Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1217

  • Pulvar/Montebourg - Les agresseurs étaient "bourrés"


    En rentrant chez eux mardi soir, Arnaud Montebourg et Audrey Pulvar ont été agressés par un groupe d'individus. Un incident raconté peu de temps après, sur Twitter, par la journaliste.

    Europe 1 a recueilli de son côté le témoignage d'un employé de restaurant qui a assisté à la scène.

    "Il y avait des groupes de jeunes au café, la dame est passée et ils l'ont agressée", raconte-t-il. Ce qu'il a entendu ? "Des insultes, 'la France pour les blancs', des trucs comme ça, des trucs racistes", précise encore ce témoin.

      

    L'employé n'a pas vu en revanche que des verres avaient été lancés sur le couple, comme le racontait Audrey Pulvar sur Twitter. "Il y a eu des jets de verres mais pas sur eux. Ils ont balancé des verres, ils étaient bourrés, les mecs, ils étaient là depuis l'après-midi. Je n'ai pas vu s'ils avaient été jetés sur eux, mais j'ai vu des verres cassés", assure-t-il.

    Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg ont recueilli le soutien de nombreuses personnalités politiques après le récit de leur agression, au cours de laquelle ont été notamment scandés des slogans favorables au Front National.

  • Europe et Grèce condamnées à mort...

    L’ASSASSINAT DU PEUPLE GREC

    C’est à un véritable assassinat auquel le monde entier assiste médusé, accompagné d’une véritable humiliation pour ce peuple, la police anti-émeute le matraquant sans pitié. Le meurtre est organisé et, même, célébré par un groupe de gens hétéroclites, sous le vocable imprécis et abusif de « communauté internationale ». Ses membres ont toutefois des points communs, le plus important étant leur adhésion à la démocratie, ce qui ne les gêne pas du tout pour bafouer la démocratie grecque à l’occasion de ces terribles évènements.
    Il s’ensuit qu’une fois encore, une rallonge, peut-être pas la dernière, va être accordée par l’Europe qui a déjà déversé beaucoup de milliards dans ce trou sans fond. Personne ne connaît exactement les chiffres qui bougent tous les jours au hasard des négociations. Il est question, pourtant, de 130 milliards s’ajoutant à bien d’autres qui ont déjà été prêtés. C’est en fait une inondation d’argent qui n’existe pas et est créé ex nihilo pour les besoins de la cause.
    Ces milliards quels qu’ils soient sont des prêts ; le pays exsangue se ficelle donc par des intérêts condamnant tout effort de redressement. Les prêteurs, États ou Europe, auront de faux bilans avec à leur actif des créances pourries aussitôt que nées.

    LES COUPABLES

    En premier lieu se trouvent les politiques grecs qui au sommet appartiennent à quelques familles ennemies-amies se partageant le pouvoir depuis des lustres et exploitant le pays au profit de leur clan. Les privilégiés qui bénéficient de leur soutien échappent à l’impôt et placent leurs actifs dans des paradis administratifs et fiscaux. Le résultat est que l’État n’obtient pas d’impôts des riches et doit frapper les classes moyennes. Le pays est, simultanément, soumis à un socialisme extrêmement tatillon quelle que soit la couleur apparente des gouvernements. Le produit de ces deux facteurs est que l’économie grecque se traîne depuis longtemps alors que l’ingéniosité des Grecs est célèbre dans le monde entier et ne peut s’épanouir normalement. Il en est résulté l’océan de dettes qui justement conduit au drame actuel.
    Le FMI est largement responsable. Ce FMI, sous la direction de DSK, a bâti une méthode d’intervention qui a eu des effets médiocres et parfois désastreux dans beaucoup de pays faisant appel à lui. Christine Lagarde a suivi sans barguigner les mauvaises pratiques de DSK !
    L’Europe avec, à sa tête, le couple franco-allemand porte une lourde responsabilité. N’oublions pas que les acteurs principaux de cette Europe ont l’œil rivé sur leurs échéances électorales, le sort cruel du peuple grec ne leur important guère.

    LES PRETEXTES

    Les prétextes invoqués n’ont pas manqué. Le principal était que l’Europe ne puisse admettre qu’un pays de la zone euro et membre de la CEE fasse défaut, quelle que soit l’immensité des dettes créés par les prédateurs locaux. Se trouvait aussi affiché le souci de protéger les banques européennes. Ces banques, qui ont accordé des prêts d’une façon aventureuse, ont, d’ailleurs, reconnu leur faute, ayant provisionné les mauvaises créances grecques. Ce raisonnement ne pourrait qu’encourager les mêmes à prêter avec légèreté à d’autres pays en danger.
    Autre prétexte, la fausse idéologie européenne. La doctrine officielle est qu’il faut sauver l’euro, lequel n’est qu’un appendice de l’édifice européen ; lors de la création de cette monnaie unique maints analystes avaient prévu qu’elle était vouée à l’éclatement et nous n’en sommes pas loin.
    Derrière l’euro se profile l’objectif fondamental de sauver l’Europe. Selon la propagande, l’édifice européen, qui n’en finit pas de se bâtir, serait l’horizon indépassable d’un continent de 500 millions d’habitants. C’est vraiment de la propagande, car maints signe, s’exprimant parfois dans les urnes, montrent que les peuples sont très réticents.
    Nous avons souvent montré que l’hydre européenne et son extension permanente ne s’expliquent que par la voracité financière des eurocrates, leur nombre est si grand qu’il est impossible de les dénombrer vraiment. Le prix à payer pour cette cupidité est la ruine pour le continent par les impôts nécessaires et le déluge de lois imposées par l’Europe. Cette ruine se manifeste par la panne de croissance, même si de temps à autre une amélioration survient, ce qui est le cas pour l’année 2011 en France.
    Un autre prétexte invoqué est le jugement des marchés. Ceux-ci ne supporteraient pas que la Grèce fasse défaut. Le plus surprenant dans ces péripéties est que les marchés saluent en général favorablement les actions engagées pour sauver la Grèce, comme les « hauts » et les « bas » quotidiens le montrent. Les politiques du sommet ne s’aperçoivent pas ou ne veulent pas voir que les marchés commencent toujours par porter un jugement hâtif. Plus tard vient le jugement définitif et il risque d’être dramatique au vu du champ de ruines qui va en résulter.

    DES EFFETS DEVASTATEURS

    Les effets dévastateurs ne vont pas tarder à émerger.
    Indépendamment de l’assassinat programmé du peuple grec, se trouve la destruction de sa propre richesse : or, industrieux comme il est, il n’y a aucune raison que l’économie de l’Europe se prive de ses potentialités.
    Derrière se profile le risque que d’autres pays comme le Portugal et l’Espagne soient à leur tour emportés dans la tourmente. Quant à la France, le premier ministre, François Fillon, a dit qu’elle était en faillite ; la charge insupportable de la Grèce ne peut qu’aggraver sa situation.
    Pour prétendument l’aider, les politiques creusent la ruine de l’Europe par les impôts ou l’endettement qui en résulteront.
    L’Europe est jugée dans la planète économique mondiale comme un « homme malade », sans d’ailleurs que les analystes en perçoivent bien les raisons profondes. Or, dans des marchés de plus en plus élargis, la pauvreté relative des uns nuit à la richesse des autres. Le capitalisme veut que la richesse ne soit nullement un gâteau fini que l’on se dispute pour avoir une plus grande part : la richesse globale est une construction et la richesse des uns rejaillit sur celle des autres ; la pauvreté fait de même dans l’autre sens.
    Enfin, la Grèce affectant surtout l’Europe, nous observons avec tristesse que la Chine, pourtant encore communiste, vient à notre secours.
    La conclusion est qu’il ne fallait surtout pas aider la Grèce. En l’aidant les politiques européens ont enfoncé et la Grèce et l’Europe. Si elle n’avait pas été aidée, elle aurait fait défaut depuis longtemps. C’est arrivé à d’autres pays lesquels ont brillamment rejaillit de leurs cendres.

    Michel de Poncins

    El dia de la républica - 23/02/12

  • Poutine redoute un meurtre "sacrificiel" pour discréditer la présidentielle

     

    Vladimir Poutine
    19:32 29/02/2012
     
    MOSCOU, 29 février - RIA Novosti
     

    Le premier ministre et candidat à la présidentielle de dimanche, Vladimir Poutine, n'a pas exclu mercredi que, pour discréditer le scrutin, des provocateurs seraient capables de choisir une "victime sacrificielle" parmi des gens connus, de la "flinguer" et d'en accuser le pouvoir.

    "Ils sont prêts à sacrifier quelqu'un et à accuser ensuite le pouvoir. Je connais ces méthodes et cette tactique, cela fait 10 ans qu'ils tentent de le faire", a déclaré M.Poutine, interrogé sur d'éventuelles provocations lors de manifestations de l'opposition.

    Intervenant devant ses partisans et des politologues à Moscou, le chef du gouvernement a prévenu que des provocateurs, et d'abord ceux qui résidaient à l'étranger, étaient prêts à tout pour faire monter la tension.

     
  • L'écrivain Roger Vercel (1894-1957) dans le collimateur de la nouvelle Inquisition

    L’écrivain Roger Vercel (1894-1957) dans le collimateur de la nouvelle Inquisition

     

     
     

    29/02/2012 – 18h50
    DINAN (NOVOpress Breizh) – La nouvelle Inquisition chargée de faire appliquer le politiquement correct, en tout lieu et à toute occasion, vient encore de se manifester en Bretagne. A Dinan cette fois, où une association demande que soit débaptisé le collège qui porte le nom de l’écrivain Roger Vercel (1894-1957), qui se serait rendu coupable d’écrits antisémites.

    Après Alexis Carrel à Sainte Luce (44), Polig Monjarret à Plescop (56), c’est au tour de l’écrivain Roger Vercel (photo) d’être dans le collimateur des ligues de vertu bien-pensantes. Selon une dépêche de l’AFP, la FNDIRP (Fédération nationale des déportés, internés résistants et patriotes), une association proche du Parti communiste, a officiellement demandé courant janvier que soient débaptisés les collèges de Dinan et du Mans qui portent le nom l’auteur de Capitaine Conan. Ce roman, dont Bertrand Tavernier tira un superbe film salué unanimement par la critique, reçut le prix Goncourt en 1934. La FNDIRP a saisi les présidents des Côtes-d’Armor et de la Sarthe, les maires de Dinan et du Mans, les inspections d’académie et les directions des collèges concernés.

    A l’appui de sa requête l’association communiste met en avant un article que l’écrivain aurait écrit dans le journal Ouest-Eclair en octobre 1940 pour demander une élimination de «l’emprise juive» dans la littérature. « Il est scandaleux que des établissements de l’Education nationale portent le nom de ce type car enfin l’antisémitisme est un délit en France », a déclaré à France Bleu le représentant de la FNDIRP dans la Sarthe. Une position nouvelle de la part de la mouvance communiste, quand on sait que le quotidien l’Humanité avait publié le 19 septembre 1996 un article élogieux de Simone Vercel, la fille de l’écrivain, intitulé «Roger Vercel, mon père ».

    Dans la vieille cité des Côtes-d’Armor cette annonce a créé la surprise. «Je tombe des nues. À aucun moment cela n’a été évoqué au cours de nombreux hommages à cet écrivain local, qui a toujours suscité de l’admiration» fait observer au Télégramme le maire René Benoît. Même avis du bibliothécaire de la Ville, Loïc-René Vilbert, qui affirme dans le quotidien : «Pour avoir connu nombre de ses anciens proches, de toutes opinions, jamais je n’ai entendu la moindre chose sur ce point. Toute l’œuvre de Vercel est pénétrée d’humanisme, et l’homme a été décoré de la Légion d’honneur. Je pense qu’un collège d’historiens compétents doit se pencher sur la question».

    Interrogé sur cette affaire, un historien fait part de son étonnement. « Si tous les établissements d’enseignements portant les noms de personnages soupçonnés d’antisémitisme doivent être débaptisés, alors il faut débaptiser d’urgence le célèbre lycée Saint-Louis à Paris, ce roi ayant banni les juifs de France en 1254, avant de les autoriser à revenir moyennant un versement d’argent au trésor royal, pour finalement leur imposer le port de signes vestimentaires distinctifs. Et je ne parle pas de Voltaire, dont les écrits peu élogieux sur les juifs abondent. »

    Evoquant le cas de Roger Vercel sur les ondes de France Bleu Armorique lundi dernier, le président PS du Conseil général des Côtes-d’Armor a précisé qu’il allait demander aux archives départementales d’enquêter sur la véracité de ces allégations. « Après on verra si c’est caractérisé, eh bien il y a des procédures pour débaptiser les collèges, (…) si les choses devaient être avérées il faudrait assumer ses responsabilités avec courage et détermination », a conclu Claudie Lebreton. Au moins pour la détermination, on peut lui faire confiance.

    Crédit photo : Agence Meurisse, Bibliothèque nationale de France. Domaine public.

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine
  • Beate Klarsfeld candidate à la présidence de l'Allemagne

    BERLIN (Reuters) - L'assemblée fédérale, collège électoral chargé d'élire le président allemand, aura le choix en mars entre la militante anti-nazie Beate Klarsfeld et un ancien pasteur qui s'opposa au régime est-allemand, Joachim Gauck.

    Beate Klarsfeld, qui a 73 ans, a déclaré mercredi qu'elle ferait une adversaire de choix face à Joachim Gauck, qui est quasiment assuré de remporter le scrutin.

    L'assemblée fédérale est composée des députés du Bundestag, au nombre d'environ 600, et d'un nombre équivalent de représentants des 16 Länder d'Allemagne.

    L'élection du président visera à pourvoir le siège laissé vacant par la démission le 17 février de Christian Wulff, impliqué dans plusieurs scandales.

    "Lors de l'élection, les électeurs pourront choisir entre deux symboles: un homme qui a lutté pour les libertés civiques en Allemagne de l'Est, et une femme d'Allemagne de l'Ouest qui a passé sa vie à chasser les nazis afin qu'ils soient traduits en justice", a dit Beate Klarsfeld.

    "Je me suis toujours efforcée d'améliorer l'image catastrophique des Allemands à l'étranger", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse, au cours de laquelle elle s'est présentée comme une "bonne Allemande".

    Alice Baghdjian; Eric Faye pour le service français

    Yahoo!Actu - 29/02/12

  • Affaire Pulvar - Jean-Marie Le Pen porte plainte contre les provocateurs

    Posté par le 29 février 2012

     

    Jean-Marie Le Pen

    Communiqué de Jean-Marie Le Pen

    , Président d’Honneur du Front National, député français au Parlement européen

    Tout en déplorant que Monsieur Montebourg et Madame Pulvar feignent de croire que la grossière provocation qui les visait était d’origine Front National, Jean-Marie Le Pen, Président d’Honneur du Front National et parlementaire européen, a demandé à son avocat, Maître de Saint-Just, de porter plainte contre les provocateurs et ceux qui véhiculent les termes qui leur sont prêtés.

  • Victimes et procureurs

    Posté par le 29 février 2012

     

    Dernier billet du blog de Robert Ménard

    Qui ne condamnerait pas l’agression dont ont été victimes la journaliste Audrey Pulvar et son compagnon le député socialiste Arnaud Montebourg ? C’est inadmissible. Il faudrait mettre la main sur ces voyous et les sanctionner avec la plus extrême sévérité.

    Qu’ils aient proféré des propos antisémites aggravent encore leur cas. Personne ne peut rester insensible à ces actes odieux. Et, bien entendu, je veux ici dire toute ma sympathie à l’égard de ma consœur et de son ami.

    Mais quand Audrey Pulvar met en cause directement le Front national sous prétexte que ses agresseurs – « semble-t-il des personnes interdites de stade » précise-t-elle – ont hurlé des « Le Pen président », elle nous entraîne sur un autre terrain. Celui de la politique, de la politique partisane, de la politique politicienne.

    Lire la suite

  • Le FN porte plainte contre M. Montebourg

    Posté par le 29 février 2012

     

    Communiqué du Front National

    Marine Le Pen a demandé à l’avocat du Front National de déposer une plainte en diffamation contre Arnaud Montebourg.

    En effet les propos publics d’Arnaud Montebourg mettent en cause directement la responsabilité du Front National dans l’agression dont il a été victime : « ça témoigne d’un climat de libération d’une parole raciste et à connotation fascisante dans le parti de Mme Le Pen » (dépêche de l’AFP de 13h36) …« à l’évidence, c’était des militants politiques du Front National puisqu’ils criaient Bleu-Blanc-Rouge ! La France aux français ! Le Pen président ! » (Dépêche de l’AFP de 16h59).

    Les déclarations de M. Montebourg sont d’une mauvaise foi insigne. M. Montebourg ne possède aucune preuve de ses calomnies.
    Lui et ses amis exploitent éhontément l’incident dont il se plaint. Cela dans le but de tenter de contrer la très grande popularité de Marine Le Pen, popularité qui à l’évidence gêne un candidat socialiste terne et transparent.

  • Agression de Pulvar et Montebourg: le FN veut porter plainte contre le député socialiste

    sans-titre.png Montebourg agression.png

    (Cliquez sur la photo)

     

    Audrey Pulvar et son compagnon ont été victimes d'une agression mardi soir à . La journaliste et le député de Saône-et-Loire, qui sortaient d'un restaurant dans le XVIe arrondissement, affirment avoir été pris à partie par une quinzaine d'individus scandant des slogans favorables au Front national et des injures antisémites, à l’angle du boulevard Murat et de la rue Molitor.

    Un peu plus tôt, à 20 heures, un rassemblement d'environ 250 personnes avait lieu près du Parc des Princes pour rendre hommage à Yann Lorence, ancien habitué de la tribune Boulogne tué il y a deux ans avant une rencontre entre le PSG et l’OM. Selon certaines sources, les individus qui ont invectivé le couple sortaient de cette manifestation. Il s'agirait d'anciens abonnés de la tribune Boulogne, identifiés comme des sympathisants d'extrême droite, qui avaient été exclus sous l'ère Leproux.

    Marine Le Pen a dans un premier temps condamné l'agression avant d'accuser le couple de «provocation». En fin de journée, elle a demandé, selon un communiqué de son parti, «à l'avocat du Front National de déposer une plainte en diffamation contre Arnaud Montebourg».

    Le couple a déposé plainte

    Sur son compte Twitter, la présentatrice de France Inter raconte que ces jeunes gens, «en moyenne 23 ans», ont lancé plusieurs insultes antisémites et lepénistes, «la France aux Français et autres Le Pen président». Elle précise qu’ils ont jeté « des verres qui se sont brisés dans notre dos». «On sortait d'un resto ils étaient devant un bar», précise-t-elle, ajoutant que ces individus ont aussi scandé «juden, juden, juden !» (juifs en allemand) ou «Jean-Marie nous a donné la permission de minuit pour chasser les youpins de Paris». Une formule qui lui «a glacé le sang», souligne Audrey Pulvar ce matin sur Europe 1. Toujours accompagnée de son compagnon, elle s’est rendue au commissariat central du XVIe arrondissement. Le couple a déposé plainte.

    Marine Le Pen condamne «bien entendu»...

    Ce mercredi matin, Audrey Pulvar a demandé à Marine Le Pen, invitée de la matinale, de s'expliquer. Interrogée par Bruce Toussaint, la candidate du Front national a condamné l'agression commise «par l'extrême droite radicale». Mais aussitôt fustigé «les accusations très graves de Mme Pulvar». «S'il suffit d'aller agresser quelqu'un en criant : Le Pen président pour que je sois responsable, l'Etat de droit a reculé» en France, a ajouté la présidente du FN. «Vous ne pouvez pas considérer, avant même que la police ait fait son travail que ces gens sont des gens du Front national.» Elle demande à son tour à Audrey Pulvar de condamner «les violences» dont elle se dit victime. Marine Le Pen met en cause l'extrême gauche qui l'avait empêchée de tenir une conférence à Paris-Dauphine en décembre. «Tous les dimanches, tous les meetings sont attaqués par des membres de l'extrême gauche», accuse-t-elle. Quant aux «extrémistes» au sein du Front national, elle assure les avoir «mis à la porte».

    ... avant de dénoncer une «provocation»

    Un peu plus tard dans la journée, interrogée par la presse, la présidente du parti d'extrême droite a changé de ton. Elle dénonce une «provocation» destinée à «ternir sa campagne». A ses yeux, cette affaires «est utilisée de manière absolument scandaleuse et indigne par Mme Pulvar qui sort totalement de son rôle de journaliste, et son compagnon M. Montebourg». Tous deux, selon elle, «ont été informés par la police» qu'il s'agit d'«un groupe de supporters de foot probablement lié au PSG, dont on connaît la radicalité», qui «n'a strictement rien à voir avec le FN».
    Audrey Pulvar : «Aucune attaque raciste contre qui que ce soit n'est justifiable»

    «A l'évidence, c'était des militants politiques du Front national puisqu'ils criaient Bleu blanc rouge ! La France aux Français ! Le Pen président !», avait pour sa part réagi dans la matinée Arnaud Montebourg interrogé par l'AFP. «Une chose est sûre, les individus nous ont reconnus et nous ont nommés par notre nom pour nous insulter.» A ses yeux, «ça témoigne d'un climat de libération d'une parole raciste et à connotation fascisante dans le parti de Mme Le Pen».

    Des déclarations qui ont, selon son parti, poussé Marine Le Pen à demander «à l'avocat du Front National de déposer une plainte en diffamation contre Arnaud Montebourg». «En effet les propos publics d'Arnaud Montebourg mettent en cause directement la responsabilité du Front National dans l'agression dont il a été victime», assure le communiqué diffusé par le FN.

    Sur Twitter, Audrey Pulvar indiquait pour sa part : «Je ne sais pas si les personnes qui m'ont agressée font partie du FN, la police le dira.» «Je n'ai entendu que la fin de la réaction de Marine Le Pen qui condamne cette agression et me demande à mon tour de condamner les agressions dont elle est victime, ajoute-t-elle. Je ne souhaite pas polémiquer avec Mme Le Pen mais a-t-elle jamais été entourée de gens vociférant qui la traitaient de "juden" ou de "négresse" aux cris de Audrey présidente ? Suis-je à la tête d'1 parti politique prônant la France aux Français? Aucune attaque raciste contre qui que ce soit n'est justifiable, et les insultes ne le sont pas plus y compris envers Mme Le Pen mais peut-être pourrions nous éviter de tout mélanger ? Bonne journée à tous et restons vigilants. Racisme et antisémitisme s'affichent encore.»

    Condamnation unanime au PS

    A gauche, François Hollande dénonce une agression «inadmissible». Interrogé sur RTL, le candidat socialiste a exprimé sa solidarité envers le couple.

    Les réactions sur Twitter sont nombreuses. Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l'Assemblée, accuse : «ça prouve qu'il faut combattre sans relâche le FN qui tente d'avancer masqué, ce soir il montre son vrai visage.» «Solidarité totale avec A. Montebourg et A. Pulvar lâchement agressés. Le vrai visage hideux de l'extrême droite», renchérit le numéro deux du PS Harlem Désir, ancien président de SOS Racisme. «Solidarité et amitié pour Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg. Je condamne fermement ces actes ignobles. MA.», écrit Martine Aubry, Première secrétaire du PS.

    «#Pulvar #FN si les accusations sont avérées, suites d'une campagne caniveau et violente», dénonce pour sa part Corinne Lepage, candidate de Cap21.

    A droite, condamnation et critique sont associés via la réaction du conseiller national UMP Eric Normand :
    «Pulvar-Montebourg agressés à Paris c'est malheureux. Mais à force de stigmatiser les gens en les insultant ça arrive», écrit-il sur Twitter.

     

    LeParisien.fr                        

     

     

     

                            

     

  • La journaliste Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg accusent le FN de les avoir agressés !

    La journaliste Audrey Pulvar a relaté ce soir sur le réseau social Twitter avoir été prise à partie par une quinzaine d’individus, alors qu’elle se trouvait dans une rue du 16e arrondissement de Paris, avec son compagnon Arnaud Montebourg.

    Le 6-7 France Inter@67franceinter


    «Parmi les chants scandés sur notre passage : «Jean-Marie nous a donné la permission de minuit pour chasser les youpins de Paris", ou encore "juden, juden, juden!". Nous avons essuyé des jets de verres qui se sont brisés dans notre dos avant intervention de quelqu'un du personnel à moins que ce ne soit le chef de la meute ? Mme Le Pen cautionnez-vous ?», a demandé la journaliste.

    Jean Marc Ayrault a aussitôt réagi, tweetant : «Ca prouve qu'il faut combattre sans relâche le FN qui tente d'avancer masqué, ce soir il montre son vrai visage».

    @jeanmarcayrault

  • L'Amérique aux premiers Européens

     

    clovis
     
     
     

    28/02/2012 – 14h00
    WASHINGTON (NOVOpress) –
    Une ère de terreur intellectuelle vient de prendre fin aux États-Unis. Dans un article publié par l’Independent, le journaliste David Keys rapporte la découverte de plusieurs outils préhistoriques de facture européenne sur la côte Est du continent nord-américain. Ces objets ont été retrouvés à six endroits différents et seraient âgés de 19000 à 26000 ans.

    Depuis quelques décennies, des indices pointaient à l’existence d’humains en provenance d’Europe, notamment des traces de foyers dans des grottes ou des artefacts isolés trouvés fortuitement dont l’origine ne pouvait être garantie scientifiquement.
    Toutefois, toute hypothèse envisageant la venue d’Européens sur le sol américain était combattue avec férocité par les tenants d’une préhistoire « politiquement correcte » qui ne voulait accepter qu’une seule colonisation humaine : celles des Amérindiens et refusait donc toute autre explication au peuplement du continent que celle arrivée de Sibérie et dont les traces les plus anciennes se trouvaient sur le site de Clovis dans l’État du Nouveau-Mexique.
    Les préhistoriens cherchant d’autres théories se voyaient ostracisés, marginalisés et accusés de racisme ou de suprématisme blanc. Comme on peut s’y attendre de la part d’un journaliste de gauche, David Keys ne souffle mot de cette cuisante défaite du camp de la haine de soi aux États-Unis.
    Selon une analyse fine des marqueurs génétiques permet d’envisager que ces populations venues d’Europe se sont mélangées avec celles bien plus nombreuses originaires d’Asie par la suite.

    Pour en savoir plus :
    Across Atlantic Ice: The Origin of America’s Clovis Culture”
    de Dennis J. Stanford

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine
  • Hollande tente de convaincre BHL autour d'un repas gastronomique à 262 € par personne

     sans-titre.png resto Hollande.png

     

    Le fameux épisode de Sarkozy au Fouquet's le soir de son élection est l'un des hauts arguments de la campagne socialiste de 2012. Pourtant, plusieurs médias ont fait état d'une indiscrétion qui aurait pu amener François Hollande à donner raison à Christian Estrosi, qui traitait l'établissement des Champs Elysées de "brasserie populaire".

    Le candidat socialiste a en effet déjeuné, le 31 janvier dernier avec le philosophe-star des médias Bernard-Henry Lévy, dans le très prestigieux restaurant gastronomique "Le Laurent", près des Champs. Objectif de la rencontre : ramener la brebis égarée BHL dans le camp socialiste, après qu'elle se soit un temps perdue dans les pâturages sarkozystes.

    Une salade à 140 €

    Mais voilà : avec son menu unique à 165 €, "Le Laurent" fait partir de ces établissements dont la carte devient rapidement hors de prix (voir le menu en PDF). Malgré un menu léger pour Hollande et BHL, la note n'en est pas pourtant pas moins lourde pour la carte bleue… et l'image du candidat PS. Selon le site 24heuresactu, les deux convives dégustèrent en entrée une salade de mâche aux truffes pour 140 €, suivie d'un carré et selle d'agneau à 92 €, avant de clore leur repas sur un ananas rôti à 30 €.

    Soit une modeste note de 262 € par personne. Une note largement supérieure à celle du Fouquet's, dont le menu complet est facturé aux alentours de 130 € !

    Midi Libre- 28/02/12

  • Montpellier - Le tueur présumé de la jeune buraliste nie et veut être remis en liberté

    Le mis en examen, que tout accable, est revenu sur ses aveux et il conteste toute implication.

    Le mis en examen, que tout accable, est revenu sur ses aveux et il conteste toute implication. (PIXGEN MICHEL PIEYRE)

    La chambre de l’instruction de Montpellier a étudié ce matin la demande de remise en liberté d’Ayoub Bouromane. Ce jeune individu est incarcéré pour le meurtre de Ludmilla, une jeune buraliste de 22 ans, à Montpellier, le 10 août 2008, tuée de huit coups de couteau alors qu’une étiquette avait été collée sur sa bouche par le meurtrier. Le mis en examen, que tout accable, est revenu sur ses aveux et il conteste toute implication.

    Il avait reconnu en garde à vue avoir voulu braquer le tabac, puis s’en être pris à la victime lorsque celle-ci avait crié. Mais il est aussi mis en cause par l’ADN : sa casquette et ses lunettes avaient été retrouvés à côté du tabac et sa trace génétique a également été localisée sur l’étiquette retrouvée sur la jeune fille. Le parquet général s’est fermement opposé à sa remise en liberté. La décision sera rendue le 8 mars.

    Midi Libre - 28/02/12

  • Vouloir rendre la France aux Français, ce crime impardonnable...

    A en croire la quasi totalité des médias –milieu il est vrai extrêmement auto-référencé et formaté- Marine Le Pen aurait « mangé son pain blanc » et serait définitivement hors-jeu du second tour. Une ligne éditoriale que l’on retrouve à des degrés divers dans tous les articles et commentaires qui ont fleuri au lendemain du passage de la candidate de l’opposition nationale sur France 2 dans l’émission de David Pujadas, « Des paroles et des actes ». M. Lenglet aurait fait justice de son programme économique, M. Mélenchon aurait remporté une victoire psychologique en la forçant au silence, vision que des enquêtes en ligne bidonnées ont tenté de conforter dans l’opinion. Quant aux « grands » sondages, dont nous avons dit récemment les manipulations dont ils peuvent faire l’objet –voir notre article en date du 22 février- ils écartent désormais franchement la possibilité d’un « 21 avril à l’envers ».

    Le dernier en date Ipsos-Logica Business Consulting, pour France télévisions, Radio France et Le Monde, enregistre pour la première fois un écart de onze points au premier tour entre Nicolas Sarkozy (27%) et Marine Le Pen (16 %). Les commentateurs sont là aussi tous sur la même longueur d’onde pour asséner que la campagne s’est bipolarisée autour du duel annoncé Hollande-Sarkozy qui cristalliserait le vote utile. Bref tout est fait pour accréditer l’idée que la messe est dite, mais cette insistance même à le prouver est bien la preuve d’une réelle fébrilité.

    Elle révèle que les craintes du Système n’ont pas disparu devant les capacités de réactions d’un peuple français qui a souvent déjoué les pronostics de ceux qui entendaient l’emmener là où il ne voulait pas. François Bayrou citait d’ailleurs à bon escient dimanche cet autre sondage qui indiquait que 70% de nos compatriotes estimaient que l’on parlait trop dans cette campagne du couple Sarkozy-Hollande

    Alors chacun y va de son crachat au visage du Front National et de ses électeurs. Le Parti socialiste vient de sortir une énième brochure à couverture noire qui affirme que le FN porte en lui la « ségrégation et la violence », et qui commente son projet « de faillite pour la France et de ruine pour les Français ».

    Claude Guéant a confirmé hier lors d’un déplacement auprès des journalistes les propos qu’il avait tenu la veille sur l’antenne de Radio J sous entendant une proximité entre le FN et le national-socialisme hitlérien –voir notre article publié hier. Si le ministre de l’Intérieur a été incapable de juguler l’explosion de la délinquance et reste le complice de la politique d’immigration massive, il a encore affirmé que le programme de Marine sur ce dernier point est « irréaliste » (sic)

    Ami du couple Sarkozy, Président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), le franco-israélien Arno Klarsfeld a également dégainé contre les patriotes français. Cet ancien garde-frontière de Tsahal en Cisjordanie et militant antinational de longue date, a apporté son soutien à M. Guéant en maniant une rhétorique assez similaire à celle utilisée dernièrement par Guillaume Erner sur le site du Huffington Post de Anne Sinclair.

    Réservant apparemment son patriotisme pour d’autres latitudes, Arno Klarsfeld a manié les formules anxiogènes dont sont friands ses amis du microcosme en affirmant que « le programme politique de Marine Le Pen est nationaliste parce qu’il incarne le retour au nationalisme chauvin qui a vu s’ériger 37 000 monuments aux morts dans 37 000 communes de France, et son programme idéologique, c’est la réhabilitation de Pétain, l’abrogation des lois mémorielles et un big-bang de discours racistes, xénophobes et antisémites ».

    Si M. Klarsfeld pense réellement cela du projet de Marine, on frémit à l’idée des jugements apocalyptiques qui doivent être les siens à la lecture de celui des ultra « chauvins », « racistes », « xénophobes » et « anti-arabes » du Likoud et de ses partenaires gouvernementaux ! Comme nous le notions déjà, vérité en deçà du Jourdain, erreur au-delà ?

    A dire vrai, souligne Bruno Gollnisch, ni M Guéant, ni M. Klarsfeld, ni aucune des figures de la caste politico-médiatique ne sont vraiment fondés à donner des leçons de maintien au seul Mouvement politique qui désire rendre la France aux Français et qui défend les Français d’abord. La violence des attaques que nous subissons est encore une fois à la hauteur des défis cruciaux qui se posent à notre peuple et de la crainte du lobby mondialiste de voir celui-ci enfin secouer ses chaînes.

    Blog de Bruno Gollnisch - 28/02/12

  • L'Irlande va organiser un référendum sur le Pacte budgétaire européen

    sans-titre.png Enda Kenny.png

    Enda Kenny, le Premier ministre irlandais

    Un référendum va être organisé dans les prochaines semaines. Un refus des Irlandais serait lourd de conséquences pour le pays.

    Le premier ministre irlandais l'a annoncé mardi: le pacte budgétaire européen doit être ratifié par référendum. L'attorney général, qui conseille le gouvernement sur les problèmes constitutionnels, «a décidé d'organiser un référendum sur cette question, au cours duquel il sera demandé au peuple irlandais d'autoriser la ratification de ce traité», a déclaré le premier ministre Enda Kenny. Ce vote pourrait avoir lieu dans les prochaines semaines, a-t-il annoncé devant le Parlement.

    En acceptant la voie du référendum, le gouvernement de centre-gauche prend le risque, comme lors des précédents référendums de 2001 et 2008, qu'il soit rejeté par les électeurs. Le pays se trouve en effet dans une situation très délicate depuis l'éclatement de la crise financière en 2008. En 2010, l'explosion du chômage et du montant de la dette avait poussé l'Irlande à avoir recours à un prêt de 85 milliards d'euros de l'Union européenne et du FMI.

    Enda Kenny, au pouvoir depuis mars 2011, se veut confiant sur le choix des Irlandais: «Je pense que lorsqu'on aura expliqué au peuple irlandais l'importance et les bienfaits du pacte, ils voteront massivement “oui” afin de permettre la stabilité et le rétablissement de l'économie». Un avis que ne partagent pas les observateurs: selon le quotidien britannique The Guardian , beaucoup d'hommes politiques irlandais craignent que les électeurs utilisent le référendum comme moyen de manifester leur mécontentement envers la coalition gouvernementale, qui mène une politique d'austérité drastique. Selon un sondage de fin janvier, près des trois quarts des Irlandais souhaitaient une consultation populaire sur le pacte. Sur le fonds, les avis étaient serrés: 40% avaient affirmé qu'ils voteraient pour, 36% contre, 24% se disaient indécis, selon une enquête du Sunday Business Post/Red C.

    Un «non» aurait des conséquences

    Le pacte budgétaire, instauré dans le cadre du Mécanisme européen de stabilité (MES), prévoit notamment la mise en place de la «règle d'or» pour freiner les déficits. Ce pacte, qui rentrera en vigueur dès que 12 pays l'auront ratifié, sera contraignant, avec des sanctions automatiques pour les pays ne le respectant pas. Si l'Irlande ne le ratifie pas, elle ne sera pas soumise à ses règles, mais elle s'exclura de fait du MES et ne pourra pas bénéficier de son aide financière. Ce serait dangereux pour le pays, soulignent des analystes: «Il est probable que l'Irlande aura besoin de plus de fonds dans les années à venir», explique Dermot O'Leary, économiste à Goodbody Stockbrokers. Conscients des risques d'un refus, l'opposition de centre-droit Fianna Fail a décidé de faire campagne au côté de la coalition gouvernementale pour convaincre les 4,5 millions d'Irlandais de ratifier le pacte.

    LIRE AUSSI:

    » Vingt-cinq pays européens signent le pacte budgétaire

    » Le pacte budgétaire européen que voulait Berlin

     

    Le Figaro - 28/02/12

  • Vladimir Poutine et l'évolution du monde

    sans-titre.png Poutine.png*

    Par Vladimir Poutine pour les Nouvelles de Moscou et RIA Novosti

    Dans mes articles, j’ai déjà abordé les principaux défis extérieurs auxquels la Russie est confrontée à l’heure actuelle. Cependant, ce thème mérite d’être discuté plus en détails, et pas seulement parce que la politique extérieure fait partie intégrante de toute stratégie nationale. Les défis extérieurs et l’évolution du monde qui nous entoure nous poussent à prendre des décisions d’ordre économique, culturelle, budgétaire et d’investissements.

    La Russie fait partie d’un grand monde, aussi bien du point de vue de l’économie et de la diffusion de l’information que de la culture. Nous ne pouvons pas et ne voulons pas nous isoler. Nous espérons que notre ouverture permettra d’améliorer le bien-être et la culture des citoyens russes et de renforcer la confiance, qui devient une ressource rare.

    Mais nous prendrons systématiquement appui sur nos intérêts propres et nos objectifs, et non pas sur des décisions dictées par un tiers. La Russie n’est respectée et prise au sérieux que lorsqu’elle est forte et qu’elle se tient fermement campée sur ses positions. La Russie a pratiquement toujours eu le privilège de pouvoir mener une politique étrangère indépendante. Et ce sera le cas également à l’avenir. Qui plus est, je suis convaincu qu’il n’est possible d’assurer la sécurité dans le monde qu’avec la Russie, et non pas en s’efforçant de l’évincer, d’affaiblir ses positions géopolitiques et sa capacité de se défendre.

    Les objectifs de notre politique étrangère revêtent un caractère stratégique, non conjoncturel, et reflètent la place exclusive de la Russie sur la carte politique mondiale, son rôle dans l’histoire et dans l’évolution de la civilisation.

    Nous poursuivrons, évidemment, une politique proactive et constructive, visant à renforcer la sécurité globale, à renoncer à la confrontation, à réagir efficacement aux défis tels que la prolifération des armes nucléaires, les conflits régionaux et les crises, le terrorisme et le trafic de drogue. Nous ferons tout pour que la Russie dispose des derniers acquis du progrès scientifique et technologique, et pour assurer à nos entreprises une place importante sur le marché mondial.

    Nous ferons tout pour que la mise en œuvre du nouvel ordre mondial, basé sur les réalités géopolitiques contemporaines, se déroule de manière progressive, sans perturbations inutiles.

    Lire la suite de cet article »