Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1178

  • Proche-Orient: ce qu'en disent les candidats à la présidentielle

    Lire: http://www.crif.org/fr/revuedepresse/proche-orient-ce-qu%E2%80%99en-disent-les-candidats-%C3%A0-la-pr%C3%A9sidentielle/30818

     

    20/04/12

  • Discours de Marine Le Pen dans une exploitation laitière bio des Côtes-d'Armor

    Posté par le 20 avril 2012

     

    Discours de Marine Le Pen lors de son déplacement cette semaine à Merdrignac dans les Côtes-d’Armor dans une exploitation laitière bio

    C’est avec un immense plaisir que je passe la dernière journée de la campagne de ce premier tour des élections présidentielles en Bretagne, dans cette ferme de Merdrignac. Agriculteurs et pêcheurs, habitants des campagnes de France, vous avez été mes meilleurs soutiens tout au long de cette campagne, mes meilleures rencontres souvent aussi !

    Après Sète, Brachay, Le Tréport, Châteauroux, Chablis, Boulogne sur Mer, Brienon- sur-Armançon et tant d’autres lieux, je suis aujourd’hui avec vous, à Merdrignac, en Bretagne ! Je reviens dans cet Ouest que j’aime, cet Ouest qui m’a tant donné, où j’ai mes racines. L’Ouest des marins et des terriens, des pêcheurs et des agriculteurs, des entrepreneurs et des grands navigateurs, l’Ouest épris de liberté. L’Ouest fier de ses traditions, traditions dont le bagad Kerlenn Pondi, que vous connaissez tous ici est un magnifique exemple. L’Ouest qui a vu ces dernières années son tissu économique, l’un des plus remarquables de notre pays, mis à mal par une crise dont il n’est en aucun cas responsable, l’Ouest qui se bat et ne se plaint jamais, qui sais que la crise est loin d’être fini mais qui ne cèdera pas !

    Le 2 mars, j’ouvrai à l’occasion du Salon de l’Agriculture les cahiers de doléances de la ruralité, de l’agriculture et de la pêche. Ces doléances, je n’ai cessé de les recueillir tout au long de la campagne. Aujourd’hui, je veux être la voix de ceux que nos élites refusent d’entendre, de ceux que nos élites préfèrent occulter au profit de victimes autoproclamées, de délinquants, d’extrémistes, sur lesquels ils ne cessent de déverser l’argent de ceux qui bossent, de ceux qui triment en silence, de ceux qui ne sont bons qu’à payer toujours plus !

    La crise ruine les travailleurs, les entrepreneurs courageux pendant que les puissants ne cessent de s’enrichir ; Bruxelles veut en finir avec nos paysans, avec nos pêcheurs, avec nos artisans, avec nos commerçants, avec nos entrepreneurs, avec tous ceux qui sont les forces vives de ce pays ! Quels crimes ont donc commis tous ces gens pour mériter un sort aussi cruel ? C’est malheureusement très simple : ils sont honnêtes et courageux, ils aiment leur travail et, plus que tout leur liberté ! Ces vertus entravent les ambitions de quelques puissants qui n’ont qu’une obsession : toujours plus pour eux et toujours moins pour les autres ! Je veux être la vigie de nos libertés, des vertus que je chérie, la vigie de notre vieux pays qui a encore tant à dire et ne veut plus se soumettre !

    La révolte gronde ! L’heure est venue de rendre la parole aux honnêtes gens, aux oubliés, aux invisibles, l’heure est venue d’écouter leurs doléances ! Lire la suite de cet article »

  • VIDEO - Florian Philippot invité de TV5 Monde

    Cliquez sur le lien: http://www.tv5mondeplus.com/video/20-04-2012/tv5monde-le-journal-253036

     

    20/04/12

  • Jacques Colombier (FN): "La deuxième place se jouera dans un mouchoir de poche"

     

    Jacques Colombier (FN) : « La deuxième place se jouera dans un mouchoir de poche »
     
     
     

    20/04/2012 – 15h00
    BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) – Hier, à trois jours du premier tour des élections présidentielles, Jacques Colombier, secrétaire départemental du Front national en Gironde, a accepté de répondre aux questions d’Infos-Bordeaux, sur un scrutin dont il perçoit une issue plus serrée que celle promise par les sondages.

    Infos-Bordeaux : Marine Le Pen a-t-elle une chance d’accéder au second tour de l’élection présidentielle ?

    Jacques Colombier : Oui tout à fait ; la deuxième place se jouera dans un mouchoir de poche. Nous sentons sur le terrain chaque jour un accueil et une adhésion grandissante au projet de Marine Le Pen et un rejet clair des frères siamois de la politique que sont Sarkozy et Hollande. Même les sondages qui semblent déjà donner le 2ème tour avant l’élection, et ce n’est pas innocent, font remonter la candidate du Front National. C’est dans la dernière semaine que se joue le match.

    Si elle était élue, quelles seraient ses premières mesures ?

    Redonner le pouvoir aux Français, c’est à dire renégocier les traités européens véritables carcans qui les privent de décider qui entrent et restent chez nous, qui empêchent de protéger nos entreprises et donc nos emplois ; mettre en place la préférence nationale pour l’emploi, le logement comme les prestations sociales ; redonner du pouvoir d’achat aux Français en augmentant de suite de 200 euros les plus bas salaires ceci compensé par une taxe sur les importations.

    Comme en 2007, le président sortant peut-il arriver à séduire une part de votre électorat ?

    Je ne le pense pas. Les Français ont pendant cinq ans, ce n’est pas rien, eu le temps de s’apercevoir que N.Sarkozy avait tout promis et rien tenu ; que cet homme n’avait ni convictions ni colonne vertébrale. Il a non seulement trahi mais accéléré l’islamisation de notre pays ; il a augmenté le poids des impôts et taxes. Il est totalement acquis à l’Europe supranationale qui veut dissoudre la France dans un conglomérat européiste puis mondialiste. Il a livré la France aux marchés financiers, à la dictature de la finance et appauvrit les Français. Voilà ce que représente concrètement le vote Sarkozy.

    Que diriez-vous à un électeur tenté d’apporter son suffrage à Nicolas Sarkozy ?

    Une fois tous les cinq ans les Français ont enfin l’occasion de peser et de sanctionner cette politique mortelle pour la France. Qu’on se s’y trompe pas c’est une question de SURVIE pour notre Pays comme nation libre et souveraine. L’heure est grave et le choix est clair : soit on reprend les mêmes et on continue soit on prend une autre voie celle de la nation, de la France pour résister, pour gagner.

    Le Front national semble en retrait sur les « fondamentaux ». Au moment où la parole se libère et les faits semblent donner raison aux analyses du Front national, n’est-ce pas paradoxal ?

    Marine Le Pen pendant cette campagne a défendu ce qui a fait du Front National un immense espoir pour des millions de français depuis des années : que ce soit la défense de notre identité en combattant l’immigration véritable invasion, la reconquête de la souveraineté de notre pays et du pouvoir d’achat des français, la résorption de la dette, la lutte sans concession contre l’insécurité, la sauvegarde de nos valeurs, de notre culture et des racines chrétiennes de la France, elle a été très clair sur cela. Les faits nous donnent en effet raison, c’est ce qui sera déterminant dans cette campagne. Nous devons la vérité aux français elle nous rend libre et plus fort face au système.

    Les élections législatives auront lieu dans un mois et demi. Quelle est la situation en Gironde ? Le Front national a-t-il investi des candidats « d’ouverture » ?

    En Gironde elles concernent douze circonscriptions. Le Front National présentera douze candidates et candidats. La liste sera dévoilée juste après les présidentielles. Dans le cadre d’un rassemblement des patriotes un candidat d’ouverture a été investi, faisant partie du Siel le mouvement souverainiste de Paul Marie Coûteaux.

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

     

  • "Fuites" des résultats avant 20h: Sarkozy et Hollande s'emparent du débat

    Y aura-t-il des «fuites» avant 20 heures dimanche ? A trois jours du premier tour de l'élection présidentielle, et alors que «Libération» a fait savoir qu'il se réservait le droit de publier sur son site les estimations de résultats dès 18h30, la question agite les rédactions. Le parquet de s'est fait menaçant ce jeudi : «En concertation avec la police judiciaire parisienne, un dispositif a été arrêté permettant au parquet de , en cas de violation de cette interdiction, de saisir immédiatement pour enquête la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la direction régionale de police judiciaire», a indiqué dans un communiqué le procureur de la République à Paris, François Molins.

      
    Nicolas Sarkozy a fait savoir qu'il ne serait «pas choqué» que les premières estimations soient divulguées de façon anticipée. Interrogé sur Europe 1, il a appelé à ne pas «recréer une ligne Maginot». «Nous avons des règles qui parfois sont datées, tout le monde le sait, c'est une forme d'hypocrisie», a souligné le président-candidat. Son rival socialiste a, lui, appelé à «être sévère» contre ceux qui publieraient dimanche avant 20 heures des résultats. «Il faut respecter, si les Français votent jusqu'à 19 heures, même certains jusqu'à 20 heures, c'est bien parce qu'ils ne connaissent pas le résultat», a réagi François Hollande à l'AFP. Devant un débat récurrent, il se dit favorable à l'avenir à l'instauration d'une heure unique de clôture à «19 heures» pour remédier à ce problème.

    Des estimations communiquées dès 18h45 aux médias

    Selon l'article L.52-2 du code électoral, toute diffusion d'un résultat, même partiel, est interdite avant la fermeture du dernier bureau de vote en métropole, soit 20 heures. Or, la plupart des bureaux de vote ferment à 18 heures et des estimations des instituts de sondages sont communiquées dès 18h45 à quelques responsables de médias, notamment ceux de l'audiovisuel associés à ces instituts pour les soirées électorales.

    Les médias français ont toujours respecté l'embargo. Même si, avec l'avènement d'internet dans les années 2000, des sites étrangers ainsi que des blogs plus ou moins confidentiels avaient «fuité» en 2007 quelques estimations ou fait allusion à des tendances. Mais l'émergence des réseaux sociaux bouleverse la donne pour le scrutin à venir. L'activité de millions de comptes Twitter et Facebook est-elle compatible avec cette forme de «rétention de l'information» ? Selon l'AFP, la plupart des médias généralistes affirment qu'ils attendront 20 heures. C'est la position adoptée par «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France».

    «Libération» et l'AFP s'interrogent

    D'autres «réservent» leurs réponses. Pour Nicolas Demorand, directeur de la rédaction de «Libération», la loi représente «un vrai problème démocratique» dans la mesure où «le monde des médias, de la politique et leurs amis sont informés avant» les électeurs. C'est pourquoi le quotidien «se réserve le droit» de publier sur son site Internet les estimations de résultats dès 18h30, «si l'écart est net et les sources fiables», précise Nicolas Demorand. L'Agence France-Presse «se pose les mêmes questions» et «fera connaître sa position vendredi», explique son directeur de l'Information Philippe Massonnet.

    Plusieurs sites étrangers ont, en revanche, pris leur décision : la Radio-télé francophone publique belge RTBF, le journal Le Soir de Bruxelles, mais aussi la Radio-Télévision suisse (RTS) ou le site de Lausanne 20minutes.ch, hors d'atteinte des foudres de la loi française, ont annoncé qu'ils publieraient les estimations avant 20 heures, prévoyant même un afflux de visiteurs français sur leurs sites. Toutefois, l'institut TNS Sofres a décidé de ne communiquer aucun chiffre à des médias étrangers, selon un porte-parole.

    Un dispositif de surveillance des réseaux sociaux dimanche

    Face à ces initiatives, la commission des sondages est bien décidée à faire appliquer la loi et rappelle que les contrevenants s'exposent à une amende pouvant atteindre 75 000 euros. Selon elle, les médias suisses et belges sont d'ailleurs passibles de poursuites, bien que ceux-ci s'en défendent. «A partir du moment où un site est consulté à partir d'une adresse IP hébergée en France, il y a diffusion en France», estime la Commission.

    Mais comment contrôler les comptes de tous les journalistes, des membres des états-majors des partis, etc ? Pour traquer les éventuelles infractions, la commission fait savoir que des dizaines de personnes, utilisant des logiciels de recherche par mot-clé, assureront la surveillance des réseaux sociaux et du web. Tous les détails de ce dispositif seront évoqués vendredi lors d'une conférence de presse de la commission des sondages et de la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale.

      LeParisien.fr                        

  • Appel dans l'affaire Marine Le Pen contre Eva Joly

    Posté par le 19 avril 2012

     

    Communiqué de Wallerand de Saint Just, avocat de Marine Le Pen

    L’appel interjeté par Marine Le Pen du jugement rendu le jeudi 19 avril 2012 et relaxant Éva Joly sera examiné par la Cour d’appel de Paris le samedi 21 avril 2012 à 10h00 dans les locaux de la 10e chambre au Palais de justice de Paris.

  • Le dernier sondage CSA 22h 28

    PARIS (Reuters) - François Hollande arriverait en tête au premier tour de l'élection présidentielle dimanche avec 28% des voix contre 25% à Nicolas Sarkozy, et l'emporterait au second avec 57% des suffrages, selon un sondage CSA pour BFM TV, 20 Minutes et CSC.

    La candidate d'extrême-droite Marine Le Pen arriverait troisième avec 16% des voix, devant le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon (14,5%) et le centriste François Bayrou (10,5%°). L'écologiste Eva Joly est à 2%, les autres candidats à 1,5% ou moins.

    Le sondage a été réalisé les 18 et 19 avril auprès d'un échantillon national représentatif de 1.134 personnes âgées de 18 ans et plus, dont 1005 inscrites sur les listes électorales en France, constitué d'après la méthode des quotas.

    Thierry Lévêque

    Le Point - 19/04/12

  • Censure partisane de Jean-Marie Le Pen à la Région PACA

    Posté par le 19 avril 2012

     

    Les censeurs socialistes dirigeant la région PACA refusent que Jean-Marie Le Pen publie dans le journal de la Région, comme la loi l’impose, l’article suivant :

    1962-2012 : Non aux subventions à la FNACA !
    Le cessez-le-feu du 19 mars 1962 devait permettre la fin des violences dans les départements français d’Algérie. Cette date marqua en fait la multiplication des massacres : entre le 19 mars et l’été 62, plus de civils furent assassinés que durant les 8 ans de guerre ! Des milliers d’Européens et des dizaines de milliers d’Harkis périrent torturés, mutilés, égorgés pour avoir choisi la France et non le terrorisme.
    Malgré cela, l’exécutif régional subventionne régulièrement des associations telle que la FNACA qui cautionnent de fait ces crimes en célébrant le 19 mars 1962.
    Le Front National exige qu’aucune autorité nationale ou locale ne participe officiellement à une quelconque célébration de cette date à partir de laquelle nos compatriotes, n’ayant d’autre choix que la valise ou le cercueil, fuirent en masse : un million de rapatriés débarquèrent en PACA à Marseille et à Nice.
    Comment oublier l’interdiction faite à l’Armée d’intervenir face aux massacres des Européens et des Musulmans patriotes ?
    Comment oublier le comportement de certains dockers CGT jetant dans le port les quelques biens que ces malheureux avaient pu sauver en s’enfuyant ?
    Comment oublier les propos du maire socialiste de Marseille qui déclarait « que les Pieds-noirs aillent se réadapter ailleurs » ? Ces mêmes socialistes qui acceptent désormais toutes les populations immigrées.
    Aujourd’hui, les représentants de l’UMPS favorisent l’implantation en PACA d’individus dont, trop souvent, la haine de la France éclate au grand jour, brûlant le drapeau tricolore, sifflant la Marseillaise, insultant, agressant ceux qui ont à leurs yeux le seul tort d’être français.
    Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. Un demi-siècle après ces évènements, nous sommes les seuls à ne pas oublier…

    Dans toutes les revues émanant des Collectivités territoriales, d’ailleurs le plus souvent dédiées à la gloire de la majorité, comme c’est le cas en Région PACA, la loi impose tout de même de réserver un petit espace pour l’opposition.

    Le président du Conseil régional, Michel Vauzelle, a fait signifier à plusieurs reprises par son directeur de cabinet qu’il refusait de publier l’article du groupe Front National dénonçant les subventions aux associations telles que la FNACA qui militent pour commémorer le funeste 19 mars 1962.

    Faisant fi de la liberté d’expression, il ose exiger que soient supprimés dans l’article les termes « torturés, mutilés, égorgés » concernant les harkis massacrés après le 19 mars 1962, « CGT » à propos de certains dockers passant par-dessus bords les biens des Pieds-noirs rapatriés en Métropole, et « socialiste » à propos du maire de Marseille Gaston Deferre.

    L’intégralité de l’article et des termes qui y sont employés ne relèvent -malheureusement- que de la pure réalité historique, ce qui justifie le refus du groupe Front National pour toutes subventions telles que la FNACA.

    Les héritiers du socialisme, du communisme comme du gaullisme ont-ils honte de leur passé ? Apparemment… et on les comprend : les Harkis abandonnés furent effectivement « torturés, mutilés, égorgés » mais aussi il est vrai, qu’ils furent aussi ébouillantés, exécutés, ou brûlés vifs… Les Dockers en question étaient syndiqués à la CGT, on aurait pu dire communistes (mais il est vrai que c’est moins précis), et Deferre était bien socialiste à moins que M. Vauzelle ne le conteste également…

    Jean-Marie Le Pen invite les censeurs à ouvrir les livres d’Histoire traitant de ces questions !

    Cette opposition à l’expression de la liberté d’expression en violation complète des droits de l’opposition est scandaleuse et partisane.

    Jean-Marie Le Pen engage dès à présent un recours devant le Tribunal administratif pour que les 23 % d’électeurs de la Région PACA qui lui ont fait confiance puissent disposer de représentants libres de leur expression.

    Il invite tous les Français amoureux de la Liberté à se prononcer dès ce dimanche 22 avril en faveur de Marine Le Pen, seule capable de protéger nos libertés conquises de haute lutte.

    Contre la Police de la Pensée,
    Pour la Liberté,
    Ce dimanche, pour Marine, pas une voix ne doit manquer !

  • Opération : " Allons-y Marine ! "

    Posté par le 19 avril 2012

     

    Communiqué de Julien Rochedy, président des Jeunes avec Marine

    Nous lançons l’opération « Allons-y Marine ! ».

    Sur tous les réseaux sociaux, affichons ce visuel (ci-dessous), afin de montrer au système que les Français vont se mobiliser en masse pour amener Marine au second tour le 22 avril.

    Ils vont se mobiliser pour aller voter pour Marine Le Pen afin d’adresser un message fort à toute la classe politique UMPS qui a trahi les Français depuis plus de trente ans, et pour porter la seule candidate patriote au pouvoir.

    Alors, le 22 avril, avec Marine, pour la France et pour l’avenir : Allons-y !

  • La Mer du Nord

     

    sans-titre.png mer du nord.png

    La Mer du Nord à Ostende