. Il fait voter un décret stipulant : « la Terreur est à l’ordre du jour ». 12 000 personnes périront sans jugement parmi les 40 000 qui disparurent pendant la période.

    1914 : héraut de Jeanne d’Arc et chantre de la patrie charnelle, l’écrivain Charles Péguy, lieutenant au 276e RI, tombe d’une balle en pleine tête à Villeroy (Seine-et-Marne), à la veille de la bataille de la Marne, alors qu’il entrainait ses hommes en criant « Tirez, tirez, nom de … »
    Après sa mort, Maurice Barrès écrit :
    Lire la suite

    Contre-info.com

  • Richard Millet, nouvelle victime des bien-pensants

    « Il n’y a pas plus de racisme en France qu’il n’y a de fruits d’or aux branches des arbres, et l’idéologie antiraciste a besoin d’en inventer pour justifier la terreur permanente qu’elle exerce sur tout le monde à commencer par les écrivains (…) S’opposer à cette idéologie dominante revient à endosser un habit d’infamie (…) dans un monde aux valeurs entièrement inversées et où le mot interdit de « race » devient l’obsessionnelle métaphore de la femme, de l’homosexuel, de l’obèse, du jeune, de l’animal… » C’est par ces mots prophétiques que commence un des derniers pamphlets de Richard Millet, sobrement intitulé « De l’antiracisme comme terreur littéraire ». On peut y voir comme une introduction prémonitoire à son « Eloge littéraire d’Anders Breivik » également récemment publié et contre lequel se mobilisent les habituels donneurs de leçons qui reprochent à Richard Millet d’avoir démontré que le prétendu « antiracisme » était devenu une arme idéologique pour étouffer la liberté d’expression de tous ceux qui osent s’en prendre à la doxa immigrationniste.
    F.M.

    ______________________________________

     

    Celui par qui le scandale arrive

    Membre du Comité de lecture des Editions Gallimard et pygmalion de Jonathan Littell et Alexis Jenni – deux produits-phares du monde littéraire –, Richard Millet a attiré sur lui les foudres de la bien-pensance. Son crime ? Avoir publié une quinzaine de pages au titre très provocateur consacrées au tueur norvégien Anders Breivik et dans lesquelles, loin d’approuver les actes commis par le désespéré, il veut expliquer le mécanisme qui a conduit le meurtrier à un tel carnage.

    Tahar Ben Jelloun, chantre de l’antiracisme, Annie Ernaux, soixante-huitarde attardée, et Laure Adler notamment ont aussitôt demandé la tête du coupable. On ne sache point qu’ils aient fait de même lorsque Florence Rey avait tué, à bout portant et du haut de ses dix-neuf printemps, cinq personnes, Porte de Vincennes dans les années 1980. En 2009, un artiste contemporain avait même osé représenter notre pays à la Biennale de Venise avec une « Ode à Florence Rey », ce qui n’avait pas provoqué le moindre émoi de la part de nos élites bien-pensantes. Ode ? Eloge ? Peu importe, même si Millet reconnaît que le titre est « une provocation à réfléchir et à penser : quand je parle de façon diplomatique, personne ne m’écoute »

    En fait, le crime de Breivik est réputé imprescriptible tandis que celui de Florence Rey et bien d’autres sont à peine constitués. Pourquoi certains groupes de RAP, comme Sexion d’Assaut par exemple, peuvent-ils écrire les pires horreurs et pourquoi traduit-on en justice ceux qui refusent l’islamisation de la France, comme Renaud Camus ?

    A cette question, Robert Ménard répond courageusement en ces termes : « Je n’ai rien trouvé de ce qui semble consterner – le mot est faible – journalistes, éditorialistes et écrivains… » dans un bel et, à mes yeux, toujours suspect unanimisme. Car, contrairement à ce que laissent entendre nos pourfendeurs de « mauvaises pensées », il ne s’agit en aucune façon de justifier les 77 morts du 22 juillet 2011 à Oslo et sur la petite île d’Utoya… mais de s’interroger sur ce qui peut conduire à un tel geste ».

    De fait, Richard Millet lance un cri d’alarme désespéré sur les ravages du multiculturalisme en Europe, un multiculturalisme vénéré par l’ensemble ou presque des classes politiques. A l’image de Renaud Camus, condamné lui aussi à une forme de bannissement pour avoir appelé ouvertement ses sympathisants à voter pour Marine Le Pen et avoir écrit que l’immigration était une « contre-colonisation » menaçant l’identité de la France jusque dans sa langue, Richard Millet ne craint pas de tirer la sonnette d’alarme. Il décrit la décadence qui a conduit à la tuerie norvégienne : « Dans cette décadence, Breivik est sans doute ce que méritait la Norvège et ce qui attend nos sociétés qui ne cessent de s’aveugler pour mieux se renier, particulièrement la France et l’Angleterre ; loin d’être un ange exterminateur ni une bête de l’Apocalypse, il est tout à la fois bourreau et victime, symptôme et impossible remède ».

    Richard Millet nouvelle victime des bien-pensants

    Anders Breivik dans son costume de franc-maçon. Il a appartenu à l’Ordre norvégien des francs-maçons les 4 ans et demi avant ses attentats, et en a été radié immédiatement après.

    Poursuivant sa dénonciation du multiculturalisme, il en conclut que le jeune franc-maçon néo-conservateur « est un enfant de la ruine familiale autant que de la ruine idéologico-raciale que l’immigration extra-européenne a introduite en Europe depuis une vingtaine d’années et dont l’avènement avait été préparé de longue date par la sous-culture de masse américaine, conséquence ultime du Plan Marshall ». De tels propos ont provoqué cette nouvelle chasse aux sorcières, comparable en bien des points, dans la forme comme dans le fond, à celle dont a été victime Aymeric Chauprade, coupable de ne pas entrer dans le moule de la bien-pensance.

    Richard Millet analyse également ce qui motive en Europe l’attrait d’un plus grand nombre de personnes pour le retour aux valeurs de patrie et de sentiments identitaires et conclut que « Breivik est, comme tant d’autres individus, jeunes ou non, exemplaire d’une population devant qui la constante dévalorisation de l’idée de nation, l’opprobre jeté sur l’amour de son pays, voire la criminalisation du patriotisme ouvrent un abîme identitaire ».

    Une analyse impitoyable de l’antiracisme

    « La France est le seul pays d’Europe dans lequel la terreur communiste ait réussi, en l’occurrence sous la forme de l’antiracisme », constate le directeur littéraire de Gallimard qui analyse tout ce qui, depuis 1945, pousse nos pseudo-élites à se complaire dans le masochisme le plus total et à faire le jeu du capitalisme financier, tout heureux d’empocher les dividendes. Et de décrire en ces termes le mécanisme qui tue les peuples européens : « Le transvasement intercontinental de peuples fort éloignés les uns des autres n’a plus rien de ce que le discours immigrationniste appelle une chance ; l’immigration massive et continue que le capitalisme international a mise en œuvre depuis trois décennies constitue, pour les indigènes comme pour les immigrés, un désastre humain que la Propagande tente de travestir en soutenant, par exemple, que plus il est éloigné de notre culture, sinon hostile à elle, meilleur est l’immigré, par ailleurs « bon » par nature et aussi « tendance ».

    Rejoignant les analyses de Renaud Camus, il confesse n’avoir jamais pensé se « retrouver minoritaire, sur le plan racial, culturel, religieux (…) faire figure de perdant historique et sommé d’être sous l’effet d’un mimétisme culpabilisant un “immigré comme un autre”, et, le refusant, devenir quasi maudit : un exilé de l’intérieur, un singe de l’immigré, sommé de renoncer à ma culture pour mieux accueillir l’autre ». Comment mieux traduire toutes les concessions, les reniements et les accommodements d’une majorité de nos contemporains avec le parti dévot qui répand la terreur antiraciste autour de nous ?

    Françoise Monestier
    3/09/2012

    - Richard Millet : De l’antiracisme comme terreur littéraire, Editions Pierre-Guillaume de Roux.
    - Richard Millet : Langue fantôme (suivi de Eloge littéraire d’Anders Breivik), Editions Pierre-Guillaume de Roux.

    Source : Polémia.

     

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

  • YouTube censure un poème de Frédéric Mistral

    05/09/2012 — 19h30
    PARIS (NOVOpress) — Alors que le site de partage de vidéos Youtube recèle de vidéos suintant la haine contre les Français en particulier et les Blancs en général, ce site vient de censurer la diffusion du poème Au Pople Nostre (1) du félibre Frédéric Misral pour… “incitation à la haine raciale”. La preuve en images.

    (1) La traduction en français figure au bas de cette page Internet.

    censure-poeme-mistral-youtube

    censure-poeme-mistral-youtube-2

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

  • Mais qui est Charlotte Soula, directrice de cabinet de Marine Le Pen ?

    sans-titre.png charlotte Soula.png

    http://www.leparisien.fr/politique/charlotte-soula-une-proche-de-guaino-au-cabinet-de-le-pen-05-09-2012-2151584.php

    et

    http://www.atlantico.fr/decryptage/jolie-prise-guerre-cachee-confidentiel-atlantico-390564.html

     

  • Les pamphlets antisémites de Céline réédités au Québec

    Les éditions québécoises Huit vont publier prochainement les pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline, dont la réédition est interdite en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

     

    La maison d'édition a décidé de réunir les pamphlets de Louis-Ferdinand Céline dans un même ouvrage, sobrement intitulé Ecrits polémiques. Il s'agira d'une édition critique présentée et annotée par Régis Tettamanzi, professeur de Littérature française à l'université de Nantes. Selon Le Devoir, quelques textes rares devraient venir compléter le livre.

    Ecrivain brillant et antisémite virulent, Céline continue de faire polémique cinquante ans après sa mort. Dans ses pamphlets Bagatelle pour un massacre (1937), L'école des cadavres (1938) et Les beaux draps (1941), l'auteur se présente comme un "ami d'Hitler" et "ami des Allemands". Ces propos lui ont valu d'être retiré de la liste des célébrations nationales en 2011. Pour Serge Klarsfeld, président des Fils et Filles des déportés juifs de France, un tel "salaud" ne pouvait absolument pas y figurer. "Il ne s'agit pas de nier qu'il est un écrivain de grand talent, expliquait-il alors. Mais c'est justement parce qu'il avait beaucoup de talent que ses écrits ont été très nocifs. C'est aussi grâce à son grand talent qu'il a diffusé un appel au meurtre des Juifs."

     

    Crif

  • Marine Le Pen : Hollande ? « Le retour des recettes éculées »

     

     
     

    La Présidente du Front National était restée silencieuse pendant tout l’été. Marine Le Pen rompt le silence dans Paris Match, à quelques semaine de l’université d’été du FN qui se tiendra à La Baule le 23 septembre.

    Paris Match : On ne vous a pas entendue cet été. Où étiez-vous ?

    Marine Le Pen : Au calme. En ­vacances à La Trinité-sur-Mer, puis à Millas, dans ma maison des Pyrénées-Orientales, avec mes enfants. Nous avons profité les uns des autres. Les deux dernières années ont été épuisantes. J’ai pris du recul. J’avais la tête dans le guidon depuis si longtemps.

    Lire la suite sur le site de Paris-Match