Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 196

  • Violée et menacée d’une machette par un Ivoirien: « j’ai vu la mort en face » (93)

    796717.jpg

     

    19h35
     

    La jeune femme violée a déclaré avoir “vu la mort en face”. 

    Le violeur présumé d’une jeune femme a été interpellé la semaine dernière dans la commune de Romainville, en Seine-Saint-Denis. La Brigade départementale de protection de la famille (BDPF) a enfin réussi à mettre la main sur lui, presque un mois après une agression à Bordeaux.

    Les faits remontent au 28 octobre. Ce jour-là, aux environs de 12h30, une jeune femme de 25 ans se fait accoster devant son domicile par un SDF (on apprendra par la suite qu’il est Ivoirien), dont les intentions apparaissent on ne peut plus claires : l’homme exhibe une machette et la contraint à une relation sexuelle. Terrorisée, la jeune femme croit que sa dernière heure est venue. Une fois le viol commis, elle se retrouve séquestrée puis violentée dans sa propre salle de bains. Le SDF quitte finalement les lieux en embarquant au passage le portable et l’ordinateur de sa victime.

    Pétrifiée, la victime se réfugie ensuite chez une voisine. L’alerte est donnée. Les experts du service d’identité judiciaire et la BDPF sont sur le coup. Les objets volés sont découverts abandonnés sur une pelouse, comme la machette utilisée par l’agresseur pour menacer sa victime. Ces éléments plus les témoignages de voisins vont permettre de remonter le fil de l’agression et d’identifier le SDF. Une découverte facilitée par le fait que ce dernier était déjà connu des services de police. Le mandat de recherches diffusé a donc conduit à son arrestation la semaine dernière en région parisienne.

    L’Ivoirien de 26 ans a été placé en garde à vue. Sa victime l’a formellement reconnu. Même s’il reste présumé innocent, il a été mis en examen pour viol aggravé et placé en détention provisoire.

    Le Nouveau détective

  • Allemagne : Le violeur et assassin présumé de Maria L. est un réfugié afghan de 17 ans (MàJ : une seconde victime ?)

     

    19h55

    Maria Ladenburger, étudiante en médecine à Fribourg et fille d’un haut fonctionnaire de l’UE (Clemens Ladenburger), était bénévole dans un centre pour migrants sur son temps libre, comme le relate Bild.

    [...] C’est un migrant afghan de 17 ans qui a rejoint l’Allemagne en 2015. « Comme c’est un mineur, il risque dix ans de prison au maximum », a précisé David Müller, le chef des enquêteurs.

    Une autre victime? Il existe plusieurs points communs troublants avec la disparition de Carolin G. (37). Son corps a été retrouvé le 10 novembre dernier dans un bois de Fribourg, à seulement 30 kilomètres de la rivière où a été découvert le corps sans vie de Maria Ladenburger. Elle a aussi été violée. [...]

    7 sur 7


    La victime, Maria Ladenburger, était étudiante en médecine et était la fille d’un haut-fonctionnaire travaillant à la Commission Européenne.

    Maria aidait dans un centre de réfugiés sur son temps libre, mais on ne sait pas encore si elle connaissait son meurtrier présumé.

    The Sun (Traduction FDS)


    La famille a demandé des dons – qui iront aussi à une association qui soutient les réfugiés

    1612050256520108.png


     Bild.de

  • JOURNAL TVLibertés DU O5/12/16

  • Emission spéciale TVL - Guerre d'Algérie: Les oublis de l'Histoire!

    Le 5 décembre à Paris s’est déroulée une manifestation patriotique intitulée “1 000 drapeaux pour 100 000 morts”, un hommage aux 75 000 Français de souche nord-africaine et aux 25 000 soldats français tués durant la guerre d’Algérie qui n’a pas pris fin à la date du 19 mars 1962. Pour prolonger les rassemblements et les cérémonies organisées partout en France, en partenariat avec le Secours de France, TV Libertés consacre une émission spéciale aux “oublis de l’Histoire”. Spécialistes, anciens combattants, historiens et responsables associatifs se succèdent pour nous faire revivre cette page de l’Histoire de France et rétablir la vérité. Les interventions des invités et les débats sont articulés autour d’un grand film documentaire “Le destin d’un capitaine”, portrait d’un officier SAS, emblématique de sa génération. Un document exceptionnel, récit d’une aventure humaine tout aussi exceptionnelle ! TV Libertés et le Secours de France vous proposent une émission spéciale pour rendre hommage aux combattants français, aux rapatriés et aux Harkis. Un événement à ne pas manquer.

  • Marion Maréchal-Le Pen sur BFM TV (05/12/16)

    http://www.frontnational.com/videos/marion-marechal-le-pen-sur-bfm-tv-13/

    4 VIDEOS  A VOIR ABSOLUMENT !

  • Autriche: juste une petite défaite de la démocratie

     

    Avec sa défaite du 4 décembre, le FPÖ n’a peut-être fait que reculer pour mieux sauter.

    Satiriste polémiste

    autriche.jpg

     
    Alors que les sondages donnaient au coude à coude le candidat écologiste Alexander Van der Bellen et le candidat de la droite populaire et conservatrice Norbert Hofer, nos impayables journalistes subventionnés titraient sur le risque du retour au pouvoir de l’extrême droite au pays natal d’Adolf Hitler. À en croire nos Tartuffe cathodiques, les élections de dimanche devaient départager le vert, couleur du candidat Van der Bellen, et le brun, couleur du parti nazi ; la couleur officielle du FPÖ étant le bleu, le procès pour crypto-nazisme était sans ambiguïté.

    Les premières réactions à l’annonce de la défaite de Norbert Hofer par 46,5 % des voix contre 53,5 % sont du même acabit. Citons, par exemple, le tweet de Christian Estrosi, saluant une victoire « des démocrates autrichiens » contre « l’extrême droite ». Gageons que cette arrogance du « camp du bien » ne fera que discréditer encore un peu plus les faiseurs d’opinion, car la réalité oblige à reconnaître que la victoire de Van der Bellen est juste une petite défaite de la démocratie.

    C’est une défaite de la démocratie car Alexander Van der Bellen avait obtenu son élection au second tour de l’élection présidentielle du mois de mai 2016 de façon malhonnête.

     La commission électorale qui a annulé le scrutin a, en effet, dénoncé un nombre très important d’irrégularités au moment du dépouillement, sans compter le recours étonnamment massif aux votes par correspondance, qui concernait à la fois les Autrichiens de l’étranger – pour l’essentiel des gagnants de la mondialisation -, mais aussi les maisons de retraite !

     

    Cette annulation, en elle-même, était une preuve de bonne vitalité de la démocratie autrichienne. Songeons à l’aveu de Roland Dumas, ancien président du Conseil constitutionnel, qui assura qu’il aurait dû annuler l’élection présidentielle de 1995 en raison des irrégularités des comptes de campagne de Jacques Chirac, mais qu’il ne l’a pas fait pour « sauver la République » ! Les institutions autrichiennes ont été plus respectueuses de la légalité ; dommage que la population ait fait preuve de tant de mansuétude à l’égard du fraudeur.

    C’est aussi une défaite de la démocratie dans la mesure où Van der Bellen représentait les intérêts de l’Union européenne et de l’hyperclasse mondialisée alliée à l’extrême gauche pro-migrants par antipatriotisme. Le candidat du FPÖ, en comparaison, était un candidat on ne peut plus modéré : un euroscepticisme raisonnable, une simple exigence de contrôle des frontières de Schengen, même pas de sortie de l’Union européenne ; un désir de rapprochement avec la Hongrie de Viktor Orbán et la Russie de Vladimir Poutine ; un programme économique plutôt libéral. Il n’y a rien, dans le programme du FPÖ, de très différent du programme de campagne de François Fillon !

    Norbert Hofer se voulait simplement le défenseur des intérêts de la classe moyenne autrichienne ; ceux qui se sont laissés impressionner par le procès en crypto-nazisme ont voté contre eux-mêmes et contre leurs descendants.

    Cette courte défaite n’est, cependant, qu’une toute petite défaite en termes d’enjeux, dès lors que le président de la République autrichienne a un rôle presque exclusivement honorifique. Même pour exercer son pouvoir de nomination des hauts fonctionnaires, il doit s’en tenir aux propositions du gouvernement. Quoique Van der Bellen ait assuré qu’il userait de sa fonction pour empêcher l’arrivée au pouvoir des populistes en cas de victoire aux législatives de 2018, son pouvoir de nuisance est, en réalité, très limité et son sectarisme pourrait faciliter la victoire du FPÖ lorsque le jeu en vaudra la chandelle. Avec sa défaite du 4 décembre, le FPÖ n’a peut-être fait que reculer pour mieux sauter.

    BV

  • IVG: Marine Le Pen recadre sa nièce

    La députée FN Marion Maréchal-Le Pen a jugé aujourd'hui qu'il fallait "revenir sur le remboursement intégral et illimité de l'avortement", des propos qui lui ont valu un recadrage immédiat de sa tante Marine Le Pen.

    » IVG : les 3 sites dans le viseur du gouvernement

    Interrogée par le quotidien d'extrême droite Présent sur les réponses qu'"apportera le programme présidentiel de Marine Le Pen", l'élue du Vaucluse estime qu'il "faudra soutenir financièrement les structures qui proposent d'accompagner les femmes isolées et hésitantes" et surtout "revenir sur le remboursement intégral et illimité de l'avortement car les femmes sont des êtres responsables qui doivent être traités comme tels". "Le périmètre de l'accès à l'IVG et son remboursement ne font pas partie de (son) programme", a aussitôt réagi Marine Le Pen, en rappelant que c'est elle la candidate du Front national à la présidentielle.

    En novembre 2015, Mme Le Pen avait déjà dû recadrer sa nièce quand elle avait exprimé, pendant sa campagne pour les élections régionales en Paca, sa volonté de supprimer les subventions des régions aux "associations politisées, dont les plannings familiaux", qui "véhiculent une banalisation de l'avortement". "Ce n'est pas dans les projets du Front national", avait aussitôt répliqué Marine Le Pen.

    LIRE AUSSI
    » Si vous n'avez pas suivi le débat sur le délit d'entrave à l'IVG...
    » IVG : les 3 sites dans le viseur du gouvernement

    NdB: Triste, cette mésentente sur un sujet aussi grave...

  • LE ZAPPING

  • Matteo Renzi démissionne après l'écrasante victoire du «non» au référendum

     

    Avec 60% des suffrages et une participation avoisinant les 70%, le «non» l'a très largement emporté en Italie dimanche 4 décembre. Matteo Renzi, le chef du gouvernement, a annoncé sa démission suite à ce désaveux cuisant.

    Les Italiens ont rejeté massivement dimanche la réforme constitutionnelle portée par le chef du gouvernement Matteo Renzi, qui a annoncé sa démission. Il a par ailleurs salué «les partisans du non pour leur victoire nette» tout en remerciant «l'Italie qui s'est mobilisée et croit à la politique».

    Selon les premiers résultats partiels relayés par les médias italiens après le début du dépouillement : le «non» réaliserait un score situé autour de 60% contre 40% pour le «oui». Avec une participation très forte, aux alentours de 70%, c'est un très fort désaveux pour le Premier ministre Matteo Renzi.

  • Flllon le châtelain de Beaucé

    PHOe35be4f4-b328-11e6-b27f-7a21f37b2c6a-805x453.jpgmanoir.jpg

    En fait de "manoir", il s'agit d'un château du 14è siècle acheté avec ses terres par François Fillon. Il y demeure avec sa femme et ses enfants.

     

     

  • La Lettre du Front: Fillon: un programme anti-familles - 02/12/16

    Fillon : un programme anti-familles


    L'un des aspects les plus criants de l'imposture Fillon est celui de son étiquette "pro-familles", laquelle lui a valu un certain nombre de soutiens qui devraient sans doute s'intéresser davantage au projet de l'ancien Premier ministre. En effet, il ne suffit pas d'agiter le drapeau de la famille, comme valeur, pour devenir le défenseur des familles, comme réalité concrète et humaine. 
    On pourrait d'abord évoquer tout ce qu'il n'y a pas dans le programme de François Fillon : aucune revalorisation des allocations familiales, pas de rétablissement de la demi-part fiscale accordée aux parents veufs et veuves (que son gouvernement avait supprimée !), et - rappelons-le tout de même - pas d'abrogation de la loi Taubira.
    Mais le plus inquiétant est sans doute dans ce que ce programme contient.

    Sur le plan social, il s'agit clairement d'un programme anti-familles ! Dans le domaine de la santé, la restriction de la prise en charge par la solidarité nationale des seules maladies graves ou longues va représenter un surcoût considérable tant pour les foyers avec des enfants en bas âge (la varicelle, les grippes, la rougeole, ne sont pas des "maladies graves ou longues") que pour les personnes âgées. Sur le plan fiscal, l'augmentation de la TVA - qu'aucune autre mesure de baisse des impôts des familles classiques ne viendrait compenser - va lourdement, et principalement, impacter les familles populaires ou les classes moyennes. Enfin, quand François Fillon déclare "Il serait temps qu'on accepte qu'il peut y avoir des emplois précaires." (le 10 septembre dernier), on aimerait bien lui demander comment on peut bâtir des foyers stables avec des emplois précaires.
    Non, François Fillon n'est pas le champion des familles que certains voudraient en faire, loin s'en faut. Face à son programme déséquilibré, brutal, dont la dérégulation est la seule règle, nous réaffirmons l'idée fondamentale de solidarité nationale et la nécessité du cadre protecteur - pour les familles comme pour les entreprises, pour la sécurité comme pour l'identité - de la nation.

    Nicolas Bay - Secrétaire Général du Front National

  • Ségolène Royal fait l'éloge de Fidel Castro: tollé dans la classe politique

    http://premium.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/12/04/25002-20161204ARTFIG00037-segolene-royal-fait-l-eloge-de-fidel-castro-a-cuba.php

  • Marine Le Pen : « Nous sommes à l’aube de la fin d’un vieux monde »

    MLP-Lyon-600x424.jpg Marine.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    02/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Si Marine Le Pen n’a pas encore commenté le renoncement de François Hollande, le hasard – le destin ? – a voulu que la présidente du Front national lance la mobilisation pour ses Assises présidentielles de Lyon quelques heures avant que le chef de l’Etat n’annonce la meilleure décision qu’il ait jamais prise. Hollande s’en va, Marine Le Pen arrive ! Prémonitoire, elle annonçait en effet que nous sommes « à l’aube d’un basculement, d’une révolution des esprits, et de la fin d’un vieux monde. Ce qui semblait encore impossible il y a peu de temps est désormais inéluctable. Le peuple souverain se réapproprie ses droits, la démocratie retrouve sa raison d’être, la liberté balaie les tenants d’un système usé, acculé, discrédité ».

    « Il y a quelques semaines, écrit Marine Le Pen, nos regards se sont tournés emplis d’espérance, au-delà des mers et des océans, au cœur même de ces vieilles démocraties où s’est joué l’avenir des peuples libres. Là-bas, des hommes et des femmes ont décidé de reprendre la main sur leur destin, là-bas, des peuples ont repris le pouvoir à une caste qui l’avait accaparé. L’ère des faiseurs d’opinion, de l’oligarchie dominatrice, des élites autoproclamées, touche à sa fin. Le pouvoir change de main par la volonté des peuples de nouveau libres. »

    Oui, il y a des choix démocratiques contre les traités et les diktats, oui, il y a une alternative à la mondialisation ultralibérale et son cortège de malheurs : l’austérité sans fin, la désindustrialisation, la paupérisation, le creusement des inégalités, l’immigration massive, le multiculturalisme conflictuel.

    « Ce qui a été accompli avec succès outre-Manche et outre-Atlantique le sera ici, chez nous, si tant est que le peuple le veuille. Ces quelques semaines qui nous séparent de cette élection fondamentale doivent être mises à profit pour convaincre les indécis, ceux qui hésitent encore à franchir le pas. »

  • Marine Le Pen en campagne contre les "doublures" Valls et Fillon

    XVMb4330f82-b8b3-11e6-ad48-6bd3f2958c2a-805x453.jpg

    Par Emmanuel Galiero
    Mis à jour le 02/12/2016 à 18h53 | Publié le 02/12/2016 à 18h23

    Entre le salon du cheval et une convention sur l'écologie, la présidente du Front national a assuré vendredi que le retrait de François Hollande ne changeait pas sa stratégie.

    Marine Le Pen est arrivée à Paris, vendredi à 6h30, après onze heures d'avion. De retour d'un voyage d'une semaine à La Réunion et Mayotte, elle n'avait pas eu l'occasion d'entendre la déclaration de François Hollande. Mais dès son arrivée en métropole, la présidente du Front national a déclaré avant sa visite du salon du cheval à Villepinte: «La petite touche ultra-libérale qui semble être très à la mode à l'UMP et au PS ne va pas changer grand chose. Au contraire: elle renforce mon positionnement qui est celui de la solidarité nationale».

    Pas de changement de stratégie

    Marine Le Pen était la seconde personnalité politique, après Nicolas Dupont-Aignan, à fréquenter les allées de ce salon spécialisé. «Je n'ai absolument aucune raison de changer ma stratégie, a-t-elle expliqué, je ne crois pas à cette fracture gauche droite. Il y a, d'un côté les nationaux et les patriotes, de l'autre côté, les mondialistes, les européistes et donc, par définition, les immigrationnistes.» Concernant l'émergence de François Fillon et de Manuel Valls dans la campagne présidentielle, Marine Le Pen a ironisé: «Le problème des doublures, c'est que bien souvent, elles ont les défauts des premiers rôles, sans en avoir les maigres qualités». Selon elle, les deux candidats vont «essayer de faire croire qu'ils n'ont aucune responsabilité dans le bilan et le passif» des quinquennats Sarkozy et Hollande. La candidate du FN invitera ses troupes à «rappeler aux Français» quelle fut leur «responsabilité intégrale» dans les politiques menées, en tant que premiers ministres.

    Fillon dans le viseur

    Présent dans le cortège, Gaëtan Dussausaye, le président du Front national de la jeunesse (FNJ) a qualifié de «sage» la décision du chef de l'Etat. «Cela prouve que même s'il était dans une certaine incapacité à gouverner et à diriger le pays, il est resté un fin stratège politique, assez intelligent pour se rendre compte qu'il allait être humilié». Pour Sébastien Chenu, chargé de l'image de la candidate FN, la présidentielle de 2017 «réservera bien des surprises en fin de campagne». «Nous déroulons notre propre calendrier que nous rythmons par des interventions médias aux moments opportuns», a expliqué le conseiller, venu de l'UMP. Il pense aussi que les centristes et les juppéistes «vont se rendre compte que Fillon n'est pas l'homme modéré du rassemblement», ni «le notable bien coiffé, bien propre sur lui, sympathique et proche des Français qu'on a voulu nous vendre.»

    Après avoir découvert une selle connectée, discuté avec la police et la gendarmerie montées, écouté les problèmes d'une filière équine fragilisée par les nouveaux rythmes scolaires et la hausse de 15% de la TVA pour l'enseignement équestre, Marine Le Pen s'est déguisée en cow-boy. Coiffée d'un chapeau de rangers, elle a fait quelques tours sur le dos de Bambi, un Paint horse américain âgé de cinq ans.

     

    Quatre mesures pour une «écologie patriote»

    Un peu plus tard, lors d'une convention présidentielle dédiée à l'énergie et à l'écologie version «patriote», organisée non loin de son QG de campagne, elle a récolté les 21 propositions du collectif Nouvelle écologie et présenté quatre mesures de son programme: un «prêt isolation» pour les particuliers à taux zéro, financé par la Banque de France; un appui de l'Etat pour le «développement de la voiture à hydrogène»; un «prêt public massif à EDF et aux entreprises privées» associées pour le développement des énergies renouvelables, avec l'objectif de pouvoir se passer, dans vingt ans, de 50% de la consommation d'énergie fossile. Enfin, Marine Le Pen a préconisé un «encouragement de l'agriculture innovante à échelle humaine» via une baisse de la TVA pour les produits de l'élevage paysan français et une lourde taxe sur les «produits importés issus de l'élevage intensif». Pour conclure, la candidate FN à la présidentielle a estimé que l'écologie n'était «pas vouée à rester une punition». «La protection de l'environnement, a-t-elle ajouté, peut tout à fait être conciliée avec des impératifs économiques».

    LE FIGARO

  • Allemagne : Le violeur et assassin présumé de Maria. L est un réfugié afghan de 17 ans (MàJ)

     

    21h18

    Selon une copie d’écran de Facebook circulant sur la Toile, Maria L., la victime du violeur afghan, aurait fait partie d’une association d’aide aux réfugiés.

    _______________________________________________________________________________________________

    Fribourg – La police a arrêté un réfugié de 17 ans venant d’Afghanistan dans l’affaire de meurtre de Maria L. († 19). Il est suspecté d’avoir violé et assassiné l’étudiante au début du mois de Novembre, ont annoncé la police et le procureur samedi lors d’une conférence de presse.
    3,w=596,q=high,c=0.bild

     

     Qu'ilsoitpeut-être aussi l’assassin de la joggeuse Carolin G. († 27), qui a été violée et assassinée à Endingen au début de novembre, est toujours possible. L’enquête est ouverte.

    Le corps de Maria L. avait été retrouvé le 16 octobre au bord de la Dreisam derrière le stade « Schwarzwaldstadion » de Fribourg. L’étudiante en médecine était sur son vélo en revenant d’une fête étudiante quand elle a été violée et tuée sur les rives de la Dreisam.

    Sur le corps de la victime, la police a trouvé de nombreuses traces d’ADN mâle et des cheveux appartenant à un homme. C’est ensuite que des caméras de surveillance placés non loin de la scène du meurtre ont permis aux autorités de confondre le violeur et de l’arrêter.

    L’assassin présumé est d’origine afghane, s’est rendu en Allemagne en tant que réfugié non accompagné en 2015, a déclaré le procureur Dieter Inhofer. A Fribourg, il vivait dans une famille. Jusqu’à présent, il n’était pas connu des services de police.

    Bild

  • En déplacemant à Béziers, Najat Vallaud-Belkacem entonne le "Chant des partisans"

    Najat Vallaud-Belkacem était ce vendredi à Béziers, la ville de Robert Ménard. La ministre de l’Education nationale s’est notamment rendue au lycée Jean Moulin, où elle rencontrait des lycéens pour échanger sur le thème des valeurs de la République.

    A cette occasion, elle a chanté « Le Chant des partisans », un chant révolutionnaire devenu symbole de la Résistance durant l’occupation nazie. Sur Twitter, la ministre a partagé ce moment en accompagnant sa vidéo d’un message, « la République est partout chez elle ».

    En entonnant ce chant à Béziers, Najat Vallaud-Belkacem adressait peut-être un message à Robert Ménard, relève le Lab. Le maire de Béziers est souvent critiqué pour la façon dont il dirige sa ville.

    Récemment, il a fait détourner les affiches de la campagne contre le sida, qui mettaient en scène des  homosexuels. En octobre, le maire apparenté FN a également créé la polémique avec une autre affiche à l’ambiance apocalyptique, qui annonçait l’arrivée imminente des migrants.

    BV

    Autre version du Chant:

    "Ami, entends-tu les voiles noirs de l'islam dans la plaine ?"

     

  • Les races humaines existent bien : la preuve par la moelle osseuse

    races-humaines.jpg

     

     

    03/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Quoi que prétendent les « antiracistes », les races humaines existent bel et bien, et une nouvelle preuve vient d’en être administrée par l’appel au don de moelle osseuse lancé dans La Dépêche par l’Association pour le Don d’Organes et de Tissus humains (Adot) du Lot-et-Garonne, affiliée à la très respectable fédération nationale.

    « Il faut savoir que les greffes de moelle osseuse ne sont compatibles qu’entre races, explique la présidente de l’Adot-47. Un Européen ne peut donner à un Africain, et un Africain à un Asiatique pour la simple et bonne raison que nous sommes différents. »

    Commentaire du quotidien régional, propriété du ministre radical de gauche Jean-Michel Baylet :

    « Ceci explique pourquoi il est important de faire acte de candidature en tant qu’Européen. »

    Entre autres…

  • JOURNAL TVLibertés DU 02/12/16

  • Napoléon Ier, Austerlitz, Napoléon III et la journée du 2 décembre

    Un jour chargé en histoire de France

    Sacre de Napoléon Ier, victoire d’Austerlitz, torpillage de la Deuxième République et investiture de Napoléon III ont tous eu lieu un 2 décembre...

    [...]

    En date du 2 décembre 1804, Napoléon Ier est sacré empereur des Français

    Immortalisé par le peintre Jacques-Louis David (1748-1825), le sacre de Napoléon a lieu le 2 décembre 1804 en la cathédrale Notre-Dame de Paris (île de la cité). Convié par le futur empereur des Français, le pape Pie VII (1742-1823) assiste à la cérémonie qu’il se contente de bénir. En effet, de manière à se distinguer des rites de l’Ancien Régime, le nouveau monarque tient à se poser lui-même la couronne sur la tête. Peu après, c’est également lui qui sacre Joséphine (1763-1814) impératrice.

     

    En date du 2 décembre 1805, Napoléon Ier remporte la bataille d’Austerlitz

    Le 2 décembre 1805, un an jour pour jour après son sacre, Napoléon remporte une grande bataille non loin du petit village d’Austerlitz. Confronté aux troupes des empereurs d’Autriche et de Russie (la bataille d’Austerlitz est également appelée la bataille des trois empereurs), il organise sa stratégie autour du plateau de Pratzen qu’il fait d’abord mine d’abandonner. Trop sûrs d’eux en raison de leur supériorité numérique, Russes et Autrichiens se ruent dans la brèche où le piège tendu ne tarde pas à se refermer. Quelques bonnes charges menées par la cavalerie de Joachim Murat finissent par avoir raison des deux armées en complète débandade. C’est alors qu’un soleil radieux illumine le ciel comme s’il voulait saluer tant le premier anniversaire du sacre que cette prestigieuse victoire française.

    Lire l’intégralité de l’article sur scribium.com