Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2016

Pour Thanksgiving, Trump appelle les Américains à l'unité

3628751.jpg

 

24/11/16 à 06:18 - Mise à jour à 06:23

Source: Belga

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a appelé les Américains à l'unité après la "longue et douloureuse campagne" électorale qui vient de s'achever, dans un message vidéo à la veille de la fête de Thanksgiving.

 

"Je prie pour qu'en cette fête de Thanksgiving, nous commencions à apaiser nos divisions et que nous allions de l'avant comme un pays uni, fort d'un projet commun et d'une volonté véritablement commune", a-t-il déclaré. "Nous venons de terminer une longue et douloureuse campagne politique. Les émotions sont à vif et les tensions ne s'apaiseront pas en un jour", a-t-il poursuivi.

Les familles américaines se retrouveront jeudi pour cette fête marquée par un repas autour d'une traditionnelle dinde. Thanksgiving ("action de grâce" en anglais) était célébrée à l'origine par les Européens fuyant les persécutions et souhaitant remercier Dieu pour l'abondance des moissons.

Donald Trump a été élu le 8 novembre à l'issue d'une campagne particulièrement acrimonieuse et violente qui a laissé un pays fracturé. "Cette campagne électorale est désormais terminée. Maintenant s'ouvre une grande campagne nationale pour reconstruire notre pays et restaurer l'espoir pour tous" les Américains, a ajouté Donald Trump.

02:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JOURNAL TVLibertés DU 24/11/16

01:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Florian Philippot chez Jean-Michel Aphatie


Pour Florian Philippot, François Fillon, "c'est... par franceinfo

01:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marion Maréchal-Le Pen évoque la Primaire, Juppé et Fillon

00:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

24/11/2016

Liste d'esclaves français des Barbaresques: l'histoire interdite!

https://maitrederville.wordpress.com/2010/07/22/listes-de...

A lire absolument

03:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Florian Philippot remet les pendules à l'heure sur François Fillon 21/11/2016

02:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Nicolas Bay sur Radio classique 23/11/2016


"Fillon c'est Juppé sans l'expérience et... par radioclassique

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

23/11/2016

JOURNAL TVLibertés DU 23/11/16

23:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

La France ne veut pas mourir

Chers amis,

Les Français qui souffrent sont des millions.

Ils ne sont pas une France de la périphérie, pour reprendre le titre d'un ouvrage brillant. Ils sont le coeur saignant de la France. Ils sont les victimes immolées dont le sacrifice doit être tu et même enseveli sous les mensonges.

ILS SONT LA FRANCE.

Ils vivent en direct sa déchéance et sa disparition.

J'ai choisi de répondre POINT PAR POINT à toutes les accusations fallacieuses que suscitent nos actions à Béziers. Et pour cela, je publie un Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir.

ACHETEZ ICI

Au-delà de la simple riposte, j'y expose un plan de sauvetage de la France. Cette France qui souffre plus que jamais depuis plusieurs décennies de l'incurie et du cynisme coupables de ses gouvernants, qu'ils soient de droite ou de gauche. 

Immigration galopante, montée de l'islamisme, déclin de l'école publique, défiguration urbaine, langue de bois des médias, trappes à pauvreté générées par la mondialisation toute-puissante, etc.

Et si Béziers constituait une sorte de modèle à porter à l'échelle nationale ?

Tout se joue maintenant, à l'ouverture de la campagne présidentielle.

Je vous invite donc à lire cet Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir.

CLIQUEZ ICI

Sauver la France ne tient qu'à nous.

Cordialement,

Robert Ménard

20:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Obama loue le courage d'Ellen DeGeneres en décernant ses dernières médailles de la Liberté

3654733.jpg OBAMA.jpg

 

23/11/16 à 11:31 - Mise à jour à 11:31

 

Robert De Niro, Bruce Springsteen, Michael Jordan ou encore Ellen DeGeneres, saluée pour le courage de son coming-out il y a vingt ans, ont été parmi les vingt-et-une dernières personnes à être décorées de la Medal of Freedom par Barack Obama ce mardi.

 

Parmi les récipiendaires de cette décoration, la plus haute récompense possible pour des civils, le président Obama a également honoré les acteurs Robert De Niro, Tom Hanks et Robert Redford, les basketteurs Michael Jordan et Kareem Abdul-Jabbar, les musiciens Bruce Springsteen et Diana Ross, le milliardaire Bill Gates ou l'actrice et présentatrice de talk-show Ellen DeGeneres.

 

Dans son discours, Barack Obama a notamment souligné le courage d'Ellen DeGeneres quand elle a officialisé son homosexualité: "Il est facile d'oublier aujourd'hui, alors qu'on a fait tant de chemin, le courage qu'il aura fallu à Ellen pour faire son coming-out il y a vingt ans sur le plateau de l'émission la plus regardée (The Oprah Winfrey Show, NdlR). (...) Que ce fardeau était incroyable à porter, de prendre un tel risque comme ça, pour sa carrière. Les gens ne font pas ça souvent, et ensuite, porter ainsi les espoirs de millions de gens sur ses épaules..."

 

 

"Comme dirait Ellen, "nous voulons tous une chips qui puisse supporter son poids de guacamole". Cela n'a aucun sens à mon avis, mais j'ai pensé que cela allait changer l'ambiance, car j'étais sur le point de me mettre à pleurer...", a poursuivi le président américain, avant de souligner avec humour la longue carrière de Robert De Niro, "père sicilien devenu mafioso new-yorkais, puis mafioso à la tête d'un casino, puis mafioso chez son psy, puis beau-père pire qu'un mafioso..."

La médaille présidentielle de la Liberté a pour but d'honorer les artistes, scientifiques, sportifs, philanthropes et autres civils pour leurs contributions à la culture ou à la paix.

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

VIDEO - Donald Trump promet un virage protectionniste et anti-écologie

http://bcove.me/gihmg986

05:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Des pro-mariage gay dénoncent une présumée relation entre François Fillon et Joël Le Theule

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Des-pro-mariage-gay...

Ce n'est pas un scoop

05:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sexualité : des maires censurent des affiches jugées trop explicites

Pour Marisol Touraine, ce sont des "considérations morales d’un autre temps"

La ministre de la Santé a décidé mardi de saisir la justice administrative après la décision polémique de plusieurs municipalités de droite de faire retirer des affiches d’une campagne de prévention du sida montrant des homosexuels.

La campagne, lancée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, montre des couples d’hommes avec des messages tels que « Aimer, s’éclater, s’oublier. Les situations varient. Les modes de protection aussi. »

Une dizaine de villes sur les 130 où la campagne est diffusée ont écrit à JC Decaux qui assure l’affichage public pour demander le retrait des affiches, a indiqué à l’AFP une source proche de la société. Contractuellement l’entreprise est obligée de le faire si elle reçoit une demande écrite d’une municipalité.

Le maire d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Bruno Beschizza (LR), a pris un arrêté en vertu duquel ces affiches diffusées notamment sur les abribus « devront être retirées ou masquées ».

Pour ce soutien de François Fillon, ces affiches sont « contraires aux bonnes mœurs et à la moralité » et « portent atteinte à la dignité au risque de heurter la sensibilité de l’enfance et de la jeunesse ».

« On est sur une campagne qui n’est pas tous publics », a expliqué à l’AFP Bruno Beschizza, critiquant l’association des messages et des images et assurant qu’il aurait pris le même arrêté si les affiches avaient mis en avant des couples hétérosexuels. [...]

« 30.000 personnes vivent avec le sida sans le savoir, il y a 7.000 nouveaux cas de sida chaque année (?) La prévention est nécessaire », a expliqué la ministre dans les couloirs de l’Assemblée nationale. « Attention à ne pas répondre par des considérations d’ordre moral d’un autre temps », a-t-elle plaidé, déplorant que « quelques élus » s’engagent sur ce terrain.

Lire l’intégralité de l’article sur lepoint.fr

04:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Au premier jour de son mandat, Trump retirera les États-Unis du traité transpacifique

 

Donald Trump a dévoilé, lundi, les premières mesures qu’il prendra dès son entrée à la Maison Blanche, le 20 janvier. Le président élu, opposé à la mondialisation, a notamment annoncé un retrait des États-Unis du Traité commercial transpacifique.

 

 

On sait déjà à quoi ressemblera le premier jour de la présidence de Donald Trump. Le président élu a présenté, lundi 21 novembre, les premières mesures qu’il prendra dès son arrivée à la Maison Blanche. L’une d’elles prévoit notamment le retrait des États-Unis du Traité commercial transpacifique (TPP) et une enquête sur les conditions d’octroi des visas de travail.

Le milliardaire, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, a expliqué dans une  vidéo son intention de se retirer du TPP, qualifié de « catastrophe en puissance » pour les États-Unis. Pendant la campagne électorale, le magnat de l’immobilier n’a jamais caché son hostilité vis-à-vis du TPP et contre l’Aléna (Accord de libre-échange nord américain) qu’il considère mauvais pour l’emploi.

Signé par 12 pays d’Amérique, d’Asie et d’Océanie dont les États-Unis, l’Australie et le Japon mais pas par la Chine, le TPP n’a encore été ratifié par aucune des parties signataires.

Donald Trump entend remplacer le TPP par des accords commerciaux bilatéraux qui « ramèneront l’emploi et d’industrie sur les terres américaines ». « Mon programme sera fondé sur un principe central simple : mettre l’Amérique d’abord », assène-t-il dans la vidéo.

Lire la suite de l’article sur france24.com

03:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Hongrie : mise en place d’une «clôture intelligente» pour bloquer les migrants

 

11h41

La Hongrie a entamé la construction d’une deuxième «clôture intelligente» face à la Serbie, dotée de capteurs de chaleur et de caméras nocturnes. Celle-ci est destinée à surveiller d’éventuelles tentatives de migrants d’entrer dans le pays.

Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, avait annoncé en août dernier la construction de cette clôture pour renforcer celle déjà existante et achevée l’année dernière, longue de 175 kilomètres.Selon M1, la télévision publique, cette clôture permettra de réduire le nombre de soldats et de policiers nécessaires au contrôle de la frontière. Le gouvernement décidera par la suite quand le reste de la clôture sera construit.

Les médias locaux ont qualifié cette deuxième clôture, dont la première partie vient d’être achevée, d’«intelligente» en raison de la technologie de pointe utilisée. Haute de trois mètres, cette première partie s’étend sur 10,3 kilomètres. La possibilité que l’accord conclu au début de l’année entre l’Union européenne et la Turquie, visant à réduire le nombre de migrants, vole en éclats, contraint la Hongrie à renforcer la protection de ses frontières, a expliqué Viktor Orban.

Le Temps

Merci à handsome55

03:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Éducation nationale : la « réserve citoyenne » au service des clandestins

 

Réserve-citoyenne-migrants-Chard.jpg

 

 

Dès sa présentation aux médias et avant même son lancement en mai 2015, nous savions que cette fameuse « réserve citoyenne » de l’Education nationale serait du grand n’importe quoi. Or nous en avons eu la confirmation lundi, avec l’annonce officielle par le ministre de l’Education que ladite réserve servira principalement à accompagner les clandestins, à leur apprendre le Français ainsi que les « valeurs » dites républicaines.

L’invasion des clandestins mineurs

Une décision qui est loin de surprendre puisque, invitée sur France Info en septembre 2015, Najat Vallaud-Belkacem, tout en affirmant que son ministère savait « prendre en charge des enfants qui ne parlent pas le français », avait quand même ajouté que, si l’afflux était particulièrement important, elle pourrait alors faire appel à la réserve citoyenne. Estimant à l’époque à « 4 500 le nombre de mineurs qui seront accueillis par an », le ministre avait alors déclaré : « S’il y a un service public qui est relativement bien armé pour faire face à l’arrivée des réfugiés, c’est l’Education nationale. » Et on la croyait sans difficulté, tant les effectifs du Mammouth sont pléthoriques… Sauf que le nombre de mineurs étrangers accueillis par notre pays a, depuis, littéralement explosé. Au point que, début octobre, débordé par l’afflux de mineurs clandestins dans son département (+ 45 % par rapport à 2015), le président du conseil départemental de la Côte-d’Or, François Sauvadet, a tenté d’alerter les pouvoirs publics en déposant une plainte contre X pour « suspiscions de réseaux organisés de passeurs implantés sur le territoire côte-d’orien et hors de ce territoire » ! Et la Côte-d’Or n’est, bien évidemment, pas le seul département concerné.

« Mobilisation nationale pour les migrants »

Alors que, face à un tel déferlement, le premier devoir de l’Etat devrait être de mettre fin à cet afflux et d’expulser systématiquement ces mineurs, bien souvent victimes de réseaux de passeurs, Najat Vallaud-Belkacem a au contraire annoncé lundi sur Twitter sa décision « d’amplifier la participation de l’Education à l’effort de la France pour l’accompagnement linguistique des migrants » et a invité « les 6 000 membres de la réserve citoyenne à contribuer à l’accompagnement linguistique des migrants ». Une décision qui revient à annoncer l’accueil définitif de ces gens sur notre sol.

 

Et N.V.B. d’expliquer, dans un communiqué publié sur le site de son ministère : « Ce sont les valeurs de la République qui constituent le moteur de l’effort national pour l’accueil des populations de migrants auquel les services de l’Etat, les collectivités, les acteurs associatifs mais aussi les citoyens sont appelés à contribuer. Un travail de structuration et de renforcement de l’accompagnement linguistique des migrants déjà mené par les acteurs associatifs est en cours sur l’ensemble du territoire national. Par son expertise en matière de formation en français langue étrangère à destination des publics allophones, l’Education nationale a vocation à y contribuer pleinement. Dans ce cadre, chacun d’entre vous est appelé à participer à cette mobilisation. »

Franck Deletraz

Article et dessin parus dans Présent daté du 23 novembre 2016

02:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Trump aimerait voir Farage devenir ambassadeur britannique à Washington

XVM889eee0e-b0b6-11e6-8924-aaf6bf1e52ea.jpg UKIP 2.jpg

L'ancien leader de l'Ukip joue les trublions entre le président américain élu et la chef du gouvernement britannique, Theresa May.

Correspondant à Londres

Entre le milliardaire populiste devenu président des Etats-Unis et le roi du Brexit, l'entente est au beau fixe. Au point d'embarrasser le gouvernement britannique de Theresa May. Donald Trump et Nigel Farage prennent un malin plaisir à afficher leur «relation spéciale», au détriment des liens diplomatiques traditionnels entre leurs deux pays.

Dans sa série de tweets iconoclastes depuis son élection, Trump a lancé ce mardi sur le réseau social un pavé dans la marre. «Beaucoup de monde aimerait voir Nigel Farage représenter la Grande-Bretagne comme ambassadeur aux Etats-Unis. Il ferait du bon boulot!» De quoi faire s'étrangler le Foreign Office.

 

 

«Pas de poste à pourvoir»

«Pas de poste à pourvoir», a répliqué sèchement Downing Street, contraint d'ajouter que «nous avons déjà un excellent ambassadeur aux Etats-Unis». La facétie pourrait être réduite à un buzz de réseaux sociaux si l'affaire n'était pas en train de devenir humiliante pour Theresa May. Après l'avoir prise au téléphone au lendemain de son élection après s'être entretenu avec une dizaine d'autres chefs d'Etats avant elle, Donald Trump lui aurait lancé cavalièrement qu'il faudrait qu'elle lui fasse signe si elle était de passage aux Etats-Unis. Il n'a pas oublié ses propos peu amènes à son égard tenus durant la campagne.

À l'inverse, l'ancien leader de l'Ukip (United Kingdom Independence Party), le parti souverainiste qui a œuvré sans relâche pour le Brexit, n'a pas ménagé son soutien au candidat républicain, au point d'apparaître à ses côtés lors d'un meeting cet été et de venir l'épauler en coulisse durant un débat télévisé face à Clinton. En signe de remerciement, Nigel Farage a été le premier politicien étranger reçu par le président élu à la Trump Tower, le week-end suivant sa consécration. Une rencontre immortalisée par une photo sur fond de dorures clinquantes.

Dès son retour à Londres, Farage s'est targué de cette proximité pour proposer au gouvernement de Theresa May de jouer les messieurs bons offices entre elle et le nouveau président. Une idée soutenue par une partie des conservateurs, aussitôt rejetée par Downing Street, qui assure ne pas avoir besoin de l'aide du député européen.

Invitation à Buckingham Palace

Après avoir annoncé son retrait de la politique au lendemain du référendum, Nigel Farage ne se résigne pas à quitter le devant de la scène. Il est revenu aux commandes de l'Ukip par interim à la suite du fiasco de la démission de celle qui lui a succédé après 18 jours en fonction. Un nouveau leader doit être désigné lundi à la tête du parti, en proie à de sanglantes luttes intestines. Certains évoquent l'idée d'un anoblissement de Farage qui pourrait être nommé à la Chambre des lords. En tout cas, après avoir poussé David Cameron à proposer le référendum sur l'Europe, il refuse, tel un sparadrap, de laisser en paix celle qui lui a succédé à la tête du pays.

«Je connais plusieurs personnes dans l'équipe de Trump depuis des années et je suis en bonne position pour aider avec le soutien du président élu, écrit Nigel Farage sur le site Breitbart. Le monde a changé et il est temps que Downing Street change aussi.»

Le gouvernement May cherche à établir une relation directe avec Donald Trump sans son entremise, pour tenter de relancer la fameuse «special relationship» transatlantique. Misant sur son goût évident pour les dorures, Downing Street prépare une invitation formelle à une visite d'Etat pour le président américain, qui ne résisterait pas à la perspective d'un séjour chez Sa Majesté à Buckingham Palace.

Rebondissant sur la proposition de Donald Trump, un député britannique lui a suggéré malicieusement d'envoyer Hillary Clinton comme prochain ambassadeur des Etats-Unis à Londres.

LE FIGARO

01:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JOURNAL TVLibertés DU 22/11/16

01:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L'ex-FN Chauprade soutient Fillon pour barrer la route à Marine Le Pen

Par Marc de Boni
Publié le 22/11/2016 à 17h56

Ancien conseiller de Marine Le Pen sur les affaires internationales, Aymeric Chauprade offre ses services à l'équipe de François Fillon pour démonter l'argumentaire du Front national.

Ancien cadre du FN qui fut l'un des proches conseillers de Marine Le Pen avant de se voir écarté, l'eurodéputé Aymeric Chauprade connaît bien Marine Le Pen qu'il soutenait jusqu'à l'année dernière. Fâché d'avoir été mis au ban pour ses propos sur l'islam et déçu par la ligne qu'il juge trop «socialiste-nationaliste», ce spécialiste des questions internationales se fait désormais le pourfendeur du programme de Marine Le Pen. Début novembre, dans un entretien accordé à Valeurs Actuelles , Aymeric Chauprade envisageait de rejoindre le Parti populaire européen (PPE) avec en tête l'idée de se rapprocher de Nicolas Sarkozy dans le contexte de la primaire LR.

Interrogé par L'Express ce mardi, il annonce désormais son soutien à François Fillon. «Je suis allé voter au premier tour pour Nicolas Sarkozy parce que je pensais qu'il avait de meilleures chances pour l'emporter. Je me suis trompé sur ce point, mais je ne renie pas du tout mon vote», confie Aymeric Chauprade, qui fait donc partie des 20% de sarkozystes déçus dimanche soir. «Je salue aussi l'incroyable campagne qu'a faite François Fillon, partant d'assez bas et en s'accrochant jusqu'au bout», explique ce géopoliticien favorable, comme François Fillon, à l'axe Paris-Moscou. «Il y a une convergence totale entre mes analyses et ce que dit François Fillon sur la nécessité de travailler avec la Russie et de remettre sur la table nos relations avec les monarchies sunnites du Golfe à cause de leurs ambiguïtés vis-à-vis du totalitarisme islamique», tient-il d'ailleurs à faire valoir.

Fillon, champion de la «droite hors les murs»

Mais au-delà de leurs convergences, Aymeric Chauprade, qui s'est désormais fait une spécialité de dénoncer l'attrait que suscite le FN, voit dans l'ancien premier ministre l'autre rempart efficace contre Marine Le Pen, puisque Nicolas Sarkozy n'est plus de la partie. «François Fillon peut bloquer l'accès du second tour de la présidentielle à Marine Le Pen. Il est capable d'attirer à lui une partie des voix de droite qui votent aujourd'hui Front national par dépit et par déception des Républicains qui ne portaient pas une ligne assumée. Aujourd'hui, François Fillon a éteint l'espace politique de ce que l'on appelait la ‘droite hors les murs'. Il l'a comblé spontanément», juge Chauprade, qui se raccorde volontiers à cette école de pensée.

En attendant, l'eurodéputé ne cache pas sa disponibilité pour dynamiser l'opération de siphonage de l'électorat frontiste qu'il appelle de ses vœux. «À l'issue de la primaire, je pense qu'une fois leur camp rassemblé, ils auront besoin d'élargir et de mettre en avant des personnalités capables d'expliquer pourquoi le FN ne fonctionne pas. Je serai à ce moment-là en effet à la disposition de François Fillon», fait savoir le fondateur du mouvement Les Français libres (LFL). «Je peux être celui qui témoigne, qui explique pourquoi le FN, où je suis passé, n'a pas la capacité à gouverner».

Au sein de la «droite hors les murs», Chauprade n'est pas le seul à voir en Fillon un adversaire redoutable pour Marine Le Pen. «Si c'est Fillon qui gagne la primaire, ce ne sera pas facile pour elle. Elle ne peut pas gagner sans l'électorat conservateur, essentiellement catholique. C'est l'une des clés de son succès.» L'édile en est convaincu, «ce n'est pas la question sociale mais identitaire qui fera l'élection», relève dans L'Express Robert Ménard, maire apparenté FN de Béziers.

La rédaction vous conseille :

LE FIGARO

 

00:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

22/11/2016

Migrants : alerte sur la santé publique

Alerte-Santé-600x338.jpg

 

 

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, aurait-elle engagé des actions préventives qui paraissent aujourd’hui indispensables face à l’invasion migratoire que notre pays connaît depuis maintenant plusieurs années ? Alors que la tuberculose a été pratiquement éradiquée au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, on découvre aujourd’hui des cas, isolés certes mais significatifs. […]

En septembre 2016, BFM TV nous apprend que des cas de tuberculose ont été diagnostiqués au lycée professionnel Cantau d’Anglet (64). Début novembre, France Bleu Pays Basque révèle que le premier cas, traité au printemps, concerne un lycéen ayant voyagé en Afrique… et, qu’à la rentrée, six nouveaux cas s’étaient déclarés. Devant l’ampleur du dépistage (1.800 personnes) et la gravité du problème, l’A.R.S (Agence Régionale de la Santé) mettait à disposition un camion (30.000 €) pendant 3 semaines.

Or, à Saint Bauzille de Putois (34), le maire écrivait le 28/10 que des Soudanais étaient bien arrivés et que  la « tradition d’accueil du village » continuait. Par contre, d’autres médias indiquaient qu’avec les Soudanais se trouvait un Érythréen et un Pakistanais qui a été immédiatement hospitalisé dés son arrivée. Alors, en tant que mère de famille je me pose quelques questions. Sachant que les cas de tuberculose en vertu du règlement sanitaire international doivent être déclarés, je m’étonne du silence médiatique devant l’affaire d’Anglet. Le ministère de la Santé a-t-il été associé à l’évacuation de Calais ? Des mesures prophylactiques ont elles été envisagées puisque l’on sait que les invasions migratoires mettent en danger la santé publique des Français.

Les migrants, dont le gouvernement impuissant à contrôler et à endiguer le flux, dispersent à travers le pays des maladies contagieuses, endémiques dans leurs pays d’origine et les amènent avec eux. Il convient de les dépister, les traiter pour les prévenir :

1°) Ce sont des affections parasitaires qui peuvent provoquer des bilharzioses urinaires et intestinales, des amibiases. Les docteurs Larivière (*) et Rousset (*) signalent que ces pathologies se répandent par voie génitale et contact buccal direct. Quant aux parasites du tube digestif, ils se développent dans le sol, l’eau, les milieux humides et restent infectants une vingtaine de jours. Aussi, il convient de veiller aux eaux de baignades et à la qualité des réseaux d’assainissement. Les moustiques peuvent transmettre le paludisme, la maladie du sommeil, la leishmaniose (les souches importées peuvent se recombiner avec celles présentes en France), la borréliose, la fièvre jaune, la dengue, le chikungunya…

2°) Ce sont aussi des maladies tropicales, lèpre, mycoses, des maladies sexuellement transmissibles comme la syphilis. Le docteur André Basset (*) fait observer que la lèpre, chez un migrant, peut demeurer sous forme latente ou inapparente et rester plusieurs années avant de se déclarer. Il préconise le dépistage aux frontières. Chez un migrant, la sérologie positive, séquelle de l’enfance n’est pas contagieuse, elle l’est en provenance d’un contact récent.

3°) C’est aussi la tuberculose, surtout sous la forme pulmonaire qui est la plus contagieuse. Le docteur Gentilini (*) indique que « chez le noir, elle est caractérisée par son polymorphisme, sa survenue entre le sixième et le vingtième mois de séjour en France ». Le docteur Coudrau (*) souligne lui aussi qu’elle touche surtout les africains noirs.

Les migrants, le plus souvent africains, que l’on impose dans nos villages constituent donc un groupe à haut risque. Le Docteur Gentilini (*) tout comme l’O.M.S en 2016 préconise un dépistage systématique dés l’arrivée, et, au minimum tous les six mois, sur une durée de 18 à 24 mois. IL déclarait indispensable l’établissement d’un carnet de santé national pour tout immigré ainsi que la vaccination obligatoire par B.C.G bien qu’elle ait une protection limitée en raison de la sur contamination.

L’Institut Pasteur recommande de surveiller les eaux et les aliments pour éviter d’exposer la population locale à des risques inutiles d’hépatites A, ainsi que diffuser l’information aux populations sur les risques d’hépatites B, laquelle se transmet par le sang et le sexe.

L’OMS demande un dépistage systématique des cas de Coronavirus (Mers-Cov) et la prévision de salles d’isolement car il peut engendrer des pneumopathies sévères. De même pour les porteurs de VIH et hépatites virales. Le réseau « sentinelles » avec Fanette Blaizeau, dés 2013 recommande la vaccination des migrants de plus de 16 ans par DT Polio, ROR et Méningo C.

On impose au cœur de nos villages, comme à Arzon (56) ou à Sainte Marie (66) des populations de clandestins, réservoirs infectieux contaminants et rien n’est prévu pour la prophylaxie. Ces « sacs à maladie » sont de plus en plus difficiles à soigner car tout dépistage ou traitement leur paraît discriminant. En l’état actuel de l’autorité de l’État, il semble improbable d’imaginer une quelconque contrainte.

Or la situation est criminelle car il faut savoir que le crachat d’un homme atteint de tuberculose contient des bacilles pouvant survivre plusieurs mois dans la terre. De plus les animaux, porteurs de souches proches, peuvent les transmettre aux aliments… sans évoquer certaines pratiques avec les animaux… Le 19/03/16, l’ O.M.S signalait le risque très élevé de la tuberculose multi résistante chez les migrants. Il faut savoir que la résistance aux anti-microbiens rend mortelles des maladies devenues incurables telles que pneumonies, V.I.H, tuberculose et paludisme etc, mortelles aussi pour les populations d’accueil.

Pour rappel, les eaux, la terre, les aliments, peuvent être contaminés même en évitant le contact direct. Alors, est-il prévu de décontaminer les locaux, les moyens de transport de ces gens, interdire les baignades en rivière ou en piscine ? C’est une bien cruelle responsabilité qui échoit aux maires des communes d’accueil alors qu’ils n’y ont pas été préparés et ils auront pourtant à rendre des comptes. Ont ils demandé une décharge aux préfets ? Sont ils bien conscients de leurs responsabilités ?

Eric Obso

Texte repris de la Fondation Polémia

 

21:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)