Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2011

Belgique: ouverture d'un tribunal islamique à Anvers

Sharia4Bel_gr_jpg_crop_display.jpg

Le leader de Sharia4Belgium

L’organisation islamiste Sharia4Belgium est à l’initiative de l’ouverture, à Anvers, d’un « tribunal » chargé de régler, selon la justice islamique, des différends matrimoniaux et des questions d’héritage, rapporte samedi Het Laatste Nieuws samedi.
Selon son site internet, ce « Centre de Services Islamiques » traitera, en accord avec la charia, tous les cas de divorces, d’annulation de mariage, de réconciliation ou de différends conjugaux et remettra un certificat si nécessaire ».

 L’échevine anversoise de la diversité, Monica De Cononck (sp.a), dont les services tiennent à l’œil Sharia4Belgium, estime que l’initiative n’est pas une mauvaise chose si elle se limite à de la médiation. Il n’est pas question, précise-t-elle, d’un tribunal prononçant et exécutant des peines.

Source : Rtl.be

Défrancisation

 

20:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Les Identitaires niçois commémorent la bataille de Lépante

commemoration-lepante-500x250.jpg

(Cliquez sur la photo)

06/10/2011 – 18h30
NICE (NOVOpress) –
Il y a 440 ans, au large de la Grèce, 200 navires de la flotte européenne coalisée – rassemblée à l’appel du pape Pie V – de la Sainte Ligue affrontaient 300 galères de la flotte ottomane au large de Lépante. Cette victoire aura un retentissement dans l’Europe entière, marquant un coup d’arrêt à l’expansionnisme musulman dont les Turcs ottomans étaient alors les fers de lance.

Nissa Rebela a décidé de commémorer cette victoire. Et comme le mouvement le rappelle dans un communiqué : « Trois décennies plus tard, la bataille de Lépante fait évidemment écho au siège de Nice, d’autant plus que c’est un Niçois – André Provana de Leyni – qui commandait les galères envoyées par la Savoie lors de ce véritable choc des civilisations. »

Deux événements auront lieu pour cette commémoration. Tout d’abord, vendredi 7 octobre, un rassemblement est organisé à 19h30 place Sasserno. Aux couleurs de Nice, dela Savoie et de l’Europe.

Le lendemain, samedi 8 octobre, aura lieu une conférence à Lou Bastioun, pour présenter le deuxième livre des éditions IDées, consacré justement à Lépante. Et ce en présence de plusieurs auteurs de ce livre : Jean-David Cattin, Mario Borghezio, Benoît Loeuillet et Philippe Vardon. A partir de 16h30.

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

20:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Violents affrontements à Mayotte (06/10/11)

20:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires lus sur Youtube à propos de Michel Neyret

Mais que fait le CRIF, la LICRA et toute la communauté juive de france face à ces accusations mensongères vis-à-vis de Michel Neyret ???? Que fait Sarkozy pour sanctionner ce juge d'instruction pour acte Antisémitisme ????

 Ces ATTAQUES relèvent d'une HAINE ANTISEMITE VIRULENTE ET IGNOBLE vis-à-vis de Michel Neyret. On est sur le chemin d'un NOUVEL SHOAH!!. Je suis effrondrée et condamne ces Actes ANTISEMITES envers Michel Neyret !!!
 
feujshoah il y a 3 jours

19:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

SNCF: de fortes perturbations en vue après l'agression d'un contrôleur

Les contrôleurs réagissent après l'agression d'un des leurs, dans un Corail Lyon-Strasbourg.

La réaction des contrôleurs de la SNCF ne s'est pas faite attendre. Suite à l'agression, jeudi matin, d'un de leurs confrères sur un train Corail sur la ligne Lyon-Strasbourg, la SNCF accuse de "fortes perturbations", annonce-t-elle via un communiqué. Sur le site infoligne.com, un bandeau invite les voyageurs à "reporter leurs voyages".

Les comptes Twitter de la SNCF prévienne également les usagers des retards potentiels. Selon le compte Twitter IDTGV, "suite à la violente agression d'un contrôleur, l'ensemble des personnels de bord suspendu son activité. Plus aucun train ne circule". Sur le compte Voyage-sncf.com, un message indique : "le trafic est très perturbé, consultez www.infolignes.com"

"Suite à cette agression très violente dont a été victime un de leur collègue ce matin, de nombreux contrôleurs SNCF ont arrêté spontanément le travail. Ce "dépôt de sac" va provoquer une réduction significative des services assurés aujourd'hui et donc de très fortes perturbations du trafic", indique un communiqué de la SNCF.

Cette mesure s'inscrit dans une procédure légale qui permet à tout salarié d'abandonner son poste de travail lorsqu'il se considère en danger. Il ne s'agit donc en aucun d'une grève mais d'un retrait de dépôt.

100% des contrôleurs mobilisés en région PACA

Pour l'heure, l'ampleur des perturbations est difficile à mesurer mais elles concerneraient l'ensemble du territoire, soit 11.000 contrôleurs. "L'émotion est très forte et donc le mouvement est général", a expliqué un porte-parole du groupe.

"Nous sommes actuellement en train de faire le point dans toutes les régions sur les perturbations", a-t-il ajouté. Signe que le trafic est fortement perturbé, le site de renseignements de la SNCF, "Gares en mouvement" indique que les horaires sont temporairement indisponibles.

Le point sur la situation, région par région :

>> Paca : 630 contrôleurs exercent leur droit de retrait en région. Le mouvement serait particulièrement suivi en région PACA, où 100% des contrôleurs, soit 630 personnes, exerçaient, depuis 15h00, leur droit de retrait à l'appel des syndicats CGT, UNSA et SUD-Rail. De fait, la plupart des liaisons ferroviaires de la région Paca ont été annulées depuis quelques heures, indique La Provence. "On essaie de donner la priorité aux TER, afin que les usagers qui sont venus travailler à Marseille puissent rentrer chez eux, en faisant partir un train par heure et par axe important", a-t-on affirmé à la direction régionale de la SNCF. Selon des informations d'Europe 1, les TER, et les TGV en direction de Lyon, Paris ou Lille, sont concernés par les perturbations.

>> Alsace : un train sur deux en moyenne dans la capitale. "Suite à la vive émotion suscitée par une grave agression, d'importantes perturbations sont probables dans notre région", indique le site TerAlsace.

>> Rhône-Alpes : des perturbations qui s'amplifient. "Sous le choc émotionnel, les agents ne se présentent pas aux trains, ils ne souhaitent pas reprendre le travail", a dit une porte-parole de la SNCF locale. Selon des informations d'Europe1, 100 % des contrôleurs dans la région ont déposé leur droit de retrait. Des retards ont été enregistrés sur la plupart des lignes TER et TGV de la région, et la SNCF prévoyait des annulations de trains. Quelque 51.000 textos ont été envoyés aux clients rhônalpins pour les avertir.

>> Nord-Pas-de-Calais et Midi-Pyrénées : 100 % des contrôleurs mobilisés. D'après les informations d'Europe 1, la quasi-totalité des contrôleurs de ces deux régions ont déposé leur droit de retrait.

>> Aquitaine-Poitou-Charentes : 150 contrôleurs SNCF ont fait valoir leur droit de retrait. "100% des contrôleurs qui devaient prendre leur service à partir de 15h00" ont exercé leur droit de retrait ainsi que "certains contrôleurs qui avaient déjà pris leur service", a indiqué Samuel Champmartin, responsable CGT Contrôleurs pour la région SNCF. L'impact de ce mouvement sur la trafic est jugé "très conséquent" par cette même source. Certains trains peuvent toutefois circuler sans contrôleurs, par exemple sur la ligne Bordeaux-Arcachon, a-t-il expliqué.

>> La Bretagne plus ou moins épargnée par le mouvement. La direction régionale précise que, peu avant 18 h, il n'y a pas de perturbation en Bretagne, rapporte Le Télégramme. "Les TER circulent normalement", assure la direction régionale. De même, tous les TGV, au départ de Paris et en provenance de Bretagne, devraient être assurés.

"Un acte odieux"

Le contrôleur agressé, âgé de 54 ans, a été poignardé à huit reprises par un passager. Il a été touché à la tête, à l'abdomen, au flanc et au bras. "Son état de santé s'est sérieusement aggravé. Il se trouve entre la vie et la mort", a déclaré une porte-parole de la SNCF.

Guillaume Pépy, le président de la SNCF, tiendra un point presse à 17 heures à Besançon, dans le Doubs, où la victime a été hospitalisée.

Le président de la SNCF condamne dans un communiqué "cet acte odieux et exprime son indignation face à cette grave agression". Même réaction indignée de la part des ministres de l'Écologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet et Thierry Mariani, qui ont apporté "tout leur soutien aux agents de la SNCF dans l'exercice de leurs missions"...

Europe1 - 06/10/11

18:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Emeutes à Mayotte !

 

A peine devenu le 101e département français le 31 mars 2011, l’île de Mayotte est confrontée, depuis plus d’une semaine, à une situation alarmante sur fond de revendications sociales. Profitant d’un inquiétant silence médiatique de la presse nationale sur cette situation, le gouvernement Sarkozy tente d’étouffer l’affaire. Le ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, a une nouvelle fois lancé un appel au calme et a exhorté chacun à faire preuve de responsabilité, sans avancer de propositions pour sortir de la crise.

« Le droit de manifester ne doit pas être détourné au travers de débordements et de violences inacceptables », a-t-elle affirmé dans un communiqué au moment où quelques 300 et 600 Mahorais prenaient d’assaut les rues de Mamoudzou. « Beaucoup de barrages, beaucoup de blocages, mais aussi des débordements et dérapages en différents points de l’île », rapporte La Lettre de Malango. « Ce sont surtout des jeunes qui bloquent les rues notamment à Chirongui, au carrefour de Dapani, à Malamani, à Koungou ou à Vahibé… mais également en Petite-Terre, rendant quasi impossible l’accès à l’aéroport », d’après le quotidien mahorais.

Cette grève illimitée, commencée le 27 septembre, tourne à l’émeute généralisée. Le préfet Thomas Degos nommé récemment semble totalement débordé… Alors que les négociations sur le coût de la vie traînent en longueur, il a dû faire appel à plusieurs

escadrons de gendarmes mobiles appuyés par des blindés pour tenter de calmer les émeutiers. Le département est totalement paralysé, avec supermarchés et stations d’essence sans possibilité de ravitaillement. Des renforts de gendarmes en provenance de l’ïle de la Réunion ont été envoyés à Mayotte.

Pour l’heure, personne n’est capable de chiffrer ce que tout cela va encore nous coûter !

Sources : ici et ici

 

18:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un contrôleur poignardé dans le Corail Lyon-Strasbourg

train-corail-maxppp-930620_scalewidth_630.jpg

INFO E1 - Un passager du Lyon-Strasbourg l'a agressé jeudi. Il est entre la vie et la mort.

Un contrôleur de la SNCF a été victime d'une agression extrêmement violente jeudi matin à bord d’un train Corail Lyon-Strasbourg, selon les informations recueillies par Europe 1. Vers 10h30, un passager lui a asséné huit coups de couteau. Le contrôleur, âgé de 54 ans, a été touché à la tête, à l'abdomen, au flanc et au bras. Il a été héliporté à l'hôpital de Besançon où il est entre la vie et la mort.

Selon les premiers éléments recueillis par Europe 1 auprès de la SNCF, un client déséquilibré aurait d'abord pris à partie de façon agressive d'autres voyageurs. Les agents de la SNCF présents à bord seraient allés chercher du renfort. A leur retour, l'homme s'était tailladé les bras. Un des contrôleurs se serait alors interposé et aurait été touché à cette occasion.

Dans un premier temps, le colonel Guillaume Grimaux, commandant du groupement de gendarmerie du Doubs, avait parlé d'un contrôle de billets qui aurait dégénéré.

Le suspect a pu être interpellé

L’auteur présumé des coups de couteau, âgé d"une vingtaine d'années, a été maîtrisé à bord du train par d’autres contrôleurs, en attendant l’arrivée des gendarmes qui l’ont interpellé. Il a finalement été placé en garde à vue.

Le train a été un temps immobilisé en gare de Clerval, dans le Doubs. Les 300 passagers qui se trouvaient à bord du train ont été acheminés vers leurs destinations finales par d'autres moyens. Une cellule psychologique a été mise en place.

Pépy exprime son "indignation"

Guillaume Pépy, le président de la SNCF, a condamné "cet acte odieux". Il a exprimé dans un communiqué son "indignation face à cette grave agression" et a fait par à la famille du contrôleur de "sa profonde émotion" et de la "solidarité de l'ensemble des cheminots".

06/10/11

18:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Les "méthodes" de Neyret super-flic

sipa_00625764_000002.jpg Neyret drogue.jpg

(Cliquez sur la photo)

Les informations tombent au compte-goutte. Mais de fil en aiguille, d'auditions en auditions, la personnalité et la manière de procédé du commissaire Neyret se précisent. Notamment dans la manière dont ce « super-flic » récompensait ses différents indicateurs.  En effet, au cours de leur garde à vue dans les locaux de la police des polices (IGS), plusieurs fonctionnaires, placés sous les ordres du directeur-adjoint de la police judicaire de Lyon, ont précisé avoir été « mis sous pression » par ce dernier. C'est en tout cas ce que révèlent les différents écoutes au sujet de cet homme, incarcéré depuis quatre jours pour corruption et trafic de stupéfiants, et mises en ligne par Le Parisien.

« La pression n’était pas sur une affaire. La pression réside dans le fait que vous êtes avec lui ou pas. Si vous n’êtes pas avec lui, vous êtes mis à l’index » explique un des enquêteurs auditionnés. A en croire celui-ci, le commissaire Neyret usait donc d'une pression psychologique pour se faire respecter. Ainsi, les policiers de sa direction étaient classés selon leur adhésion ou non au numéro 2 de la PJ et ses pratiques. Les différentes catégories se divisaient entre « conciliants », « moins conciliants » ou « psychorigides ».

Des trafics récents

Mais les révélations vont plus loin. Plusieurs policiers ont aussi ajouté avoir été sollicités par leur chef, à plusieurs reprises au début de l’année 2010, pour « récupérer de la drogue » saisie lors d’une affaire avant sa destruction. Et la dernière en date est très récente. En effet, les écoutes font état d'une demande au mois d'août de cette année après la saisie de 100 kilos de résine de cannabis. Michel Neyret indiquant à ses troupes qu'il fallait  « se servir ». Cependant ses ordres n’auraient pas été respectés.

« Sur ces mêmes écoutes, Michel Neyret explique ouvertement au chef de l’antenne de la PJ de Grenoble que l’opération consiste à récupèrer la marchandise avant sa destruction et qu’il pratique déjà de la sorte avec quelques fonctionnaires de la BRI de Lyon et un ou deux chefs de groupe des Stups » explique une source proche de l’affaire au Parisien. La femme du commissaire aurait elle aussi « balancé » sur son mari en disant que celui-ci « a donné des kilos de merde à un copain à Vienne (Isère) et que ce dernier les a revendus ». Même si certaines personnes, comme Olivier Marchal, le soutiennent toujours et expliquent que ce genre de méthodes est normal au sein de la police. Toutes ces informations ne font qu'assombrir le tableau pour Michel Neyret. Reste à  savoir ce que va en penser la justice.

06/10/11

18:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Espagne: la duchesse d'Albe se remarie à 85 ans

sipa-ap-408081-jpg_269409.jpg duchesse albe.jpg

(Cliquez sur la photo)

http://fr.euronews.net/2011/10/05/troisieme-mariage-pour-...

+ VIDEO

euronews - 05/10/11

02:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Qui est-ce ? n° 46

n° 46.jpg

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les Suédois appellent au boycott universitaire d'Israël

Plus de 200 étudiants, professeurs et chargés de cours à travers la Suède ont signé un appel à l’expansion du boycott universitaire.
Ils demandent aux universités suédoises de ne participer à aucune coopération universitaire avec des établissements d’enseignement israéliens. Ils ont également appelé le gouvernement suédois à "agir vers l’arrêt du soutien de la recherche de l’Union européenne à Israël."
L’appel public au boycott, initié par le groupe d’action pour le boycott d’Israël à l’Institut Royal de Technologie (KTH) de Stockholm, suit des campagnes similaires de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) dans toute l’Europe et le monde entier - y compris l’engagement récent de syndicats d’étudiants de Londres à soutenir le boycott, ainsi que les initiatives du milieu universitaire à l’échelle nationale en Afrique du Sud après que l’Université de Johannesburg a rompu ses liens avec l’Université Ben Gourion en Mars.
L’appel du groupe d’action ajoute : "Le boycott ne vise pas des individus mais des institutions. Jusqu’ici, aucune institution universitaire israélienne s’est dissociée de la politique d’apartheid d’Israël ou de la discrimination des Palestiniens en Israël.

 Par conséquent, toute collaboration avec des institutions universitaires israéliennes doit être arrêtée, disent les signataires. Le groupe d’action exige que KTH annule son accord en cours avec Technion, la première université israélienne de haute technologie.

 
 Technion collabore de près avec les forces militaires israéliennes. À titre d’exemple, il peut être mentionné que Technion développe de nouveaux types de drones pour la destruction de maisons palestiniennes... Les chercheurs du Technion agissent en tant que conseillers auprès des militaires israéliens et l’université collabore étroitement avec Elbit, le plus grand producteur d’armes d’Israël."
 
 
Al Manar
ALTER INFO - 05/10/11

 

01:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un scandale: la levée de l'immunité parlementaire de Bruno Gollnisch confirmée par le CJUE

untitled.jpg

Le 10 mai dernier, par 511 voix sur 632, les parlementaires européens réunies en session plénière à Strasbourg, avaient  approuvé la levée d’immunité parlementaire de Bruno Gollnisch. Et ce au nom d’une plainte pour « incitation à la haine raciale » déposée par « une organisation stipendiaire dont l’action s’exerce à l’encontre de la liberté d’expression », à  savoir  la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), officine proche de   l’UMP et dirigée  par Alain Jakubowicz.

 Etait  visée ici la teneur d’un communiqué du groupe FN au Conseil régional de Rhône-Alpes publié en octobre 2008 sur son site web. Texte que Bruno Gollnisch n’avait d’ailleurs pas rédigé mais dont il est tenu responsable en tant que président de ce groupe politique… Le site Lex times.fr rapportait hier que « l’immunité européenne de Bruno Gollnisch est pour le moment levée. L’eurodéputé français membre du Front National n’a plus le choix, il va devoir répondre à la justice.

 Il a tenté de se protéger à travers un recours en urgence devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), qui a échoué vendredi dernier. »

« En juillet dernier, l’eurodéputé (avait) introduit un double recours devant la Cour de justice de l’union européenne. Il (demandait) d’une part l’annulation de la décision du Parlement, avec en réparation 8 000 euros pour préjudice moral et 4 000 euros pour les dépens. Il (faisait) d’autre part la même demande en référé, sollicitant le sursis à l’exécution de la décision attaquée. » C’est ce double recours qui a été rejeté rapporte ce site.

Déjà en mai, à l’issue du vote de « ses collègues »,  Bruno Gollnisch  déclarait avoir « la certitude d’être visé par un Parlement minable composé majoritairement de minables ». « Ce Parlement est tout sauf un Parlement. On n’y parle pas, on n’a pas la possibilité d’y débattre. Au-delà de ma personne, j’ai honte pour notre institution. Elle est engluée dans le politiquement correct. Ce Parlement maintient l’immunité de députés de gauche ou de la majorité même quand il s’agit de forbans, bandits et autres crapules. Et il ne protège pas l’expression d’un parlementaire que ses adversaires politiques au pouvoir, donc contrôlant le Parquet et certaines associations, attaquent. »

« Vous défendez les droits de l’homme au Guatemala, en Indonésie, partout dans le monde où vous n’avez aucune compétence », affirmait-il encore  à l’adresse de la majorité des parlementaires. « Mais vous n’êtes pas capables de défendre les droits d’un de vos membres ! »

Marine Le Pen, avait  jugé alors  « scandaleuse » cette levée de l’immunité parlementaire de Bruno Gollnisch, éminemment contestable » de ne « pas protéger la liberté de parole d’un parlementaire contre les poursuites qui sont très souvent engagées, soit par des organismes qui sont des adversaires politiques, soit par un parquet dont on peut également douter de l’indépendance. » Or, « la seule liberté d’un député, c’est sa liberté de parole » indiquait la présidente du FN.

Lors de la conférence de presse qu’il avait tenu à Strasbourg le 11 maiBruno Gollnisch avait relevé que ce harcèlement judicaire  est bien évidemment à géométrie variable,  rappelant le cas d’un député appartenant au groupe du PPE, M. Brok, poursuivi en Allemagne pour fraude fiscale, mais dont l’ immunité a été maintenue. Bref « si vous appartenez au courant dominant vous êtes protégés… et matraqués si vous êtes dans le camp des pestiférés, du politiquement incorrect… »

Evoquant les termes même de ce fameux  communiqué du groupe FN Rhône-alpin d’octobre 2008, et qui dénonçait notamment «l’invasion de notre patrie et la destruction de notre culture et de nos valeurs», le député européen avait  précisé que même si ce texte ne fut pas rédigé par ses soins, les propos « litigieux » relevaient bien de son «expression politique.»

«On a le droit de critiquer l’islam dans ses manifestations agressives», «le droit d’exercer une critique aussi bien à l’encontre des voyous ou des bandes ethniques qui sévissent dans notre pays, que je ne confonds pas avec l’ensemble des musulmans de France.»

Bruno Gollnisch pointait  encore en juin dernier  la relaxe par les autorités judiciaires néerlandaises, « au nom de la liberté d’expression »,  de  Gert Wilders, « homme politique néerlandais poursuivi pour avoir critiqué l’islam en comparant le Coran à « Mein Kampf ». Une décision constituant un « camouflet pour la majorité du Parlement Européen » sous l’emprise de la police de la pensée, sachant que le communiqué  imputé  à Bruno Gollnisch  « ne confondait pas tous les
musulmans dans les mêmes pratiques » et « était beaucoup plus modéré que les propos de M. Wilders ».

Il conseillait pareillement à  la Licra « de s’intéresser au sort des musulmans à Gaza plutôt qu’à Lyon où il est beaucoup plus enviable ». Mais  Me Jakubowicz en est-il capable ?

Cette décision de la CJUE n’entame en rien la détermination de Bruno Gollnisch, plus combatif  et résolu que jamais, à faire triompher le droit et  la justice… et le renforce encore dans  sa certitude du  bien fondé des valeurs portées par l’Opposition nationale!

Blog de Bruno Gollnisch - 05/10/11

00:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Zainab al Hosni, "martyre de la répression syrienne", réapparaît à la TV !

1582766_3_ebf7_capture-d-ecran-extraite-d-une-video-presentant.jpg X.jpg

(Cliquez sur la photo)

BEYROUTH (Reuters) - Une adolescente syrienne, que l'on croyait morte dans des circonstances macabres, est apparue à la télévision officielle pour démentir sa propre disparition.

"Nous avons parlé à la famille et ils ont confirmé que la personne apparue à la télévision était Zainab (al Hosni)", a dit à Reuters un représentant de Human Rights Watch à Beyrouth. "La mère a dit que c'était bien sa fille", a ajouté Nadim Houri.

Amnesty International a annoncé fin septembre que la famille de cette jeune fille de 18 ans avait découvert son corps par hasard dans une morgue. Elle était décapitée, démembrée et écorchée. La jeune femme avait été enlevée en juillet par des hommes soupçonnés d'appartenir aux forces de sécurité, selon le groupe de défense des droits de l'homme.

Elle était devenue une icône de la révolte contre le président Bachar al Assad.

Mardi, la télévision du régime a diffusé une interview d'une adolescente se présentant comme Zainab al Hosni et produit sa carte d'identité.

"Je me suis présentée aujourd'hui à la police pour dire la vérité. Je suis vivante, contrairement à ce qu'ont dit les menteurs des chaînes de télévision par satellite", a-t-elle dit, affirmant que son décès avait été inventé pour "servir les intérêts étrangers".

Elle a dit avoir quitté Homs il y a deux mois pour rejoindre un proche car ses frères abusaient d'elle. Sa famille ignorait qu'elle était encore vivante, a dit Zainab al Hosni.

L'un de ses frères, Mohammad al Hosni, organisait des manifestations à Homs, l'un des foyers de la contestation au nord de Damas.

Les forces de sécurité ont remis sa dépouille à sa famille trois jours après son arrestation. Il avait été tué par balles et portait des traces de torture, a dit Amnesty.

Nadim Houri a souligné que la réapparition de l'adolescente n'enlevait rien au fait qu'une "femme décapitée avait été remise à la famille Hosni".

Oliver Holmes, avec Khaled Yacoub Oweis à Amman, Clément Guillou pour le service français

Yahoo!Actualités - 05/10/11

00:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

05/10/2011

Italie: faux-papiers, mariages blancs et trafic d'enfants

05/09/2011 – 10h00
ROME (NOVOpress) –
«Piccoli Angeli», petits anges, sans doute à cause du grand nombre d’enfants impliqués : c’est le nom que les carabiniers de Rome ont donné à l’opération qui, au terme de plus d’un an d’enquête, leur a permis de démanteler un réseau international d’immigration clandestine.

La dernière phase a eu lieu hier matin avec une série de perquisitions et d’arrestations à Milan, Rome, Civitavecchia, Naples et Cosenza. Le centre de l’organisation criminelle était à Rome, où un restaurant avait été transformé en imprimerie clandestine, tandis qu’un bar et deux agences de voyage, à côté de la gare Termini, servaient de couvertures. La bande comprenait au moins 27 personnes. Neuf (toutes somaliennes, érythréennes ou italo-érythréennes) ont été arrêtées, les autres ont été laissées en liberté sous l’inculpation d’aide à l’immigration clandestine.

La bande produisait en masse de faux passeports et permis de séjour pour des Nord-Africains qui, après être passés par l’Italie étaient redirigés vers le nord de l’Europe (Royaume Uni, Finlande, Suède, Danemark) et le Canada. Le tarif était de 15 à 20 mille euros le passage d’Afrique en Europe, en comprenant l’argent pour les papiers d’identité « propres », nécessaires pour passer les frontières méditerranéennes. « La bande de trafiquants, expliquent les enquêteurs, avec à sa tête un immigré originaire d’Erythrée, Tesfai, et son bras droit, Sayd, surnommé “le docteur”, a eu, rien que depuis un an, un chiffre d’affaires d’au moins deux millions d’euros ».

Outre les faux papiers, la bande utilisait les mariages blancs pour régulariser les clandestins. Des retraités ou des personnes dans le besoin se prêtaient à l’opération moyennant mille ou deux mille euros : certains se sont mariés cinq fois. Sitôt sorti de la mairie, l’époux ou l’épouse Nord-Africain était transféré dans un endroit sûr jusqu’au jour du départ pour sa destination finale.

Mais ce n’est pas tout. Les carabiniers ont retrouvé un lot de faux passeports sans nom avec des photos d’enfants âgés de deux à six ans, émigrés d'on ne sait où. Selon le major des carabiniers Gabriele De Pascalis, qui a commandé l’opération, « nous ne pouvons donc exclure que derrière l’expatriation de mineurs, il n’y ait eu des adoptions illégales ».

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http

23:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Sète: une lycéenne de 17 ans tabasse sa prof à coups de poing

L'enseignante plaquée au mur a ensuite été molestée. Elle a dû être transportée aux urgences.
L'agression s'est produite, mercredi matin vers 10h30 au lycée professionnel Charles de Gaulle de Sète.
 
L'élève, nouvellement arrivée et âgée de 17 ans et demi a violemment frappée à coups de poing sa professeure, après l'avoir plaquée au mur. Des collègues de l'enseignante ont dû s'interposer et sont parvenus à maîtriser la lycéenne.
 

L'incident s'est produit en cours de vente. La professeur a demandé à l'élève de quitter la classe car elle perturbait le cours. Cette dernière a refusé.

L'enseignante l'a obligé à quitter la salle, c'est alors que l'altercation a eu lieu.

Selon, M. Irmann, proviseur du lycée : "Les élèves ont été particulièremernt choqués, notre établissement n'est pas réputé violent. J'ai demandé au rectorat de mettre en place une cellule psychologique dès jeudi matin.".

 La victime a été hospitalisée aux urgences de Sète, puis est ressortie en début d'après-midi. Elle est en arrêt maladie.

La lycéenne a été exclue provisoirement de l'établissement scolaire et attend une convocation du conseil de discipline.

 Une cellule psyclologique a été activée pour prendre en charge les élèves et enseignants choqués par la montée de la violence dans les lycées et collèges du Languedoc-Roussillon.

05/10/11

21:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Marine Le Pen en tête au 1er tour de la présidentielle 2012 ?

05/10/11

20:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le maire gifleur veut un procès public

nord-cousolre-gifle-baffe-boisard-maire_scalewidth_630.jpg

Pour montrer à tous le stress engendré par cette affaire, le maire de Cousolre, Maurice Boisard, a mis cette photo pris à quelques semaines d'intervalle. © LIONEL GOUGELOT - (Cliquez sur la photo)

Un an après avoir donné une claque à un ado, Maurice Boisart a refusé le "plaidé coupable".

Pas question de régler cette affaire en toute discrétion, derrière la lourde porte du bureau d'un juge. Maurice Boisart, maire de Cousolre, une petite commune nordiste de 2.500 habitants près de Maubeuge, a refusé mardi, comme il l'avait annoncé, la peine proposée par le procureur d'Avesnes-sur-Helpe dans le cadre du plaidé coupable, 600 euros, afin de bénéficier d'un procès public pour avoir adressé, il y a un an, une gifle à un adolescent de 17 ans qui l'avait insulté.

Retour sur les faits : l'élu avait demandé à l'ado de descendre du grillage communal qu'il escaladait pour aller chercher son ballon. Le père et le fils sont alors allés porter plainte pour coups et blessures contre le maire, qui avait en plus reçu des menaces de mort.

"J'ai mis une baffe. Point"

"J'ai mis une baffe. Point. Comme un père aurait fait à son gamin quand il lui répond de travers. Et aujourd'hui, on en est là au tribunal, pour ça", justifie l'élu au micro d'Europe 1. "Je souhaite que cette affaire, qui symbolise le malaise des maires confrontés aux nombreuses incivilités, soit débattue sur la place publique", a expliqué le maire.

"C'était le rôle qu'on m'avait confié, de faire respecter l'ordre dans le village. Si je m'éloignais en tournant le dos, je baissais les bras, je lui donnais raison et je manquais à mon devoir", ajoute-t-il.

Ses administrés et d'autres élus le soutiennent

Cette affaire avait fait beaucoup de bruit, tant dans le village qu'auprès d'autres élus. Maurice Boisart, qui a souffert de cette mauvaise publicité au point, dit-il, d'avoir les cheveux qui ont blanchi en quelques semaines sous le coup du stress, apprécie ces témoignages de soutien.

Sur un registre mis à disposition dans le hall de la mairie de Cousolre, des centaines de mots noircissent désormais les pages. Un habitant lui apporte son soutien en expliquant que le maire a fait "ce que les parents auraient dû faire depuis longtemps". A la mairie, la boîte aux lettres déborde aussi de courrier venu de l'extérieur. Maurice Boisart a reçu le soutien de plusieurs dizaines d'élus d'autres communes de France, solidaires.

Rendez-vous devant la justice en février 2012

Le procès public de Maurice Boisart se tiendra devant le tribunal correctionnel le 3 février 2012. "Si je suis condamné, je serais très, très déçu. Je pense que je suis un homme fidèle, honnête, j'ai rendu service à ma commune pendant presque 30 ans de mandat. Des gens qui n'avaient pas voté pour moi sont venus reconnaître mon mérite", apprécie-t-il encore.

 Europe1 - 04/10/11

20:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

People: Carla Bruni n'a toujours pas accouché, Pierre Sarkozy s'éclate avec un top model israélien...

Toujours pas d'alerte. Pal Sarkozy avait annoncé la naissance de son petit fils ou de sa petite fille pour aujourd'hui. Et pourtant, à l'heure qu'il est, Carla Bruni n'aurait toujours pas accouché. Le 3 octobre serait-elle une date symbolique ou correspondrait-elle simplement à un effet d'annonce ?

Une chose est sûre, en tout cas, toute la petite famille se montre de plus en plus impatiente. A commencer par la maman, Carla Bruni-Sarkozy. « Franchement, je n’en peux plus : je dois rester assise ou allongée la plupart du temps. Ne plus fumer, ni boire de vin. J’ai hâte que ça se termine », avait-elle glissé lors d'une rencontre avec les élèves boursiers de sa fondation. 

Le papa, lui, a semble-t-il allégé son emploi du temps pour les jours à venir. Hormis une visite d’Etat en Arménie, suivie d’un déplacement en Azerbaïdjan et en Géorgie, prévus pour la fin de la semaine, le Président de la République a prévu de rester en France mardi et mercredi. Un signe que le bébé aura pointé le bout de son nez d'ici là ?

Pierre Sarkozy en charmante compagnie

Quant à Pal Sarkozy, il fait déjà des plans sur la comète. L'enfant « sera baptisé dans la religion catholique romaine », a-t-il récemment déclaré au journal allemand Bild.

La preuve que tout le monde est sur le qui-vive. Excepté peut-être Pierre Sarkozy, le fils de Nicolas Sarkozy. Le DJ âgé de 25 ans qui semble, de son côté, prendre du bon temps. En témoigne les clichés du Daily Mail.

Le jeune homme a été aperçu, dimanche soir, en charmante compagnie - celle du mannequin israélien Bar Refaeli - dans un nightclub de la capitale, le Raspoutine. Espérons qu'ils aient au moins porté une petite coupe de champagne à la santé du bébé..

Source Actu France-Soir - 05/10/11

20:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

EN IMAGES - Le FN inaugure son QG de campagne

1640460_6.jpg QG.jpg

(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/can...

05/10/11

19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'été des démolitions

!cid_part2_07050309_01090709@france-palestine.jpg

Enfants palestiniens jouant dans les décombres - été 2011

L’été des démolitions. Itay Epshtain - ICAHD

 
La politique d’Israël de colonisation a fait que l’été 2011 a battu tous les records en expansion des colonies, aux dépens des communautés palestiniennes.

Lire la suite : http://www.france-palestine.org/article18379.html

02/10/11

 

 

19:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)