Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2015

ETRE FRANCAIS

Fondation Polémia

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Tenez bon, Robert Ménard ! Le pays réel est derrière vous !

Capture-d’écran-menard-BFMTV.png

55% des Français sont favorables aux statistiques ethniques  (sondage)

Partager sur Facebook Tweeter 

 

Source : Boulevard Voltaire – « Tenez bon, Robert Ménard ! Le pays réel est derrière vous ! »

La bien-pensance a trouvé un nouvel os à ronger : en cause, les déclarations choc de Robert Ménard, maire de Béziers, relatives à ce que la presse appelle « le fichage des enfants musulmans ». Les chiens sont lâchés, la meute est déchaînée !

Retour sur les faits : lundi 4 mai, sur le plateau de « Mots croisés », Robert Ménard déclare que 64,6 % des élèves des écoles de sa ville sont musulmans. Plus tard, il indique : « Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire a, classe par classe, les noms des enfants. Je sais que je n’ai pas le droit mais on le fait. » Le lendemain, chez Bourdin (BFM TV), il explique : « Il faut aider les enfants […] d’origine musulmane, maghrébine » car « quand dans des écoles, vous avez plus de 80 % d’enfants qui sont d’origine musulmane, maghrébine, vous n’intégrez plus personne. Qui en paie le prix ? Les enfants en question. »

Face au tollé provoqué par ces propos, la mairie de Béziers a expliqué au cours d’une conférence de presse : « La mairie de Béziers ne constitue pas et n’a jamais constitué de fichiers des enfants scolarisés dans les écoles publiques de la ville. Le voudrait-elle qu’elle n’en a d’ailleurs pas les moyens. Il ne peut donc exister aucun “fichage” des enfants, musulmans ou non. Le seul fichier existant à notre connaissance recensant les élèves des écoles publiques de la ville est celui de l’Éducation nationale. C’est donc à elle, et elle seule, de rendre publique cette liste. Elle ne le fera certainement pas au prétexte de motifs juridiques. »

Voilà pour les faits. Le déchaînement médiatico-politique n’a pas tardé. Toute la presse, ce mardi, parlait du « fichage des enfants musulmans », sans recul ni analyse des faits. Le Figaro.fr s’est, quant à lui, ridiculisé en titrant un article « L’esprit de 1939 est de retour : la sortie de Robert Ménard indigne la classe politique », reprenant ainsi un tweet de Taubira, aux références chronologiques douteuses : « L’esprit de 1939 est de retour, les mêmes vieux démons et ces balafres faites à la République. La même lâcheté sur des enfants. » D’Arabie saoudite, où il est en déplacement, François Hollande y est allé de son commentaire : « Le fichage d’élèves est contraire à toutes les valeurs de la République. » Bref, c’est la curée.

Que dit la loi ? L’article 8-I de la loi du 6 janvier 1978 stipule : « Il est interdit de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, […] des personnes […] » L’article 226-1 du Code Pénal dispose que « le fait, y compris par négligence, de procéder ou de faire procéder à des traitements de données à caractère personnel sans qu’aient été respectées les formalités préalables à leur mise en œuvre prévues par la loi est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300.000 euros d’amende ».

 

Avec une stupéfiante réactivité, la justice s’est saisie de la question, et une perquisition a été effectuée dans les locaux de la ville.

Pourtant, Robert Ménard peut-il être poursuivi pour des faits de cette nature ? La question essentielle est simple : au-delà de toute considération politique, le premier magistrat de la ville a-t-il mis en place, sous son autorité, un fichier destiné à recenser les élèves de confession musulmane ? L’intéressé affirme que non, en rappelant simplement qu’il est en possession des listes d’élèves diffusées par l’Éducation nationale, ce qui, en soi, n’est pas un délit. C’est à partir de ces listes qu’il déduit, au simple examen des prénoms, la proportion d’enfants d’origine immigrée dans les classes de la ville. La même opération se fait aisément dans les tribunaux, où les avocats peuvent consulter le rôle des audiences correctionnelles affichées à la porte des salles d’audience, et en déduire ce qu’ils veulent quant à l’origine ethnique des prévenus ! Il n’y a là ni discrimination, ni traitement informatisé d’informations à caractère racial ; simplement mise à disposition, pour des raisons pratiques évidentes, d’informations brutes que chacun interprète comme il l’entend. De là à y voir un délit pénal…

Par ailleurs, la seule constatation de ces faits ne constitue pas une discrimination interdite par la loi ! Ces données, accessibles aux personnes concernées, ne servent pas à mettre en place des politiques d’exclusion. Il apparaît donc délirant que des poursuites soient engagées sur la foi de simples déclarations qui, pour choquer les médias et la classe politique, ne sont que la constatation d’un état de fait.

Mais, sur le plan politique, c’est la foire aux hypocrites. Car nos dirigeants ne sont pas en reste. En juin 2009, Manuel Valls, maire d’Évry, avait demandé qu’on rajoute « quelques blancs, quelques whites, quelques blancos » dans une brocante d’Évry.

Interrogé sur cette phrase, il affirmait : « Je l’assume totalement. » En décembre 2009, il ajoutait : « Il faut relancer le débat sur les statistiques ethniques et je présenterai un projet de loi en ce sens à l’Assemblée nationale en début d’année prochaine. Pour certains, les statistiques ethniques mettraient en cause les valeurs de la République, alors qu’au contraire, c’est l’absence de mesures concrètes qui est à craindre. »

Le 30 mai 2012, Libération publiait un article relatif à la diversité ethnique dans les cabinets ministériels. Avec cette phrase essentielle : « La diversité est, elle, par définition plus difficile à mesurer. Nous avons opté pour la méthode utilisée par l’Observatoire des discriminations, consistant à répertorier les prénoms non francophones. Parmi les 140 prénoms dans les nominations publiées au JO, pour l’instant seuls cinq ont une consonance non francophone. »

Qu’est-ce que cela, sinon l’utilisation de données publiques à partir desquelles les journalistes ont extrapolé une conclusion selon laquelle les Noirs et les Arabes n’étaient pas assez représentés au sein du gouvernement ? Qui a poursuivi Libération en justice ?

Et comment apprécie-t-on le nombre de repas sans porc à distribuer dans les cantines, sinon en comptabilisant les élèves sur des bases ethno-religieuses ? Qui poursuit les maires qui se prêtent à cet exercice ?

Ça suffit ! Une telle hypocrisie est insupportable ! Robert Ménard a jeté un gros pavé dans la mare, et il risque d’en subir les conséquences longtemps. Au moins a-t-il eu le courage de dire la vérité sur des faits que chacun connaît, comptabilise, analyse et déplore in petto. Mais rien ne sera pardonné à un maire élu triomphalement « avec le soutien du Front national ». Tenez bon, Robert ! Le pays réel est derrière vous !

 

François Teutsch

00:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

« Art contemporain » : une église du Xe siècle transformée en mosquée à Venise

sainte_marie_de_la_misericorde_venise.jpg

Partager sur Facebook Tweeter 

 

09/05/2015 – MONDE (NOVOpress)
Une église vénitienne transformée en mosquée ? il paraît que c’est de l’art et que c’est provisoire. Les musulmans de Venise espèrent bien que « l’installation » sera définitive.

Il paraît que c’est de l’art. Dans le cadre de la Biennale de Venise, « l’artiste islando-suisse Christoph Büchel » a eu l’idée de transformer en mosquée l’église historique de Sainte Marie de la Miséricorde (fondée au Xe siècle, transformée au XIIIe puis au XVIIe siècle), qui est fermée au culte depuis 1969. Un grand tapis a été placé en direction de la Mecque les murs ont été recouverts de panneaux portant des versets du Coran, et un mihrab a été installé pour cacher le crucifix de l’autel. Les visiteurs doivent se déchausser et des foulards sont distribués aux femmes à l’entrée pour qu’elles se voilent. L’ensemble a été baptisé « The Mosque » (avec majuscules et en anglais). « La cible de l’artiste est l’islamophobie qui se répand ».

L’idée a séduit les responsables islandais Björg Stefansdottir et Nina Magnusdottir, qui ont décidé de faire de « The Mosque » le pavillon national islandais à la Biennale, en « impliquant aussi les communautés musulmanes de Reykjavik et de Venise » – il y en a décidément partout en Europe. La « transformation » durera tout le temps de la Biennale, c’est-à-dire jusqu’au 22 novembre.
Le ministre islandais de l’Instruction publique, Illugi Gunnarsson, dit espérer que « The Mosque » « apporte une contribution positive au niveau international. Dans notre pays, le dialogue est ouvert ». Des « initiatives d’échange interculturel » auront lieu avec la participation des communautés musulmanes. Pour le président de la communauté musulmane de Venise, Mohamed Amin Al Ahdab, « ce projet est un geste qui aura plus d’impact que cent conférences sur le dialogue entre les cultures ».

Comme l’explique Il Gazzettino, le grand quotidien régional, il s’agit officiellement d’une « installation artistique », qui ne demandait que des autorisations administratives minimales, mais elle fonctionnera comme une mosquée temporaire. L’imam de Venise, Hamad Mahamed, a déjà annoncé la prière du vendredi pour la semaine prochaine. Aussi suscite-t-elle l’inquiétude de la police, soucieuse d’éviter à la fois « de possibles infiltrations d’extrémistes » et les réactions d’opposants aux mosquées.

Dans toute l’histoire de Venise, malgré le rôle de la cité dans les échanges commerciaux, voire culturels, avec le monde islamique, il n’y a jamais eu de mosquée. « Ce que n’avaient pu faire les siècles », commente pompeusement le journaliste d’Il Gazzettino, « l’art y est parvenu ». Aussi Il Giornale n’hésite-t-il pas à titrer :

L’Islam débarque à Venise : voici la première mosquée.

L’imam Hamad Mahamed et les 20 000 musulmans de la ville sont bien déterminés à rendre l’expérience permanente, même une fois la Biennale achevée. Ils réclament depuis plusieurs années « une vraie mosquée dans le centre historique ». Durant la Biennale de Venise », escompte Bach Abdallah, de la communauté musulmane de Mestre, « il y a les ministres de beaucoup de pays qui pourraient être intéressés par notre cas et décider de financer le projet ». Santa Maria della Misericordia transformée définitivement en mosquée avec l’argent du Qatar, voilà leur espoir.

Crédit photo Didier Descouens via Wikimedia Commons (CC) : « Abbazia della Misericordia Venezia »

00:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

09/05/2015

Portfolio : La Russie célèbre en grandes pompes la victoire sur l'Allemagne en 1945

http://www.levif.be/actualite/international/portfolio-la-...

 Nombreuses photos

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Guerre raciale à Baltimore (64% de Noirs)

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Christiane Taubira : « Comprendre l’histoire de la traite négrière, c’est aussi comprendre l’histoire de France »

11h02

Dimanche 10 mai, sera inauguré à Point-à-Pitre, le Memorial act, un musée consacré à l’histoire de la traite négrière . La date coïncide aussi avec les 14 ans de la loi Taubira. Une loi qui condamnait la traite des Noirs comme un crime contre l’humanité.

03:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

New York : un Noir multirécidiviste blesse grièvement par balle un policier blanc (MàJ : décès du policier)

http://www.fdesouche.com/594423-new-york-un-multirecidivi...

03:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

FNJ: "L'avenir est Bleu Marine ! " - 1er mai 2015

02:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Viktor Orbán dit m… à l’Europe

orban.jpg

 

 
 
Je trouve inadmissible qu’un organisme supranational se mêle de définir ce qui est bien ou mal pour un pays. Seul le Conseil constitutionnel d’une nation doit avoir le dernier mot et aucune cour ou autorité internationale ne doit se prononcer sur la légalité d’une loi.
1.2k
SHARES
 
 

Le charismatique (ou sulfureux, barrez la mention inutile suivant vos affinités politiques) Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a évoqué le rétablissement de la peine de mort. Aussitôt, M. Juncker l’a sèchement rappelé à l’ordre. Mais le président de la Commission européenne a outrepassé ses droits car rien, dans la Constitution de l’Union européenne, n’interdit à un pays membre d’exécuter ses criminels. Par contre, le Conseil de l’Europe, organisation parallèle, plus contraignante (et surtout inutile, à mon sens), dont dépend la Cour européenne de justice, interdit, dans ses protocoles additionnels, la peine de mort. La France ne pourrait donc pas la rétablir même si le peuple le demandait à 99 % lors d’un référendum, sauf, bien sûr, à rompre les traités qui nous lient à la CEDH.

M. Orbán ne s’est pas laissé démonter. Dans un deuxième discours, prononcé deux jours après le premier, il a indiqué que puisque la Hongrie était, après la Suède, le pays de l’Union européenne qui accueille le plus de réfugiés proportionnellement à sa population, il n’accepterait désormais plus aucun immigré sur son sol, la Hongrie n’ayant pas vocation à devenir le réceptacle de la misère du monde. Il a souligné que quels que soient les ordres, les règlements, lois et traités européens, les Magyars s’asseyaient dessus et resteraient maîtres chez eux.

Je ne suis pas partisan de la peine de mort à cause de son irréversibilité (des innocents ont été exécutés en Angleterre ou aux États-Unis, notamment) mais je trouve inadmissible qu’un organisme supranational se mêle de définir ce qui est bien ou mal pour un pays. Seul le Conseil constitutionnel d’une nation doit avoir le dernier mot et aucune cour ou autorité internationale ne doit se prononcer sur la légalité d’une loi.

Et j’estime, avec 68 % des Français, que la France est pleine. Ce n’est plus à nous de faire l’essentiel des efforts. L’Arabie saoudite, les pays du Golfe, le Qatar doivent désormais être les terres d’accueil de la majorité des réfugiés économiques. Par contre, les persécutés (je pense notamment aux chrétiens d’Orient) trouveront toujours asile chez nous. Je ne crois pas que je voterais pour M. Orbán si j’étais hongrois, mais il dit parfois des choses justes.

 
BOULEVARD VOLTAIRE

02:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Wallerand de Saint-Just sur LCP


Ça Vous Regarde - Le débat : FN : le parti... par LCP

02:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Berlin et Potsdam en juillet 1945

E&R

A regarder en mode plein écran

01:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Ismaël Boudjekada, candidat pour 2017 : « je pense que les Français sont prêts à élire un musulman à l’Élysée » (Màj)

http://www.fdesouche.com/595961-ismael-boudjekada-candida...

00:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Béziers : « Ma fille est la seule française dans sa classe de maternelle »

Itt0MRA.jpg maternelle.jpg

13h41

(…) Le ton est quelque peu différent chez Gaëlle :

« Ma fille est la seule française dans sa classe de maternelle. Ça choque… même la maîtresse. Je ne trouve pas cela très logique. Entre eux, les gamins ne parlent pas en français. »

Le Midi Libre

FDS

00:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

08/05/2015

Ajar, 10 ans (Montpellier) : « J’aimerais bien rencontrer des Blancs, me sentir en France ».

R8qlP2t.jpg Ajar.jpg

 

22h11

Les parents d’élèves du Petit Bard-Pergola, un quartier défavorisé dans l’ouest de Montpellier où vivent 2 000 habitants d’origine maghrébine pour la plupart, réclament la mixité scolaire et occupent depuis la mi-mars quatre écoles du quartier.

(…)

« Ici, on est comme dans un ghetto. Je connais déjà tous les enfants parce qu’on grandit ensemble. Moi j’aimerais bien rencontrer des personnes différentes de moi » confie Ajar, 10 ans

(…) Midi Libre

FDS

23:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Italie : des clandestins protestent contre le choix d’un hôtel à cause de la présence de femmes mariées

TBuRFcS.jpg

 

22h28

A peine arrivés dans leur nouvel hôtel, les clandestins refusent de descendre du bus car ils ne veulent pas rester dans un endroit où il y a des femmes mariées. L’hôtel choisit par la préfecture ne convenait pas aux clandestins et ils ont réussi à changer d’endroit.

 

Quelques africains transférés de la Sicile à la Toscane et destinés à la province de Livourne ont fait des pieds des mains parce qu’ils n’appréciaient pas l’hôtel Campiglia Marittima.

Les motifs de la protestation? Ils sont nombreux et assez fantaisistes. Notamment la présence de femmes mariées dans l’hôtel.

A la descente du bus, les immigrés – des jeunes hommes âgés entre 20 et 25 ans et provenants de Gambie, Ghana, Zimbabwé et Kenya ont commencé à protester. Parmi leurs revendications, il y a en une avec des motifs ethnico-religieux : loger dans une structure où sont présentes des femmes mariées qui font partie d’un autre groupe de clandestins arrivés avant. Une proximité que leur religion ne permet pas.

Mais ce qui gêne aussi les Africains, seraient l’aggravation de la logistique et de leur espace vital  : « Nous n’avons pas assez de place pour cuisiner de manière autonome. » Evidemment ce qu’ils étaient habitués à avoir quand ils se trouvaient en Sicile. (…)

Source

FDS

23:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Un tveet du FNJ Génération Nations

FNJ.PNG  clip bm.PNG

21:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un tweet de Marine Le Pen

Capture.PNG referendum.PNG

21:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un tweet de Marion Maréchal-Le Pen

Capture.PNG Marion.PNG

20:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

La reconnaissance du lion envers sa bienfaitrice

La reconnaissance d'un animal  c'est vraiment incroyable....

 

 

 

Souvenir de 5 ans resté présent.
 
 
Une dame trouve un lion blessé très grièvement . Elle le ramène chez elle, le soigne et le nourrit. Une fois hors de danger elle s’occupe à ce qu’un zoo le reçoive afin qu’il soit en sécurité.
5 ans après elle se rend visite à son ancien patient. Elle s’approche de la cage de  l’animal qui reconnait sa bienfaitrice  . . . tous les touristes croient à une attaque en règle. Voyez le déroulement par vous-même.
Cette magnifique bête nous donne un  fichu  bon exemple de gratitude même après 5 ans depuis  son sauvetage.
                                      
http://www.vitality101.com/Fun/lion-kisses-rescuer
 
 
(merci  à Dirk)
 

18:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

En France, tout se termine maintenant par des "marches" qui ne servent à rien !

sans-titre.png marche des enfants abusés.png

NDF

03:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)