Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 468

  • Australie : non à l’islam ! (Présent 8400)

     Drapeau-Australie.png

     

    21/07/2015 – MONDE (NOVOpress)

    Des drapeaux australiens qui claquent au vent, des pancartes « Oui à l’Australie. Non à la charia » brandies ici et là, des manifestants qui défilent au cri de « Pas d’Islam. Pas de charia. Pas de halal »… Répondant à l’appel du mouvement Reclaim Australia (« Reconquérir l’Australie »), ils étaient des milliers à manifester dimanche dans les rues de Sydney, Canberra, Perth, et même de Hobart, sur l’île de Tasmanie, pour dénoncer l’islamisation rampante de leur pays, et ainsi montrer l’exemple aux Européens.

    Islamisation rampante
    8400-Une
    Nous aurions tort de penser, parce que nos médias n’en parlent jamais, que le pays des kangourous n’est pas, comme l’Europe, en voie d’islamisation. À force de laxisme en matière d’immigration, l’Australie se retrouve, elle aussi, confrontée aujourd’hui à une communauté musulmane particulièrement revendicative et virulente. Et si celle-ci ne compte officiellement que quelque 500 000 individus, ce chiffre n’a cessé de croître ces dernières années. Ainsi, le nombre de musulmans âgés de 5 à 14 ans aurait augmenté d’environ 20 % entre 2006 et 2011. Avec toutes les conséquences que cela implique : exigence de mosquées, de plats hallal, port du voile dans les lieux publics, etc.
    Au point qu’en 2008, l’ex-Premier ministre John Howard, excédé, devait rappeler aux immigrés que « la plupart des Australiens croient en Dieu », ajoutant que « si Dieu vous offense, je vous suggère alors d’envisager une autre partie du monde comme votre pays d’accueil, car Dieu fait partie de notre culture » !

    Douloureux réveil

    Cependant, la prise d’otages meurtrière du café Lindt de Sydney par l’islamoterroriste Man Haron Monis en décembre dernier, conjuguée aux menaces sur internet d’« Abou Khaled d’Australie » et à la découverte d’une centaine de djihadistes australiens combattant aux côtés de l’EI, devaient provoquer un douloureux réveil chez nombre d’Australiens.

    En avril, Reclaim Australia devait ainsi rassembler plusieurs centaines de personnes lors d’une première manifestation sur Martin Place, dans le centre de Sydney, devenue un lieu symbolique de la résistance. Et depuis, le mouvement, qui se veut « une réponse publique à l’extrémisme islamique des groupes minoritaires qui souhaitent changer l’identité de la nation australienne », n’a fait que monter en puissance, recevant même dimanche le soutien du député George Christensen du parti national libéral.

    Franck Delétraz

  • L'étrange prophétie de Fidel Castro

    sans-titre.png  prédiction.png

    NDF

  • Le Consul du Sénégal à Marseille Tamsir Faye démis de ses fonctions

    8059454-12555403.jpg

        

    Vendredi 24 Juillet 2015 - 01:23

         
     
    L’information vient de tomber : le ministre des affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye a démis, ce jeudi, Tamsir Faye de ses fonctions de consul général du Sénégal à Marseille. Il a été remplacé par le vice-consul Tony Mendy.
    L’information a été confirmée par des sources proches du consulat.
    Pour rappel, le sieur Tamsir Faye a été arrêté puis relâché avant hier dans la soirée par la police française pour ivresse publique et exhibitionnisme, selon la presse française. Ce qu’il dément vigoureusement, en soutenant être victime de racisme.
    REWMI.COM/AW
     
    NDARINFO
  • Le centre-ville de Nice envahi par des goélands agressifs

     

    Par Francetv info

    Mis à jour le 24/07/2015 | 17:12 , publié le 24/07/2015 | 14:39

    Un scénario à la Hitchcock. Progressivement, année après année, des colonies de goélands investissent la ville de Nice (Alpes-Maritimes), et ne se contentent plus du bord de mer pour chaparder de la nourriture. Ils sont partout : sur les tentes des commerçants du marché, sur les toits des immeubles ou sur les voitures, rapporte France 3 Côte d'Azur.

    Les volatiles ont de quoi faire peur, notamment aux propriétaires d'animaux de compagnie. L'an dernier, alors qu'une retraitée lisait son journal sur la promenade des Anglais, son yorkshire avait été emporté au large par un groupe de goélands, puis jeté en mer avant d'être dévoré. Un habitant affirme les avoir a vus à l'œuvre :

    J'étais sur mon balcon et ils se sont attaqués à un chat. Ils l'ont massacré.

    Jean-Claude Regnault, poissonnier

     

    Une campagne de stérilisation au printemps

    Preuve du ras-le-bol des riverains, deux goélands, tués par des tirs de carabines, ont été retrouvés le mois dernier dans le quartier de Cimiez. La ville de Nice a décidé d'agir pour résoudre le problème. A l'automne, un comptage des oiseaux et de leurs nids doit permettre de dresser une cartographie de leur population, et, au printemps, les œufs des goélands seront stérilisés pour limiter leur reproduction.

    Des mesures déjà prises dans des villes de la côte Atlantique, confrontées au même type de problèmes : à Trouville (Calvados), la police fait même appel à un drone pour dénicher les œufs trop haut perchés.

     

  • Patients algériens : l’AP-HP ne veut plus payer ? C’est notre Sécu qui le fera !

    a-bout-de-souffle.jpg

                                                        

              
    Le transfert pour soins des Algériens, qui ne concernait jusqu’à présent que les salariés actifs et leurs ayants droit, sera élargi à tous les Algériens non assurés sociaux mais détenteurs d’une carte de démuni et nécessitant des soins à l’étranger (environ 30 % de la population).

    2k
    SHARES
     
     
          

    La CNAS algérienne (Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés) rejette en bloc les affirmations de la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui lui réclame une facture, selon elle totalement fantaisiste et qui ne correspond à rien, de 31 millions d’euros, dont se sont fait l’écho les médias français.

    Elle défie les hôpitaux parisiens d’établir un listing des patients algériens pris en charge dont les factures sont restées impayées.

    Il y a des contentieux, certes, entre les deux parties mais ils sont réellement minimes, affirme la CNAS, qui refuse d’assumer les frais occasionnés par des soins prodigués à des personnes non munies d’engagements de prise en charge délivrés par ses soins avant leur départ.

    Forte de ces constatations, la CNAS a signifié son refus à la partie française de payer par avance les soins et de régler des factures injustifiées.

    D’après un document établi par l’AP-HP : « Aucune prise en charge d’organisme étranger ne sera plus acceptée, sauf règlement d’avance à la place du patient. Pour les patients accueillis en urgence, les prises en charge des assurances voyages seront acceptées avec un paiement a posteriori sur facture. »

    Qu’à cela ne tienne : dés lors, la CNAS algérienne ne traitera plus avec les AP-HP parisiens et elle aura désormais comme seul interlocuteur la Caisse primaire française de Sécurité sociale.

    C’est donc notre caisse de Sécu qui paiera les hôpitaux, dans un premier temps, et sera par la suite remboursée par la CNAS algérienne. Cet accord est en cours de validation et entrera en vigueur dès le 1er septembre 2015.

    Le grave problème que pose cet accord est que le transfert pour soins des Algériens, qui ne concernait jusqu’à présent que les salariés actifs et leurs ayants droit, sera élargi à tous les Algériens non assurés sociaux mais détenteurs d’une carte de démuni et nécessitant des soins à l’étranger (environ 30 % de la population).

    Cette nouvelle organisation permettra, selon la CNAS, une meilleure gestion de ce dossier qui fait actuellement polémique.

    Ce sera donc la caisse de Sécu française qui se chargera de gérer les apurements réguliers et les contrôles périodiques.

    Tous les Algériens envoyés dans ce nouveau cadre de prise en charge passeront par ce dispositif. Les apurements se feront chaque année afin d’éviter, justement, « les factures fantaisistes qui ne correspondent à rien », tels les 31 millions réclamés !

    En deux mots, cela signifie que nous sommes floués une nouvelle fois. Que nous pouvons attendre encore longtemps, pour ainsi dire jamais, le remboursement de cette somme astronomique. Et que nous regretterons, dans quelques années, cette « facture fantaisiste » car elle aura très probablement doublé, sinon plus !

     
    BOULEVARD VOLTAIRE
  • En Espagne, un arrêté municipal pour garantir la sieste

                         

      

     

    22/07/2015 à 12h53 Mis à jour le 22/07/2015 à 14h12
                                     
                                                                                                                                                                                   
      

    Près de Valence, en Espagne, le conseil municipal d'un village a pris un arrêté pour demander aux riverains de limiter les nuisances sonores entre 14 heures et 17 heures, pour respecter l'heure de la sieste.

  • "Je suis vivant" : une nouvelle piste dans l'affaire Dupont de Ligonnès

    724569.jpg

     

    24/07/15 à 11:04 - Mise à jour à 13:59

    Source : France Télévisions

    Xavier Dupont de Ligonnès reste le principal suspect du meurtre de ses quatre enfants et de son épouse il y a quatre ans dans leur maison à Nantes. L'homme est toujours recherché par la police et une nouvelle piste vient de relancer l'enquête.

     

    •        

    Xavier, sa femme et les quatre enfants Dupont de Ligonnès. © Image Globe

    Une journaliste nantaise a reçu une photo privée des deux fils de Xavier Dupont de Ligonnès qui n'a jamais été publiée. Derrière celle-ci était inscrit : "JE SUIS ENCORE VIVANT" en lettres majuscules, puis "de là jusquà cette heure" [sic] en plus petites lettres manuscrites. Le courrier est signé Xavier Dupont de Ligonnès et daté du "11 juillet 2015, à Nantes".

    Sur la photo, "les deux garçons, qui semblent être Arthur et Benoît, l'aîné et le benjamin de la famille, sont assis côte à côte devant une table de cuisine ou de salle à manger. Sur cette photo, qui paraît provenir d'un album de famille, on découvre l'un des deux adolescents, le plus jeune, en train de se restaurer. Son frère aîné, lui, apparaît souriant, décontracté devant l'objectif" détaille France TV Info.

    Capture.PNG Dupont de Ligonnès.PNG

    Le document a été saisi par la police judiciaire qui va procéder à une expertise graphologique, une recherche d'empreintes digitales et de traces d'ADN.

    NdB: Une mauvaise plaisanterie?

  • IRAN, LE GRAND BOULEVERSEMENT

     

     
    IRAN, LE GRAND BOULEVERSEMENT - Israël et Daesh, les grands perdants

    Israël et Daesh, les grands perdants



    Jean Bonnevey
    le 18/07/2015
    Riyad et Tel Aviv font grise mine. Une grande puissance mondiale est réintégrée dans le grand jeu régional : l’Iran. L’ancien  pays du «  soleil des aryens » est bien entendu une puissance islamiste pratiquant à sa façon  un  obscurantisme musulman. Mais c’est un pays chiite et de population non  arabe, un empire historique majeur de l’histoire de l’humanité.

     
    Son caractère chiite fait frémir l’Arabie saoudite et son islamisme inquiète Israël. Les américains, soutiens  de ces deux pays devenus des alliés objectifs, se rapprochent  de l'Iran dans une nouvelle tentative de quadrature du cercle pour maintenir une domination de plus en plus fragilisée.

    Mauvaise nouvelle pour les uns, la nouvelle donne iranienne en est une très bonne pour d' autres. On pense à la Syrie et à l’Irak confrontées, en tant que pays en partie chiite, à la guerre religieuse mené par le prétendu califat.

    C’est une bonne nouvelle pour la Russie de Poutine qui voit se renforcer l'un de ses alliés naturels aux côtés de la Chine et des pays du Brics  pour contrebalancer l'impérialisme démocratique des Usa et de leur communauté internationale. D’où la tonalité des réactions soulignées par Le Monde.

     
    A part les critiques explicites d’Israël, un concert de congratulations crispées et artificielles a accueilli, au Moyen-Orient, la signature de l’accord sur le nucléaire iranien, mardi 14 juillet à Vienne. Les Emirats arabes unis et le Koweït ont respectivement adressé des télégrammes de félicitations à l’Iran pour cet « accord historique », et d’espoir pour cette « nouvelle page » vers la stabilité et la sécurité dans la région.

    Masquant mal sa déception, l’Arabie saoudite a adressé à son grand rival régional ses espoirs de bâtir de « meilleures relations » sur la base du « bon voisinage et de la non-ingérence dans les affaires internes ». Ces félicitations polies et ces vœux pieux masquent mal la réelle inquiétude des puissances arabes sunnites de voir les appétits régionaux de Téhéran aiguisés par son retour en grâce sur la scène internationale et la confrontation avec le rival chiite connaître une nouvelle escalade.

    En Iran bien sûr, c’est très différent.

    Au lendemain de l’accord sur le nucléaire conclu à Vienne entre l’Iran et les négociateurs du groupe des 5+1, la presse iranienne célèbre la fin des sanctions et l’avènement d’une nouvelle ère.

     
    “Le monde a changé”. C'est ainsi que le quotidien réformateur Etemaad annonce en une l'accord sur le programme nucléaire de Téhéran, avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, plus l'Allemagne, à Vienne. «L'univers se renouvelle et cela est une vérité qui se déroule devant nos yeux», écrit Javad Daliri dans l'édito d’Etemaad, intitulé “Une nouvelle ère”. «Rares sont les incidents qui changent le cours de l’Histoire. Sans aucune exagération, les pourparlers entre l'Iran et les pays du groupe des 5+1 en sont un», poursuit ce journaliste.
     
    Un autre quotidien réformateur, Shargh, a publié en une un grand cliché du ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et de son homologue américain, John Kerry, se serrant la main. Une scène et une photo inimaginables il y a quelques mois, tant l’animosité entre les deux pays, qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, a été grande. “La victoire sans guerre”, titre Shargh en une. Le quotidien évoque en surtitre les scènes de joie dans les rues de Téhéran et d'autres villes du pays, après l'annonce de l'accord.

    Le quotidien conservateur Siasat Rooz est allé encore plus loin dans son hommage aux négociateurs iraniens en qualifiant le résultat des négociations d’“échec des Etats-Unis”. Car, selon l'auteur, Mohammad Safari, «les Etats-Unis doivent savoir que la république islamique d'Iran peut, à l'aide de sa bonne gestion et son intelligence, les obliger à accepter ses droits légaux et légitimes».

    En revanche, le quotidien ultraconservateur Kayhan est resté fidèle à sa ligne critique de la diplomatie nucléaire d’Hassan Rohani, qui ne fait donc pas ' unanimité. Il consacre sa une aux différences entre le texte publié par le ministère iranien des Affaires étrangères et celui diffusé par les Occidentaux, et conclut que “Les lignes rouges [définies par le guide suprême] n'ont pas été respectées”. «La distance entre cet accord et nos revendications minimales est énorme et impardonnable», se désole le quotidien.
     
    Si la levée des sanctions est limitée, tardive et décevante cela fera le jeu de ceux qui préfèrent un Iran sectaire à un Iran influent.

    Quant au droit au nucléaire militaire d’un pays indépendant et la capacité de l'Iran, malgré l’accord, à y parvenir…. C’est une autre histoire…. A suivre.
     
    METAMAG
  • Le 23 juillet 1945 : ouverture du procès du Maréchal Pétain.

     

     

    Trois mois se sont écoulés depuis son retour en France. Le vieil homme, qui a bientôt 90 ans, est accusé « d'attentat contre la sûreté intérieure de l'État et d'intelligence avec l'ennemi, en vue de favoriser ses entreprises en corrélation avec les siennes. »

    L'ancien président du conseil Paul Reynaud sans aucune honte ose l'accuser : «d'avoir fomenté un complot en 1940 pour "trahir la France". » Lui qui avec tous ses comparses ont désarmé le pays et l'ont livré à l'ennemi, fuyant lâchement devant l'avancée des troupes allemandes !

    L'accusé est introduit vers 13 h 30, il porte l'uniforme avec pour seule décoration la médaille militaire. Contrairement aux usages, il n'est pas précédé d'un officier, mais seulement d'un sous-officier de la garde républicaine. La salle pleine à craquer. Les jurés, les témoins, les journalistes, l'assistance entassée sur des bancs et des gradins forment une masse compacte qui d'un seul homme se lève à la vue du Maréchal.

    Alors que la parole lui est enfin donnée, Philippe Pétain se lève, «aucun tic du visage, aucun tremblement des mains, son impassibilité garde de l'allure» note l'écrivain Jean Schlumberger, il commence la lecture d'une déclaration rédigée. D'une voix ferme, le vainqueur de Verdun commence par s'en prendre au tribunal et à la légitimité de la Cour :

    «C'est le peuple français qui, par ses représentants réunis en Assemblée nationale le 10 juillet 1940, m'a confié le pouvoir, c'est à lui que je suis venu rendre des comptes.

    La Haute Cour, telle qu'elle est constituée, ne représente pas le peuple français, et c'est à lui seul que s'adresse le Maréchal de France, chef de l'État »

    Je ne ferai pas d'autre déclaration. Je ne répondrai à aucune question.» Mes défenseurs ont reçu de moi la mission de répondre à des accusations qui veulent me salir et n'atteignent que ceux qui les profèrent.

    J'ai passé ma vie au service de la France. Aujourd'hui, âgé de près 90 ans, jeté en prison, je veux continuer à la servir, en m'adressant à elle une fois encore. Qu'elle se souvienne ! J'ai mené ses armées à la victoire en 1918. Puis, alors que j'avais mérité le repos, je n'ai cessé de me consacrer à elle.

    J'ai répondu à tous ses appels, quels que fussent mon âge et ma fatigue. Le jour le plus tragique de son Histoire, c'est encore vers moi qu'elle s'est tournée.

    Je ne demandais rien, je ne désirais rien. On m'a supplié de venir : je suis venu. Je devenais ainsi l'héritier d'une catastrophe dont je n'étais pas l'auteur. Les vrais responsables s'abritaient derrière moi pour écarter la colère du peuple.

    Lorsque j'ai demandé l'armistice, d'accord avec nos chefs militaires, j'ai rempli un acte nécessaire et sauveur.

    Oui, l'armistice a sauvé la France et contribué à la victoire des Alliés en assurant une Méditerranée libre et l'intégrité de l'Empire.

    Le pouvoir m'a été confié et légitimement reconnu par tous les pays du monde, du Saint-Siège à l'U.R.S.S. De ce pouvoir, j'ai usé comme d'un bouclier pour protéger le peuple français. Pour lui, je suis allé jusqu'à sacrifier à mon prestige. Je suis demeuré à la tête d'un pays sous l'occupation.

    Voudra-t-on comprendre la difficulté de gouverner dans de telles conditions ? Chaque jour, un poignard sur la gorge, j'ai lutté contre les exigences de l'ennemi. L'Histoire dira tout ce que je vous ai évité, quand mes adversaires ne pensent qu'à me reprocher l'inévitable.

    L'occupation m'obligeait à ménager l'ennemi, mais je ne le ménageais que pour vous ménager vous-mêmes, en attendant que le territoire soit libéré.

    L'occupation m'obligeait aussi, contre mon gré et contre mon cœur, à tenir des propos, à accomplir certains actes dont j'ai souffert plus que vous, mais devant les exigences de l'ennemi, je n'ai rien abandonné d'essentiel à l'existence de la patrie.

    Au contraire, pendant quatre années, par mon action, j'ai maintenu la France, j'ai assuré aux Français la vie et le pain, j'ai assuré à nos prisonniers le soutien de la Nation.

    Que ceux qui m'accusent et prétendent me juger s'interrogent du fond de leur conscience pour savoir ce que, sans moi, ils seraient peut-être devenus. *

    Pendant que le Général De Gaulle, hors de nos frontières, poursuivait la lutte, j'ai préparé les voies de la libération, en conservant une France douloureuse mais vivante.

    A quoi, en effet, eût-il servi de libérer des ruines et des cimetières ?

    C'est l'ennemi seul qui, par sa présence sur notre sol envahi, a porté atteinte à nos libertés et s'opposait à notre volonté de relèvement.

    J'ai réalisé, pourtant, des institutions nouvelles ; la Constitution que j'avais reçu mandat de présenter était prête, mais je ne pouvais la promulguer.

    Malgré d'immenses difficultés, aucun pouvoir n'a, plus que le mien, honoré la famille et, pour empêcher la lutte des classes, cherché à garantir les conditions du travail à l'usine et à la terre.

    La France libérée peut changer les mots et les vocables. Elle construit, mais elle ne pourra construire utilement que sur les bases que j'ai jetées.

    C'est à de tels exemples que se reconnaît, en dépit des haines partisanes, la continuité de la Patrie. Nul n'a le droit de l'interrompre.

    Pour ma part, je n'ai pensé qu'à l'union et à la réconciliation des Français. Je vous l'ai dit encore le jour où les Allemands m'emmenaient prisonnier parce qu'ils me reprochaient de n'avoir cessé de les combattre et de ruiner leurs efforts.

    Je sais qu'en ce moment, si certains ont oublié, depuis que je n'exerce plus le pouvoir, ce qu'ils ont dit, écrit ou fait.

    Des millions de Français pensent à moi, qui m'ont accordé leur confiance et me gardent leur fidélité.

    Ce n'est point à ma personne que vont l'une et l'autre, mais pour eux comme pour bien d'autres, à travers le monde, je représente une tradition qui est celle de la civilisation française et chrétienne, face aux excès de toutes les tyrannies.

    En me condamnant, ce sont des millions d'hommes que vous condamnerez dans leur espérance et leur foi. Ainsi, vous aggraverez ou vous prolongerez la discorde de la France, alors qu'elle a besoin de se retrouver et de s'aimer pour reprendre la place qu'elle tenait autrefois parmi les nations.

    Mais ma vie m'importe peu. J'ai fait à la France le don de ma personne. C'est à cette minute suprême que mon sacrifice ne doit plus être mis en doute.

    Si vous deviez me condamner, que ma condamnation soit la dernière et qu'aucun Français ne soit plus jamais détenu pour avoir obéi aux ordres de son chef légitime.

    Mais, je vous le dis à la face du monde, vous condamneriez un innocent en croyant parler au nom de la justice et c'est un innocent qui en porterait le poids, car un Maréchal de France ne demande de grâce à personne.

    A votre jugement répondront celui de Dieu et celui de la postérité. Ils suffiront à ma conscience et à ma mémoire.

    Je m'en remets à la France ! »

    Tiré du livre Message d'outre-tombe du Maréchal Pétain : Textes officiels, ignorés ou méconnus, consignes secrètes (Aux Nouvelles Editions Latines. Pages 272, 273, 274,275.) rédigé par Philippe Pétain, Monique Paillard,Jean Paillard.

    La confusion des débats et telle, qu'elle ne permet pas de lever le voile sur les vraies responsabilités entre le maréchal et les institutions de la IIIème République. Philippe Pétain est condamné à mort le 15 août, radié de l'Académie française, laquelle n'élit personne jusqu'à sa mort, et démuni de tous ses biens. De Gaulle lui accorde la grâce présidentielle et commue sa peine en détention à perpétuité. Incarcéré sur l'île d'Yeu, il y meurt six ans plus tard.

    • le 23 juillet 1951 : mort du Maréchal Philippe Pétain,homme d'État.

    C'est le plus vieux détenu du monde qui meurt. Il a 96 ans ; 6 ans, jour pour jour après son procès. Le 11 avril 1951, le colonel REMY, chef et créateur du réseau de résistance « Réseau Notre Dame » écrit dans l'hebdomadaire « Carrefour » un article où sous le titre :

    « la justice ou l'opprobre »

    Il s'élève contre le maintien en forteresse du Maréchal dans des conditions honteuses et inhumaines. Le colonel REMY a, par ailleurs, adhéré à l'Association pour la défense du maréchal Pétain, afin que justice lui soit rendue.

    LE SALON BEIGE

    NdB: Quelle dignité face à l'infamie! Quelle grandeur qui nous élève !

  • Marine Le Pen sur Vincent Lambert : il s'agit d'une condamnation à mort

    Posté le 23 juillet 2015 à 13h35 | Lien permanent

     

     

    Concernant Vincent Lambert, Marine Le pen a déclaré ce matin:

    M"Le débat consistant à s’interroger sur le droit de tuer quelqu’un, de tribunaux en tribunaux et de journaux télévisés en journaux télévisés, est épouvantable".

    "Un pays doit pouvoir conserver sa liberté totale, notamment dans ce domaine et n’a pas à se soumettre aux exigences, y compris de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Surtout quand cette cour ne semble pas avoir le souci véritable de défendre Vincent Lambert. Quoi que l’on en dise, il s’agit d’une condamnation à mort car je précise que le cas de Vincent Lambert n’entre pas dans la cadre de la loi Léonetti (que je défends par ailleurs depuis toujours), car il n’est pas en fin de vie mais il est très lourdement handicapé. C’est la raison pour laquelle la condamnation à mort de ce très grand handicapé ne peut que heurter nos consciences ".

    Michel Janva

    Le Salon Beige

  • Rideau sur la piscine de Gardanne (13) : l’agression de trop

    9kNVRJ7.jpg

    18h02

    Le personnel a exercé son droit de retrait. Surfréquentation et incivilité débordent. Le trentenaire ne voulait pas payer l’entrée. L’employée a insisté. Il a pointé sur son abdomen la pointe d’un couteau. Dans les faits, c’est le Bronx depuis des semaines, selon plusieurs témoignages. La gendarmerie intervient régulièrement pour des vols dans les vestiaires et des resquilleurs qui forcent l’entrée ou franchissent le muret de l’établissement du centre-ville. « Me faire injurier par des mères de familles, cela ne m’était jamais arrivé », glisse une surveillante maître nageur qui a déjà travaillé sur le site.

    « La fréquentation est différente : on compte beaucoup plus de jeunes Marseillais qui viennent en bande. Des mamans se font insulter pour demander de ne pas fumer autour du petit bassin. Les caleçons et tongs interdits sont légion. Le matin, la pelouse n’est plus aussi propre. On y a trouvé des couteaux. ».

    La Provence

    Merci à Lilib

  • Nouvelle vidéo de l’EI avec un djihadiste disant en français: « Les rues de Paris seront remplies de cadavres » (MàJ)

  • Eté 2015 : Tour de France de la « racaillisation » des piscines publiques

    MAiJyeC.png piscine gardanne.png

    21h23

    Compilation non exhaustive des divers «débordements» ou «incivilités» ayant touché des piscines municipales depuis le début de l’été.

    N’hésitez pas à signaler en commentaire les articles de presse liés signalant des débordements non indiqués ici.

     

    Gardanne (13) : la piscine fermée après une nouvelle agression (23/07/2015)
    Source

    Aubenas (07) : la piscine fermée après une agression (23/07/2015)
    Source

    Longjumeau (91) : la piscine fermée après une agression (23/07/2015)
    Source

    Villeurbanne (69) : suite à des jets de pierres sur un employé, la piscine fermée mercredi (22/07/2015)
    Source

    Valence (26) : la piscine Tournesol fermée après des dégradations (20/07/2015)
    Source

    Belfort (90) : un climat tendu règne à la piscine, un maître-nageur agressé (18/07/2015)
    Source

    Lyon (69) : la piscine Mermoz fermée après des incidents (16/07/2015)
    Source

    Beaugency (45) : des jeunes ont escaladé les grilles de la piscine, plusieurs nuits d’affilée, pour profiter des bassins extérieurs (15/07/2015)
    Source

    Le Péage-de-Roussillon (38) : la piscine fermée à cause des dégradations (13/07/2015)
    Source

    Lyon (69) : incidents violents dans plusieurs piscines, huit interpellations (13/07/2015)
    Source

    Meyzieu (69) : à 13 ans, il agresse sexuellement des adolescentes à la piscine (13/07/2015)
    Source

    La Tronche (38) : la piscine fermée après de nouveaux incidents (13/07/2015)
    Source

    Porrentruy (Suisse) : la piscine sous surveillance après des incidents avec des semeurs de troubles français (09/07/2015)
    Source

    Saint-Chamond (42) : la piscine fermée à cause d’incidents (08/07/2015)
    Source

    Villeneuve-sur-Lot (47) : un maître-nageur agressé à la piscine (08/07/2015)
    Source

    Châteauroux (36) : bagarre entre 50 jeunes à la piscine puis aux urgences, six blessés (07/07/2015)
    Source

    Delle (90) : mesures de sécurité renforcées à la piscine après la bagarre de dimanche (07/07/2014)
    Source

    Ardentes (36) : des jeunes s’introduisent de nuit dans la piscine, mais ce n’est pas le plus grave ». Le « plus grave », c’est la bagarre générale qui a éclaté lundi faisant six blessés. La piscine fermée. (06/07/2015)
    Source et Source et Source

    Saint-Etienne (42) : un surveillant agressé, les deux piscines resteront fermées (06/07/2015)
    Source

    Fagnières et Saint-Memmie (51) : ça chauffe dans les piscines (06/07/2015)
    Source

    Illzach (68) : Une piscine, fermée au public, prise d’assaut par des jeunes (06/07/2015)
    Source et Source

    Meung-sur-Loire (45) : depuis dix jours des jeunes s’introduisent dans la piscine aussitôt le soir venu (05/07/2015)
    Source

    Albi (81) : 20/30 perturbateurs ont escaladé les grillages et semé la zizanie dans les bassins qui ont été évacués temporairement (05/07/2015)
    Source

    Lyon (69) : la piscine de Gerland fermée suite à des incidents (03/07/2015)
    Source

    Sanvignes (71) : envahie de jour comme de nuit par des dizaines de jeunes indésirables, la piscine restera fermée (05/07/2015)
    Source et Source

    Castres (81) : la piscine de L’Archipel fermée après des incidents à répétition (01/07/2015)
    Source

    Alet-les-Bains (11) : la piscine municipale est fermée jusqu’à nouvel ordre après des troubles publics (24/06/2015)
    Source

  • Jean-Marie Le Pen a fêté son 87ème anniversaire avec Dieudonné et Alain Soral

    Jean-Marie-Le-Pen-a-fete-son-87eme-anniversaire-avec-Dieudonne-et-Alain-Soral.jpg

     

    Publié à 19h49, le 23 juillet 2015, Modifié à 19h51, le 23 juillet 2015

     

    Image Etienne Baldit

    Etienne Baldit

     

     

    NOS VOEUX LES PLUS SINCÈRES - 87 ans, c'est l'âge vénérable de Jean-Marie Le Pen. Une longévité qu'il convient de célébrer comme il se doit. En l'occrurrence, le fondateur du FN, pour le moment vainqueur d'un bras de fer juridique avec le parti, a soufflé ces très nombreuses bougies en compagnie de deux invités notables : Dieudonné et Alain Soral. 

    Une information révélée par Le Point jeudi 23 juillet. Selon l'hebdomadaire, le *polémiste* et *l'humoriste* faisaient partie de la centaine de convives présent le 24 juin, chrez Jean-Marie Le Pen à La Celle-Saint-Cloud. Ce qui n'a rien d'anodin, au moment où les deux hommes entrent officiellement en politique. Leur parti, "Réconciliation nationale", a en effet été enregistré par la CNCCFP (Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques) début juillet. Ils avaient annoncé sa création en octobre 2014.

    Un parti qui a pour ambition, entre autres, de se dissocier définitivement du Front national, à la suite des prises de position "pro-israéliennes" d'Aymeric Chauprade, l'ancien conseiller sur les questions internationales de Marine Le Pen, rapportait en octobre Mediapart.

    Actuellement, Jean-Marie Le Pen réfléchit pour sa part à une candidature dissidente du FN pour les régionales en Paca. 

    On savait déjà que "le Menhir" avait un lien particulier avec Dieudonné, puisqu'il est le parrain de sa fille Plume. Ce qu'il avait minimisé auprès de Paris Match en janvier 2014, expliquant :


    J'ai été un peu surpris par cette démarche mais pas plus que ça. Après tout, beaucoup de gens m'ont demandé d'être le parrain d'un de leurs enfants, je dois avoir plus de 20 filleuls.

    Autre *détail* sur cette soirée d'anniversaire, également révélé par Le Point : ni sa fille, Marine Le Pen, ni sa petite-fille, Marion Maréchal Le Pen, n'étaient présentes, ayant toutes deux décliné l'invitation. Là non plus, rien d'anodin : si l'interminable crise qui agite le parti d'extrême droite et la famille Le Pen a, dans un premier temps, surtout opposé le père et la fille, le grand-père et la petite-fille ont désormais des relations plus que compliquées

    Ses 87 ans, Jean-Marie Le Pen les a donc fêtés en compagnie de deux amis très controversés, plusieurs fois condamnés par la justice pour des actes ou propos à caractère antisémite (voir ici ou ici), mais en l'absence de sa famille la plus proche, avec laquelle il est en conflit tant politique que familial. De là à y voir une quelconque signification...

    EUROPE1

     

  • La loi sur le droit des étrangers votée à l'Assemblée

     

    • Home ACTUALITE Flash Actu
      • Par LeFigaro.fr avec Reuters
      • Mis à jour le 23/07/2015 à 19:30
      • Publié le 23/07/2015 à 19:23
     
    Advertisement
     
     
    Les députés français ont adopté aujourd'hui, en première lecture, un projet de loi controversé sur l'immigration qui propose d'améliorer les conditions de vie des résidents légaux en France tout en renforçant la lutte contre l'immigration illégale. Les groupes PS, des radicaux de gauche ont voté ce projet de loi. Les groupes écologiste et Front de gauche se sont abstenus. Les groupes Les Républicains et UDI (centriste) ont voté contre.

    Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a précisé que la France comptait six millions d'étrangers et que les flux migratoires réguliers représentaient environ 200.000 personnes par an, dont 65.000 étudiants, moins de 20.000 travailleurs et de 15.000 à 20.000 personnes demandant asile ou refuge, le solde étant constitué essentiellement par l'immigration familiale.

    Le député Les Républicains Guillaume Larrivé, un proche de Nicolas Sarkozy, a dénoncé avec force ce texte qu'il a qualifié de "contresens". "Ce texte ne constitue pas une rupture suffisante par rapport à la logique de l'ancienne majorité", a dit André Chassaigne (PC), président du groupe Front de gauche. Les associations de défense des immigrés critiquent également ce projet de loi, notamment la mesure qui donne des pouvoirs accrus aux préfets. 

    Le texte, examiné quelques jours après l'adoption définitive par le Parlement d'une réforme du droit d'asile, prévoit la création d'un titre de séjour de deux à quatre ans, après un premier d'un an, destiné à éviter aux étrangers d'avoir à se rendre chaque année en préfecture.

  • Une loi peut-elle obliger à acheter français?

    LE SCAN ÉCO - VRAI/FAUX - Lors de son passage à BFMTV, Florian Philippot, vice-président du Front national, a affirmé qu'obliger à acheter français est interdit par l'Union européenne.

     
     

    «Une loi qui obligerait à acheter français est interdite par l'Union européenne (UE)», a lancé, mercredi, Florian Philippot, vice-président du Front national (FN), invité d'Apolline de Malherbe sur BFMTV.

    «L'analyse du FN est fondée juridiquement. La liberté de circulation des marchandises est inscrite dans le Traité de Rome. Elle permet de créer le marché intérieur», affirme Me Christophe Charles, avocat au barreau de Versailles, spécialiste des marchés agricoles.

    La jurisprudence de la Cour de justice et l'article 34 du Traité sur le fonctionnement de l'UE consacrent la liberté de circulation des marchandises: «Les restrictions quantitatives à l'importation ainsi que toutes mesures d'effet équivalent, sont interdites entre les États membres». Ainsi, «imposer d'acheter français constituerait-il une violation de ce texte ou une restriction à la libre concurrence consacrée par les articles 101 et 102 du Traité sur le fonctionnement de l'UE. Ces principes s'appliquent à l'ensemble des pays européens», commente pour sa part Thibault Schrepel, juriste spécialisé en droit de la concurrence.

    Erwan Le Noan, avocat en droit de la concurrence et consultant en stratégie de la concurrence, ancien rapporteur à l'autorité de la concurrence confirme: «Le principe de reconnaissance mutuelle entre les États oblige à faire circuler tous les produits indifféremment et un État de l'UE ne peut pas discriminer les produits des autres États de l'UE et donc réduire à néant le principe de libre circulation des marchandises».

    «Un État de l'UE ne peut pas discriminer les produits des autres États de l'UE»

    Erwan Le Noan, avocat en droit de la concurrence et consultant en stratégie de la concurrence

    Le principe de reconnaissance mutuelle est défini ainsi: il «assure la libre circulation des marchandises et des services sans qu'il soit nécessaire d'harmoniser les législations nationales des États membres. Un produit légalement fabriqué dans un État membre ne peut donc pas être interdit à la vente dans un autre État membre, même si les prescriptions techniques ou qualitatives diffèrent de celles imposées à ses propres produits. Seule exception faite, l'intérêt général, comme la protection de la santé, des consommateurs ou de l'environnement, est soumis à des conditions strictes. Le même principe s'applique en matière de services».

    Le «made in France»

    Le gouvernement peut-il pour autant inciter les consommateurs à acheter français sans enfreindre la loi? «Tout à fait s'il laisse le libre choix aux consommateurs et se limite au marketing patriotique», précise Me Charles. «S'il n'y a pas de mesure, on est simplement dans le discours et les consommateurs sont libres d'acheter les produits qu'ils veulent. Il n'y a pas donc pas de problème, et problablement pas d'effet», tranche Erwan Le Noan.

    Néanmoins, «acheter de la viande 'made in France' ne signifie pas acheter de la viande d'origine française», rappelle Me Charles. Alors comment faire si le consommateur souhaite manger de la viande issue d'animaux nés, élevés, abattus, découpés et transformés en France?

    Aucune réglementation n'impose d'indiquer les origines de la viande. Robert Volut, président de la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs s'interroge: «Je ne vois pas ce que cela apporte au consommateur? Nous ne sommes pas obligés et sommes contre une réglementation de ce type même si 50% des charcuteries vendues dans les grandes surfaces comportent l'origine de la viande vendue».

    Pour rassurer le consommateur, un logo a été créé par les professionnels des filières d'élevage en 2014: «Viandes de France». Il atteste de ces caractéristiques. «Sous cette estampille, c'est la certification de l'origine française de la viande, du bien-être animal, du respect de l'environnement et de conditions salariales décentes», explique Dominique Langlois, président d'Interbev, association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes.

    Majorité de viande française

    Rassurons-nous, une majorité de la viande en rayon dans les supermarchés et dans les boucheries est d'origine française. Même s'«il est dommage que le consommateur ne le sache pas, faute d'étiquette commune», regrette le directeur d'Interbev dansLe Figaro. Justement, parmi les principales mesures du plan d'aide d'urgence aux éleveurs présenté mercredi par le gouvernement, l'approvisionnement local. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes renforcera les contrôles sur l'étiquetage de l'origine des viandes.

    Si le doute subsiste, le Code de la consommation impose d'indiquer l'origine du produit à la demande: «Le fabricant, le producteur ou le distributeur d'un bien commercialisé en France transmet au consommateur qui en fait la demande et qui a connaissance d'éléments sérieux mettant en doute le fait que ce bien a été fabriqué dans des conditions respectueuses des conventions internationales relatives aux droits humains fondamentaux toute information dont il dispose portant sur un des éléments ci-après: origine géographique des matériaux et composants utilisés dans la fabrication, contrôles de qualité et audits, organisation de la chaîne de production et identité, implantation géographique et qualités du fabricant, de ses sous-traitants et fournisseurs».

    LE FIGARO

  • 23 juillet 1951 : mort du maréchal Pétain

     

    Cliquer pour acheter cette carte postale

    Philippe Pétain, Vainqueur de Verdun, Maréchal de France, Chef de l’Etat français, né le 26 avril 1856, mort le 23 juillet 1951.

    Ci-dessous un documentaire avec bien sûr quelques commentaires mensongers ou idiots, mais aussi de belles images d’archives.

     

    PS : à propos de Guy Moquet, c’est l’occasion de rappeler la raison pour laquelle il se trouvait en prison
    Lire la suite