Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2011

Marine Le Pen invitée des "Grandes Gueules" sur RMC

Marine Le Pen, Présidente du Front National et candidate à l’élection présidentielle de 2012, est l’invitée de l’émission « Les grandes gueules » sur RMC.

 Marine Le Pen est interpellée sur le fait que le vice-président du Front National, Louis Aliot, se trouve actuellement en Israël.

Elle précise qu’il est « allé en Israël car un certain nombre de Français qui habitent en Israël voulait le rencontrer, ils avaient des gens à lui présenter, et voulaient connaitre mieux le programme de la candidate Marine Le Pen et, par conséquent, il a répondu à cette invitation. »


  

NPI - 12/12/11

19:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Scoop JSSNews: Louis Aliot en visite secrète en Israël

 

Exclusivité JSSNews : Certains l’appellent Louis Aliot. D’autres préfèrent dire "Monsieur Marine Le Pen" ou «Loulou la Purge » en raison de sa tendance à écarter ou limoger tous ceux qui ne sont pas de son avis.

Louis Aliot à son arrivée à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv - Crédit Rémy Marceau - JSSNews

Dans les faits, cela ne change rien, puisque le directeur de campagne de la Présidente du Front National est aussi son compagnon dans le privé. Ceci expliquant peut-être cela, on aimerait quand même bien savoir ce qu’il vient faire aujourd’hui en Israël, lors d’une visite qui n’a pas du tout été médiatisée, entourée du plus grand secret.

 

Selon des informations obtenues par JSSNews, Louis Aliot a décollé ce matin de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle pour Tel-Aviv. Plusieurs sources concordantes ont confirmé avoir vu le numéro deux du FN s’envoler pour l’Etat Juif à bord d’un vol de la compagnie nationale israélienne d’aviation El Al.  Afin d’éviter toute fuite, il aurait acheté son billet ce matin quelques instants avant le départ. Louis Aliot a atterri à Tel-Aviv peu après 17 heures, dans l’anonymat le plus complet. Il était accompagné d’au moins une personne (un garde du corps ?). Une autre personne l’attendait à sa sortie dans le hall des arrivées. Un journaliste de JSSNews envoyé à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv confirme l’avoir vu sortir du terminal 3 à 18 heures précises.

Que vient-il faire en Israël ? Au nom de qui ? Qui doit-il rencontrer ?

Car si Marine Le Pen n’est pas la bienvenue pour le Ministère israélien des Affaires Etrangères, il n’en est pas de même pour son compagnon.

Louis Aliot (et son accompagnateur) à leur arrivée à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv. Crédit Rémy Marceau - JSSNews

Le FN, qui, après avoir tenté de séduire l’électorat « beur », essaie depuis plusieurs mois de récupérer l’électorat juif, pourrait réussir aujourd’hui un coup monumental si le “plan Alliot” fonctionnait. Dans la mesure où l’on peut imaginer qu’il ne vient pas pour reluquer les Israéliennes sur la plage de Tel-Aviv mais pour rencontrer des décideurs politiques, il serait bon de se demander qui a le courage de rencontrer ce représentant frontiste et la teneur de leur réunion.

Louis Aliot n’est pas un saint. C’est d’ailleurs un fin stratège politique. L. Aliot, c’est “l’homme à la beurette”. Organisateur de la campagne en 2007 qui s’affichait dans toute la France à grand coup de panneaux publicitaires. Mais Alliot, c’est aussi l’auteur du discours de Jean-Marie Le Pen à Valmy. Celui-là même où il drague les Arabes de France et où, entre les lignes, surgissent tous les poncifs du complot judéo-mondialiste :

« Et vous aussi, Français d’origine étrangère, je vous invite à nous rejoindre
[...]
De quel droit ces internationalistes de droite et de gauche nous contestent-ils l’usage de ce symbole, eux qui ont, par leur politique d’intérêt égoïste, ou par une naïveté conduisant à la même soumission, livré la France aux pouvoirs étrangers de l’immigration sauvage et de la mondialisation.
[...]
De quel droit ces gens-là, souvent issus des élites les plus illégitimes et les plus corrompues, nous contesteraient-ils l’accès à ce lieu ?
[...]
Eux qui ont trahi la Nation, son peuple et la République à Maastricht et ailleurs…
[...]
Oui, tous unis, gaulois, céfrans, ouvriers et entrepreneurs, paysans, pêcheurs et poètes, qui veulent apporter à la France leur courage et leur énergie »

Louis Aliot et sa compagne, Marine Le Pen, ont bien changé la décoration de la vitrine de leur boutique, mais ils y vendent toujours la même came ; le Front National d’antan et sa haine de tout ce qui n’est pas « français de souche ». D’ailleurs, Marine Le Pen n’a-t-elle pas déclaré lors d’une récente interview qu’elle ne reniait en rien l’héritage de son père ?

A ce jour, elle n’a jamais condamné ses dérapages verbaux.

Par Rémy Marceau et Jonathan-Simon Sellem – JSSNews

TOUTE MENTION DE CETTE INFORMATION DOIT PORTER LA MENTION JSSNEWS – ANY MENTION OF THIS INFORMATION SHALL BE MARKED JSSNEWS -

11/12/11

(Cliquez sur les photos)

 

19:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Manipulations américaines en Russie

La révolution des rubans blancs n’a pas eu lieu

L’Histoire ne retiendra pas le 10 décembre 2011. Malgré un battage internet intense et la promesse par les médias occidentaux d’une révolution orange, les manifestations organisées dans différentes villes de Russie par l’opposition pro-occidentale n’ont évité le ridicule qu’à Moscou et Saint-Pétersbourg. Dans le reste de la Russie, elles n’ont pas atteint la taille critique qui en auraient fait des événements politiques significatifs.

À Moscou, la manifestation devait commencer à 14h00, mais dès 13h30, le flux massifs et continu des manifestants commença à envahir la place Bolotnaïa. Il en fut ainsi jusque vers 16h00. Cependant dès 14h40, un flux inverse de gens quittant la manifestation commença à s’écouler et vers 15h30, il devint plus important que le flux rentrant. Beaucoup de Moscovites sont sans doute venus plus curieux que militants. Ces allées et venues font que si 25 à 30000 manifestants participèrent au meeting, la place fut occupée en permanence par environ 15 à 20000 personnes. L’atmosphère fut dans l’ensemble assez bon enfant, la majorité des gens n’étaient pas venus pour faire la révolution. Les forces de l’ordre se sont montrées bienveillantes et sont intervenues vers 16h30 pour permettre au flux grossissant des partants de ne pas se faire écraser par les voitures.

À l’intérieur de la manifestation se trouvaient un ensemble de groupuscules et de partis politiques hétéroclites, ce qui en dit long sur le « programme commun » de nos démocrates américanophiles. Le « levy front » antifasciste (front de gauche) de Sergeï Udaltsov, côtoya ainsi les monarchistes et les anarchistes, qui eux-mêmes, défilaient au côté des communistes du KPRF, fraichement ralliés à la manifestation, comme les quelques représentants de Russie Juste. Vers 15h00, un à deux milliers de  fascistes visiblement issus de la galaxie qui tournait autour du groupe récemment dissous, le DPNI, arrivèrent dans la manifestation, encagoulés, prêts à en découdre avec les «Tchétchènes de Poutine ». Sur la scène les intervenants se succédaient avec un message politique qui réclamait de nouvelles élections et affirmait le rejet de  Vladimir Poutine, revendiquant ouvertement le soutien d’Hillary Clinton, devenu l’égérie des quelques centaines de libéraux regroupés autour du podium.

Beaucoup, y compris l’auteur de ces lignes, avaient redouté le pire, mais dès 17h00 il devint clair que la manifestation se disperserait sans problème sous l’œil bienveillant des OMON.

Même si nous sommes donc bien loin d’un début de révolution colorée, cette manifestation est cependant riche en enseignements.

- 25 à 30000 manifestants pour 18 millions d’habitants, cela peut paraître insignifiant, mais pour Moscou, on peut estimer que c’est une manifestation importante. Si le noyau dur était composé de plusieurs groupuscules fascistes, antifascistes, libéraux, monarchistes ou anarchistes, la majorité des participants étaient sincères dans sa démarche. Il y a donc bien une inquiétude d’une partie de la population russe, qui doit être prise en compte par le Kremlin.

- Le gouvernement russe a bien joué cette partie, en autorisant la manifestation et en évitant les provocations avec les forces de l’ordre. L’absence de répression est un mauvais point pour les libéraux, qui préfèrent se rassembler sans autorisation pour provoquer les arrestations sous les yeux des caméras occidentales.

- Le mouvement libéralo-fascisto-gauchiste a montré ses limites :

  • Pas de programme commun possible entre ces factions que tout oppose.
  • Pas de résultats immédiats tangibles suite à la manifestation.
  • Pas de leader valable pour mener ce conglomérat hétéroclite. Boris Nemtsov, réduit à distribuer ses livres gratuitement pendant la manifestation, est surtout connu pour son incompétence en tant que ministre, qui mena la Russie à la crise d’août 1998. Mikhaïl Kassianov, l’homme du clan Eltsine et de la spéculation sur les GKO (bons du trésor), est surnommé de temps à autre, Misha 2%, en souvenir de ce temps où il était si facile de s’enrichir rapidement.

- Bien que pris au dépourvu, les partisans du Kremlin commencent à réagir. La collusion entre le célèbre opposant Navalny, l’ONG Golos et l’ambassade américaine est désormais étalée sur la place publique. Le fait que le domaine www.belayalenta.com (rubans blancs) a été enregistré en octobre 2011 démontre bien que ce mouvement n’a rien de spontané. La collaboration de Navalny aux mouvements racistes démontre de son côté que la démocratie en Russie n’est sans doute pas le but recherché par le département d’État américain. Plusieurs bloggeurs russes ont en outre souligné la double nationalité russo-israélienne des agitateurs pro-américains, certains comme Anton Nosik ayant même servi dans Tsahal. Le ministère des Affaires Étrangères israélien ayant soutenu clairement le Kremlin quant au déroulement des élections russes, il semble cependant que les ficelles soient davantage tirées de Londres ou de New York, plutôt que Tel-Aviv.

La médiocrité de l’opposition russe pro-américaine ne doit cependant pas atténuer le fait que la Russie de Vladimir Poutine doit faire face à une usure réelle du pouvoir, qui s’ajoute à une inquiétude globale, tandis que le monde entier s’enfonce dans une crise sans précédent. Il est impératif que le futur gouvernement russe reprenne les réformes au même rythme qu’entre 2000 et 2004. Selon son propre aveu, seules 39% de celles qui étaient prévues ont été accomplies. Le meilleur moyen de contrer les opérations de déstabilisation du département d’État américain est de ne laisser aucune prise aux agitateurs.

Xavier Moreau

Saint-Cyrien et officier parachutiste, titulaire d’un DEA de relations internationales à Paris IV Sorbonne, spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide. Fondateur d’une société de conseil en sûreté des affaires, installé en Russie depuis 10 ans, travaillant également sur l’Ukraine, le Kazakhstan et la Serbie.

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine - 12/12/11

18:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Intense émotion aux obsèques du policier aixois Eric Lalès

Les obsèques du policier Eric Lalès, 37 ans, se sont déroulées cet après-midi dans la cour de l’Hôtel de police de Marseille, en présence de plusieurs centaines de policiers, d'élus et d'autorités. La cérémonie a été marqué par un moment d'intense recueillement et de lourde émotion.

"Le meurtre d'un policier n'est pas un meurtre comme les autres. Tuer un policier n'est pas seulement tuer un homme, c'est frapper la Nation", a déclaré le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, lors de son allocution. Il a fait Eric Lalès Chevalier de la légion d'Honneur à titre posthume.

La Provence - 12/12/11

18:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Quel est le nom de cette ville ?

untitled.jpg

01:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

VIDEO - Meeting de Marine à Metz: discours de Thierry Gourlot (extrait)


Meeting Marine à Metz Thierry GOURLOT par Mika-57

11/12/11

01:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Meeting à Metz: l'ouverture


Meeting de Marine Le Pen l'ouverture par Mika-57

11/12/11

00:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Marine Le Pen promet d'être la présidente du "retour au réel"


Marine Le Pen promet d’être "la présidente du... par BFMTV

11/12/11

00:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Abattage rituel halal et casher

  • Saignée halal et casher :

Les abattoirs pratiquant l'abattage rituel doivent posséder un piège rotatif (box d'abattage ou casting pen) qui permet de s'orienter vers La Mecque ou vers Jérusalem. Le bovin doit avoir la tête bloquée et le cou saillant. L'opérateur déclenche la rotation du piège le long d'un axe horizontal. Le bovin se retrouve donc les pieds en l'air avec la tête dirigée dans la direction voulue. Le sacrificateur rituel (juif ou musulman) place le couteau sous la gorge de l'animal et procède à la saignée sans anesthésie ou étourdissement. Les personnes participant à ces saignées ont généralement reçu un enseignement religieux et pratique. Dans le rite halal (culte musulman), l'animal est dirigé vers La Mecque et il est égorgé.

Dans le rite casher (judaïsme), le sacrificateur rituel dirige l'animal vers Jérusalem et procède à l'égorgement (chehita) puis à la fouille des poumons et des autres viscères ; une anomalie, aussi infime soit-elle, peut conduire à la disqualification de la carcasse à titre religieux mais n'est pas pour autant consignée ou saisie par les services vétérinaires, véritables garants de la santé publique. Cette viande discréditée peut alors être introduite dans le parcours « classique ».

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abattoir

Wikipédia

 

00:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les risques sanitaires liés à l'abattage halal - Par Alain de Peretti, Docteur vétérinaire

On évoque toujours les problèmes posés en la  matière  par la souffrance animale, et par  la « taxe » de financement occulte de l’islam par les consommateurs.

Ces problèmes sont bien sûrs réels. Il en est un autre qui nous concerne tous et mérite d’être évoqué, une question essentielle et occultée : l’aspect sanitaire et de sécurité alimentaire.

Alain de Peretti

Alain de Peretti

En effet, rappelons que dans l’abattage halal, l’animal est tourné vers la Mecque, saigné sans étourdissement ;  il est pratiqué une très large incision  de la gorge jusqu’aux vertèbres, sectionnant tous les organes de la zone, veines jugulaires et carotides pour la saignée, mais aussi la trachée et l’œsophage.
Cette pratique entraîne les conséquences anatomo-physiologiques suivantes :

  • Une régurgitation du contenu de l’estomac par l’œsophage, lequel se trouve anatomiquement juste à côté de la trachée.
  • L’animal continue de respirer, même très fort du fait de l’agonie qui peut durer jusqu’à 1/4 h rappelons le, et inspire ces matières souillées riches en germes de toutes sortes.
  • Ces matières inspirées jusqu’aux alvéoles pulmonaires larguent leurs germes  dans le sang d’autant plus facilement que la paroi des alvéoles pulmonaires est très mince et que la circulation sanguine, rappelons le, est toujours en cours dans cette période d’agonie, et même accélérée par le stress au niveau des organes  essentiels.
  • Un risque énorme de contamination en profondeur de la viande est donc encouru.
  • On observe de plus, du fait du stress intense, 2 phénomènes physiologiques qui  se conjuguent : la chute de tous les mécanismes de défense immunitaires, et la concentration du sang dans les organes essentiels, on peut dire que l’animal « retient son sang ». C’est un processus naturel de survie qui entraîne vraisemblablement d’ailleurs une saignée moins bonne contrairement aux allégations des tenants de cette pratique. Il y a de plus une forte production de toxines.
  • La longueur de l’agonie entraîne enfin des soubresauts violents accompagnés de défécation et émission d’urine, le tout éclaboussant toute la zone d’abattage !!!

On voit donc bien les conséquences pour la sécurité alimentaire des consommateurs.
C’est si vrai que le règlement européen, CEE 853/2004, dans son annexe, chapitre IV intitulé Hygiène de l’abattage, paragraphe 7, alinéa (a) dit : « LA TRACHÉE ET L’ŒSOPHAGE DOIVENT RESTER INTACTS LORS DE LA SAIGNÉE « ( avec une dérogation pour l’abattage rituel…).

Le problème est que, selon des estimations récentes, 50% environ de la viande consommée est maintenant halal.  Car si les musulmans sont encore minoritaires, ils ne consomment que certains morceaux, et qu’on ne peut laisser perdre le reste de la carcasse. De plus les industriels trouvent plus simple et plus profitable de n’avoir qu’une seule chaîne d’abattage : ainsi des bêtes entières qui seront consommées hors du marché halal sont néanmoins égorgées selon ce rite oriental.

Conclusion : On enfreint le sacro saint principe de précaution, pour respecter une pratique exotique irrationnelle, insoutenable sur tous les plans, basée sur une superstition moyenâgeuse absurde. Dans ces conditions, les actuelles dérogations à la règlementation européenne permettant l’abattage rituel sont elles acceptables ?

La multiplication des cas de toxi-infections alimentaires est en tous cas prévisible… et elle touchera surtout des non-musulmans, inconscients de ces risques incontrôlés et dont les habitudes culinaires les amènent  à  consommer la viande beaucoup moins cuite.

Alain de Peretti, Docteur vétérinaire, pour Novopress France

00:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

11/12/2011

En Lorraine, Marine Le Pen veut faire entendre la voix des "oubliés"

Pour son premier meeting, Marine Le Pen avait choisi Metz en Lorraine, région durement frappée par la crise. Une manière de donner un accent social à son discours. La candidate du FN à l'Elysée a donc promis dimanche d'être la présidente "des oubliés de la politique française" et des "invisibles", devant 1.000 à 1.500 sympathisants.

 

 
Marine Le Pen s'est d'emblée posée en défenseur des anonymes face à un système libéral écrasant : "Je serai cette présidente de ces millions de Français dont on ne parle jamais et qu'on piétine allègrement" après les élections, a lancé la leader du Front national, qui s'est longuement attardée sur ce thème des "oubliés". Dans une région de Lorraine durement touchée par la crise et les fermetures d'usines, Marine Le Pen, vêtue de noir, a voulu s'adresser aux "agriculteurs, chômeurs, jeunes, artisans et commerçants, employés, fonctionnaires, retraités, habitants des campagnes françaises".  "Vous êtes ces oubliés, cette majorité invisible, broyés par un système financier devenu fou", a-t-elle poursuivi, devant une foule de tous âges. "Pour eux", les dirigeants actuels "francophobes", "face à leur Dieu le triple A, vous êtes des triples riens".

 

"L'amour de sa nation"
 

Evoquant Gandrange (Moselle), où plus de 500 emplois ont été supprimés sur ce site d'ArcelorMittal, malgré des engagements de Nicolas Sarkozy, elle a dénoncé ce "symbole des promesses trahies" et "des mensonges éhontés".   "Ma politique sera à l'opposé (...). Je dirai peu et je ferai beaucoup", a-t-elle assuré, dans l'intention affichée de reprendre à Nicolas Sarkozy le registre du volontarisme.
 
Marine Le Pen, qui a défendu l'ensemble de ces thèmes sociaux (sortie de l'euro, protectionnisme, lutte contre l'immigration), avait auparavant démarré son discours d'une heure sur une note plus classique pour le FN, en promettant que son principal thème de campagne serait "la France". Elle a exalté à plusieurs reprises le drapeau français, "l'aventure nationale", "l'amour de sa nation". La députée européenne a renvoyé dos-à-dos et dans un même "pacte sacré", "la droite affairiste et immorale et la gauche boboïsée et corrompue". Là encore un retour à la traditionnelle thématique de l'"UMPS", chère au FN qui dénonce la corruption.

Faisant huer Nicolas Sarkozy sur le thème de l'immigration, elle a prôné l'interdiction du voile "pour les usagers du service public et pas seulement pour les agents". "Lorsqu'on aime son pays, on n'organise pas sa dilution culturelle", a-t-elle lancé.

TF 1 - 11/12/11

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

"Agriculteurs, ouvriers, chômeurs"

 

11/12/11

23:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine: premier meeting de campagne à Metz

untitled.bmp MLP meeting.jpg

11 décembre 2012 - (Cliquez sur la photo)

La présidente du FN tenait dimanche son premier meeting de campagne.

«Présidente du retour au réel et des oubliés de la politique.» C'est ainsi que s'est décrite dimanche Marine Le Pen. La présidente du Front national avait pour but, lors d'un meeting tenu à Metz (Moselle), et présenté comme son premier meeting de campagne, de conjurer un réflexe légitimiste des électeurs en faveur du président sortant en pleine tourmente financière. La candidate à l'Élysée s'est adressée aux Français que la fin de l'euro inquiète. «Je leur dis qu'il n'y a pas de raison de trembler«, a-t-elle affirmé. La présidente du Front national a accusé Nicolas Sarkozy d'entretenir l'anxiété de l'opinion en refusant de prendre acte de «la fin de l'euro».

À en croire Marine Le Pen, la sortie de la monnaie unique «peut se faire correctement, dans l'ordre». Refuser de la préparer revient à précipiter la France «dans une fin non maîtrisée de la zone euro». Alternant propos argumentés et raccourcis péremptoires, le leader d'extrême droite a accusé l'Élysée de se plier aux diktats des marchés financiers. «Pour eux, face à leur dieu, le triple A, vous êtes des triples riens», a-t-elle lancé sous les applaudissements. Marine Le Pen a reproché au chef de l'État de «se coucher«face à Angela Merkel, tout en se défendant de toute «germanophobie«.

 Elle a pris l'engagement, en cas de victoire, d'être «une présidente du retour au réel, des oubliés de la société française, des invisibles dont on ne parle jamais, qu'on oublie et qui ne se plaignent pas».

« Candidats faussaires »

La tonalité générale de l'allocution de la candidate FN était plus âpre que lors de la présentation de son programme, voilà un mois, à Paris. Et les applaudissements de la salle furent plus nourris en retour. Marine Le Pen a jugé que Nicolas Sarkozy avait échoué dans le domaine de la lutte contre la délinquance. «Cette violence, l'immigration de masse vient sans cesse la nourrir«, a assuré la présidente du FN, pour qui l'immigration était actuellement «80 % plus élevée que sous Lionel Jospin«. «Les candidats faussaires sont de retour et leur culot est sans limite», a-t-elle raillé.

Comme à son habitude, Marine Le Pen a fustigé un «pacte de la droite affairiste et immorale et de la gauche bobo corrompue et décadente». Elle a tendu la main aux «hommes et femmes de droite« qui ne se reconnaîtraient plus dans l'UMP. Puis, Marine Le Pen s'est adressée assez longuement aux «hommes et femmes de gauche». La candidate FN à l'Élysée a accusé les partis de gauche d'avoir, «par utopie internationaliste«, «promu une immigration incontrôlée».

Le leader d'extrême droite a qualifié l'attachement des partis de gauche à accorder le droit de vote aux étrangers aux municipales de «retour sur investissement (…) Comme ils sont incapables d'en convaincre, des électeurs, ils vont en fabriquer», a-t-elle tonné. Fustigeant ensuite «la mise en coupe réglée du Pas-de-Calais, des Bouches-du-Rhône» par des fédérations PS qu'elle a décrites comme corrompues, Marine Le Pen a conclu: «Pour le pouvoir et pour l'argent, ils ont tué vos rêves

Le Figaro - 11/12/11

23:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Belgrade: manifestation du SRS contre "l'intégration européenne"

 

La décision de l’Union européenne de ne pas accorder à la Serbie le statut de candidat à l’Union européenne, et de reporter sa décision à février 2012, a amené le SRS, le Parti radical serbe, à organiser le 9 décembre un rassemblement devant le bureau de la Présidence à Belgrade. Des dirigeants du parti se sont réunis sous le slogan « La Serbie ne désire pas rejoindre l’Union européenne. » Ils ont déclaré que le processus d’adhésion à l’Union européenne devait être abandonné.

Le vice-président du SRS Dragan Todorovic a affirmé que l’Union européenne avait pour objectif, outre le détachement du Kosovo et de la Métochie de la Serbie, l’indépendance de la Voivodine et l’autonomie du Sandjak de Novi Pazar. Le vice-président du SRS Milorad Mircic a déclaré pour sa part que « ce dont la Serbie a besoin, ce n’est pas de l’Union européenne, mais plutôt d’une préservation de l’intégrité et de la souveraineté du pays. » Il a ajouté que « l’Union européenne est un château de carte prêt à tomber. »

Les représentants du SRS ont brûlé un drapeau européiste, puis sont partis dans le calme, en laissant une carte géographique et une copie de la Constitution pour le Président serbe, très favorable à l’adhésion, coûte que coûte.

Le SRS, qui représente près d’un tiers des électeurs serbes, est la seule formation politique d’importance en Serbie qui refuse clairement l’entrée de la Serbie au sein de l’Union européenne. Le SNS, son concurrent direct sur l’échiquier politique serbe (et scission du SRS), s'étant affirmé en faveur de l’euromondialisation du pays.

Source

NPI

22:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Meeting de Marine Le Pen le dimanche 11 décembre à Metz


Meeting de Marine Le Pen Dimanche 11 Décembre à... par MarineLePen

11/12/11

21:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Sète: il demande à quatre jeunes de se pousser: tabassé et poignardé!

Comme un "sentiment" d'insécurité...

Un homme d’une trentaine d’années a été passé à tabac et poignardé par des jeunes, mercredi, en fin de journée sur la place de la République. Qu’est-ce qui a provoqué un tel déchaînement de violence ? Un geste…

Alors qu’il circulait, en voiture, dans la rue de la Révolution, le trentenaire a demandé à quatre jeunes, empiétant sur la chaussée, de se pousser. Ce qu’ils ont fait. L’homme est allé ensuite se garer sur le parking “des puces”. Il a été agressé par les jeunes alors qu’il sortait de son véhicule. Ces ados l’avaient suivi.

 

Touché à la plèvre

Le conducteur a été passé à tabac, recevant même des coups de pied alors qu’il était au sol. Dans l’affaire, un jeune lui a même infligé un coup de couteau. Touché à la plèvre, le trentenaire a été évacué vers l’hôpital de Sète. Il a bénéficié de trois jours d’ITT.

L’un des ados a été identifié et placé en garde à vue. Après une rapide enquête, ses complices l’ont rapidement rejoint. Ils sont tous âgés entre 15 et 17 ans. Au cours des auditions, les responsabilités de chacun ont pu être établies.

Par la même occasion, l’un des suspects, impliqué dans un bris de vitre à la médiathèque, a également pu être confondu grâce à ses empreintes digitales. Les quatre Sétois ont été déférés hier au Parquet des mineurs du tribunal correctionnel de Montpellier.

Midi Libre - 10/12/11

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Policier mort à Marseille: Sarkozy accusé du pire

untitled.bmp f.jpg

(Cliquez sur la photo)

La mort du policier marseillais a-t-elle été mise en scène par la visite de Nicolas Sarkozy dans la cité phocéenne jeudi ? C'est ce que suggère le journaliste Olivier Bonnet sur son blog, Plume de presse, affirmant que le fonctionnaire était déjà en état de mort cérébrale depuis mercredi soir, sur la base du témoignage d’un membre du personnel des hôpitaux de Marseille, qui craint pour sa place et préfère resté anonyme, selon lui, et sur les affirmations d'un ancien policier.

Les faits. Le policier Eric Lalès, 37 ans, membre de la Bac d'Aix-en-Provence, était entre la vie et la mort après avoir été touché à la tête et l'abdomen le 28 novembre, lors d'une fusillade. Jeudi, Nicolas Sarkozy avait fait le déplacement à Marseille rencontrant le patron de la Police judiciaire, puis s'était rendu au chevet du blessé grave, dit entre la vie et la mort.

 Mais selon le journaliste Olivier Bonnet, l'homme était déjà mort cérébralement depuis la veille au soir. Il s'appuie sur les affirmations d'un ancien policier devenu écrivain, Marc Louboutin, qu'il cite : « Eric Lalès était dans un état désespéré depuis mercredi après-midi. Après une discussion avec les médecins, sa femme a demandé à ce qu’on le débranche. Il était en état de mort clinique, de mort cérébrale. L’annonce de sa mort est tombée en même temps que celle de la visite de Sarkozy. (…) Les réseaux sociaux de policiers ont pleuré sa mort mercredi soir à partir de 23h. Comment se fait-il que le président de la République puisse "partager les derniers instants" de ce policier 20 heures plus tard? Les politiques ont demandé à ce que la nouvelle ne soit pas annoncée. Sarkozy n’a pas vu Eric Lalès vivant. »

"Je ne l'ai pas cru. À tort"

En fin de matinée jeudi, Nicolas Sarkozy déclare avoir assisté aux « derniers instants de vie » du policier à l'hôpital Nord de Marseille. L'AFP vient alors de publier une dépêche annonçant sa mort. Nicolas Sarkozy annonce également l'attribution de 150 fusils à pompe d'ici la fin de l'année pour les Brigades anti-criminalité (Bac) des Bouches-du-Rhône. Olivier Bonnet d'en conclure que la visite de Nicolas Sarkozy aurait coïncidé avec la mort « clinique » du policier et de parler de « récupération politique ». Il n'oublie pas non plus de rappeler ce qui était écrit sur Twitter jeudi : « Un flic m'avait glissé que le policier, déjà en mort cérébrale, serait "débranché" après la venue de Sarkozy. Je ne l'ai pas cru. À tort ». Les mots sont signés de Philippe Pujol, journaliste à La Marseillaise.

"À partir de là, le décès pouvait survenir dans les prochaines heures"

Depuis, l'Elysée n’a pas encore communiqué à ce sujet. L'hôpital de son côté dément. Dans un communiqué publié vendredi, l'assistance publique des hôpitaux de Marseille dénonce des « informations erronées concernant la prise en charge et les circonstances du décès du policier » et fait part de « son étonnement et de son indignation quant à la polémique ». Joint par le Nouvel Obs, le journaliste Olivier Bonnet trouve que « le démenti de l'hôpital est partiel » et maintient ses accusations. « L'information du fait qu'il n'y avait plus d'espoir pour ce policier aurait dû être communiquée mercredi soir », ajoute-t-il. Un responsable du service de réanimation venait en effet d'expliquer à l'hebdomadaire que l'arrêt des soins palliatifs avait été décidé suite à une réunion médicale « vers 17 heures » ce mercredi. « A partir de là, le décès pouvait survenir dans les prochaines heures sans qu'il soit possible de préciser leur nombre », avait affirmé le médecin.

La polémique n'a pas fini de rebondir. D'autant que le journaliste en appelle désormais à la question qui fait encore débat en France : « quand peut-on dire qu'une personne est décédée ?" 

Actu France-Soir - 10/12/11

19:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sardan (30): le Conseil municipal anti-FN démissionne

10/12/11

18:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marine Le Pen: " Je serai la présidente du retour au réel "

La candidate du à la présidentielle tient ce dimanche son premier grand meeting à Metz (Moselle). Elle s'adressera à «la des oubliés, des invisibles», indiquait samedi soir le parti d'. «Je serai la présidente du retour au réel», a clamé Marine Le Pen cet après-midi dans un discours d'une heure au Palais des congrès.

 

 

 Ses piques les plus acérées, elle les a réservées à la gauche, «cette mafia», n'épargnant pas pour autant la droite et Nicolas Sarkozy.

A 15h45, c'est une salle agitant des drapeaux français qui a acclamé la présidente du parti d'extrême droite. Tailleur pantalon noir et chemise blanche, s'exprimant devant un fond bleu marine, elle donne le ton : «Mes chers amis, la salle est trop petite ! On connaissait les socio-démocrates, on ne connaissait pas les voyous démocrates. C'est ceux qui ont tenté de vous empêcher de passer.» A 14h30, une soixantaine de personnes appartenant au CNT, au NPA et à SOS Racisme étaient bloquées à quelques centaines de mètres du Palais des congrès. Un cordon de CRS empêchaît les militants de gauche et d'extrême gauche d'avancer plus avant, rapporte notre reporter sur place. Les manifestants, dont certains étaient encagoulés, brandissent des pancartes sur lesquelles on peut lire : «Le FN manipule le peuple», «Le FN a toujours accompagné le capital» ou «Action directe contre le capital» traduit en arabe. Les militants FN qui voulaient alors se garer dans l'enceinte du palais des congrès n'ont pas pu le faire.

«Les candidats faussaires sont de retour !» Marine Le Pen a attaqué par un réquisitoire contre «nos élites pétries de mondialisme et de renoncement». «Le temps est venu de chasser du pouvoir les imposteurs qui mentent, manipulent et escroquent un peuple français qu'ils ne méritent pas. Les candidats faussaires sont de retour !» arrangue la candidate face à l'assistance qui applaudit.

«La présidente des oubliés.» Se revendiquant de Clovis, Jeanne d'Arc et De Gaulle, la candidate le proclame : «Je serai la présidente du retour au réel, des oubliés, des invisibles, dont on ne parle jamais», cette «majorité silencieuse broyée par un système financier devenu fou». Ces oubliés, «cette majorité invisible», ce sont les agriculteurs, les ouvriers, les chômeurs, les jeunes, les fonctionnaires, les retraités.

«La caste a perdu tout contact avec le réel.» Elle renvoie dos à dos gauche à droite, les accusant de représenter un «monde virtuel tout entier tourné vers les intérêts des financiers». «Hollande, Villepin, Montebourg, Pécresse, Aubry, main dans la main pour faire battre le FN, et faire élire un voyou», a martelé la candidate dans un show parfaitement réglé. Reprochant à «la caste (qui) a perdu tout contact avec le réel» de ne parler que de triple A, de zone euro ou de subprimes, elle martèle : «Qui s’intéresse encore au pleuple français, à ce qu’il vit, à ses aspirations ?»

La main tendue à l'électorat traditionnel de gauche. Marine Le Pen, qui ne rate pas une occasion d'accuser Nicolas Sarkozy de lui «voler des voix», s'est plus particulièrement adressée à l'électorat de gauche. «Hommes et femmes de gauche, regardez ce qu’ils ont fait de vos espoirs !» a-t-elle lancé. «Le pacte sacré entre la droite affairiste et immorale et la gauche boboïsée et corrompue vous a laissés au bord du chemin». Pour enfoncer le clou, elle a surfé sur les affaires qui embarrassent le Parti socialiste, les Bouches-du-Rhône et Guérini ainsi que les soupçons de financement occulte de la fédération PS du Pas-de-Calais. Et renouvelé ses accusations de système mafieux.

Son programme : «La réindustrialisation.» Face au chômage et au problème du pouvoir d'achat, «la seule solution, c'est la réindustrialisation du pays que je propose», assure-t-elle. Pour ce faire, «il faudra remettre à plat les traités européens qui nous enferme dans le cercueil de la mondialisation».

Dans un entretien au Journal du Dimanche, la présidente du Front national appelait déjà «la majorité silencieuse (...) à la révolution, une révolution patriotique, pacifique et démocratique». Fustigeant «une élite cupide et égoïste», qui «a accepté l'idée qu'un peuple entier soit sacrifié quand elle-même profitait de la mondialisation», Marine Le Pen dit souhaiter «une nouvelle nuit du 4 Août», en référence au 4 août 1789 où la noblesse a voté l'abolition de ses privilèges dans l'Assemblée constituante. Interrogée ce matin au Grand Rendez-vous Europe 1 - «Le Parisien»-«Aujourd'hui en France» - iTélé,Valérie Pécresse, ministre du Budget, a commenté : «Elle veut couper des têtes ? Cela ne m'étonne pas d'elle.»

Le Parisien - 11/12/11

17:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Lannion: le père d'une élève tente d'étrangler l'institutrice !

Vendredi matin à Lannion (Côtes-d'Armor), un homme est entré dans une école. Il s'en est pris à un garçon de sept ans, qui selon lui avait importuné sa fille du même âge la veille.

Une enseignante qui surveillait les élèves dans la cour est alors intervenue. Elle l'a accompagné chez le directeur puis est repartie à son poste.

L'homme a quitté l'école après son entretien mais il est revenu dans la cour. Il a alors essayé d'étrangler l'institutrice avant d'être maîtrisé par trois enseignants.

Il a réussi à prendre la fuite. Les policiers l'ont interpellé trente minutes plus tard.


A l'issue de sa garde à vue, il a été présenté au parquet où il a été mis en examen. Le juge des libertés et de la détention l'a remis en liberté avec un contrôle judiciaire qui lui interdit se se trouver à proximité de l'école où les faits ont eu lieu.

Quant à l'institutrice agressée, elle a été amenée à l'hôpital. Elle subit une incapacité de travail de quatre jours.

Source : Ouest France.

LE POST - 10/12/11

NdB: Ce n'est pas le père Corentin qui aurait fait ça!

03:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)