Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 649

  • Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

    CHANT D'AUTOMNE


    Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
    Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
    J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
    Le bois retentissant sur le pavé des cours.

    Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
    Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
    Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
    Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

    J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
    L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
    Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
    Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

    Il me semble, bercé par ce choc monotone,
    Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
    Pour qui ? - C'était hier l'été ; voici l'automne !
    Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

    II

    J'aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,
    Douce beauté, mais tout aujourd'hui m'est amer,
    Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l'âtre,
    Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

    Et pourtant aimez-moi, tendre coeur ! soyez mère,
    Même pour un ingrat, même pour un méchant ;
    Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère
    D'un glorieux automne ou d'un soleil couchant.

    Courte tâche ! La tombe attend ; elle est avide !
    Ah ! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux,
    Goûter, en regrettant l'été blanc et torride,
    De l'arrière-saison le rayon jaune et doux !

    (Les Fleurs du mal)

     

  • 23 septembre 1940 : l’agression britannique sur Dakar

    23 septembre 2014 par admin4 

    Vue du pont arrière du croiseur Georges Leygues

    Un article de José Castano :

    « L’empire, sans la France ce n’est rien. La France sans l’empire, ce n’est rien »(Amiral Darlan – Novembre 1942)

    L’âme de nos marins plane sur l’Océan, je l’ai vue ce matin, sous l’aile d’un goéland » (Freddie Breizirland)

                Après avoir été donné à la France par le traité de Paris, le 30 mai 1814, Dakar devint, en 1904, la capitale de l’Afrique Occidentale Française (AOF). Située à l’extrémité occidentale de l’Afrique, elle occupait, en 1940, une position stratégique considérable qui faisait bien des envieux. Au point de séparation de l’Atlantique Nord et Sud, en avancée face à l’Amérique Latine, sur le chemin entre l’Afrique du Sud et l’Europe, Dakar intéressait tout le monde et en premier lieu les Britanniques qui, sur le chemin traditionnel de l’Afrique australe et de l’Asie par le Cap, retrouvaient là l’un des enjeux de leurs rivalités coloniales avec la France et voulaient profiter de son écrasement.

    En septembre 1940, le Maréchal Pétain avait confié au général Weygand la délégation générale du gouvernement en Afrique et le commandement en chef des troupes. Ainsi se trouvait affirmée la volonté de défendre l’Afrique mais aussi de préparer les moyens de la revanche.
    Le 31 Août 1940, soit près de deux mois après la lâche agression commise par ces mêmes britanniques sur la flotte française au mouillage et désarmée, dans le port de Mers El-Kébir (Algérie) et près d’un mois après l’entretien Churchill – De Gaulle (6 août 1940) sur les modalités d’une éventuelle attaque contre les forces françaises stationnées au Sénégal et demeurées fidèles au Maréchal Pétain, la force navale M (M comme « Menace ») britannique où se trouvait de Gaulle quitta les ports britanniques pour Freetown en Sierra Leone qu’elle atteignit le 16 Septembre.

    Lire la suite

     

    Contre-info.com

  • Quelques tableaux de grands maîtres flamands et hollandais

    !cid_ii_1489931515086634.jpg Willem van de velde.jpg

    La mer par temps calme

    Willem Van de Velde (1591-1630)

     

    !cid_ii_14899352082dbe65.jpg Jan van Goyen.jpg

    Vue de Dordrecht

    Jan van Goyen ( 1596-1656)

    !cid_ii_14899379d2f6dfee.jpg Dame Rogier van der Weyden.jpg

    Portrait de dame

    Rogier Van der Weyden  (1460)

    !cid_ii_148993e394fb8b53.jpg Delft Johannes Vermeer.jpg

    Vue de Delft

    Johannes Vermeer(1658)

    (merci à Dirk)

     

     

  • Ecosse : Le vote des étrangers et des vieux a fait échouer le référendum

    vendredi, 19 septembre 2014

     

     

    !cid_image001_jpg@01CFD659.jpg

    Le nationalisme écossais revu et corrigé par le SNP socialiste d’Alex Salmond

    Source Breiz Atao  

    La défaite, honorable, des indépendantistes écossais trouve son explication dans le vote des quelque 880 000 non-Ecossais qui représentent 17% de la population du pays. En acceptant de les laisser voter, les indépendantistes socialistes ont eux-mêmes créé les conditions de leur échec.

    Un demi-million de Britanniques en Ecosse

    C’est sans doute possible parce que le Parti National Ecossais (SNP), socialiste, n’a jamais remis en cause la consultation du demi-million d’Anglais vivant en Ecosse, un pays qui en compte 5,3 millions, que Londres a accepté la tenue du référendum. En disposant d’une solide minorité de blocage, le gouvernement britannique a pu aborder le référendum avec un atout décisif en main.

    La presse britannique a abondamment détaillé les intentions de vote de ces résidents installés en Ecosse. Et le verdict est sans appel : 63% d’entre eux entendaient voter contre l’indépendance.

    Or, il a manqué environ 300 000 voix aux indépendantistes pour l’emporter.

    Les Polonais votent… pour garder leurs papiers

    En plus des Britanniques, Londres savait pouvoir disposer du soutien des autres non-Ecossais afin de circonvenir le vote séparatiste. Un sondage réalisé au mois d’août auprès des immigrés polonais résidant dans le pays indiquait que ceux-ci allaient voter en fonction du devenir de leurs visas si l’Ecosse devenait indépendante. L’incertitude prévalait sur le statut européen de l’Ecosse suite aux déclarations anti-indépendantiste de Manuel Barroso.

    En conséquence, la libre-circulation assurée aux ressortissants des états-membres de l’UE était en théorie remise en cause. Or, cette libre-circulation   était le seul critère qui importait aux yeux des immigrés polonais et d’Europe de l’Est. Pour eux, le devenir du peuple écossais importait peu et ils n’ont pas hésité un instant à faire valoir leurs intérêts comme ceux de Londres sur ceux du peuple qui les accueille.

    Les Pakistanais ont aussi eu leur mot à dire

    Les pakistanais ont également eu leur mot à dire. Représentant plus de 150 000 personnes, cette immigration sait ce qu’elle doit au gouvernement anglais et perçoit l’indépendance écossaise comme une menace directe. Les deux tiers d’entre eux voulaient voter contre le “Oui” à l’indépendance.

    Les Ecossais de la diaspora privés de vote

    Tandis que Pakistanais, Anglais ou Polonais étaient appelés à voter par Alex Salmond et son parti, les Ecossais de la diaspora se voyaient priver du droit de voter. Une diaspora forte de millions de personnes à travers le monde. Le logiciel du “droit du sol” cher aux indépendantistes de gauche a logiquement joué à fond et produit les fruits qu’il est voué à produire.

    Lorsque l’on retranche les votes des étrangers – Anglais, Européens de l’Est et extra-Européens – les Ecossais de souche ont bel et bien voté pour leur indépendance.

    Les vieux coresponsables

    Les vieux sont, avec les étrangers, les moteurs de la victoire du “Non”. 65% des plus de 50 ans en Ecosse s’opposaient à l’indépendance. Soucieux de leurs rentes, ils perçoivent l’indépendance comme une remise en cause de leurs intérêts. Sans surprise, ce sont ces mêmes générations qui soutiennent l’immigration afin de “payer les retraites”, la pyramide des âges résultant de leur faible taux de natalité ayant engendré une crise démographique.

    Des enseignements à tirer

    Il y a plusieurs enseignements à tirer de cette consultation. Tout d’abord, la défaite des indépendantistes, largement causée par leur orientation idéologique socialiste, n’est pas écrasante. L’Ecosse n’a retrouvé son parlement autonome qu’il y a 15 ans et les indépendantistes ne sont arrivés au pouvoir qu’il y a 7 ans. Parvenir – contre les médiats britanniques et la totalité des partis anglais et des responsables européens – à rassembler près de 46% des suffrages constitue une véritable performance en un temps historique aussi court.

    Ensuite, il apparaît comme évident que l’indépendantisme de gauche, en soutenant une interprétation non-ethnique du nationalisme, a créé les conditions de son propre échec politique. En refusant, par conviction ou par peur, d’empêcher les étrangers de voter sur une question qui ne les concerne pas par définition, les indépendantistes du SNP ont donné à Londres les moyens de son succès.

    S’ajoute à cela un clivage générationnel patent. L’égoïsme des Baby Boomers est le fil conducteur de leur comportement politique : pro-immigrationnistes, court-termistes, uniquement soucieux de leur bien-être et de leur patrimoine, ils ont pris en otage le destin de la jeunesse écossaise. Sans surprise, leur parasitisme a convergé avec celui des Anglais et des immigrés extra-européens.

    Cependant l’échec écossais est relatif. Il est plus un début de processus qu’une fin et l’éviction progressive des générations conservatrices permet d’entrevoir des évolutions décisives pour ce pays. En quelque sorte, c’est la fin d’une certaine forme d’indépendantisme socialiste et le début d’un autre. Les petites nations d’Europe n’auront d’autre choix que de se doter de formations politiques résolument nationalistes en lieu et place de cet “indépendantisme de gauche” dépassé.

    (merci à Dirk)

     

  • Sarkozy: au nom du N.O.M. (interview intégrale)

    Interview intégrale

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ump/nicolas-sakozy-sur-france-2-ses-declarations-en-5-points_1577959.html

  • De plus en plus de polygames en Grande-Bretagne

    vFuZ9r2.jpg

     

    15h23

     

    [extraits] Nabilah, son mari, et ses deux autres femmes font partie du nombre croissant de mariés polygames en Grande-Bretagne. Ils le font en contradiction radicale avec la loi britannique, qui considère la bigamie comme illégale. Mais ces mariages étant contractés sous l’égide de la charia et n’étant pas reconnus par les tribunaux, les époux polygames ne peuvent pas être poursuivis.

    Cette pratique devient donc de plus en plus courante en GB, ou leur nombre est estimé à environ 20 000. La popularité de ces mariages polygames est telle parmi les musulmans que les agences matrimoniales islamiques recoivent des demandes de plus en plus nombreuses.

    (…) Hasan insiste pour que ses femmes soient voilées de pied en cap. « Il y a des gens qui couvrent leur voiture d’un drap, ou recouvrent d’autres objets de valeur pour les cacher de la vue des autres, pour ne pas attiser la convoitise. Pour moi, mes femmes sont précieuses, et je dois les cacher, pour les protéger. »

    (…) Les femmes d’un mariage polygame sont considérées par la loi comme des mères célibataires : elles ont droit à toutes les prestations sociales afférentes : allocations familiales, allocation logement, aide sociale etc.

    Daily Mail

    FDS

  • Algérie: un Français enlevé par un groupe armé algérien lié à l'Etat islamique

    4155647_Hervé-G.jpg

                                                                                                                                  

    Un citoyen français a été enlevé dimanche soir en Algérie dans l'est du pays, comme l'a confirmé le quai d'Orsay lundi soir. Dans une vidéo non authentifiée, l'enlèvement a été revendiqué par un groupe armé algérien lié à l'Etat islamique dénommé «Jund al-Khilafah» (Les soldats du Califat) qui menace d'exécuter l'otage en cas de nouveaux raids en Irak. <btn_noimpr>

    Dans cette vidéo diffusée lundi soir, qui commence par des images d'Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du mouvement jihadiste qui sévit en Irak et en Syrie, Hervé Pierre Gourdel s'exprime directement face à la caméra. «Monsieur le Hollande, je suis Hervé Pierre Gourdel, je suis né à Nice en le 12 septembre 1959, de nationalité française bien sûr. Je suis guide de haute-montagne, débute-t-il. Je suis arrivé en Algérie le 20 septembre 2014 et je suis depuis hier aux mains d'un groupe armé algérien. Ce groupe armé me demande de vous faire la demande de ne pas intervenir en Irak. Il me retient en otage. Je vous conjure de faire tout ce qui sera en votre pouvoir pour me sortir de ce mauvais pas. Je vous en remercie», conclut-il dans un calme impressionnant. 

    «Tout est mis en œuvre pour retrouver notre compatriote»

    «Nous avons pu le joindre au téléphone hier après-midi», explique sa mère sur le site de L'Express. «Tout allait bien. Il nous a dit qu'il entamait une randonnée de deux jours et qu'il serait peut-être difficilement joignable. Ensuite, il comptait ouvrir une nouvelle voie dans le massif», conclut-elle.



     Le président s’est entretenu avec le Premier ministre d’Algérie, Abdelmalek Sellal. L'Elysée a assuré de la «coopération totale» entre Paris et Alger sur ce dossier dans un communiqué officiel.




    «Tout est mis en œuvre pour retrouver notre compatriote. Les services de l’Etat sont mobilisés et aucune hypothèse n’est écartée. Nous sommes en contact permanent avec les autorités algériennes, qui nous apportent leur coopération et leur plein soutien», avait assuré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué plus tôt dans la soirée.

    Le site arabophone Alhadath-dz.com affirme qu’Hervé Pierre Gourdel a été capturé par un groupe terroriste dans la localité de Beni Ouardane, située à la limite administrative entre Bouira et Tizi Ouzou, dans la région montagneuse de Kabylie.

    Selon les médias algériens et Al Arabyia, l’homme, âgé de 55 ans, était en randonnée avec des amis algériens lorsqu’ils ont été interceptés par un groupe terroriste qui a kidnappé le touriste et relâché les Algériens. Toujours selon les mêmes médias, ce français serait entré en Algérie il y a deux jours avec un visa de touriste et a loué avec ses amis un chalet à Tikjda sur les hauteurs de Bouira.

    Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a d'ailleurs demandé à une trentaine d’ambassades françaises d’inviter les Français résidant ou de passage à l’étranger à renforcer leur vigilance face au risque terroriste. 

     

    LeParisien.fr

  • Jean-Yves NARQUIN est nommé Délégué Général du RASSEMBLEMENT BLEU MARINE

    Jean-Yves-Narquin-frere-de-Roselyne-Bachelot-candidat-FN-dans-le-Centre-aux-europeennes.jpg

       

    Communiqué de Presse du Rassemblement Bleu Marine

    Marine LE PEN, Présidente du Rassemblement Bleu Marine (R.B.M.) et le Secrétaire Général, Gilbert COLLARD, député, ont nommé Jean-Yves NARQUIN au poste de Délégué Général du R.B.M.
    Le RASSEMBLEMENT BLEU MARINE est une association qui rassemble des partis politiques, FRONT NATIONAL. S.I.E.L. Patrie et Citoyenneté, ainsi que des collectifs thématiques (Racine, Marianne, Audace) attachés à la souveraineté de la France et aux valeurs de la République

    Jean-Yves NARQUIN, Maire de VILLEDIEU-LE-CHÂTEAU, dans le Loir-et-Cher, élu en 2008 et réélu en 2014, a rejoint Marine LE PEN suite au congrès de Tours en 2011.
    Responsable politique depuis sa jeunesse dans les différentes formations politiques gaullistes, il fut Attaché Parlementaire pendant 10 ans de son père, Jean NARQUIN, résistant, député d’Angers de 1968 à 1988 et de sa sœur Roselyne BACHELOT-NARQUIN, députée et Ministre.

    Jean-Yves NARQUIN a appelé en 2012 au Rassemblement Républicain des droites de conviction, soucieuses de l’indépendance et de la souveraineté de la France, le conduisant à s’associer au Rassemblement Bleu Marine de Marine LE PEN.
    Dans sa nouvelle fonction de Délégué Général, il aura en charge plus particulièrement d’animer la politique des collectifs, ouverture vers la société civile et laboratoires d’idées du R.B.M.

    Jean-Yves NARQUIN, 64 ans, 4 enfants, né à Aubigny-sur-Nère, études d’Architecture à Versailles, Chef d’Entreprise dans la communication (en particulier, un des fondateurs d’Europe 2, FM d’Europe 1)

  • Sarkozy veut "reconquérir" l'électorat du Front National : on s'en doutait!

    sarkozy-sort-son-joker.jpg

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/09/21/nicolas-sarkozy-sur-son-retour-en-politique-je-n-ai-pas-le-choix_4491601_823448.html

    + 3 VIDEOS

  • L'Etat islamique appelle à tuer des citoyens des pays de la coalition

    22/09/2014 à 10:08

    Source: Belga

    L'organisation Etat islamique a lancé lundi un appel à ses partisans à tuer des citoyens, notamment Américains et Français, des pays formant la coalition internationale mise en place pour combattre le groupe jihadiste en Irak et en Syrie.

    1223197.jpg

    © Belga

    "Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen -en particulier les méchants et sales Français- ou un Australien ou un Canadien, ou tout (...) citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l'État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n'importe quelle manière", a déclaré Abou Mohammed al-Adnani, le porte-parole de l'EI, dans un message publié en plusieurs langues.

    Les Etats-Unis et la France sont les deux pays qui ont jusqu'à présent mené des frappes aériennes en Irak sur des positions de l'EI, un groupe qui a déclaré en juillet un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, dont ils contrôlent de larges secteurs.

  • Ebola va-t-il bientôt se transmettre par l'air ?

     

    19/09/2014 à 14:53 - Mis à jour à 14:56

    Source: Le Vif

    Le risque que le virus devienne contagieux par simples voies aériennes est réel, selon Michael Osterholm, directeur du Centre pour la recherche sur les maladies infectieuses à l'Université du Minnesota. Ce n'est cependant pas l'avis de tous les experts. Explications.

     

     

    1222175.jpg

     

    © iStock

    Le spectre du risque d'une telle mutation provient d'un incident qui s'est déroulé dans un laboratoire en 1989, où le virus s'était apparemment transmis entre deux singes par voie aérienne. Il n'avait toutefois pas infecté les chercheurs qui y travaillaient. Les experts se sont ensuite demandé si cette mutation n'avait pas été alimentée par l'environnement artificiel du laboratoire.

    La très sérieuse revue scientifique Nature s'est donc posé la question de savoir si une mutation (ou plus plausiblement de plusieurs mutations) du virus Ebola pourrait le rendre contagieux par l'air. Après plusieurs entretiens avec des experts en maladies infectieuses, si une telle mutation est possible, elle est toutefois "hautement improbable", affirme la revue. Il n'existerait en effet aucun virus connu qui ait modifié son mode de transmission de façon aussi radicale.

    "Nous avons déjà tellement de problèmes avec Ebola (...), celui-là est très loin dans la liste de nos priorités", a affirmé William Schaffner, expert en maladies infectieuses à l'université de Vanderbilt. "Tout ce qui se passe maintenant peut être facilement expliqué par des transmissions de personne à personne, via un contact corporel. Nous n'avons pas besoin d'évoquer quoi que ce soit d'autre".

    Pour qu'Ebola devienne transmissible par l'air, il faudrait tout d'abord qu'une quantité importante du virus se mutent dans les cellules qui se trouvent dans la gorge, les bronches et peut-être les poumons. Ensuite, la transmission aéroportée devrait s'avérer beaucoup plus efficace que la contagion corporelle. Or, sa méthode de transmission est déjà terriblement efficace, selon l'expert.

    Actuellement, Ebola entre dans le corps humain via les coupures dans la peau, les fluides oculaires, ou les muqueuses du nez et de la bouche. Ensuite, il infecte les cellules du système immunitaire et se multiplie. Ce qui conduit à une attaque massive des vaisseaux sanguins et du système respiratoire.

    De manière générale, même les virus qui s'attaquent directement au système respiratoire ont du mal à se transmettre par les voies respiratoires. Par exemple, la grippe aviaire se transmet dans l'air chez les oiseaux, mais n'a pas encore muté pour se transmettre à l'homme.

    Selon différents experts donc, vu son efficacité actuelle de transmission, Ebola n'aurait pas besoin d'une telle mutation puisqu'elle ne serait pas forcément plus efficace.

  • Ebola: un deuxième missionnaire contaminé par le virus arrive en Espagne

    22/09/2014 à 08:20 - Mis à jour à 08:24

    Source: Belga

    Un missionnaire catholique contaminé par le virus Ebola en Sierra Leone, le deuxième ressortissant espagnol à être touché, a été rapatrié dans la nuit de dimanche à lundi en avion militaire à Madrid, où il est hospitalisé, selon les médias espagnols.

     

    1223121.jpg

    © REUTERS

    L'avion, un Hercules C-130 médicalisé, a atterri sur la base militaire de Torrejon, près de Madrid, avant d'être transporté en ambulance jusqu'à un hôpital madrilène, Carlos III, ont rapporté les journalistes. L'avion était équipé d'une chambre d'isolement.

    Agé de 69 ans et directeur d'un hôpital dans la ville de Lunsar, Frère Manuel Garcia Viejo "a été testé positivement pour Ebola et a exprimé le désir d'être transféré en Espagne", avait expliqué le ministère de la Santé samedi.

    Médecin spécialisé en médecine tropicale, directeur de l'hôpital de Lunsar depuis 12 ans, Manuel Garcia est membre de l'Ordre hospitalier de San Juan de Dios, un ordre catholique qui gère l'association caritative Juan Ciudad travaillant avec les victimes d'Ebola. Il travaillait en Afrique depuis 30 ans.

    En août, un prêtre espagnol de 75 ans, Miguel Pajares, avait été le premier Européen atteint d'Ebola à être rapatrié en Europe, puis le premier Européen à succomber au virus. Contaminé au Liberia, ce missionnaire avait été rapatrié à Madrid et placé en isolement dans le même hôpital madrilène que Manuel Garcia.

    L'épidémie d'Ebola sans précédent qui frappe l'Afrique de l'Ouest depuis le début de l'année a fait 2.630 morts, principalement au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone, selon l'OMS.

     

  • 2.780.000 migrants maghrébins se sont établis en France entre 1990 et 2013

    http://www.fdesouche.com/513147-2-780-000-migrants-maghrebins-qui-se-sont-etablis-en-france-entre-1990-et-2013

    et ils ont fait des enfants depuis !

  • A Béziers, Robert Ménard prend un arrêté "anti-crachats" et il a raison!

    616x380_robert-menard-maire-beziers.jpg

     

     «Quand je vois des gens le faire, je trouve ça aussi sale que des crottes de chien», explique le maire...

    Après l'interdiction d'étendre le linge aux balcons et fenêtres des immeubles visibles des voies publiques, l'interdiction des paraboles sur les façades des immeubles, le couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans ou encore les blouses pour les écoliers, Robert Ménard a publié un arrêté interdisant de cracher dans la rue, afin de rendre sa ville «plus belle et plus agréable».

    «Cet arrêté vise à dire que cracher dans la rue, c'est dégoûtant», a expliqué le maire de Béziers, soulignant que le texte avait été présenté en conseil municipal jeudi soir. Quand je vois des gens le faire, je trouve ça aussi sale que des crottes de chien». «Je n'en veux pas dans ma ville, en particulier dans le centre où se rendent de nombreux touristes», a précisé le maire, élu en mars avec le soutien du Front national.

    Mettre fin au laisser-aller

    Si des sanctions sont prévues --une amende--, «il s'agit surtout d'avertir les gens que ça ne se fait pas», a poursuivi Robert Ménard, évoquant le cas de précédents arrêtés qu'il a déjà pris : «Les gens, quand vous leur dites, ils comprennent, mais tant qu'il n'y a pas de menace de sanction, ils ne le font pas. Quand vous leur expliquez, les gens vous écoutent: c'est juste du laisser-aller auquel il faut mettre un point final».

    Pourtant un décret modifié en 1992 prévoit déjà qu'il est interdit en France de cracher sur la voie publique à l'exception «des crachoirs disposés à cet effet». En 2006, un lycéen de 19 avait par exemple été condamné à 135 euros d'amende pour avoir craché à un arrêt de bus à Lyon.

     

    M.B.
     
    20minutes

     

  • Jean-Yves Le Gallou : “Les défenseurs de l’identité ne peuvent pas faire l’économie de la bataille culturelle”

    aff-journ-reinfo-culture-web-1.jpg

     

     

    21/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
    Samedi 18 octobre aura lieu la 7ème journée de la réinformation organisée par la Fondation Polémia. Thème de cette journée : la bataille culturelle. Nous avons interrogé Jean-Yves Le Gallou, le président de la fondation et acteur essentiel de la réinformation, sur ce thème et le programme de la journée de réinformation.

    Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


    Jean-Yves Le Gallou, vous organisez samedi 18 octobre la 7ème journée de la réinformation de Polémia, pouvez-vous nous rappeler les thèmes traités lors des éditions précédentes ?

    Nous avons dans un premier temps lancé et approfondi le concept de réinformation. Puis nous avons travaillé sur le thème de la novlangue et à la suite de ces travaux nous avons publié deux Dictionnaires de novlangue. Nous avons ensuite souligné le rôle des blogs dans la guerre médiatique et contribué au développement de la reinfosphère. L’an dernier nous avons étudié en profondeur la désinformation publicitaire. Une réflexion qui va faire l’objet de la publication d’un livre en partenariat avec l’éditeur Via Romana.

    Vous avez choisi cette année de concentrer votre attention sur la bataille culturelle, pourquoi ?

    C’est simple , nous vivons dans une dictature culturelle : de la gauche, du politiquement et de l’artistiquement correct . Cette dictature s’impose par la censure et l’intimidation : les dissidents rasent trop souvent les murs par crainte d’être diabolisés, voire, pire, ringardisés . Dans cette affaire, de trop nombreux élus, distributeurs de la manne publique, font preuve d’une rare lâcheté . Quant aux soi-disant mécènes du grand capital – Pinault, Arnaud, Bergé –, sous couvert de générosité, ils font de l’optimisation fiscale , de la com’ et de la spéculation financière! L’art n’est qu’un prétexte au profit pour les uns, à l’idéologie déracinante pour les autres. C’est l’alliance du trotskysme culturel et des salles de marché !

    Il y a donc un double travail à faire : décrypter le nouvel art officiel et cesser de se laisser intimider par le conformisme dominant. Car ce qu’on appelle Art contemporain n’est rien d’autre qu’un centenaire indigne né sur les ruines de la guerre de 1914. En 1917, Duchamp nous faisait le coup de l’urinoir présenté comme une œuvre d’art ; cent ans plus tard il faudrait s’ébaubir devant un crucifix planté dans de l’urine, le Piss Christ de Serrano. Bref, l’imagination en panne et les mêmes fausses provocs à répétition, jusqu’à plus soif si j’ose dire ! C’est le règne des faiseurs et des faisans, des escrocs soutenus par les bobos et les gogos.

     

    Le champ culturel a pendant des décennies été négligé par le camp national. Ceux qui avaient retenu les leçons de Gramsci étaient peu nombreux, et ceux qui les appliquaient étaient encore plus rares. Des progrès ont-ils été réalisés depuis ?

    Oui, il y a une vraie prise de conscience des foutaises de « l’art conceptuel » grâce notamment aux remarquables essais d’Aude de Kerros. Et il est clair que crise culturelle et crises identitaires sont liés. Les défenseurs de l’identité ne peuvent pas faire l’économie de la bataille culturelle. Ils doivent donc affronter les pouvoirs financiers (pseudo mécènes/vrais spéculateurs) et les pouvoirs politico -administratifs (les “inspecteurs de la création” [sic]) qui gouvernent. Ainsi que leurs chiens de garde dans les médias. Ce qu’il faut, c’est de la fermeté d’âme pour ne pas succomber au terrorisme intellectuel. Mais il ne faut pas se contenter d’un discours critique. Il vaut aussi révéler l’art caché et mettre en valeur les traditions qui renaissent.

    Pouvez-vous nous dévoiler une partie du programme de la journée du 18 octobre ?

    Le matin Michel Geoffroy traitera en profondeur de “Crise culturelle et crise identitaire”. Puis nous donnerons la parole aux artistes : le graveur et essayiste Aude de Kerros, le dessinateur Miège, l’auteur et metteur en scène Gérard Savoisien. La génération 2013 aura aussi la parole : les Antigones, les Gavroches, les organisateurs de marches identitaires… bref, tous ceux qui ont repris le chemin de la rue et de la liberté de l’esprit. Le temps de l’offensive est venu !

    Jean-Yves Le Gallou, merci.

  • DESEDUCATION NATIONALE - Les vols de clés dans les cartables, ce sera aussi la bienveillance ?

    Accueil >> Dérapages

    EDUCATION NATIONALE  - Les vols de clés dans les cartables, ce sera aussi la bienveillance ?


    Michel Lhomme
    le 21/09/14

    Plusieurs élèves de collège ont été interpellés en région parisienne, après des cambriolages commis grâce à l’adresse renseignée dans le carnet de correspondance. L’Académie discute actuellement des mesures à prendre dans un souci de « bienveillance ».

    Début avril, six adolescents, âgés de 13 à 16 ans, ont été arrêtés après une dizaine de cambriolages. Ces introductions dans des domiciles ont fait suite à des vols de clés dans des cartables recensés dans les collèges parisiens Alain-Fournier et Pilâtre-de-Rozier, dans le XIe arrondissement. Profitant des pauses entre deux cours, d'autres élèves se sont servis dans le sac de leurs camarades. Argent, chéquiers, téléphones ont ensuite été dérobés au domicile des élèves. D’autres cas similaires ont été constatés dans les XIIIe, XIXe et XXe arrondissements. Plus d’une dizaine d’établissements de la capitale auraient signalé de telles infractions, d’après Le Parisien. Des établissements privés ou situés hors de la frontière parisienne auraient également été touchés. L’Académie a décidé d’agir... par la bienveillance, par le "dialogue'', il ne faut pas ostraciser des populations fragilisées car n'est-ce pas là toute la politique de la déséducation nationale ?

    Pourtant : 7 adolescents français sur 10 sont traumatisés par la violence à l’école. Railleries, insultes, harcèlements en classe, rackets et chantages, sept ados sur dix se disent préoccupés par la violence à l’école. Selon les chiffres de l’étude annuelle d’Ipsos pour la fondation Pfizer, ils sont même un tiers à dénoncer un mal-être en général. L'enquête internationale Pisa 2013 l'avait déjà relevé mais en termes plus feutrés. '' On ne parle jamais à nos parents de choses comme ça parce qu’on en a honte'' témoigne Clara, une collégienne. Ainsi, pour de nombreux enfants et adolescents de France, on va à l'école, la peur au ventre mais pas du tout par peur des notes. Il n'y a souvent plus de surveillants dans les cours et les services de ''vie scolaire'' ferment les yeux : ils gèrent enfermés dans leurs bureaux les absences ! L'école de la bienveillance est donc bien l'école de la peur. 
     
    METAMAG
  • Sarkozy sur France 2